Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sympa ..., 23 juillet 2012
Par 
Finity's end "Forteresse des etoiles" (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
Dans le petit monde des amateurs de science-fiction on ne présente plus Brian Aldiss qui est l'auteur d'un nombre certain d'excellents romans , aussi solides que la pierre la plus dure , si on se réfère aux qualités de style et à l'envergure des univers qui sont généralement façonnés par une caractérisation parfaite et un sens du détail absolument méticuleux ..
Ce texte soigné est paru en 1956 et non seulement il n'a pas pris une ride , mais encore , c'est tout simplement un classique du genre .

Finalement , les récits de voyage spatial sur des vaisseaux générations qui soient de qualité , ne sont pas si nombreux que cela et malheureusement beaucoup sont épuisés .

Ce genre de voyage peut théoriquement très mal se passer , pour ce que l'on en sait , pour différentes raisons (cf. les études comportementales qui ont extrapolé autour de cette problématique ) .

Dans croisière sans escales l'équipage n'a pas eu une destinée glorieuse , le savoir s'est perdu , il s'est envolé et les descendants de l'équipage en sont au point où les habitants de ce vaisseaux monde ne savent plus que leur univers est un vaisseau spatial ..

Pour eux , les coursives et les différents niveaux de ce vaisseau , sont devenus des jungles ou bien des corridors dangereux , un véritable milieu naturel .
Des territoires qu'ils faut explorer en tenant compte de mythes et de quelques récits historiques qui subsistent dans les mémoires obscures des différentes tribus qui sont la descendance de l'équipage et qui ne s'entendent pas toujours bien .

Les cultures et les problématiques élaborées par l'auteur sont de l'ordre de la dégradation de différents aspects du quotidien et de la culture ou des règlements antérieurs du vaisseaux .
Cet aspect des choses est quelquefois et ponctuellement désopilant .

L'auteur a fait en sorte que le lecteur soit contraint d'appréhender les données par le biais de l'imaginaire des habitants du vaisseau . Ces gens ne comprennent pas toujours tout , surtout quand tous va s'accélérer et qu'ils vont découvrir qu'ils sont dans un vaisseaux spatial environné de vide , qui lui-même a de petits problèmes , pas très sympatoches .

Le roman pose la question de la transmission du savoir et celle de la permanence des civilisations et de ce point de vue , il faut dire que c'est bien fait .
Le charme de ce texte tient en partie au fait que le lecteur sait à tout moment qu'il est dans un vaisseau spatial même si » l'équipage « , lui , l'a oublié .

Pour apprécier ce roman , il faudra se sentir à l'aise dans la découverte de cette civilisation , dont disons pour être gentil , qu'elle assez low Tech ( sourires ) un peu trop machiste mais où les femmes ne manquent pas de caractère cependant .

Un équipage primitif mais dévergondé .
Un vaisseau qui se délabre et qui est à découvrir exactement comme un continent perdu .
Des menaces existentielles difficiles à appréhender par « l'équipage « et une fin surprenante ..

Perso j'ai bien aimé ce texte et j'ai aussi beaucoup apprécié l'art et la manière de l'auteur , pour ce qui est de la construction de cet univers .

Par ailleurs la question de la permanence des cultures et des civilisations est une vraie question et elle n'est pas éludée par l'auteur .
Elle est traitée par le petit bout de la lorgnette et de fait les péripéties que vivent les personnages ne sont pas dénuées de sens ou d'envergure de ce point de vue , même si cela n'est pas perceptible au premier abord .

Un des plus solide récit de voyage sur un vaisseau génération : L'Anniversaire du monde (Le Cycle de Hain, tome 7) de Ursula le guin ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Un pinceau de soleil dans le cœur de l’homme, 10 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
L’irascible chasseur, Roy Complain, parcourt la jungle des poniques à la recherche de gibier afin d’assurer la subsistance de la tribu Greene. Les poniques fournissent de longues tiges dont la pulpe est comestible mais tout est récupérable dans cette curieuse herbacée. L’arrachage des racines entremêlées et coriaces libèrent l’accès à des portes oubliées qui ouvrent sur des cabines ayant été occupées jadis par la « race éteinte des Géants ». Seuls les gardes de la communauté peuvent y accéder et faire main basse sur des objets mystérieux et inconnus. Au cours d’une partie de chasse, Roy accepte d’être accompagné par sa femme Gwenny mais elle est enlevée par les membres d’une tribu adverse. De retour à son campement, Roy doit répondre de la disparition de Gwenny. Condamné à la flagellation, Roy décide de s’enfuir avec Henry Marapper, le prêtre et trois autres comparses rebelles. L’expédition hasardeuse dans les mortes-voies commence. Les découvertes horrifiques et éclairantes viennent à mesure de l’avancée dans l’arche stellaire. Progressivement, la conscience de Complain s’ouvre sur l’inacceptable. Le vaisseau stellaire aurait déjà dû aboutir à son port d’attache sur Terre depuis plusieurs générations mais il semble être parti dans l’espace droit devant pour un voyage sans retour. Complain ne baisse pas les bras et cherche à renverser la vapeur.
Le roman de l’écrivain britannique Brian Aldiss supporte allégrement ses cinquante années d’existence. Sa force essentielle réside probablement dans son idée maîtresse, un voyage interstellaire exigeant la succession de plusieurs générations humaines pour atteindre une destination qui va se dérober. La communauté régresse et s’agrège en tribus primitives. Les idées religieuses absurdes sont largement empreintes de psychanalyse inepte. Par exemple, les salutations d’usage se disent : « Expansion à votre ego » ou encore exprimer sa colère jusqu’à la transe reste un exutoire commun. Dans l’enfermement mental et physique qui plombe les passagers, la progressive compréhension et la combattivité de Roy Complain devient un mince fil de lumière auquel le lecteur finit par se cramponner envers et contre tous. L’empathie se noue lorsque Roy, accompagné par Laur Vyann, découvrant tous les deux à travers une fenêtre du vaisseau l’espace et les étoiles, exprime enfin ce qui était tapi en lui depuis toujours : « Brusquement, il savait ce qu’était l’Autre Chose, la Chose sans nom, immense, qu’il avait attendue toute sa vie. Ce n’était pas immense. C’était même bien peu : rien que le visage de Laur – illuminé par le soleil ».
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Le monde reconstitué en vase clos, 10 juin 2014
Par 
HOANG THUY DUNG (PARIS, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
Pour entreprendre de très longs voyages interstellaires qui durent des siècles, il y a le choix entre les raccourcis dans l’hyperespace, la cryogénisation ou les arches stellaires multi générationnelles.
Quand il s’agit de réfléchir sur le destin de l’homme, sur la signification de l’existence, sur la perception du monde, sur l’apparence et la réalité, sur la science et la croyance, l’arche stellaire, microcosme réplique en miniature du monde, a toujours eu la préférence des auteurs de SF pour représenter sous une forme métaphorique l’univers dans sa totalité. C’est notamment le cas de F M Robinson dans « The Dark beyond the stars », de Robert Heinlein dans « Les orphelins du ciel » et dans «Les enfants de Mathusalem », de Arthur C Clarke dans « Rescue Party », ou d’Alexei Panshin dans « Rite de passage ».
L’arche devient un laboratoire où il est commode de reconstituer en vase clos l’évolution d’une civilisation dans le temps, où il est possible de manipuler les personnages comme des cobayes dans un laboratoire et les faire réagir sous fortes contraintes pour en dégager les conclusions pertinentes.
Dans ce roman comme dans bien d’autres, le scenario est assez souvent le même. Générations après générations, les passagers ne se souviennent plus des buts du voyage, n’ont même plus conscience d’être à bord d’un vaisseau, n’ayant rien connu d’autre, et en arrivent à prendre l’arche pour l’univers dans son intégralité. Au fur et à mesure que les conditions de vie à bord se dégradent, on assiste à l’effondrement des valeurs, la connaissance se perd et les superstitions religieuses reprennent le dessus. Ce n’est que vers la fin qu’ils découvrent la vérité comme nous-mêmes nous avions découvert, il n’y a pas si longtemps, que nous n’étions pas le centre de l’univers.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 De la science fiction d d'excellente qualité, 15 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
Un des meilleurs livres de SF que j'aie lu. Intrigue , mystère, fin géniale, écriture dense . Un chef d'oeuvre du genre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un vrai classique, 24 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
Qu'il y a-t-il au delà de la jungle des poniques ? Qui sont ceux de l'Avant, les Hors-venus et les Géants ? Une véritable aventure commence pour Roy Complain lorsqu'il quitte les Quartiers, aventure au terme de laquelle il découvrira un autre lui-même.

Livre très agréable, vivant, original et donc passionnant. Un très bon livre de SF, un vrai classique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un des meilleurs livres sur la régression d'une civilisatio, 10 mars 2009
Par 
Cyril (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
Rares sont les livres de SF écrits dans les années 1950 (celui-ci a été écrit en 1956) qui peuvent se targuer de conserver tout leur intérêt de nos jours dans les années 2000 ; celui-ci en fait partie. Il est d'ailleurs représentatif d'un genre très intéressant en SF, la description de la décadence d'une civilisation condamnée à l'autarcie. L'histoire est belle et désespérée montrant à la fois le côté obscur de l'humanité mais parfois son aspect le plus brillant. L'histoire de ce petit bout d'humanité condamné à survivre dans un immense vaisseau et l'exploration du vaisseau fait penser à la grande épopée des explorateurs de la Renaissance.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 un véritable scénario de film, 30 septembre 2007
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Croisière sans escale (Poche)
C'est le seul livre de SF lu par Roland Moreno (inventeur de la carte à puce), mais c'est une vraie histoire de SF, un vrai roman qu'un producteur mettra en scène un de ces jours, j'espère. Raconter ou résumer l'histoire reviendrait à en trahir le suspens, mais c'est passionnant et la chute est formidable. Captivant et très imaginatif.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Croisière sans escale
Croisière sans escale de Brian Aldiss (Poche - 27 septembre 2007)
EUR 8,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit