Commentaires en ligne


10 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:
 (2)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 l'orgie totalitaire.
Oeuvre décapante, parodie d'un rêve totalitaire dont l'auteur est un écrivaillon de sf à l'esprit dérangé :Hitler.

Spinrad, très habile, crée une atmosphère d'empathie et de rejet autour de Féric, porte flambeaux d'un totalitarisme poussé à l'extrème de sa violence, de sa folie...
Publié le 23 juillet 2006 par erebus

versus
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Rêve de Svastika
Voici un roman de science-fiction, ou plus précisément d'uchronie, que l'on doit lire avec un certain recul et, si possible, avec la connaissance historique des évènements réels.

Norman Spinrad, esprit caustique et talentueux ( j'adore "Rock Machine") a commis un livre à tiroirs. Un éditeur réédite...
Publié il y a 17 mois par Veilleur


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 l'orgie totalitaire., 23 juillet 2006
Par 
erebus "something" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Oeuvre décapante, parodie d'un rêve totalitaire dont l'auteur est un écrivaillon de sf à l'esprit dérangé :Hitler.

Spinrad, très habile, crée une atmosphère d'empathie et de rejet autour de Féric, porte flambeaux d'un totalitarisme poussé à l'extrème de sa violence, de sa folie et de sa terreur. Magistrale parodie dont le point d'orgue est la postface qui cimente l'oeuvre autour d'une habile mise en perspective de ce que les hommes sont capables de faire au delà de ce qu'ils pourraient, normalement, accepter. Dénonciation du nazisme, l'oeuvre participe de l'esprit de resistance à tout extrémisme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Rêve de Svastika, 27 août 2013
Par 
Veilleur - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Voici un roman de science-fiction, ou plus précisément d'uchronie, que l'on doit lire avec un certain recul et, si possible, avec la connaissance historique des évènements réels.

Norman Spinrad, esprit caustique et talentueux ( j'adore "Rock Machine") a commis un livre à tiroirs. Un éditeur réédite un roman de l'auteur de SF Adolf Hitler, édité dans les années 30 aux Etats-Unis, et l'assortit d'une postface où cet auteur est considéré comme malade avec ses sujets de pureté raciale et que le type d'évènement décris dans le livre n'aurait aucune chance de survenir dans le monde actuel dominé par l'URSS et où les Etats-Unis sont le dernier ilot de liberté. Dans ces années 30-là, Adolf Hitler, après le traumatisme de la Première Guerre Mondiale (la vraie), est parti aux Etats-Unis où il est devenu illustrateur et écrivain de SF dans des petits fanzines. Son roman "le seigneur du Svastika" est son œuvre la plus célèbre. Il faut suivre jusque-là avant d'entrer dans le roman à proprement parler. Ce dernier, c'est fait exprès, se déroule comme un récit de pure aventure de type "Flash Gordon" où un héros relégué dans un territoire pourri reviens dans la patrie de ses pères et entreprend de la reconquérir et de lui redonner le seul aspect qu'elle mérite d'avoir avec la pureté raciale de la race humaine. Car dans le roman, la Terre est post-atomique et les mutants prolifèrent. C'est donc un roman de la pureté contre la déviance dans lequel le héros Feric Jaguar massacre allègrement pour établir sa prédominance, avec un zèle particulièrement poussé pour la violence et l'éradication musclée. Jaguar s'acoquine avec des bandes, les formate pour devenir des Soldats du Svastika (SS) et reconquiert la Terre. Il prend même une option sur l'immortalité en se clonant.

Difficile de ressortir de ce roman factice d'Hitler sans avoir en tête ce qu'il a fait dans la réalité. Ici, on reste dans le domaine de la fiction mais nous avons droit à un déferlement de violence sans fin, fruit des obsessions de l'auteur Hitler.

Il faut lire cette œuvre à tiroir sans faire l'omission de la préface et de la postface, sinon, on passe à côté du but que s'est fixé Spinrad, et qui nous renvoie à nos propres obsessions et au fait que l'on passe ou non aux actes. Dans les cas les plus extrêmes, les humains ont ce que l'on appelle un "garde-fou". L'auteur Hitler du roman de Spinrad semble l'avoir. Le vrai, non, et malheureusement, nous avons eu le vrai.

Compte tenu de cet effet "d'abîme" monté par Spinrad, il est difficile d'apprécier le roman de Spinrad. Ce n'est sans doute pas son meilleur ouvrage mais c'est une farce tragique à la consonance politique dans laquelle se voit en filigrane la capacité de résistance des institutions humaines aux théories les plus folles.

A lire avec le mode d'emploi.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un livre à lire., 17 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Et je l'avais déjà lu ... il y a près de trente ans : il m'avait tenu en haleine de bout en bout.
C'est catalogué en "science fiction" même si cela se déroule dans ce qui ressemble fort au vingtième siècle : Norman Spinrad est un "maître" du genre. Lisez aussi "Rêve de fer", tout aussi soufflant.

Seule déception : la traduction. Mais il n'était sans doute pas possible de traduire une écriture pareille, à la ponctuation déstructurée, où les propos des personnages se mélangent avec ce qu'ils pensent en parlant. La langue utilisée, l'Américain argotique et cru, n'a souvent pas des mots équivalents en Français ; on tente alors des périphrases ... et ce sont trop souvent des lourdeurs pénibles.

A part cela, c'est un régal.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Etonnante uchronie, 17 mai 2010
Par 
Ludwig Jean Sébastien - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Après avoir participé à la première guerre mondiale, Adolf Hitler émigre en 1919 aux Etats-Unis où il fréquente un obscur groupuscule, appelé « Nationaux-Socialistes », qui disparaît aux alentours de 1923 peu de temps avant le grand coup de force communiste qui prend la domination totale de la planête. Il se consacre à l'écriture d'un roman de science-fiction « Le seigneur du svastika » qui raconte la montée au pouvoir d'un certain Féric, obsédé par la nécessité de purification de la race humaine laquelle a été atteinte de dégénérescence suite à une longue infestation par irradiation nucléaire. Des hordes de mutants, monstres divers et baveux, peaux-bleus, hommes-perroquets etc' menacent d'envahir Heldon, le dernier bastion des purhommes, grands, blonds, aux yeux bleus et supérieurement intelligents. Féric parviendra-t-il à éloigner la menace ?
Etonnante uchronie et terrifiante parodie, ce roman est surtout une fable politique qui permet à Spinrad d'exposer la plupart de ses thèmes favoris : le totalitarisme et tous ses avatars (Zind, le royaume des mutants et des métis, est une décalque caricaturale de l'Union Soviétique de l'époque stalinienne), l'eugénisme, l'euthanasie, le rejet de l'autre, la folie de la guerre et jusqu'aux dangers du clonage. On notera au passage que ce texte, visionnaire par cet aspect, parut en 1972. Roman troublant surtout, car biaisé par sa forme et sa présentation elles-mêmes. Qui parle ? Le présentateur du début, Roland C. Wagner, bien politiquement correct ou Hitler et sa paranoïa morbide (la montée au pouvoir aussi loufoque que fantaisiste est passionnante, la description des combats et batailles contre les monstres plutôt longuette) ou finalement Homer Whipple qui nous la joue hyper-freudienne avec ses symboles phalliques et homophiles dans une conclusion pseudo-psychanalytique ? Derrière ces trois faux-nez, se cache bien sûr notre malicieux auteur qui ne manque pas d'humour et de dérision et qui arrive à nous divertir avec les pires horreurs' Un chef d'œuvre qui n'a pas pris une ride.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Les chevaliers du Svatiska., 5 septembre 2010
Par 
Hexagone (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
J'attendais beaucoup de cette uchronie présentée comme la référence absolue en la matière. Au fond qu'en est-il ? Une mauvaise parodie de l'ascension du troisième Reich transposée ici dans un futur lointain. Les purhommes, galvanisés par le charisme de leur leader exterminent les mutants, les métis. Spinrad tourne en rond et nous fait tourner bourrique. L'ascension politique de Jaggar est très rapide et elle manque de développement, son armée de SS livre non pas une mais trois batailles majeures qui m'ont éssouflées et ennuyées. Spinrad remet l'ouvrage sur le métier par trois fois dont deux de trop. Le final ne manque pas d'intérêt, mais c'est surtout la postface qui est la plus jubilatoire, pardonnez moi de ne pas vous la révéler. Bref, un bouquin qui m'a ennuyé, et dont peut se passer à moins d'être fan. Je ne parle même pas du style littéraire qui manque totalement d'interêt. Spinrad aurait pu faire un grand bouquin de SF si il ne c'était pas contenter de reproduire les heures les plus sombres de notre histoire. Pour amateurs avertis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un pastiche de Lovecraft, 10 juin 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Imaginer un roman de SF écrit par Adolf Hiler si ce dernier avait émigré aux USA et que l'Allemagne n'avait jamais connu le nazisme, voilà un exercice d'écriture redoutable. Le résultat est évidemment difficile à juger puisque Norman Spinrad a fait en sorte d'écrire un mauvais livre, s'inspirant d'ailleurs franchement de La quête onirique de Kadath l'inconnue tant parce que le racisme de Lovecraft a su trouver des images éloquents pour s'exprimer mais aussi parce que cet auteur réputé était tout de même un piètre prosateur. Au final, le résultat est tout de même fascinant, notamment grâce à la postface virtuelle qui laisse un goût étrange. Un bon cru qu'on peut aussi lire comme un virulente critique de la science fiction adolescente et commerciale.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Idée intéressante mais mal exploitée, 4 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Je suis tombée par hasard sur ce livre et l'idée de départ m'a intriguée. Les choses se sont gâtées quand j'ai commencé à le lire. Spinrad avait un sujet en or mais n'a à mon sens pas réussi à l'exploiter. Le style est lourd et l'histoire au final sans grand intérêt : l'arrivée au pouvoir d'un dictateur obnubilé par la supériorité raciale. Cet ouvrage ne veut en aucun cas faire l'apologie du IIIeme Reich, je pense même que le but recherché est l'indignation du lecteur. Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est ce qu'il peut apporter de plus par rapport à tout ce que l'on sait déjà sur l'horreur qu'a créé l'accès au pouvoir d'Hitler...Pour résumé, je ne saisis pas le concept. J'ai passé de nombreuses pages et me suis profondément ennuyée. D'autres livres de SF traitant ce genre de choses valent beaucoup plus que l'on s'y arrête. Essayez 1984 et là vous aurez envie de mener une vraie réflexion sur la capacité des hommes à résister au totalitarisme et à vivre avec.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 livre tres manichéen, 18 janvier 2011
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Je me suis plu a suivre les aventures de Feric Jaggar, dans une histoire vraiment trés tranchée, le bien contre le mal, sans aucun juste milieu, la propagande appliquée dans toute sa folie n hésitant pas a aller dans l exces, pourtant après avoir acquis ce livre j ai eu un doute au regard de certaines critiques, et puis je me suis retrouvé a le lire en 3 soirs, pris par l énergie, la passion du héros, son absolutisme. C est rapide, des fois complétement déjanté, meme complétement fou.
Il y a un énorme parallèle avec certains évenements de l histoire, mais je n ai lu cet ouvrage qu en tant que livre de science-fiction, meme si j ai du rechercher des informations historiques pour voir si le roman collait a ce qui avait été vécu dans le passé. Parallèle entre l arrestation d un héros avec "la nuit des longs couteaux".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Médiocre, sans profondeur et mal écrit., 29 novembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Spinrad tenait là un sujet en béton.

Au lieu de nous emmener dans une épopée furieuse et infernale, une fresque guerrière titanesque dont la signification politique aurait été le point d'orgue, on se retrouve face à un récit linéaire, souvent à la limite du grotesque, d'une platitude stylistique abyssale (on suppose que Spinrad a voulu dire par là qu'Hitler n'aurait pas pu être un bon écrivain, ce qui est une bonne indication du niveau général de la "réflexion" politique du truc...) et on s'ennuie ferme, pour ne pas dire à mourir...

Il y a trop d'excellents ouvrages de SF à lire pour s'attarder sur ce roman raté, sans intérêt et assez puéril dans sa démarche intellectuelle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 5) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Où est passé Norman Spinrad?, 6 juin 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rêve de fer (Broché)
Grand fan de l'auteur, je n'ai jamais aussi peu accroché à l'un de ses livres! Il raconte l'histoire de l'ascension spectaculaire d'un tyran dans un pays de race pure... L'ascension est trop rapide à mon gout, ce n'est plus de domaine politique à ce niveau là, mais au niveau d'un dieu! Le personnage principal, où qu'il aille déchaine les foules car c'est un grand orateur, et obtient tout ce qu'il veut... Niveau suspens c'est pas terrible!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rêve de fer
Rêve de fer de Norman Spinrad (Broché - 2 février 2006)
EUR 8,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit