undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,5 sur 5 étoiles
14
3,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 novembre 2007
Sommet de l'orthodoxie...romanesque
"Les siècles glissent sans qu'on les compte et nos tourments n'ont plus de sens" écrivait Paul Morand visitant le Mont Athos. C'est ce que vous ressentirez, vous aussi, si vous lisez ce livre lumineux de Vassilis Alexakis. Vous vous prendrez au jeu de l'amitié mystérieuse entre une vieille dame et le narrateur. Vous serez ébloui par l'évocation magistrale des philosophes présocratiques, et vous ne pourrez pas échapper à l'envoûtement graduel provoqué par ces pages de l'histoire de Byzance, écrites dès la fin du IXème siècle lors de la fondation du premier monastère de l'Athos. Vous partagerez (ou non) cette assertion d'un des personnages : "Le christianisme, mon cher ami, ne prolonge pas l'Antiquité, il la suit, tout simplement, comme la nuit suit le jour" (p. 286). Un roman ? Non, pas vraiment. Une trame contemporaine, et l'évocation de notre misérable siècle. Et l"aventure" de cet étudiant athénien découvrant un monde secret et lointain, chargé d'une mission qui le dépasse, celle de chercher et comprendre pourquoi l'Eglise Orthodoxe continue dans ses couvents (et ailleurs) à répondre à l'aspiration d'une vie calme, ralentie et ordonnée, tout à l'opposé des futilités, du désordre et des tracas de notre temps. Roman quand même, vif, rebondissant, coloré, au dénouement surprenant. Dans un style clair et pur comme l'eau des sources du Mont-Athos. Et si vous lisez bien vous y déchiffrerez la trace d'un grand académicien français...vivant.
Ap. J.-C. de Vassilis Alexakis, Stock 2007-08 * R.-F. G.
0Commentaire| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2007
L'histoire de ce roman, au magnifique titre énigmatique, se passe de nos jours à Athènes. (...)De rencontres en découvertes, c'est toute une histoire qu'il découvre portée par des professeurs, des moines en rupture, des fous religieux, des femmes aussi.
On sort de ce roman illuminé de vraies histoires marquées de visions et de réflexions offertes par un grand écrivain grec. De retour de Subiaco mais surtout de Tivoli (ancienne Tibur) où la Villa Adriana (résidence de l'empereur Hadrien) révèle la couleur d'un livre solaire, qui fait d'Alexakis un exceptionnel conteur doué d'une écriture enchanteresse. Un très beau livre.
0Commentaire| 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 août 2009
C'est le premier livre de Vassilis Alexakis que je lis. Le style m'a tout de suite plu. L'histoire de la Sainte-Montagne nous est révélée par touches successives même si l'on est conscient, à la fin du roman, qu'il y a encore bien plus de mystères que de vérités révélées.

Tout nous est présenté au travers d'un jeune étudiant qui est chargé par sa logeuse - pour des raisons qui demeureront secrètes - d'enquêter sur cette montagne et ses habitants. Pour ma part, j'ai eu le sentiment que ce livre me racontait bien plus de choses que je ne pouvais en comprendre mais l'auteur réussit finalement le tour prodigieux d'intéresser les esprits éclairés ainsi que ceux, comme moi, qui le sont moins.

Par ailleurs, ce livre est finalement triste car tous les personnages font part peu à peu de leur tragédie personnelle. Les moines sont sans aucun doute ceux dont les souffrances sont les plus intenses. Mais une chose est sûre, cela nous donne envie de lire davantage sur cet endroit et d'autres ouvrages de cet auteur.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 février 2016
Un voyage magnifique sur le mont Athos, une approche étonnante de ce style de vie qui laisse souvent perplexe. Le style de Vassilis Alexakis me ravit toujours autant : sensible et authentique. Le soleil de la Grèce est toujours présent l'intrigue est un peu légère mais les apports historiques et culturels sont très importants, pour une femme qui n'y mettra jamais le pied, le mont Athos est désacralisé mais toujours aussi attirant
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2015
Un regard lucide, ironique et tendre sur l'étonnante théocratie athonite dans la Grèce moderne. J'ai dévoré ce que je considère comme le chef-d'oeuvre de cet écrivain bilingue. Un bouquin qui donne envie de connaitre personnellement son autreur...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 février 2008
Je me suis laissée prendre au jeu de l'amitié mystérieuse entre une vieille dame de Kifissia, la logeuse Nausicaa et le narrateur. Nausicaa fait une demande au jeune étudiant : mener l'enquête sur le Mont Athos. C'est surprenant et ça rend le récit haletant, avec un dénouement... très particulier! J'ai beaucoup aimé ce livre, il me faudrait toutefois le relire pour bien tout comprendre, beaucoup de lieux mythiques, de faits et de personnages s'entremêlent.

C'est fascinant comme Alexakis mélange la piété du personnage de la mère de l'étudiant, qui est lui athé (et apporte donc une vision critique des athonites), et qui est amené à enquêter sur les moines et l'orthodoxie.
Une belle critique également de la non séparation entre l'Eglise et l'Etat en Grèce, et de la toute puissance de la communauté athonite, notamment à travers des anecdotes ou faits (interdiction d'accès aux femmes, fusillade sur des archéologues pour empêcher les fouilles, etc.).

Instructif et pleins de personnages attachants aux parcours qui s'entrecroisent. Malgré les apparences (et son titre!), ce livre est très actuel, car l'histoire se passe de nos jours à Athènes...
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 décembre 2013
« Ap. J-C » est une critique acerbe au sujet du Mont Athos et des religions monothéistes en général. Bien plus qu’une représentation anticléricale, l’écrivain renoue un dialogue avec le passé polythéiste et philosophique de son pays contre l’hégémonie des effluves byzantines.
“Les moines ne pensent pas, ils prient ”.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ap J-C est un livre que j'ai dévoré en 2 jours le style est bon plaisant à lire .
la grande histoire de la sainte montagne se mélange bien à la petite mais est elle si petite , l histoire du narrateur .....
finalement je trouve que l'on apprend un peu plus sur la Gréce ancienne ou contemporaine
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2013
Mr. Alexakis raconte aux francais ce qu'ils ont envie d'entendre. Il leur raconte les realites de la Grece d'un point de vue qui n'a rien de grec. Il ne leur explique pas comment l'orthodoxie a servi comme porteur de la culture grecque pendant les 500 ans d'occupation etrangere. Il ne leur explique pas que les Grecs se definent comme Orthodoxes pas par fanatisme religieux, mais parce qu'ils se reconnaissent dans l'ambiance culturel et historique de celle-ci. Il idealise la Grece classique et il demonise la Grece chretienne avec le manichaisme d'un integriste.
Il oublie de rappeler a ses lecteurs francais que la democratie athenienne etait l'affaire d'un 10% de la population totale de la ville, un peu comme l'apartheid en Afrique du Sud. Malgre les tresors de pensee humaine qui ont vu la lumiere en Grece classique, la vie du 90% des gens etait deplorable. Ce n'est pas par hasard que c'est la Grece classique et non pas la Grece chretienne, qui etait l'ideal de l'Allemagne nazie.
Alexakis oublie aussi de rappeler a ses lecteurs francais que quand le Moyen Age sevissait la France, dans l'Empire Byzantin les femmes avaient les memes droits que les hommes, les immeubles avaient du chauffage central et les erudits frequentaient le Pandidacterion de Magnaura, la premiere universite seculaire de l'Europe chretienne, fondee bien avant celui de Bologne. Dans le monde grec chretien, il n'y a pas eu ni Inquisition, ni Croisades, ni theocratie.
Finalement, Alexakis oublie de signaler que l'eglise orthodoxe grecque a ete une des rares eglises des pays sous occupation allemande pendant la Guerre qui a ose parler haut et fort pour condamner les crimes des Nazis contre les Juifs et tout autre etre humain, une enorme difference soit du Vatican, soit de l'ancienne religion pour laquelle chaque homme qui n'etait pas Grec etait un barbare (et pour les femmes, n'en commencons meme pas).
Vassilis Alexakis est un bouffon, un fou-du-roi, qui dirait n'importe quoi pour plaire a la cour qui l'heberge. Il est une personnalite que Freud decrirait comme inclinante et hysterique, pret a se contorsionner a la position qui plaira le plus a celui qu'il admire le plus, la France. Ce faisant, il empeche les Francais de mieux comprendre la complexite de la culture grecque. C'est vraiment dommage, parce que d'un Grec, on attendrait beaucoup mieux. Sa tache devrait etre de faire comprendre la Grece aux Francais, et non pas de deformer, de falsifier la verite.
44 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2011
Le narrateur est chargé d'enquêter par une vieille femme sur les moines du mont Athos, microcosme venu du fond des âges... On apprend beaucoup, on rit tout autant. Un beau roman.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,20 €
9,70 €