undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles13
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:11,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 septembre 2004
Rien ne remplace le contact avec le texte de Marx, si riche, si déconcertant dans sa bonhommie apparente et sa rigueur réelle. L'analyse de la marchandise est le fil avec lequel Marx fait tout venir: l'exploitation, les rapports sociaux, la logique marchande qui "transforme les hommes en chapeaux"... Marx est le premier, quoi qu'en disent les piètres penseurs d'aujourd'hui, à ne pas se contenter d'une dénonciation morale du ccapitalisme: il en montre, ce qui est autrement dérangeant, le caractère transitoire, historiquement nécessaire au développement et à l'universalisation de la production, mais appelant son propre dépassement, accélérateur puis frein dans le mouvement historique des sociétés humaines. La nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre soulève quelques problèmes, notamment celui de la traduction de "Mehrwert" âr "survaleur" au lieu de "plus-value", mais pour l'essentiel elle dépoussière un texte dont ceux qui proclament que "le monde n'est pas une marchandise" ont plus que jamais besoin, s'ils veulent passer de la simple protetation à la compréhension du "pourquoi".
22 commentaires|60 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 août 2013
Marx, bien que son analyses ne soit pas parfaite apporte des éléments de compréhension du monde moderne et des relations de travail. Dommage que beaucoup le décrient car il ne fait qu'expliciter ce qu'Adam Smith et Ricardo n'ont pas dit ou pas expliquer concernant le profit par exemple
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce volume folio propose l’œuvre majeure de Karl Marx (1818-1883), c'est-à-dire "Le Capital" (1er édition du Vol.1 de 1867). Toutefois, il ne faut pas passer à côté des écrits philosophiques et historiques de K. Marx qui sont plus abordables en une première lecture. "Le Capital" est un Himalaya qu'il faut se réserver pour la fin quand on a déjà lu pas mal d'autres ouvrages de l'auteur.

Dans ce commentaire, il s'agit du Livre I du Capital (1053 p. tout de même pour commencer) où vous trouverez un ouvrage dense, lourd, intelligent, instructif, changeant radicalement la vision de l'économie politique (cependant il n'y a pas que Marx, il faut aborder d'autres grands théoriciens également).

Nb: Édition mise en place et Traduction par l'excellent Maximilien Rubel que je recommande (d'ailleurs ce volume folio est une reprise par procédé photographique de l'édition établie par la bibliothèque de la pléiade de K. Marx, "Œuvres, Économie", Paris, Gallimard, Pléiade, 1963).
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 novembre 2015
Pour aider à comprendre Marx et sa vision je vous conseil les vidéo de Francis Cousin, docteur en philosophie et grand spécialiste du sujet.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2016
Il est des livres qui ne vous laissent pas indifférent. Le Capital est LE livre à lire en ces temps troubles où la classe capitaliste se réduit à peau de chagrin et concentre des richesses d'une grandeur jamais atteinte. Ce livre est puissant, profond, et d'une brûlante actualité, il permet de comprendre les rouages du capitalisme, sa semence, son éclosion, son accaparement des richesses, toute sa violence qui le caractérise. Le chapitre XXVII, « L'expropriation de la population campagnarde » est celui qui m'a le plus perturbé et a radicalement changé ma vision de l'histoire. L'école ne suffit pas pour avoir une bonne compréhension de l'histoire et du monde qui nous entoure. Il faut lire, encore et encore et en ce sens, Le Capital reste un incontournable, impossible à balayer d'un simple revers de main. Mettez de côté la doxa intellectuelle française antisoviétique, la pensée Marxiste est profonde et représente un outil formidable légué par Marx/Engels pour nous aider à comprendre la crise que nous traversons, comprendre le pourquoi de la lutte des classes (abandonnée par les Français). Pour agir dans ces moments difficiles, réactiver la lutte des classes, il faut déjà lever le voile sur les tenants et aboutissants du mode de production capitaliste, mode de production qui régit l'intégralité de notre société. Pour cela la lecture du Capital se révèle d'une aide précieuse. Ne passez pas à côté.
En introduction il est conseillé de lire « Misère de la philosophie » (p.22), réponse de Marx à Proudhon, et c'est justifié, lisez ce dernier avant d'attaquer Le Capital. D'ailleurs si Le Capital vous semble être un trop gros morceau, lisez le Manifeste du parti Communiste et Misère de la philosophie, cela vous permettra d'appréhender la philosophie Marxiste sans vous sentir écrasé par un pavé. Toutefois lancez-vous si vous vous sentez prêt, la lecture n'est pas aisée mais reste tout à fait abordable, on pourrais s'attendre à quelque chose d'insurmontable mais non, on sent que Marx a eu le soucis de rester intelligible pour la classe ouvrière. De plus dans cette édition Rubel, de nombreux matériaux statistiques historiques ont été placés intelligemment en annexe (environ 160 pages), ceci afin de soulager le profane qui n'aura pas besoin des les lire pour comprendre l'ouvrage, mais qui restent à disposition pour les puristes qui veulent absolument lire l'intégralité. Un très bon point, je conseil donc chaudement cette édition folio agrémentée des commentaires fort bienvenues et volontiers critiques de Maximilien Rubel (ISBN 13: 978-2-07-035574-7).
Pour conclure une petite citation pour motiver les troupes à aller jusqu'au bout:
« la méthode d'analyse que j'ai employée, et qui n'avait pas encore été appliquée aux sujets économiques, rend assez ardue la lecture des premiers chapitres, et il est à craindre que le public français, toujours impatient de conclure, avide de connaître le rapport des principes généraux avec les questions immédiates qui le passionnent, ne se rebute parce qu'il n'aura pu tout d'abord passer outre.
C'est là un désavantage contre lequel je ne puis rien se ce n'est toutefois prévenir et prémunir les lecteurs soucieux de vérité. Il n'y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont la chance d'arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés. » p.91
Alors enfilez vos bottes (Manifeste), mettez votre bonnet (Misère') entamez le sentier (Capital) et on se retrouve là haut !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2016
Il est des ouvrages dont l'accès demande un investissement personnel mais qui sont décisifs pour la suite. Ce n'est pas pour rien que le Capital est un grand classique mondial. Si puissant et si fin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2012
Toutes proportions gardée le capital est pour moi ce que la bible est au chrétien, le coran au musulman ou le talmud au juif.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2014
il n existe, à ma connaissance, aucune édition abrégée, pourtant j'ai vite compris en lisant ce pavé de 1000 pages que: soit je l abrégeais, soit je le jetais à la poubelle.
Je parle ici de ma version poche, collection FOLIO essais, massive, large MAIS avec une police de caractères très petite, myope, astigmate ou hypermétrope, ca va vous faire mal, pour ceux qui ont tous ces problèmes en méme temps ( et je sais qu'il en existe ) ca va faire très mal. méme avec la lampe de la salle a manger et une lampe sur pied au dessus du livre, ce fut difficile à lire. surtout au fur et a mesure que la nuit avancait.
---
Donc, je commence et dès le départ, s'il y a des puristes de la lecture qui aiment lire de A jusque Z, je les préviens, j'ai sauté les lettres de A jusque D, j'ai sauté les F, les J-K-L , les O-P, les R-T-U et les Y et Z.
C'est tellement complexe et spécial que je crois qu il n y a que cette solution pour une première lecture, j'ai méme écoute une émission d une heure sur France Culture pour savoir si j'étais un mec bizarre, et bien non, il se trouve qu'un philosophe interviewé recommandait lui aussi de ne pas lire en un seul morceau pour la première fois, ce monument.
---
Je taille dans le lard dès le début.
Introduction générale sur 82 pages, bla-bla-bla.... je saute.
Notice jusque la page 89, je survole
Lettres échangées et avis au lecteur jusqu'a la page 95, je zappe
Préface jusqu'a la page 99, je ne calcule pas plus de 3 lignes.
Post-face jusqu'a la page 107, en coup de vent, 30 secondes c est déja trop
Chapitre 1 sur La Marchandise jusque en page 167, j aime pas calculer et ca ne me plait pas.
Chapitre 2, les échanges, jusqu'a la page 178; trop ennuyeux, je zappe
Chapitre 3, la monnaie jusqu'a la p238, j ai des choses plus intéréssantes a faire...
Chapitre 4 formule générale du capital, oh non
Chapitre 5 contradiction de la formule, flute !
Chapitre 6 achat et vente de la force de travail, zut !
Chapitre 7 valeur d usage et plus-value, mince !
Chapitre 8 capital constant et capital variable, ras le bol !
Chapitre 9 le taux de la plus-value, ras la casquette !
---
Vous l'aurez compris il faut tout sauter pour arriver enfin à la page 334
---
Page 334; On en arrive enfin au chapitre 10 et là, c est EXCELLENT !
Ca parle de "la journée de travail."
Le texte y est bien fait, mais surtout les annotations de bas de page y sont extraordinaires et valent vraiment qu'on s y plonge.
On y trouve un descriptif très précis des conditions de travail et d exploitation des pauvres, des paysans, des orphelins, des enfants a vous glacer le sang.
---
J'ai par la suite sauté énormément d'autres paragraphes, mais comme il y en a plusieurs chapitres qui traitent à nouveau des conditions de travail, j ai trouvé énormément de données, intéréssantes.
Donc au final , j ai lu environ 300 pages et j'ai lu absolument toutes les annotations qui, bizarrement, sont bien meilleures que le texte en lui meme, mais si vous avez Le Capital sur une étagère ou que vous pouvez mettre la main sur ce livre, allez tout de suite au chapitre 10; lisez le !!
il ne fait que 50 pages bien denses, mais vous allez tomber dans un monde qui heureusement a disparu !
---
Celui de l exploitation à outrance du peuple !
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 mars 2014
Ouvrage difficile mais intéressant nécessite plusieurs lectures valable pour tout public a recommander bref le livre est intéressant mais difficile
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2011
pour faire un jour, peut-être, la synthèse entre l'indispensable partage solidaire des richesses, la justice sociale et le dynamisme, la créativité entrepreneuriale du capitalisme.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)