Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Aux sources intellectuelles des fascismes en France et en Italie, 3 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naissance de l'idéologie fasciste (Poche)
Selon les auteurs, le fascisme a eu son moment politique et intellectuel hors d'Allemagne.

L'ouvrage est ponctué de citations, qui montrent que les idées et les arguments fascistes sont des idées qui rassemblent et fascinent une frange de la gauche française ou italienne.

Dans cet essai d'historiographie, Sternhell soutient que l'idéologie marxiste, à cause de son caractère utopique a pragmatiquement dévié (dégénéré) vers un syndicalisme révolutionnaire, un nationalisme social, ou un fascisme.

Les auteurs analysent les glissements de la pensée d'intellectuels comme Sorel (un penseur socialiste à ses débuts, et aux origines du syndicalisme révolutionnaire et du nationalisme en France) ou les futuristes italiens. Ils dressent aussi un portrait de Mussolini (tout en insistant sur la respectabilité intellectuelle dont il bénéficiait, du moins à ses débuts).

L'auteur retourne ce ce voyage à travers l'évolution des idées en soutenant la conclusion suivante:Le fascisme a exercé en Europe un charme secret, parce qu'il permet à une culture d'exister non sur les privilèges et l'argent, mais de se reposer sur l'esprit de bande, sur l'irrationalité, sur l'anti-matérialisme, sur le corporatisme ou sur le culte des élites.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grand classique sur la formation du mouvement fasciste au début du 20ème siècle en Europe, 29 septembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Naissance de l'idéologie fasciste (Poche)
« Telle qu'elle se forge au tournant du siècle et telle qu'elle se développe dans les années 20 et 30, l'idéologie fasciste est le produit d'une synthèse du nationalisme organique et de la révision anti-matérialiste du marxisme, elle exprime une velléité révolutionnaire fondée sur le refus de l'individualisme, à facette libérale ou marxiste, et elle met en place les grandes composantes d'une culture politique nouvelle et originale. Une culture politique communautaire, anti-individualiste et anti-rationaliste, fondée dans un premier temps sur le refus de l'héritage des lumières et de la révolution française, et dans un deuxième temps, sur la construction d'une solution de rechange totale, d'un cadre intellectuel, moral et politique, seul capable d'assurer la pérennité d'une collectivité humaine où seraient parfaitement intégrées toutes les couches et toutes les classes de la société.
Le fascisme prétend effacer les effets les plus désastreux de la modernisation du continent européen, il veut remédier à l'éclatement de la communauté en groupes antagonistes, à l'atomisation de la société, à l'aliénation de l'individu, devenu simple marchandise lancée sur le marché. Le fascisme se lève contre la déshumanisation introduite dans les rapports humains, mais il entend préserver jalousement les bénéfices du progrès, et jamais il ne prône le retour à un « âge d'or » hypothétique. Ni réactionnaire, ni contre-révolutionnaire dans le sens maurassien du terme, le fascisme se présente au contraire comme une révolution d'un autre type : une révolution qui déclare vouloir tirer le meilleur du capitalisme, du développement de la technologie moderne et du progrès industriel. La révolution fasciste entend changer la nature des rapports entre l'individu et la collectivité sans pour autant briser le moteur de l'activité économique : la recherche du profit, ni abolir son fondement : la propriété privée; ou détruire son cadre nécessaire: l'économie de marché.
En revanche, le fascisme a en horreur les valeurs dites bourgeoises : libéralisme, démocratie, universalisme, individualisme. Le système de pensée fasciste repose non seulement sur la négation de la praxis libérale et démocratique, mais aussi sur le rejet de ses principes philosophiques.
(...) La synthèse fasciste est d'abord un mouvement de révolte. Et on ne saurait mésestimer l'importance de cette dimension. (...) Le style fasciste, qui frappe par son agressivité, exprime bien les nouvelles valeurs éthiques et esthétiques. Il exprime un contenu : il ne s'agit pas ici d'un simple moyen de mobilisation des masses, mais d'une nouvelle échelle des valeurs, d'une nouvelle vision de la culture. Tous les futuristes ont le culte de l'énergie, du dynamisme et de la puissance, de la machine et de la vitesse, des instincts et de l'intuition, du mouvement, de la volonté et de la jeunesse ; ils prêchent un mépris souverain du vieux monde bourgeois, ils chantent la nécessité et la beauté de la violence. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Naissance de l'idéologie fasciste
Naissance de l'idéologie fasciste de Maia Ashéri (Poche - 7 mai 2010)
EUR 13,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit