undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles22
3,9 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 août 2005
Après "Trois chevaux", Montedidio est le deuxième livre d'Erri de Luca que je découvre. Ce qui frappe à nouveau dans son écriture, c'est sa façon d'épurer les mots, de distiller les phrases, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que le vrai. Car ce récit d'un garçon qui devient un homme dans le Naples du début des années '50 sonne juste, entre les rêves et la froide réalité, les promesses et les gifles de la vie, les toujours et les jamais plus ...
Un récit touchant d'un auteur qui mériterait d'être plus connu hors des frontières de l'Italie qu'il dépeint avec autant de justesse ...
0Commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2009
Un livre très simple, très poétique. Je ne suis pas fan d'habitude des livres tout fins segmentés en paragraphes très courts, comme si l'auteur était incapable de développer une idée ou une scène. Mais ici le format trouve son sens dans le fond : des moments brefs, évoqués simplement comme s'ils ressurgissaient dans la mémoire du héros devenu âgé. Et sans mièvrerie on glisse dans une poésie de la vie assez envoûtante.

Une mention spéciale au passage où le narrateur, adolescent découvrant l'amour, ressent son premier accès de jalousie et s'émeut de la colère qui l'a saisi pendant un instant : l'émotion d'un enfant sensible envisageant l'adulte macho qu'il pourrait devenir, c'est un moment de la vie très touchant décrit par De Luca.
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2002
Naples, fin des années cinquante. Dans une langue simple, douce et chaude, Erri De Luca nous conte les découvertes d'un jeune adolescent s'ouvrant à des jours adultes. Baignés dans une lumière ocre et poussiéreuse, les courts chapitres disent l'odeur du bois, le goût de la sueur, le bruissement du silence, les visages burinés, les corps usés et les vies fatiguées. L'Histoire s'est presque arrêtée aux portes de ce quartier populaire où chaque existence semble être un rituel sans cesse recommencé. On n'y parle pas, ou peu. Seuls les regards sont fiers et on peut y lire la guerre, le communisme, les privations, l'acceptation de la difficulté de vivre. Le renoncement. L'adolescent insuffle pourtant la vie à tout ce petit monde. Il nous emmène avec lui, poursuivant sans relâche des rêves de découverte, d'amitié et d'amour. Avec tendresse, poésie et humanisme, sans jamais tomber dans la mièvrerie, l'auteur nous convie à un voyage littéralement extraordinaire au coeur de ce que l'existence propose de plus profond : L'Espoir.
Ce livre est une promesse, celle de la vie et du rêve. Lisez-le !
0Commentaire|22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 mai 2009
Chronique d'un enfant de 13 ans sur un temps de transition amenant ce gamin vers l'âge adulte qu'il consigne sur un rouleau de papier donné par un imprimeur. Premiers émois amoureux, attendrissantes rencontres avec un cordonnier, un menuisier, premier deuil, cet écrit est empreint d'une force rare, force symbolique des images autour du cadeau que lui a fait son père : un boomerang, autour d'un bossu qui cache ses ailes, tout cela recélant l'envie d'apprendre, de grandir, le désir de l'élévation. Cet émouvant bouleversement dans un Naples hétéroclite, Naples de tous symboles, l'indigence, la prière, Naples des pénuries mais aussi des alliances. L'ambiance est parfois confortable, parfois rêche, la mesure est perpétuelle dans sa lenteur, dans sa retenue, et on aime prendre son temps dans cette lecture magique. Ce récit initiatique est sensible, fragile, mêlé de souffrance et de brillance, mais toujours servi par une plume poétique intense, lumineuse.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2010
grand lecteur devant l'éternel, certains livres me rendent heureux, ce sont des petits livres immenses, dialogues avec mon jardinier, demande à la poussiére de john fante, le joueur d'échecs, et tous ceux de pascal Garnier...Montédidio est une pépite
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L'argument de ce roman d'Erri de Luca est le passage à l'age adulte d'un jeune ado napolitain habitant dans ce quartier si particulier de Montedidio.
Les stigmates de la guerre sont omniprésents dans cette Italie des années 50, notoirement matérialisés par le personnage de Raffaniello, cordonnier juif rescapé de l'Holocauste qui rêve de rejoindre Jérusalem.
Notre héros est apprenti menuisier, ce qui lui permet d'échapper au quotidien complexe de son père ouvrier, et de sa mère flétrie par la maladie. Son vrai maître à penser est aussi son maître à l'atelier : il s'agit du menuisier Errico, tout empreint d'une sagesse éternelle. Il y a surtout le personnage de Maria, aimée de notre jeune héros, femme idéale, idéalisée?

J'ai beaucoup aimé le style très épuré, ciselé de l'auteur, déjà remarqué dans 'Trois chevaux". Le verbe n'est pas néoréaliste comme on pourrait s'y attendre dans ce registre, ni austère comme dans "la peste" de Camus ou violente comme dans "l'aveuglement" de José Sarramago par exemple qui à leur façons traitent aussi d'une microcollectivité humaine face à l'épreuve. Ici un livre plein d'une vie juste au sens qu'elle ne dramatise ni n'exalte les joies et tristesses du quotidien, les naissances et les morts, les espoirs vains et bonheurs éphémères. Il y a beaucoup d'italien dans le texte ce qui donne une chaleur très vive au texte. Naples, la ville, est décrite de l'extérieur, présentée comme un être prométhéen.
La langue de l'auteur est toute en micro signes, en images, impressions et surtout symboles (le métier de charpentier, le boomerang, les ailes sous la bosse, les amoureux qui nagent, le père qui redevient enfant...)
Pour moi ce livre est avant tout un livre d'espoirs, d'espoir au singulier du reste, en la capacité de l'homme à se transcender.
C'est au final un livre pétillant d'intelligence, au style digne et sobre, empreint de cette humilité qui fait la puissance évocatrice des plus grands. Un vrai chef d'oeuvre.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ecrivain italien né en 1950 à Naples, Erri De Luca embrasse très tôt le mouvement de révolte ouvrière.
Il multiplie les métiers manuels : ouvrier spécialisé chez fiat à Turin, maçon en France et en Afrique, conducteurs de camions.
Bien qu'il ait commencé à écrire à l'âge de vingt ans, son premier livre "Montedidio" ne paraît qu'en 1989 et obtient le prix Femina en 2002.

Le jeune narrateur de 13 ans (l'auteur ?) se raconte et -avec lui- sa ville (le Naples des années 1950), son quartier (Montedidio) , sa famille et ses débuts d'apprenti dans la boutique de mast'Errico ("un ébéniste pêcheur").
Montedidio est un quartier de ruelles, ou grand nombre de familles sont inscrites à la pauvreté.
Le linge sèche aux fenêtres, les femmes se rendent aux lavoirs et la vie s'organise à l'extérieur.
A Montedidio, on grandit vite, on respecte les familles et on parle napolitain.
"J'écris en italien parce qu'il est muet et que je peux y mettre les choses de la journée, reposées du vacarme du napolitain".

Un roman réussi autour de la transmission du savoir (père-> fils/ ouvrier -> apprenti / ... )
Des personnages singuliers, attachants.
Un style limpide, aéré, poétique.
N'en doutons pas, Erri De Luca est un écrivain majeur.
Pourtant, je reste sur ma faim. Ce roman ressemble (trop) à "Le jour avant le bonheur" et manque de profondeur.
Une oeuvre sensible mais somme toute assez légère.

Un très bon moment de lecture néanmoins.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le narrateur de Montedidio est un enfant de 13 ans habitant un quartier populaire de Naples. Avec un style poétique bien à lui, Erri de Luca décrit les habitants de Naples dans les années 1950, leur vie quotidienne, leurs soucis et leurs rêves. Rafaniello, Juif rescapé des camps nazis, rêve de rejoindre Jérusalem. Omniprésente dans les livres d'Erri de Luca, qui a appris l'hébreu en autodidacte pour pouvoir la lire dans l'original, la Bible lui a inspiré un recueil de textes, intitulé Noyau d'olive, constitué de commentaires originaux de cet écrivain, qui se dit non croyant mais a toujours été fasciné par le texte biblique.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2016
Le style de ce grand écrivain-poète est magnifique. Dans ce court roman, Erri De Luca nous parle de la vie simple du petit peuple de Montedidio, quartier de Naples. On suit le cheminement d'un adolescent vers l'âge adulte. Cet adolescent vient d'un milieu très modeste : il est travailleur, il est bon, il ne possède que l'essentiel. Autour de lui, une adolescente de son âge, qui le choisit, et un curieux personnage, Rafaniello, homme d'âge mûr empli de mystères et de lumière...
Ce récit vous plonge dans une autre époque, dans un quartier populaire de Napoli, dans une histoire simple où le merveilleux, la spiritualité et les éléments (la Mer, le Vent) renforcent le dénouement qu'on attend, tranquillement, en savourant chaque page.
Assez vite, on sait, car l'auteur le dit, ce qui va arriver, quel sera le dénouement du récit, mais tout l'intérêt du livre est le cheminement vers ce dénouement.
Pour ceux qui aiment la littérature : un bijou. Pour ceux qui aiment l'Italie du Sud : un émeraude.
A lire sans modération.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2013
C'est le 2ème roman de l'auteur que je lis. Son thème de prédilection est l'enfance. Les chapitres du roman sont très courts. ce sont autant de bribes d'enfance récupérés dans la mémoire de l'auteur.

Moments filtrés par le souvenir avec une forme d'onirisme et la magie des mots, sans rien enlever à la gravité de certains moments (la maladie de la mère, la cruauté des adultes devant l'enfance), moments contrebalancés par des moments de magie pure (la découverte de l'amour, les ailes de Rafaniello décrit comme un ange). A découvrir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,90 €
8,53 €