undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Baby Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles5
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
1
1 étoile
0
Format: PocheModifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 septembre 2010
Ce livre se présente un peu, surtout dans le premier tiers, comme un carnet d'esquisses dont « A la recherche du temps perdu » serait le tableau final.

Comme Monet dans ses séries de meules de foin ou ses cathédrales de Rouen... Proust nous propose ici, des variations sur les mêmes thèmes que dans son grand oeuvre... Son style présente davantage de ramifications, ici, et les longs rubans d'étoffe soyeuse seront tissés dans l'écriture de la Recherche...

Dès la préface, il annonce qu'il privilégie l'intuition par rapport à l'intelligence : la vie plutôt que l'analyse !

Or, dans ce livre, il nous offre l'opportunité de découvrir ce qu'il a « peint » par touches, évoqué par métaphores dans la Recherche et, ce, d'une façon beaucoup plus explicite et détaillée.
Par exemple, la « madeleine » est déjà là mais sous la forme du pain grillé ou de la biscotte que son grand-père lui offrait tendrement de goûter, trempé dans du café...
L'épisode de la publication de son article dans le Figaro est relaté très précisément, surtout la fébrilité avec laquelle il savoure la parution...

Proust, ici, nous livre des « clés » pour apprécier son oeuvre et la « comprendre » mais sur ce mot, il ne serait pas d'accord... puisqu'il fait la chasse au « raisonnement »...

A propos de Proust, le philosophe Michel Onfray parle de « psychologie littéraire » et l'on voit la vision du monde de Proust à l'aeuvre partout dans cet ouvrage y compris ou surtout dans sa critique drôle et caustique de Sainte-Beuve...
0Commentaire10 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2009
les commentaires de Sainte Beuve contre tout les écrivains qui lui était contemporains, ont été acerbes, un juste retour des mots. Mais, avec la finesse de Marcel, un véritable régal. Mais il vaut mieux avoir lu Jean Santeuil

;
11 commentaire5 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lu le Contre Sainte-Beuve, le foutoir d'un bric-à-brac inspiré ' Proust ne parle que très rarement de qu'il annonce ' qui requiert la lecture lente, poétique, celle de l'œuvre proustienne toute entière. On y trouve pleinement affirmée la supériorité d'une compréhension subjective d'une littérature qui ne se plie pas à quelque théorie qui en l'objectivant l'annihilerait dans sa seule partie vivante, celle du sentiment. Comme étude de cas, Proust propose en premiers chapitres le fond substantiel de sa propre son œuvre en devenir. Ceux qui auront alors ressenti le moelleux de la bouffée bienheureuse émanée de la phrase proustienne liront les subséquents chapitres avec un sentiment d'évidence qui aurait pu se passer d'être exprimé.
0Commentaire3 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2013
Je viens de terminer une thèse sur Proust et je prépare un livre sur ce sujet. J'avais égaré mon exemplaire annoté, j'ai donc été ravi de retrouver ce texte essentiel
0Commentaire1 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 novembre 2012
Pour les thuriféraires de M. Proust, vous pouvez passer cette (très brève) recension ; pour les autres, je livre quatre extraits agrémentés de commentaires pour vous donner la « saveur » de ce qui vous attend.

1. Ce qui est confus et alambiqué n’est pas nécessairement profond :
La préface de Contre Sainte-Beuve commence par « Chaque jour, j’attache moins de prix à l’intelligence. » (p. 43) pour finir par « Et cette infériorité de l’intelligence, c’est tout de même à l’intelligence qu’il fut demander de l’établir. Car si l’intelligence ne mérite pas la couronne suprême, c’est elle seule qui est capable de la décerner. Si elle n’a dans la hiérarchie des vertus que la seconde place, il n’y a qu’elle qui soit capable de proclamer que l’instinct doit occuper la première. » (p. 50)

2. Ce qui est délirant ne relève pas nécessairement du génie :
« Je me demande quelquefois si l’immobilité des choses autour de nous ne leur est pas imposée par notre certitude qu’elles sont elles et non pas d’autres. » (p. 95)

3. Ce qui est résolument réactionnaire n’est pas, à mon sens, sublimé par le narcissisme :
« A la direction du lit il se rappelait la place du crucifix, l’haleine de l’alcôve dans cette chambre à coucher chez mes grands-parents, dans ce temps où […] l’on marquait la volonté, l’acceptation et toute la cérémonie de dormir en montant par deux degrés jusqu’au grand lit, sur lequel on refermait les rideaux de reps bleu aux bandes de velours bleu frappé, et où la vieille médecine, quand on était malade, vous laissait plusieurs jours de suite la nuit avec une veilleuse sur la cheminée en marbre de Sienne, sans médicaments immoraux qui vous permettent de vous lever et de croire qu’on peut mener la vie d’un homme bien portant quand on est malade, suant sous les couvertures grâce à des tisanes bien innocentes, qui portent les fleurs et la sagesse des prés et des vieilles femmes depuis deux mille ans. » (p. 60)
Sur le caractère réactionnaire - On imagine facilement les esprits les plus obtus s’approprier de tels propos : des pétainistes séduit par « la sagesse des près » (évocatrice de « la terre qui est elle, ne ment pas ») ou encore des témoins de Jéhovah pourfendeurs des « médicaments immoraux »…
Sur le narcissisme - Les souvenirs de M. Proust me « parlent » peu et j’admets volontiers que c’est tout à fait subjectif (pour ceux à qui cela « parle », je félicite pour leur capacité de projection ceux qui ne sont pas issus de la haute bourgeoisie ou dont les grands-parents n’avaient pas de cheminée en marbre de Sienne ou des rideaux de reps bleu..).

4. Ce qui n’est pas français devrait être reformulé de manière compréhensible :
« Jeunes filles pas même du monde de la pure finance, car elle révère ce qu’elle souhaite d’acheter, est encore plus près du travail et de la considération. » (p. 71) (je précise que l’extrait ci-dessus est une phrase complète -et donc non tronquée- que j’ai relue à plusieurs pour m’assurer que sa retranscription est parfaitement fidèle.)
55 commentaires8 sur 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

44,20 €
11,00 €