undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles63
4,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 17 août 2007
On est ici face à un livre bien particulier : il s'agit en effet d'une épopée centrée autour d'un personnage principale, dans un monde ressemblant à s'y méprendre (lieux, noms, coutumes sociales et martiales) au Japon médiéval mais restant imaginaire... Ce dernier aspect est d'ailleurs quelque peu choquant au départ, surtout si on s'attend à un roman historique riche en éléments véridiques, dans le style de La Pierre et le Sabre par exemple.
Mais passé cette surprise, on se laisse inexorablement entraîner dans les aventures du jeune héros, ses doutes, ces certitudes désavouées, son évolution au fil du temps... On a aussi envie d'en savoir plus sur tous les personnages secondaires, chacun ayant un parcours particulier et une perception profonde du monde l'entourant.
Lian Hearn, auteur qui jusque-là m'était inconnue, a su brosser des portraits complexes de ses personnages tout en offrant une dynamique certaine à son roman. A travers les évocations lyriques de son parcours, on guette les progrès du jeune Tomasu, on tremble à ses côtés lorsqu'il affronte les épreuves de la vie.

Des personnages intéressants et complexes, un monde qui ne demande qu'à être exploré par le lecteur, un style empreint de poésie et d'une grande fluidité... en bref, une belle réussite. Et dire que ce n'est que le premier volume de cette série du Clan des Otori...
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2005
le silence du rossignol
Ce qui fait la force du clan des otori c'est qu'on y retrouve tous les aspects d'une grande quete épique.on retrouve de plus les temps du japon féodal dominé par les shoguns ou les guerres de clans regnent sans pitié, et c'est dans ces temps troublés que l'on va suivre notre jeune héro tiraillé par ses origines par ses croyances par ses amis ainsi que par son amour
a devorer les yeux ouverts bien entendu
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 novembre 2004
séduit des le premier tome qui nous transporte dans l'univers du japon médieval, notre héros Takeo poursuit l'aventure qui le conduira vers sa belle Kaede malgré les épreuves, les batailles et la mystérieuse tribu des invisibles qui poursuit le héros.A dévorer de 7 à 77 ans pour la beauté des paysages,des personnages et des sentiments ....jusqu'au tome 3
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2004
L'hiver va bientôt interdire tout déplacement, il faut donc se dépécher. Takeo aux mains de la Tribu et Kaede qui retourne prendre possession de son domaine vont-ils un jour se revoir et pouvoir enfin s'aimer librement ? Ce n'est pas l'avis des chefs de clans qui ont d'abord leurs interêts en vue.
Ce livre nous plonge avec une étonnante facilité dans les neiges du Japon médiéval où on croise Samuraï et Prêtres dans une ambiance feutrée mais néanmoins dangereuse et brutale.
Un bon dépaysement, on attend la suite avec envie.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce livre est le troisième tome racontant l'histoire du clan des Otori mais surtout du destin de Takeo et Kaede. Cela se passe dans une sorte de Japon médiéval (car c'est un pays imaginé mais inspiré du Japon). Takéo est un sang mélé du clan des Otori, des invisibles et de la Tribu. Il a des pouvoirs grace à son sang de la Tribu, il peut se rendre invisible, se dédoubler..

Ce livre reprend juste à la fin du tome 2 les neiges de l'exil. Takeo et Kaede après bien des épreuves se sont enfin retrouvés, et se sont mariés contre l'avis de tous. Mais ils votn devoir encore subir beaucoup d'épreuve avant que la paix revient dans les Trois-pays.

Ce livre est à la hauteur des 2 premiers. Il clôt magnifiquement cette trilogie bien qu'un 4ème livre vient de paraitre qui se passe 16 ans après, j'ai qu'une hate c'est de me jeter dessus.

Sachez aussi qu'un cinquième livre va sortir en 2008 racontant l'histoire de Shigure avant sa rencontre avec Takeo.

Une trilogie a lire absolument.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 octobre 2004
On retrouve avec plaisir les personnages du premier roman, Le Silence du Rossignol. Les plus jeunes ont mûri et ont acqui plus de maturité. Les multiples rebondissements et les destins croisés des personnages font de ce roman un vrai film d'action moderne à l'époque de samouraïs.
Un plaisir intense du début à la fin.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mars 2008
Le tome 3 clôt magnifiquement la trilogie.
Après un tome 2 de transition, toutes les épreuves et batailles prennent une nouvelle dimension. On entre réellement dans le vif du sujet, un peu dans l'esprit de la fin du tome 1.
Quelques nouveaux personnages apparaissent, d'autres disparaissent, mais l'intrigue reste prenante et la fluidité du scénario exaltante.
Je le conseille.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2011
J'ai très vite accroché au style poétique et fluide de l'auteur, que ce soit pour les descriptions, les combats ou les émotions.
La trame du livre n'a rien d'original mais j'ai beaucoup aimé le cadre dans lequel l'auteur fait se dérouler cette histoire. Elle a la capacité d'emmener le lecteur vers cette île imaginaire qui semble tant ressembler au Japon. Ses personnages sont criants de vérité, quand bien même seraient-ils imaginaires.J'ai également beaucoup aimé la pudeur avec laquelle l'auteure évoque les sentiments qui les lient entre eux.

Dans le commencement de ce livre, nous suivons deux personnages qui vont par la suite se rencontrer. Jusque là le livre raconte leur évolution, un chapitre pour l'un, le chapitre suivant pour l'autre etc. J'ai également beaucoup aimé ce découpage qui permet de nous familiariser avec chacun d'entre eux, ainsi qu'avec leurs amis et connaissances.

J'ai beaucoup aimé (aussi !) les différents personnages. Ils sont attachants et bien construits, particulièrement sire Shigeru et dame Maruyama qui sont mes préférés. Les méchants sont nombre et les injustices flagrantes. Les personnages sont tout aussi complexes qu'attachants, ce qui fait que parfois, on se prend à hurler : "Mais pourquoi ?".

Même si la trame de l'histoire semble classique, de petits rebondissements offrent au lecteur des surprises inattendues qui font de ce livre un ouvrage efficace et plein de fraîcheur. Vivement la suite !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2010
J'ai adoré cette série, à mon avis bien meilleure qu'Harry Potter - et j'ai aimé Harry Potter - car elle possède un fond philosophique et poétique qui lui donne un charme indéniable.
Tout d'abord, une correction très importante : cette série ne se passe pas dans le Japon médiéval (erreur de l'éditeur) mais dans le Japon du XVIe, au moment où les missionnaires chrétiens arrivent et commencent à prêcher. Les idées se diffusent et s'adaptent à la mentalité japonaise mais restent souvent incomprises. D'où les nombreuses persécutions. Les Invisibles du roman sont des chrétiens.
Le personnage de Takeo est très attachant, de même que son mentor, le seigneur Otori. Leurs aventures ne sont en aucun cas mièvres (je précise que je suis une adulte) mais il ne faut pas chercher à y retrouver l'atmosphère des mangas. Ce sont deux approches complètement différentes.
Le suspense sur l'identité de Takeo est maintenu pendant très longtemps. Les relations amoureuses entre Shigeru et Kaede, si elles sont vraiment complexes, sont empreintes d'une immense nostalgie et d'une grande tendresse. Tous les personnages ont un profil psychologique qui va évoluer de façon très intéressante - et parfois inattendue, mais toujours vraisemblable - au long des cinq tomes de la saga. Car, c'est bien de cela qu'il s'agit: le Clan des Otori raconte l'histoire d'une famille, avec ses hauts et ses bas, dans un cadre souvent violent mais dont les personnages savent s'extraire pour trouver la paix.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L''histoire : suite au massacre de sa famille, le jeune Takeo est recueilli par Shigeru, un seigneur Otori récemment frappé par la mort de son frère au cours d''une bataille. Au fil des mois, Takeo s''endurcit, reçoit l''enseignement des seigneurs et se forme au combat, développant à l''aide de son maître Kenji des dons frôlant le fantastique. Le tout dans un esprit de vengeance, Shigeru et Takeo comptant bien débarrasser les trois pays d'Iida, l'auteur du massacre du village de Takeo et le responsable de la mort du frère de Shigeru. C''est alors qu''Iida orchestre le mariage de Shigeru avec une jeune fille retenue en otage chez l''un de ses alliés afin de sceller l''alliance entre leurs deux clans. Annonce de paix ? Piège ? Seule la lecture vous le dira !
Verdict : un sans faute pour Lian Hearn ! L'histoire est passionnante, bien menée, sans temps mort.
L''écriture est très agréable, les descriptions agrémentent le texte en plantant un décor envoûtant, fait de brumes, de montagnes escarpées, de peintures ancestrales et de rumeurs et murmures incessants. Deux amours viennent ponctuer le récit et donner un visage plus humain aux guerriers, parfois durs et étonnamment endurants. Beaucoup de personnages intéressants, pas de héros manichéen' bref, un excellent conte qui plaira à ceux qui sont attirés par le Japon médiéval mais aussi à ceux qui comme moi sont peu familiers avec ce type de récit.
En passant, "Le Clan des Otoris" est aussi vendu en roman jeunesse mais ne vous attendez pas à retrouver un Harry Potter japonais. Le style tout en finesse aussi bien que le déroulement de l''histoire sont plus complexes. Et là où l''aventure bat son plein chez Harry, la narration est plus posée, les portraits plus détaillés, le tout pour un rendu très différent, particulièrement poétique. Ce qui n''empêchera pas les amis de Harry Potter comme moi de plonger tête baissée dans cette incroyable épopée.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus