Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sublime
que les choix d'auteurs soient discutables, éminemment subjectifs, est un fait, mais réduire (comme le commentaire ci-dessus) le discours ici présenté à la primauté des pulsions sur la pensée, c'est avoir manqué et le propos d'Annie Le Brun et celui de Sade. Il s'agit bien plutôt d'une interdépendance entre...
Publié le 20 mai 2011 par hhotter

versus
3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Discutable !
Il s'agit d'un recueil de textes de différentes origines. Annie Le Brun a une prédilection pour Sade et Fourier. Se référer constamment à des gens comme Descartes, Locke ou Hume se conçoit aisément. Eriger en revanche les premiers nommés en penseurs de premier rang me laisse pantois. Que la pensée ne soit que le...
Publié le 9 octobre 2009 par johannphilipp


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sublime, 20 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : De l'éperdu (Poche)
que les choix d'auteurs soient discutables, éminemment subjectifs, est un fait, mais réduire (comme le commentaire ci-dessus) le discours ici présenté à la primauté des pulsions sur la pensée, c'est avoir manqué et le propos d'Annie Le Brun et celui de Sade. Il s'agit bien plutôt d'une interdépendance entre les deux, dont a fait précisément table rase une large part du discours philosophique dominant en Occident, prônant la suprématie de la raison sur tout, sans voir justement de quelle(s) déraison(s) elle est indissociable, sans parler de la dissociation (pérenne) du corps et de l'esprit. Comme l'écrit Annie Le Brun elle-même, Sade a eu le mérite, en philosophe (trop souvent ignoré) de l'athéisme, dont il est quasiment le seul à avoir tiré les conséquences extrêmes, d'insuffler de l'éperdu dans le corps et dans la pensée, de "donner des idées au corps, et du corps aux idées".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Discutable !, 9 octobre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : De l'éperdu (Poche)
Il s'agit d'un recueil de textes de différentes origines. Annie Le Brun a une prédilection pour Sade et Fourier. Se référer constamment à des gens comme Descartes, Locke ou Hume se conçoit aisément. Eriger en revanche les premiers nommés en penseurs de premier rang me laisse pantois. Que la pensée ne soit que le prolongement de pulsions, de désirs corporels - telle semble être la thèse de l'auteur - est tout simplement inacceptable. De plus, c'est là une position dangereuse.
De l'ensemble des articles ici proposés, on retiendra quand même les pages consacrées à Roussel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

De l'éperdu
De l'éperdu de Annie Le Brun (Poche - 13 mai 2005)
EUR 8,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit