Commentaires en ligne


35 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (3)
1 étoiles:
 (3)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ca secoue le cocotier des idées!
Après la démocratie s'inscrit résolument dans une démarche de contestation faisant suite à l'élection de Nicolas Sarkozy, et des premiers mois de son mandat présidentiel. Appelons un chat un chat, je ne porte pas (mais alors, vraiment pas) l'actuel président français dans mon coeur, et la lecture d'un intellectuel...
Publié le 9 mars 2011 par Blogoculture.com

versus
21 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Portrait d'une France en crise...
Essai au ton pamphlétaire, "Après la Démocratie" brosse le portrait d'une France en crise (2007-2009) et essaie d'anticiper sur l'avenir avant qu'il ne soit trop tard... Emmanuel Todd, son auteur, a le mérite de poser les bonnes questions et d'apporter quelques éléments de réponses, pour ne pas dire quelques...
Publié le 10 août 2009 par oiseau de nuit


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ca secoue le cocotier des idées!, 9 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Après la démocratie s'inscrit résolument dans une démarche de contestation faisant suite à l'élection de Nicolas Sarkozy, et des premiers mois de son mandat présidentiel. Appelons un chat un chat, je ne porte pas (mais alors, vraiment pas) l'actuel président français dans mon coeur, et la lecture d'un intellectuel s'insurgeant contre lui, n'est pas pour me déplaire.

Même si vous n'êtes pas amateur d'essai politique, vous devriez pouvoir lire l'ouvrage de Todd. Bien sûr, il fait appel aux connaissances du lecteur en matière de philosophie politique, et se réfère à l'actualité, mais la plupart du temps, le propos est clair et accessible.
Todd se propose d'analyser la tendance lourde à l'oeuvre dans la politique française. Il s'agit de ne pas s'en tenir à l'écume des vagues provoquées par la tempête médiatique gouvernementale, mais d'aller chercher les courants profonds.
Et l'affaire n'est pas aisée, si ce n'est, franchement risquée.

Pour réellement mesurer la véracité de la réflexion de Todd, il faudrait un temps dont je ne dispose pas. Néanmoins, l'ouvrage est à peu près correctement annoté (mais je regrette l'absence de bibliographie), et le plus souvent argumenté. Mais je ne suis pas Todd dans un certain nombre de ses raisonnements. A titre d'exemple, il s'arrête souvent à une grille de lecture récurrente, et exclusive, des structures familiales (bon, c'est le coeur de son travail de chercheur, ça se comprend). Je perçois tout à fait le rôle anthropologique, social et culturel, de la structure familiale néanmoins, ça n'explique pas tout, et par moment, j'ai un peu l'impression que Todd s'arrête à ça. C'est à mon avis regrettablement simplificateur.

Des maladresses, des raccourcis, des petites malhonnêtetés intellectuelles, il y en a. Je pense qu'il faut prendre le livre pour ce qu'il est et pas pour ce qu'il prétend être. Son ambition n'est pas et ne peut être atteinte : pas en 250 pages, pas en plein coeur des événements, pas sans des outils conceptuels historiques indispensables.
En revanche, en tant que signal d'alarme et de réponse au terrorisme intellectuel en vigueur à la tête de l'Etat, Todd réveille plutôt bien, secoue un peu le cocotier des idées et de la conscience politique.
Et même si on est pas d'accord, ça peut pas faire de mal, d'au moins se forcer à penser et re-penser un système politique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


24 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Lucide et brillant, 14 janvier 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Emmanuel Todd propose une démonstration brillante, volontiers provocatrice, érudite mais jamais ennuyeuse de ce que la démocratie est menacée, pour finalement amener à la conclusion qu'un protectionnisme à l'échelle européenne serait souhaitable. J'ai particulièrement apprécié l'analyse historique expliquant le lien entre le modèle familial et le modèle politique (voire de démocratie) à l'échelle d'un pays ou d'une région. On espère bientôt d'autres volumes approfondissant les solutions/évolutions possibles. Ce livre écrit avant la crise a le mérite de l'annoncer et de rester d'actualité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toujours aussi mordant !, 30 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Poche)
La question de départ de l'auteur porte sur un phénomène qui, sans doute, interroge beaucoup de monde : « Comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu devenir président de la République ? Fébrile, agressif, narcissique, admirateur des riches et de l'Amérique bushiste, incompétent en économie comme en diplomatie, cet homme nous avait pourtant révélé, comme ministre de l'Intérieur, qu'il était incapable d'exercer la fonction de chef de l'État. »

Si Todd démarre par la personne du président, il s'en éloigne assez vite. L'homme n'a pour lui d'intérêt que comme symptome d'une situation sociale, psychologique, idéologique, dégradée. « Pour comprendre la situation nous devons poser une hypothèse radicale. Si Sarkozy existe en tant que phénomène social et historique, malgré sa vacuité, sa violence et sa vulgarité, nous devons admettre que l'homme n'est pas parvenu à atteindre le sommet de l'État malgré ses déficiences intellectuelles et morales, mais grâce à elles. (...) Parce qu'il a réussi à se faire élire en incarnant et en flattant ce qu'il y a de pire autour de nous, en nous, il nous oblige à regarder la réalité en face. »
N. Sarkozy et la société française sont ainsi posés en miroir l'un de l'autre, les insuffisances du premier servant de loupe grossissante des travers de la seconde. Il en dénombre cinq :
* « l'incohérence de la pensée » de Sarkozy serait la partie visible du vide religieux et idéologique qui frappe le pays ;
* sa « médiocrité intellectuelle », le résultat de la phase de stagnation éducative dans laquelle la France est entrée ;
* son « agressivité », le reflet de la part sombre de la démocratie, laquelle fonctionne (en partie au moins) sur l'exclusion des non-citoyens ;
* son « amour de l'argent », le pendant des travers d'une économie crispée sur le libre-échange, dont Todd, depuis L'illusion économique paru il y a 11 ans , ne cesse de dénoncer les méfaits : compression des revenus et donc de la demande, concentration de la richesse produite sur les 1% les plus fortunés, montée des inégalités ;
* enfin, son « instabilité affective et familiale », le miroir d'une évolution du socle anthropologique français.
Examinons quelques-uns de ces jeux de miroir.
La thèse de « l'ère du vide » n'est pas nouvelle : les analyses de Lipovetsky datent des années 1980 . Je ne m'y attarderai pas, car ce champ a déjà été suffisamment labouré, notamment par un Marcel Gauchet à propos de la religion.
Le vide religieux a néanmoins une conséquence qui mérite l'attention : « L'abandon de la foi émancipe certes l'homme d'un ramassis de mythes indémontrables, mais il le fait atterrir dans le non-sens de sa propre vie. (...) La mort de l'Église réactive la question de la mort de l'individu. » Ce point rejoint les analyses, là aussi anciennes mais ô combien fines, du psychiatre américain Irvin Yalom, que les éditions Galaade ont le bon goût de traduire ces temps-ci .
Vide religieux, mais aussi idéologique, qui permet à Todd de décrocher, à la gauche plus encore qu'à la droite, quelques pointes acérées : « Pour que tant d'adhérents et d'électeurs du Front national aient pris le chemin de l'UMP, pour que des notables de gauche se soient entichés de Sarkozy, et que les militants socialistes aient plébiscité Ségolène Royal, il a fallu que les croyances et les doctrines politiques aient atteint un état de décomposition absolu. » N'ayant manifestement pas comme souci de se faire des amis au sein de la nomenklatura socialiste, Todd poursuit la charge : « Le PS a donné deux exemples d'une soumission absolue au système. Pascal Lamy est directeur de l'OMC et s'épanouit en défenseur naïf du libre-échange. Dominique Strauss-Kahn, à la tête du FMI, nous montre que si les chefs de la gauche française ont renoncé à sauver leur pays, ils gardent la capacité de se sauver eux-mêmes. » Si l'exécution peut paraître sommaire, la célérité avec laquelle nombre de personnalités dites de gauche ont rejoint le gouvernement Fillon n'y apporte pas non plus de contre-feu très vigoureux.

Les puissants en tout genre ne sortent pas particulièrement grandis de la démonstration de Todd. Ainsi, à propos de l'entrée du pays dans une phase de stagnation éducative, consécutive à une longue période de production en masse d'individus éduqués, voici ce qu'écrit l'auteur : « Nous aurions pu attendre de l'élévation du niveau culturel l'émergence d'une nouvelle classe supérieure vraiment supérieure, consciente de ses responsabilités (...). Ce que nous observons est une un groupe supérieur implosé, une multitude d'individualités isolées, farouchement préoccupées d'elles-mêmes (...), enfermé dans une politique économique libre-échangiste, qui dégage des profits pour les riches et implique la stagnation puis la baisse des revenus pour les autres. »

Le monstre à abattre, on l'aura compris, est le libre-échange, et peut-être plus encore sa réification : « Il y a une dizaine d'années, l'argumentation pour et contre [le libre-échange] avait pour but d'anticiper ses conséquences positives et négatives. Elles sont désormais sous nos yeux. Ressasser les bienfaits des avantages comparatifs théorisés par Ricardo (...) constitue une négation schizophrénique de la réalité (...) L'ouverture commerciale peut être bénéfique dans certaines phases de l'histoire économique (...), mais il existe aussi des phases durant lesquelles la protection s'avère nécessaire. »
Arrivé à ce stade, le lecteur pourra se demander le rapport entre ces analyses et le titre du livre. Pour l'auteur, « le refus du libre-échange par des secteurs de plus en plus vastes de la population, combiné au refus de principe des strates supérieures de tenir compte des angoisses économiques du corps électoral, perturbe de plus en plus nettement le fonctionnement des institutions démocratiques. Car (...) le problème que soulève chaque consultation électorale est désormais le suivant : comment se faire élire sans proposer ce qu'attendent les citoyens, [à savoir] le protectionnisme économique ? (...) Le véritable drame, pour la démocratie, ne réside pas tant dans l'opposition de l'élite et de la masse, que dans la lucidité de la masse et l'aveuglement de l'élite . » Jean-Paul Fitoussi, auteur pourtant plus policé, faisait le même constat, il y a 5 ans, lorsqu'il parlait de « régression paisible de la démocratie »...
Pour Todd, la sortie de l'impasse réside dans la construction de protections au niveau européen ; mais face à la rigidité des élites - politiques, économiques, médiatiques -, elles n'auront une chance de voir le jour que dans une relance de la lutte des classes. J'avoue un certain scepticisme face à cette perspective, mais le talent éprouvé du président français pour générer des mécontentements, et un certain autisme des classes dirigeantes européennes, ne rendent après tout pas ce scénario totalement improbable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Tellement visionnaire!, 19 mars 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Aillant toujours apprécié les différents ouvrages d'Emmanuel Todd, c'était malgré tout avec une certaine appréhension que j'ai commencé la lecture d'Après la Démocratie : ses critiques très violentes envers Nicolas Sarkozy semblaient plus refléter une haine personnelle envers le Président que le fruit d'une réflexion construite.
Cependant, l'argumentaire présenté dans ce livre est fidèle aux idées déjà présentées dans les précédents, tels que L'Invention de l'Europe et Après l'Empire. Plus particulièrement, l'éducation généralisée, les structures familiales et la globalisation sont bien mises en relation pour anticiper une évolution probable de notre structure politique en liaison avec celles sociale et économique. La solution proposée de protectionnisme européen est logiquement présentée, même si la mise en œuvre n'est pas vraiment abordée.
A l'heure où les résultats des élections régionales se précisent avec leurs forts taux d'abstention, les prédictions d'Emmanuel Todd se confirment très clairement. On attend maintenant les premiers politiciens ayant le courage de mettre enfin le sujet économique à l'honneur et aborder clairement la question du protectionnisme à l'échelle européenne.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Il a un programme , lui !, 10 janvier 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Encore un bon livre d'Emmanuel Todd.
Deux types de personnes seront amenées à lire ce commentaire : Celles ayant déjà lu M. Todd et en particulier le livre "l'illusion économique" et ceux n'ayant jamais lu cet auteur.

Lecteurs néophytes:
Vous pouvez acheter sans hésiter cet ouvrage : Il rend intelligent ce qui est l'apanage de peu de livres. Plus que comprendre le monde et la société il permet de l'anticiper !
Dans ce livre Emmanuel Todd explique comment, le vide religieux qui s'est progressivement emparé de l'Occident ainsi que la stratification culturel conséquence de la massification des formations tertiaires ont prévalu au libre échange mondialisé générant inégalités mais également baisse tendancielle de la demande (salaires). Cette analyse déjà proposée par M. Todd en 1996 dans l'illusion économique a depuis été - de façon assez impressionnante - validée par les faits.
Ces dernières années, la pression sur les salaires a progressivement gagnée les strates moyennes puis supérieures de la société mais le libre échange constitue pourtant, encore et toujours, le veau d'or des "élites dérivantes" qui se refusent à penser autrement la chose économique... et finalement à penser tout court.
La question est donc posée :
Comment - à chaque élection - ne pas parler du seul sujet qui intéresse les électeurs : la question économique ?
Comment ne pas offrir le seul remède possible à la baisse du niveau de vie : le protectionnisme européen auquel les gens sont instinctivement favorables ?
Comment se passer d'une façon ou d'une autre du Peuple qui a si souvent tendance à "mal" voter ?
La tension antidémocratique entre les élites dirigeantes et le peuple est donc grande. Le passage en force sur le Traité Constitutionnel, l'Europe supranationale n'en sont est que deux des nombreux symptômes. Emmanuel Todd identifie plusieurs voies possibles (trois) pour le monde qui vient... mais une seule permet de réconcilier les échelle économique et politiques et donc de faire en sorte qu' "après la démocratie soit quand même la démocratie".

Autres lecteurs
Si vous avec lu "l'illusion économique" vous trouverez dans ce livre une synthèses des thèmes qui y étaient déjà développés en détail (structure familiales & évolution du niveau culturel). Ce livre constitue donc plus une actualisation des analyses faites dans "l'illusion économique". L'apport de "Après la démocratie" est donc de deux natures :
- Sur l'analyse de fond : Emmanuel Todd s'interroge sur la pertinence et l'importance du substrat anthropologique suite aux évolutions "sociétales" des 50 dernières années et en particulier l'émancipation féminine. Le seconde point traité est l'importance du "vide religieux" préalable au narcissisme généralisé de la société contemporaine. Ce narcissisme semble actuellement interdire tout projet collectif.
- Sur l'analyse prospective : Emmanuel Todd propose plusieurs scénarios d'évolution de la société française en fonction du choix de la classe politique face à la question du libre échange. Il va même au delà et propose dans le cadre de son dernier scénario (le seul permettant de conserver un système vraiment démocratique) un programme politique afin de mettre en place un protectionnisme européen.

Je conseille donc ce livre à tout nouveau lecteur de M. Todd mais peut être surtout "l'illusion économique" qui est pour moi un livre qui permettent vraiment de comprendre les raisons de la crise et sa nature profonde. Les autres lecteurs s'intéresserons certainement plus - comme cela a été mon cas - aux derniers chapitres du livre qui relèvent plus de l'exercice de prospective (brillante et intéressante ici) que de l'analyse pure. Mais finalement c'est à nos dirigeants, à ce fameux 1% aveuglé par son narcissisme qu'il faudrait peut être conseiller la lecture de ce livre ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


69 internautes sur 77 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ne lisez pas ce livre !, 26 décembre 2008
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
car il rend intelligent, tout comme les précédents ouvrages d'Emmanuel Todd.

Si vous le faites, les événements s'éclaireront d'un jour nouveau, vous comprendrez mieux les choses, la vie politique et économique de la France, et alors... vous serez seuls.

Vous ne supporterez plus les sottises partisanes, les discours tout faits, l'arrogance des élites auto-proclamées, la pensée préfabriquée servie par les partis politiques et les médias de toutes sortes.

Vous détesterez la bêtise et l'aveuglement, et grande sera votre souffrance.

Vous voilà prévenu, ne lisez pas ce livre.

PS - Et pour ceux qui seraient tentés de le passer sous silence, l'homme a déjà prouvé sa clairvoyance en plus d'une occasion, voyez-vous...

Les temps présents ont besoin de pensée de cette trempe.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Fait réfléchir, 2 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Poche)
Comme toujours l'auteur déborde d'idées iconoclastes. Parfois très extrême dans ces propos, il est aussi intéressant, car il bouscule les opinions généralement admises, en poussant à la controverse. C'est un livre qui ouvre pleins de pistes de réflexion.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


45 internautes sur 51 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 passionnant, 27 novembre 2008
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Comme d'habitude, E. Todd nous livre un ouvrage passionnant bien documenté qui tente de poser les jalons au travers de l'histoire et du présent pour comprendre l'évolution de la société et ses artefacts récents. Il nous offre un angle inhabituel pour regarder et comprendre certains phénomènes comme le déclin du parti communiste qui va de pair avec la baisse des pratiquants en religion. Comment pourrait évoluer cette société d'où le titre. Ce livre pourrait s'inscrire en appendice de la réflexion de M Fukuyama « la fin de l'histoire ».
On pourra regretter effectivement que la solution visant à un certain protectionnisme n'ait pas été étayée par des chiffres mais il aurait fallu y consacrer un autre tome. Espérons que l'auteur y pourvoira prochainement.

En conclusion à lire absolument.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Portrait d'une France en crise..., 10 août 2009
Par 
oiseau de nuit "oiseau de nuit" (Quelque part dans le Sud Ouest...) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Essai au ton pamphlétaire, "Après la Démocratie" brosse le portrait d'une France en crise (2007-2009) et essaie d'anticiper sur l'avenir avant qu'il ne soit trop tard... Emmanuel Todd, son auteur, a le mérite de poser les bonnes questions et d'apporter quelques éléments de réponses, pour ne pas dire quelques remèdes...

Les inquiétudes de l'auteur en ce qui concerne la globalisation (économique), mais aussi le mécanisme d'exclusion du non-citoyen (qui peut aboutir à la dénonciation de nouveaux boucs-émissaires), l'instabilité affective et familiale, ou encore l'amour de l'argent, sont légitimes et carrément fondées. Todd touche là où ça fait mal. Mais que peut-on y changer ? Pas grand chose, à mon avis. La pente est trop glissante. Je crois que c'est à chacun de trouver ses propres repères, ses propres responsabilités, ses propres « armes » (morales, intellectuelles et spirituelles). Le principe de solidarité, c'est triste à dire, est devenu, au niveau de la nation, quelque chose qui ne fait plus "sens" ou si peu...

Education nationale en déliquescence (le gouvernement actuel fait tout pour disloquer et démanteler les services publics), surveillances en augmentation, libertés en baisse, vide religieux omniprésent (mais la religion comme les mouvements sectaires et prosélytes n'ont jamais été une garantie de paix sociale), décomposition du politique, déclin des idéologies ("la Gauche ne veut plus gouverner")... La liste est longue. Que dire, par exemple, de l'argent devenu l'idole de notre siècle, de nos sociétés contemporaines (l'humain traité comme une marchandise, l'efficacité et le rendement tendant à devenir le maître mot de certains chefs d'entreprise au détriment de toute culture humaniste, tendant ainsi à masquer l'inexorable réalité de la "matérialité humaine"?). Pendant les trois quart de l'ouvrage, Emmanuel Todd nous brosse ainsi un tableau au vitriol. C'est peut-être nécessaire pour REPENSER « le vivre et travailler ensemble »... On a tant perdu le sens de la simplicité, le sens de la modestie, le sens de la Raison (relire à ce propos "Notre Jeunesse" de Charles Péguy, suivi de son petit traité sur la Raison...).

Pour Todd, la crise religieuse est à l'origine de notre malaise actuel. Sur ce point, je ne peux pas lui donner entièrement raison. Je parlerais plutôt de vide spirituel. Cela dit, il appuie sur un point important (est-ce de la parano ? je n'en sais rien) : la glissade qui s'opère entre incroyances et islamophobie, et toutes les dérives que l'on peut imaginer : laïcité devenant laïcisme, classes hyper éduquées ne cherchant que le pouvoir et non plus le bien commun de la société, pour ne pas dire la décence commune...

Bref, notre France "hyper complexe" serait au bord de l'implosion... Quelques passages restent discutables et auraient mérité plus ample développement (comme lorsqu'il affirme sans nuance, page 51, les bienfaits des technologies) ou son chapitre consacré au protectionnisme comme unique solution (malgré ses arguments, je ne reste pas convaincu). Néanmoins, le mérite de l'auteur est de vouloir éclaircir et d'expliquer les choses : les différences entre globalisation et mondialisation, individualisme et égoïsme, ou encore entre indépendance et autonomie. Bref, un essai facile à lire, intéressant, mais qui aurait mérité plus de distance, moins de parti pris aussi peut-être.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


32 internautes sur 37 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La lucidité peut paraître partisanne, 18 décembre 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la démocratie (Broché)
Excellent livre comme le très visionnaire "Après l'empire"! Il peut c'est vrai paraître très partisan notamment sur l'antisarkosisme mais en même temps le côté caricatural de notre président ne peut vraiment permettre les commentaires neutres. Cependant si je conseil ce livre c'est parce qu'il invite à réfléchir au-delà de la penser unique inculquée par les médias et le politiquement correct!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Après la démocratie
Après la démocratie de Emmanuel Todd (Poche - 28 octobre 2010)
EUR 8,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit