Commentaires en ligne 


37 évaluations
5 étoiles:
 (22)
4 étoiles:
 (10)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


65 internautes sur 66 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eloge de la fuite dans l'imaginaire créateur
Ce livre est une authentique révélation. Il est de ces ouvrages qui surprennent et font jubiler à chaque paragraphe tant l'analyse est profonde. Le Professeur Laborit éclaire le comportement humain avec une grille d'analyse jusqu'ici délaissée par les sciences sociales : la grille biologique. Partant, l'amour ou la liberté...
Publié le 13 mars 2005 par davolivgr

versus
6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Vieille école?
Henri Laborit est certainement ce que l'on peut appeler un génie. Il travailla dans sa propre clinique non subventionnée, sur les uniques royalties des brevets qu'il avait déposés. En effet, il fut l'inventeur des neuroleptiques.

Son Éloge de la fuite déroute. Il n'est pas tant un ouvrage de biologie que de philosophie,...
Publié il y a 11 mois par Mihael Kheel


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

65 internautes sur 66 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eloge de la fuite dans l'imaginaire créateur, 13 mars 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Ce livre est une authentique révélation. Il est de ces ouvrages qui surprennent et font jubiler à chaque paragraphe tant l'analyse est profonde. Le Professeur Laborit éclaire le comportement humain avec une grille d'analyse jusqu'ici délaissée par les sciences sociales : la grille biologique. Partant, l'amour ou la liberté sont désacralisés par la puissance des déterminismes biologiques et socio-culturels. En l'absence d'une telle connaissance, le langage n'est qu'un alibi, une moyen contre-nature d'empêcher nos pulsions inconscientes et les déterminants socio-culturels enregistrés depuis l'enfance grâce au système limbique (le cerveau de la mémoire) d'être associés de facon originale par le cortex associatif (le cerveau particulièrement développé chez l'homme qui le rend doué de créativité). L'inventeur des neuroleptiques démontre de facon implacable que cette méconnaissance débouche sur l'angoisse qui manifeste l'impossibilité de combattre ou de fuir les hiérarchies sociales de domination. Dés lors, une seule issue s'impose à l'être humain : Mobiliser la connaissance de ses déterminismes biologoques et socioculturels pour fuir dans l'imaginaire créateur, à l'abri des jugements de valeur, des préjugés véhiculés par la société. Cette fuite salutaire doit permettre à l'homme de faire triompher de nouvelles structures harmonieuses aux dépens des hiérarchies destructrices. Puisse Henri Laborit être un jour entendu !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


35 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Jubilatoire., 23 avril 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
"Eloge de la fuite" - un livre sur la lâcheté et le renoncement?
bien au contraire! Ce livre ouvre les portes de la lucidité, fait sauter les oeillères, aiguise l'esprit critique.
une bonne claque aux esprits étriqués.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de la science, 5 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Voilà un essai passionnant, décapant, dérangeant ! et ardu... dont le contenu est d'une telle richesse qu'il est difficile d'en faire un résumé. Il faut déjà dire un mot de Laborit, neurobiologiste et personnalité hors du commun, libre (pour autant qu'on puisse l'être dirait-il !) et subversive, qui a réussi la performance de faire de la recherche fondamentale sans aucune aide financière des pouvoirs publics. Il l'aura payé par une mise à l'écart de la part du milieu universitaire et scientifique français, alors que Laborit était par ailleurs mondialement connu, invité jusqu'en Chine pour y faire des conférences, et qu'il a reçu le prix Albert Lasker (équivalent du Prix Nobel).

Cet essai traite de la biologie des comportements, il a pour objectif d'expliquer dans des termes accessibles au grand public les bases de notre fonctionnement neurobiologique et ses conséquences sur nos comportements à la fois individuels et en groupe, depuis notre naissance jusqu'à l'âge adulte. Laborit part de faits basics (comment fonctionne un organisme, quel est sa finalité, comment se construit notre système nerveux, qu'est-ce qui nous différencie des autres animaux) pour éclairer sous un jour nouveau de vastes sujets comme l'amour, la liberté, le bonheur, le plaisir, etc. "La seule raison d'être d'un être, c'est d'être", voilà en substance le message de l'auteur.

Pour résumer les grandes lignes on peut dire que :
- dès la naissance notre organisme est programmé pour maintenir sa structure biologique, satisfaire ses besoins fondamentaux et assurer son bien-être
- pour ce faire, notre cerveau mémorise les expériences agréables (qu'il cherchera à reproduire - c'est le principe du plaisir) et désagréables
- notre cerveau est par ailleurs imprégné par l'action des autres sur nous. C'est l'apprentissage que nous recevons dès notre plus jeune âge (des règles, des valeurs etc) et dont on se défait difficilement tant les automatismes acquis restent ancrés dans notre système nerveux de façon inconsciente
- en société, l'Homme est en compétition avec les autres pour l'appropriation et la conservation des êtres et des choses "gratifiants". Là apparaît la volonté de dominance, l'établissement des hiérarchies sociales par les dirigeants qui élaborent par ailleurs tout un tas de stratagèmes pour contrôler et endormir les masses, de la "culture" jusqu'aux loisirs
- l'Homme moderne est donc malheureusement un outil de production puisque sa promotion sociale dépend avant-tout de la plus-value qu'il peut apporter au système
- l'Homme doit par ailleurs agir selon des règles établies par la société, l'environnement. Lorsqu'il ne peut pas agir selon ce que lui commande son système nerveux, il entre en inhibition de l'action, mécanisme découvert par Laborit et à présent mondialement connu. L'inhibition de l'action est à l'origine du stress et des maladies psychosomatiques
- l'Homme, contrairement aux autres animaux, a un cerveau qui lui permet d'anticiper, d'imaginer. L'imagination est selon Laborit ce qui nous distingue des autres animaux.

L'éloge de la fuite, c'est donc un appel à utiliser notre imagination pour inventer notre vie, une vie en dehors des systèmes hiérarchiques de dominance imposés par la société, en dehors de la compétition. La conclusion de Laborit n'est pas très optimiste : "Tant qu'on n'aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l'utilisent et tant que l'on n'aura pas dit que jusqu'ici cela a toujours été pour dominer l'autre, il y a peu de chance qu'il y ait quoi que ce soit qui change"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


32 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une révélation, 18 décembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Cet ouvrage est une clef de voûte de notre civilisation.
Il passe les activités humaines au crible de la biologie comportementale.
L'auteur réussit même le tour de force de ne pas laisser ses appréciations personnelles ni son ego interférer avec sa démonstration.
Un ouvrage a lire par tous ceux qui aiment l'ouverture d'esprit et les concepts analytiques et novateurs.
Une question dérangeante demeure : face à tant de génie étalé en moins de 200 pages par un homme au demeurant quelque peu marginalisé dans son parcours professionnel, que valent nos institutions contemporaines qui n'ont pas su (ou pas voulu) l'entendre ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Eloge de la fuite, 29 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Henri Laborit, chercheur en médecine, analyse ici différentes problématiques de la vie sociale en se basant sur ses connaissances de la biologie fondamentale: l'enfance, l'amour, les autres, la politique etc. Ses points de vues prennent alors une tournure particulièrement nouvelle et enrichissante. C'est le genre de livre qui ne peut qu'élargir votre vision sur une variété de sujets.
Un type inconnu me l'a conseillé alors que je buvais un verre avec un ami, je ne regrette vraiment pas d'avoir été assez curieux pour le commander.
Un petit extrait sur le libre choix selon Henri Laborit:
"La sensation fallacieuse de liberté s'explique du fait que ce qui conditionne notre action est généralement du domaine de l'inconscient, et que par contre le discours logique est, lui, du domaine du conscient. C'est ce discours qui nous permet de croire au libre choix. Mais comment un choix pourrait-il être libre alors que nous somme inconscients des motifs de notre choix, et comment pourrions-nous croire à l'existence de l'inconscient puisque celui-ci est par définition inconscient ? (...) Les sociétés libérales ont réussi à convaincre l'individu que la liberté se trouvait dans l'obéissance aux règles des hiérarchies du moment et dans l'institutionnalisation des règles qu'il faut observer pour s'élever pour ces hiérarchies. Les pays socialistes ont réussi à convaincre l'individu que lorsque la propriété privée des moyens de production et d'échanges était supprimée, libéré de l'aliénation de sa force de travail au capital, il devenait libre, alors qu'il reste tout autant emprisonné dans un système hiérarchique de dominance."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 enfin voir la vérité en face, 1 novembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Rien à ajouter aux autres commentaires si ce n'est une citation du professeur :
"La culture jusqu'ici n'a progressé qu'a coup de pied au cul administrés par cet être aveugle qu'est la pression de nécessité.La vie quotidienne du citoyen l'a suivi au pas cadencé.Je souhaite une culture faisant l'école buissonnière,le nez barbouillé de confiture, les cheveux en broussaille, sans pli de pantalon et cherchant à travers les taillis de l'imaginaire le sentier du désir."
A lire absolument!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une référence, 16 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Ce livre est une référence pour qui veut comprendre les humains, leurs motivations, leurs erreurs, leurs échecs et les solutions à cöté desquelles nous passons tous les jours
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Poème déterministe chrétien, 30 janvier 2011
Par 
Janick Rey "Jani Yarine" (Marseille France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Au delà de l'hypothèse conductrice de cet essai, qui repose sur l'implacable déterminisme biologique, et de l'approche thermodynamique des sociétés humaines, l'auteur nous livre quelques passages sublimes sur le Christ, son ami Jésus. Une vision panoramique du monde, non pas du seul point de vu du biologiste (comme Monot s'était risqué à le faire sans bonheur dans "Le hasard et la nécessité"), mais à l'aune de toutes les sciences, humaines comprises. Rajoutez la poésie et l'on obtient ce petit bijoux. La répétition tout au long des pages de l'idée force peut néanmoins agacer, sinon de la concevoir comme une pulsion rythmique sacrée (avec un certain recul!).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 bouleversement salutaire, 6 juin 2002
Par 
S (paris france) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eloge de la fuite (Broché)
quel livre ! et quelle pensée.
le propos de laborit eclaire sous un jour completement nouveau tout ce qui concerne nos relations aux autres et à nous même. la vision que l'on peut avoir de son libre arbitre en est completement bouleversée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 on aime ou on aime pas, 27 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
un peu ardu, bien écrit (comment ça pourrait être autrement, vu l'auteur) dépressif s'abstenir
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Éloge de la fuite
Éloge de la fuite de Henri Laborit (Poche - 12 février 1985)
EUR 7,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit