Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


36 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Est on train de renoncer à l'universel?
Un livre passionnant
Avec le style plein de verve et d'expressions imagées qui caractérise Alain Finkelkraut, notre pourfendeur des idées reçues s'insurgent contre le "culturalisme" consistant à s'abstenir de tout jugement par repect des différences culturelles particuliéres. Il retrace ainsi historiquement l'évolution...
Publié le 26 mars 2004 par chanrion david

versus
10 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Tout cela est bien beau, mais...
D'accord pour l'analyse de la montée du relativisme, indiscutable et formellement établie par tous les professeurs de philosophie en exercice. D'accord sans doute aussi pour montrer que le relativisme est l'ennemi mortel de la pensée philosophique et rigoureuse. Mais réduire cette pensée aspirant à l'universel au Lumières...
Publié le 16 juillet 2011 par SebLongwy


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

36 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Est on train de renoncer à l'universel?, 26 mars 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Défaite de la pensée (Broché)
Un livre passionnant
Avec le style plein de verve et d'expressions imagées qui caractérise Alain Finkelkraut, notre pourfendeur des idées reçues s'insurgent contre le "culturalisme" consistant à s'abstenir de tout jugement par repect des différences culturelles particuliéres. Il retrace ainsi historiquement l'évolution des idées universalistes face à ce culturalisme. Avec un catastrophisme un peu éxagéré et un esprit icnoclaste, il dépasse finalement le champ de la culture pour le situer au niveau des idées et démontre à quel point en renonçant aux idées universelles issues notamment des Lumiéres notre civilsation par refus d'ethnocentrisme et sous prétexte de respect des autres cultures, enferme finalement l'individu dans son identité. Un essai qui na pas perdu de son actualité et qui éclaire effectivement brillament le débat du communautarisme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


28 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Prémonitoire ?, 9 octobre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : La défaite de la pensée (Poche)
Cet essai (écrit en 1987) se termine sur une perspective pessimiste : une conclusion intitulée "Le zombie et le fanatique", où l'auteur oppose l'occidental décadent, égoïste, pusillanime (le "zombie") à l'habitant des pays du tiers-monde, sorti d'une décolonisation mal digérée et prêt à tout pour revendiquer des concepts identitaires (le "fanatique").
Ce qui est oublié, nous dit l'auteur, c'est l'esprit des Lumières, seule solution pourtant pour éviter ces deux écueils, c'est à dire la culture (et non "les cultures"), la réflexion, la pensée tout simplement. Ce final, qui pouvait paraître trop pessimiste en 1987, semble aujourd'hui fort lucide.
On peut reprocher un manque de profondeur dans l'analyse (mais c'est normal pour un livre qui se veut synthétique), on peut aussi regretter que l'auteur ignore, dans sa perspective historique, les nouvelles conceptions matérialistes de société (libéralisme, marxisme...), qui, pour les trop avoir étouffées, ont peut-être leur part dans les revendications identitaires.
L'ouvrage reste cependant très intéressant pour comprendre les origines conceptuelles profondes du nazisme et des nationalismes en général.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Est on train de renoncer à l'universel?, 17 mars 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Défaite de la pensée (Broché)
Un livre passionnant :
Avec le style plein de verve et d'expressions imagées qui caractérise Alain Finkelkraut, notre pourfendeur des idées reçues s'insurgent contre le "culturalisme" consistant à s'abstenir de tout jugement par repect des différences culturelles particuliéres. Il retrace ainsi historiquement l'évolution des idées universalistes face à ce culturalisme.
Avec un catastrophisme un peu éxagéré et un esprit icnoclaste, il dépasse finalement le champ de la culture pour le situer au niveau des idées et démontre à quel point en renonçant aux idées universelles issues notamment des Lumiéres notre civilsation par refus d'ethnocentrisme et sous prétexte de respect des autres cultures, enferme finalement l'individu dans son identité.
Un essai qui na pas perdu de son actualité et qui éclaire effectivement brillament le débat du communautarisme (notamment).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un cri d'alarme qui résonne comme une chance perdue., 14 septembre 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : La défaite de la pensée (Poche)
Lorsque j'ai lu ce livre, il y a un peu plus de 20 ans, j'avais trouvé qu'il se présentait un peu trop, au plan des idées, comme un démarquage de "L'âme désarmée" d'Alan Bloom. La différence est que Bloom limite essentiellement ses analyses aux débats ayant agité le microcosme universitaire américain des années 70, alors que Finky s'inscrit d'emblée dans une perspective bien plus large, "civilisationnelle", dirait-on aujourd'hui. Mais plus le temps passe, plus les intuitions de Finkielkraut se vérifient l'une après l'autre, comme chacun peut s'en apercevoir tous les jours. Alors, peu importe que cet auteur soit, depuis lors, devenu une des "vaches sacrées" médiatiques (et tant mieux !); peu importe, même, que ses récentes prises de position géopolitiques (sur la question du conflit proche-oriental en particuiler) soient critiquables. Ce qui compte, c'est que, avant beaucoup d'autres, il avait vu juste sur la capitulation de l'esprit des Lumières face aux dérives "postmodernes" et qu'il l'avait exprimé avec talent. Un ouvrage qui reste passionnant, mais qu'il est devenu difficile de relire sans éprouver un peu de nostalgie pour un temps où il semblait encore possible de réagir. Maintenant, c'est devenu un combat d'arrière-garde. Et ce sont nos enfants qui en paieront le prix.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Brillant, 19 juillet 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La défaite de la pensée (Poche)
Voila un brillant essai que nous livre Finkielkraut.
On peut ou non adhérer à son point de vue, notamment dans la derniere partie du livre.
Mais force est de constater que l'argumentation est menée avec brio, enrichissant le lecteur d'une connaissance accrue de la pensée philosophique autour de la culture depuis les Lumières.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Tout cela est bien beau, mais..., 16 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Défaite de la pensée (Broché)
D'accord pour l'analyse de la montée du relativisme, indiscutable et formellement établie par tous les professeurs de philosophie en exercice. D'accord sans doute aussi pour montrer que le relativisme est l'ennemi mortel de la pensée philosophique et rigoureuse. Mais réduire cette pensée aspirant à l'universel au Lumières et à ses philosophes, voilà qui est un peu rapide... La philosophie et sa recherche des principes universels n'ont pas commencé au XVIIIème siècle, mais avec les anciens grecs. Pire, qui sont les chantres du relativisme culturel, sinon Diderot, Montesquieu, Voltaire et leurs amis? C'est eux qui, en luttant contre l'universalité de l'Eglise, ont instillé en Occident la remise en question systématique des certitudes légitimes de la culture européenne multi centenaire et propagé l'idée que la vérité valait moins que la liberté dans tous les domaines, et surtout la liberté de s'enrichir sans entraves... "Il faut cultiver son jardin", disait Voltaire, qui ajoutait en privé "et surtout conserver ses dîmes." L'universalité des Lumières est un concept qui mériterait plus de recherches, et nous regrettons que l'auteur n'en fasse qu'un simple refuge ultime de l'humanité souffrante, sans aller plus loin dans l'analyse critique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un livre qui porte bien son nom, 27 juillet 2009
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La défaite de la pensée (Poche)
Style un peu lourdingue - citations décalées

Sur le fond pour les thématiques abordées, lisez plutôt "le dérèglement du monde" d'Amin Maalouf, beaucoup plus agréable à lire et des perspectives plus élargies.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 6) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Compliqué, 25 septembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La défaite de la pensée (Poche)
Je trouve ce livre trop intellectuel .

La question que je me pose est de savoir si tous les Philosophes du moment sont aussi compliqué à comprendre que Finkielkraut ?

Si , oui, c'est dommage pour moi .

Quelqu'un pourrait - il me désigner un philosophe , né environ en même temps que Finkielkraut , mais qui soit d'un accès plus facile ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 60 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 La victoire de l'insignifiance, 5 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La défaite de la pensée (Poche)
Un mémoire poussif s'achevant sur des considérations culturo-médiatiques que mon boucher et ma concierge partagent sans doute.
L'oeuvre d'un clown triste.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La défaite de la pensée
La défaite de la pensée de Alain Finkielkraut (Poche - 1 janvier 1989)
EUR 6,20
Habituellement expédié sous 11 à 13 jours
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit