Commentaires en ligne


40 évaluations
5 étoiles:
 (24)
4 étoiles:
 (10)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


67 internautes sur 68 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Eloge de la fuite dans l'imaginaire créateur
Ce livre est une authentique révélation. Il est de ces ouvrages qui surprennent et font jubiler à chaque paragraphe tant l'analyse est profonde. Le Professeur Laborit éclaire le comportement humain avec une grille d'analyse jusqu'ici délaissée par les sciences sociales : la grille biologique. Partant, l'amour ou la liberté...
Publié le 13 mars 2005 par davolivgr

versus
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Vieille école?
Henri Laborit est certainement ce que l'on peut appeler un génie. Il travailla dans sa propre clinique non subventionnée, sur les uniques royalties des brevets qu'il avait déposés. En effet, il fut l'inventeur des neuroleptiques.

Son Éloge de la fuite déroute. Il n'est pas tant un ouvrage de biologie que de philosophie,...
Publié il y a 15 mois par Mihael Kheel


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 on aime ou on aime pas, 27 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
un peu ardu, bien écrit (comment ça pourrait être autrement, vu l'auteur) dépressif s'abstenir
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Vieille école?, 11 septembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Henri Laborit est certainement ce que l'on peut appeler un génie. Il travailla dans sa propre clinique non subventionnée, sur les uniques royalties des brevets qu'il avait déposés. En effet, il fut l'inventeur des neuroleptiques.

Son Éloge de la fuite déroute. Il n'est pas tant un ouvrage de biologie que de philosophie, dont le fondement des assertions serait, ou essayerait d'être les connaissances essentielles du système nerveux humain (et de son histoire) ainsi que des derniers développements de la cybernétique et pensée complexe des systèmes.

Une philosophie qui rappelle beaucoup celle de Schopenhauer. On pourrait dire qu'en quelques dizaines de pages, Laborit nous propose une synthèse magistrale de Schopenhauer, de Marx et de Freud. Rien que ça ? Les idées les plus populaires de ces penseurs sont repensées et brossées avec un bonheur certain.

Laborit semble un authentique solitaire misanthrope, au grand caeur et à la pensée profonde, vivant dans cette communion des esprits à travers les siècles, préférant, comme Schopenhauer le commerce des hommes à travers la quintessence de leur âme cristallisée dans les livres mis à la disposition de l'humanité, plutôt que les faux semblants mondains qui cachent presque toujours une volonté de domination « naturellement » issue de notre cerveau reptilien et à peine médiatisée par les cultures. Cultures qui plaquent de grands mots (justice, amour, mérite, etc.) sur un autre niveau de domination (maintien de l'ordre hiérarchique).

Laborit critique tellement qu'il apparaît au final comme un authentique anarchiste exigeant. Dénonçant les déterminisme sociaux qui maintiennent l'ordre, la domination et la stérilisation des esprit par l'étouffement de l'imagination, Henri Laborit indique une méthode d'organisation qui pourrait permettre l'expression de la créativité humaine (un signe vers l'autogestion généralisée).

Ce point concernant l'imagination est central. L'homme a des pulsions (pas nécessairement à entendre ici au sens freudien), qu'il doit satisfaire pour survivre, et la culture lui crée des besoins appuyés sur ces pulsions (gratifications, moyens optimaux et sociaux d'obtention de ces gratifications qui maximisent ou prétendent maximiser le maintien de la structure de l'être vivant singulier). La maxime inconsciente de toutes ses actions serait : « à moi les gratifications, que l'autre me fasse de la place ».

Mais la société est aussi un système hiérarchique détaché des individus. Elle semble avoir son fonctionnement propre. Ainsi certains seront-ils, au prix de leur soumission à l'ordre, et de l'origine de leurs parents, plus ou moins bien placés dans la hiérarchie. Toutefois, obtenir les gratifications sera difficile pour tous. Le stress dominera presque toujours. Or le stress, comme frustration par rapport aux gratifications qui ont à voir avec le maintien de la structure (corps ou corps social), s'il ne trouve pas de réponse comportementale adaptée va entraîner une inhibition de l'action, et de la maladie psychosomatique durable conduisant à la dépression, à la décrépitude du corps, et au suicide.

Il faut donc soit combattre (souvent interdit et inefficace) soit fuir. Mais la fuite se fait soit par grâce d'argent (quitter son boulot et vivre de la rente, acheter une île paradisiaque et s'acheter une ou un compagnon, etc.) soit par la drogue (Laborit en a inventé quelques unes) soit par la folie. Laborit pense la fuite comme le moyen le plus efficace. La fuite la plus belle et saine étant la fuite dans l'imaginaire et la créativité. Quitter le mondain et la compétition hiérarchique pour se satisfaire de son monde intérieur et lâcher la bride aux idées neuves.

Là aussi est l'ambiguïté de Laborit. Il critique les engagements politiques, puis on comprend qu'il s'agit des engagements « autoritaires » comme dans les partis ou syndicats hiérarchisés. En cela il se montre très proche des anarchistes. Il craint que la lutte collective n'entraîne le remplacement d'une hiérarchie par une autre.

Enfin, la notion d'imagination est étrange. Centrale, elle est pensée cependant dans le cadre du scientifique et du déterminisme. Mais dans un déterminisme complexe. Elle ne fait que combiner des éléments déjà présents et par cette combinatoire, des hypothèses nouvelles peuvent surgir et sans que l'on sache pourquoi, un peu par hasard, se montrer fertiles et nous faire découvrir des éléments nouveaux passés jusque là inaperçus. Une sorte de créativité indirecte. De même, nos comportements et pensées sont déterminés par la génétique, l'environnement, la culture mais en comprenant le déterminisme on peut agir à partir de ces mécanisme, le manipuler. Mais cette manipulation sera elle aussi issue d'un déterminisme. On ne quitte donc un niveau de déterminisme que pour accéder à un niveau de détermination plus abstrait. Mais là est le progrès, la « liberté », l'intelligence pour Laborit.

Il me semble donc que Laborit est un intermédiaire entre Schopenhauer et Castoriadis, le grand penseur de l'imaginaire et de la créativité. Et c'est bien la « pulsion » anarchiste et égalitaire qui paraît conduire au problème de l'imaginaire et de la création de formes nouvelles, qui chez Castoriadis, ne seront plus uniquement la combinaison d'éléments anciens.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La pilulle rouge, 7 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Lisez Laborit, choisissez la pilulle rouge. Celle qui vous interdira de réver plus longtemps le monde comme on nous l'a appris.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Pas évident.., 20 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Je pense que ce n'est par "compréhensible" pour tout le monde si l'on a pas déjà une base..ce que je n'ai pas, mais en prenant le temps, en relisant plusieurs fois et en analysant, il y a une petite chance de compréhension, donc il va me falloir du temps pour "assimiler", mais il reste très intéressant..
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 À considérer, 23 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Les travaux d'Henri Laborit ont inspiré le film "Mon oncle d'Amérique" de Resnais en 1980, pendant mes études de médecine et personne ne nous en a jamais parlé!
Alors que je le constate leur vérité tous les jours dans ma pratique de généraliste de campagne...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 parfait, 5 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
correspond à mon attente car déja lu il y a 30 ans...
recommandé à ceux qui veulent rester maître de leur vie...
à lire et regarder le dvd mon oncle d'amérique ...
merci
MHB
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Je n'ai lu que les premières pages..., 24 janvier 2014
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Se battre ou s'échapper, alors que le modèle à suivre du matin au soir depuis la nuit des temps dans toutes les circonstances est la bagarre, j'admire déjà, alors que je n'ai lu que les premières pages du livre qu'on puisse enfin redonner de la couleur au blason réservé aux lâches et aux vils... la fuite !

Et si la fuite était la sagesse et non la couardise ? Et si la bataille, le challenge, le marketing, la guerre, la force pure étaient mis au rang des valeurs les moins nobles ? Quel serait le visage de la société ?

Je n'ai jamais encore commenté un livre sur Amazon, mais celui-ci m'a, après quelques pages, que trop inspiré pour attendre d'en parler. Bravo monsieur Laborit, je vais vous lire lentement, et vous relire encore ... j'en suis certain !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 A lire pour comprendre la vie, 6 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Livre écrit en 1976 mais encore très intéressant et c'est une bonne introduction à ce qu'est vraiment la vie d'un humain ; d'autres livres plus récents complèteront facilement les connaissances d'aujourd'hui.
Il reste un best-seller.
Bravo et Merci Monsieur Laborit.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Très bon!, 27 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
Faisant partie de la bibliographie du livre beige d'Olivier Lafay, je me le suis procurer et je ne regrette pas.

L'auteur est clair, accessible et très intéressant. A lire absolument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La trentaine !, 17 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de la fuite (Poche)
J'ai lu cet essai philosophique d'Henri Laborit, qu'il a écrit en 1985, à la fin de sa vie; c'est en quelque sorte son testament de scientifique mâtiné d'un essai philosophique sur le sens de la vie pour quelqu'un qui fut un des grands penseurs français et découvreur scientifique du XXème siècle. Je pense que cet écrit a bien vieilli, notamment sur le plan de la description des mécanismes de fuite vers l'imaginaire, seul moyen à ses yeux de combattre l'illusion de l'action des phénomènes conscients sur l'iceberg de l'inconscient. Dans certains chapitres, où l'on ressent la commande, les justifications sont moins claires...
En résumé, cet opus est à relire avec le recul du temps pour comprendre un auteur prolifique en son temps, qui a toujours agi en dehors des chemins balisés notamment universitaires.

JCD
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Éloge de la fuite
Éloge de la fuite de Henri Laborit (Poche - 12 février 1985)
EUR 7,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit