undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

8
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
7
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 novembre 2010
Brillante saga historique et familiale, à cheval entre 19ème et 20ème siècle, Les Thibault nous plonge à la fois dans l'univers de la bourgeoisie conservatrice parisienne et dans celui des luttes sociales, le tout sur fond d'une riche réflexion philosophique sur le sens de la vie (le sens que chacun choisit de lui donner), la complexité des relations humaines, sur le coeur des Hommes. Ce roman n'est pas léger, il est imprégné par la mort et les tourments de l'âme humaine extrèmement bien dépeints. Au bout du compte, une oeuvre magistrale et enrichissante qu'il faut lire dans de bonnes conditions (donc pas dans le métro ni à la plage!).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 30 janvier 2009
Il faut avoir du souffle pour entamer la lecture des Thibault car ce n'est pas moins de 5 tomes de la vie de cette famille, essentiellement composée de mâles, qu'il faut lire. Mais Roger Martin du Gard n'a pas obtenu le Nobel pour rien en récompense de ce roman (l'essentiel de son oeuvre). D'emblée, on se trouve jeté dans l'histoire de Jacques Thibault, le fils cadet, enfant au début de l'histoire et fugant avec son copain d'école Daniel. A sa poursuite, le grand frère aimant, Antoine, étudiant en médecine, lancé derrière Jacques par un père dur et intransigeant. Ce sont les Thibault. Par la suite, l'histoire égrainera les années, on verra Jacques passer son bac, Antoine devenir un brillant médecin et le père mourir. Et puis, la guerre 14 se pointera.
C'est une véritable saga sur une vingtaine d'année et des personnages révoltés, écorchés vifs, amoureux, pacifistes, touchés par la vie.
Les thibault, c'est plus qu'une tranche de vie, ce sont les prémices de ce qui fit basculer le siècle et c'est avant tout un très grand roman.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 février 2013
Je ne pourrais faire qu'un vain commentaire, tant ce roman ne souffre aucune critique! Quel dommage que ce prix Nobel ne soit pas davantage mis en avant...Ce roman est un bijou. Je ne croyais vraiment pas retenir mon souffle jusqu'à la fin, car l'ayant découvert partiellement enfant, je m'étais littéralement ennuyée. Mais avec davantage de maturité, son véritable éclat se révèle.
Les héros Jacques et Antoine resteront toujours gravés.
Un diamant.
Inspirez profondément...et jetez-vous dedans!
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 mars 2009
Une analyse psychologique profonde. Un milieu minutieusement decrit et une hisroire qui vous entraine a lire apres minuit. C'est ma seconde lecture, et je trouve Les Thibault aussi envoutant qu'il y a trente ans.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 29 mars 2015
Extraordinaire et longue (plusieurs volumes denses mais qui se lisent vite) saga de deux familles bourgeoises parisiennes au début du vingtième siècle, et jusqu’à la toute fin de la guerre de 14. Il y a en gros deux parties, la première qui est autour des dernières années du « patriarche » despotique Oscar Thibault et de ses deux garçons (Antoine et Jacques), la seconde qui recouvre la guerre, avec les chemins d’Antoine et de Jacques qui s’écartent alors qu’ils sont adultes. Les conditions et les explications de la survenue de la guerre sont particulièrement bien et longuement décrites, ainsi que les changements sociétaux et la perception du conflit par les uns et les autres, faisant de ce récit une source précieuse de connaissance historique et de réflexion, d’autant plus que le style est magnifique, et les personnages tous profondément et précisément décrits. Je range les Thibault auprès des autres grandes sagas de la première moitié du vingtième siècle, c’est-à-dire les Grandes familles de Maurice Druon, et des Hommes de bonne volonté de Jules Romain. (Ce commentaire concerne l'ensemble des Thibault).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 mai 2014
Je suis un peu embarrassé de mettre un commentaire dénotant avec les éloges unanimes concernant ce roman. J'ai lu auparavant 2 romans antérieurs de l'auteur, Devenir et Jean Barrois, que j'ai appréciés. Le style Martin du Gard est très fluide, avec de très bonnes descriptions en quelques mots sur l'essentiel, une originalité remarquable. En revanche ce qui fait énormément défaut ici est le déroulement psychologique qui souffre d'énormes hiatus. Le livre commence avec des lettres enflammées de 2 jeunes adolescents dont les écrits ne font aucun doute sur des liens homosexuels. Mais non pas du tout il ne s'agit que de pure amitié.. Soit, nous sommes au début du XX. Suite à la fugue de son fils, Thibault père, patriarche, très croyant et militant dans le domaine de la réinsertion du genre maison de correction, décide d'interner son fils dans son établissement. Sur intervention de son autre fils qui prévient le prêtre de la famille, ce dernier intervient auprès du patriarche avec un sermon devant lequel Thibault se cabre puis finit par accepter en se mettant à genoux alors que nous ne voyons pas ce qui amène cette capitulation aussi rapide et brutale de la part d'un personnage aussi enraciné dans ses convictions. On est surpris aussi par l'attitude du frère, Antoine, qui après avoir obtenu la libération de son frère Jacques et son foyer chez lui, laisse errer son esprit en évoquant la possibilité pour son frère de la tuberculose qui le libérerait de cette contrainte qui devient pesante face aux premières incartades subies. Jacques reçoit la fille de la concierge qui exerce habituellement dans un hôtel à Strasbourg et qui est capable de lui réciter des vers de Goethe et de Schiller : bigre !. Plus tard, suite au décès de sa mère dont le corps est encore exposé dans la loge, corps qu'elle veille en vêtements de deuil, la voilà profitant de quelques moments de pose pour batifoler avec Jacques. Plus loin on reste abasourdi devant la résignation de Mme de Fontanin à céder à son mari, volage, sans moralité, menteur, bref abject, son patrimoine personnel pour rembourser ses dettes liées à sa vie dissolue et alors que M. ne semble guère chercher de travail, au point que Mme a demandé le divorce après avoir subi maints outrages, procédure à l'époque hautement gravissime ; coup de théâtre suite à un sermon de son pasteur du genre Dieu pardonne tout, elle décide quelques jours plus tard sans qu'on suive son raisonnement de tout accepter. Enfin je me suis arrêté au 3éme volet intitulé La belle saison, son fils Daniel coureur impénitent et sans scrupule s'éprend dans une soirée d'une nouvelle jeune fille venant de la campagne, ayant déjà subi un grave revers amoureux avec un enfant mort-né et un amant qui l'a laissé tomber. Aux dires de sa protectrice, elle recherche un bon parti avec de l'argent pour vivre une vie confortable et repartir. Nul doute que sa protectrice qui connaît bien Daniel et lui interdit d'approcher sa protégée, l'a mise au courant et en garde contre ce prédateur. D'ailleurs elle refuse de danser avec lui mais alors qu'elle était assise auprès d'un riche parti charmant amené par sa protectrice et entremetteuse, notre Daniel l'arrache de sa place comme un négrier et danse avec elle pendant un long moment sans que quiconque ne réagisse. Plus tard elle s'en va, lui fait comprendre qu'elle veut renter chez elle, trouve un taxi mais ce dernier s'arrête quelques mètres plus loin, aussitôt un pressentiment de Daniel, il s’engouffre dans l'habitacle ; elle sanglote et lui déclare d'une voix chevrotante : je voudrais un enfant de toi.
En conclusion, tous les moments forts que l'auteur a créés pour maintenir son lecteur en haleine sont du même acabit avec des pâmoisons, du sentimentalisme à outrance, du surjouer, des effets théâtraux, des réactions graves dont nous ne partageons pas la vraisemblance, le tout désuet digne des romans de siècles antérieurs.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 7 juillet 2015
Qui peut se vanter de connaître Roger Martin du gard ? Il a été Prix Nobel de Littérature quand même ! Son style souple et efficace fait de lui un must pour qui aime lire sur le 19ème, l'entrée dans le 20ème, sur la 1ère guerre mondiale, sur l'amitié entre collégiens, sur les familles, sur les romans picaresques, sur les conflits intimes... J'en oublie sûrement. bref, c'est un auteur aujourd'hui mis de côté et qui pourtant a bien mieux écrit sur les hommes que n'importe quel auteur d'aujourd'hui.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 mars 2014
Les étoiles suffisent à dire la satisfaction totale sur cet achat. Pour le reste, c'est Roger Martin du Gard et un très bon livre dont je lis l suite actuellement
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Les Thibault, tome 3
Les Thibault, tome 3 de Roger Martin Du Gard (Poche - 9 octobre 2003)
EUR 9,00

Les Thibault, tome 2 : La Mort du père - L'Eté 1914
Les Thibault, tome 2 : La Mort du père - L'Eté 1914 de Roger Martin Du Gard (Poche - 9 octobre 2003)
EUR 10,90

Au-dessus de la mêlée
Au-dessus de la mêlée de Romain Rolland (Poche - 27 février 2013)
EUR 8,15