Commentaires en ligne


 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Céline dynamite le roman
Des romans qui font véritablement "avancer" la littérature, il s'en publie peut-être quatre ou cinq par siècle, à tout casser. Le "Voyage" de Céline fut assurément un de ces rares joyaux dont l'éclat ne fait que grandir avec le temps. Faut-il remettre en cause le génie de ce chef-d'oeuvre au...
Publié le 9 novembre 2009 par Gwen

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Ingénieux
Le premier qui expose un urinoir dans un musée réalise une oeuvre d'art. Génie ? Astuce ? En lisant ce qu'il est convenu de nommer le "Voyage", il y a quelques années, je me souviens de l'étonnement ressenti devant des lignes datant de 1932, écrites dans un langage volontairement relâché. Ce style,...
Publié le 18 janvier 2011 par Ouhman


‹ Précédent | 1 213 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Céline dynamite le roman, 9 novembre 2009
Par 
Gwen - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Des romans qui font véritablement "avancer" la littérature, il s'en publie peut-être quatre ou cinq par siècle, à tout casser. Le "Voyage" de Céline fut assurément un de ces rares joyaux dont l'éclat ne fait que grandir avec le temps. Faut-il remettre en cause le génie de ce chef-d'oeuvre au prétexte que Céline, par la suite, s'égara idéologiquement? Je ne crois pas. Bien sûr, sa compromission ultérieure avec le nazisme demeure une tache inexcusable et ineffaçable, mais j'ai tendance à évaluer un artiste sur son art, non sur sa biographie. Or l'oeuvre de Céline témoigne d'un incontestable génie.

Sombre, crépusculaire, terrifiant, à l'image du monde et de l'époque qu'il décrit, ce "Voyage au bout de la nuit" est aussi un livre solaire, épiphanique, car il invente un nouveau langage, libéré de tous les carcans, affranchi de tous les académismes. Il crée sur les ruines fumantes de la Grande Guerre une prose furieuse, truculente, iconoclaste, qui déboutonne la grammaire, s'asseoit sur le beau style et introduit par effraction l'oralité dans la littérature. Le "Voyage", c'est le dernier des grands romans picaresques, un peu comme Don Quichotte, en son temps, fut le dernier grand roman de chevalerie. Il y a d'ailleurs du Quichotte en Bardamu, dérisoire silhouette errant dans un monde où il peine à trouver sa place. Quelques années plus tôt, Proust enterrait de la plus grandiose des manières le 19ème siècle. Avec ce livre, Céline, lui, pose les bases d'un siècle nouveau qui rime avec guerre et misère.

Est-ce pour autant un roman triste ou neurasthénique? Curieusement, non. Je trouve au contraire qu'il en émane le genre de gaieté que l'on trouve dans certains tableaux de Brueghel ou d'Ensor, une gaieté de fête foraine, de carnaval, celle des petites gens qui opposent aux grands malheurs de l'existence les menues joies du quotidien. Céline a beau être un pessimiste forcené, il est pessimiste avec gouaille et cette gouaille nourrit sa prose d'une énergie inouïe. Mais attention, ce n'est pas une gouaille ordinaire, banalement triviale et faubourienne. Non, c'est une gouaille prodigieusement sophistiquée, qui entremêle dans une copulation inattendue archaïsmes et néologismes, qui fait cohabiter sans vergogne les mots argotiques et précieux, les figures de style les plus savantes et les maladresses volontaires. C'est la gouaille d'un homme qui maîtrise à la perfection toutes les subtilités de la langue française et qui les subvertit en toute connaissance de cause pour enfanter un idiome inédit.

Proust disait subtilement des choses subtiles. Céline, lui, dit puissamment des choses puissantes. A chacun sa grandeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


126 internautes sur 139 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pourquoi lire Voyage au bout de la nuit, 2 août 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Voyage au bout de la nuit. Inutile d'imaginer un parcours initiatique alambiqué vers une lumière salvatrice. Point d'aube ici, c'est " Voyage au fond du trou ", la tête la première. Il faut bien y réfléchir avant de lire le texte, réfléchir à ce qu'on est capable de voir et d'entendre à propos de sa propre misère, de la misère humaine et de ses impasses. Toutes les positions de repli méticuleusement démontées à mesure qu'on les imagine, il ne reste que le vide. Inutile de jeter un coup d'œil au manège lumineux qui étourdit ses foules et d'hurler à l'exagération en espérant quelque écho. Inutile de chercher dans les souvenirs un bonheur cohérent, ce ne sont que des répits saupoudrés : si la forêt est belle de loin, il suffit de s'approcher pour constater qu'il n'y a pas une feuille qui ne soit déchirée, tâchée, parasitée, promise à une pourriture omniprésente, quelques mètres au dessous.
On pourra toujours faire semblant de croire qu'il ne s'agit que de divagations haineuses et ordurières d'un écrivain fasciste et aigri : c'est une généreuse porte de sortie qu'il offre à tous ceux qui préfèrent continuer dans leur monde de carton-pâte. " Voyage au bout de la nuit " est un miroir qui se lit.
La guerre est au commencement, comme le début d'une vie, absurde bien sûr la guerre. Mais ce n'est pas une absurdité académique ou lyrique dont il est question, c'est l'absurdité par la tripe, par la peur, par la lâcheté. Une fois débarrassée de l'amour propre du narrateur, ce n'est plus la sienne propre, de peur, ce n'est plus sa lâcheté, on la reconnaît cette lâcheté universelle face à la mort, on sait bien que c'est la sienne aussi, qui qu'on soit. Tout le monde sait d'instinct que les héros sont des malades mentaux, ou des lâches tellement plus lâches que les autres qu'ils sont pressés d'en finir. Et puis, il y a les grands stratèges qui envoient les uns se faire tuer, les autres se faire fusiller, juste pour continuer, durer, au nom d'un patriotisme hallucinatoire. Et puis, il y a les civils, qui sont d'accord avec tout le monde, alternativement...
Où est la vérité, dans les récits grandiloquents des livres d'Histoire, dans les réclames nasillardes des actualités officielles, ou bien dans la vase gorgée de sang où se noient des jeunes gens terrorisés ?
Le récit quitte la guerre, mais la paix, la guerre, c'est du pareil au même, car pour les pauvres, c'est toujours la guerre. La différence, c'est qu'en temps de paix, ils se battent entre eux pour paraître moins pauvres, se battent pour offrir aux riches de plus gros gâteaux dont il tombera peut-être de plus grosses miettes. Ce n'est pas le moindre des désespoirs, la condition des pauvres, intemporelle, les pauvres dont on ne sait s'il faut les plaindre pour la malédiction qui les frappe, ou les abandonner à leur servilité incurable. C'est peut-être cela qui impose de garder à Céline à l'écart : il n'aime pas les pauvres dont on a tant besoin pour travailler et faire la guerre, il ne sait pas les flatter. C'est plus probable en tous cas que ces histoires d'engagement politique bien commodes. Quand les pauvres vont à l'école, on ne va pas leur gâter l'esprit et le courage avec des horreurs défaitistes et pour tout dire, négatives.
Aujourd'hui, rien n'a changé, le manège tourne juste un peu plus vite. De la nausée viendra peut-être l'envie de lucidité. De cette lecture, sûrement.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'existence, ça vous tord et ça vous écrase la face, 10 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Rare sont les livres à m'avoir autant atteint, à avoir su trouver le chemin de mon coeur. Ce roman est un chef-d'oeuvre, et pourtant, j'avais des doutes en le débutant. J'avais un peu peur. Comme c'est souvent le cas avec les classiques, on se dit avant de les entamer qu'on va encore se faire rouler, mais alors pour le coup, il n'y a pas tromperie sur la marchandise ! il s'agit bien là d'un roman magistral. Le langage y est extraordinaire et d'une rare subtilité même dans son aspect le plus vulgaire, l'univers dépeint et les personnages désemparés qui l'habitent, le salissent ou l'embellissent, sont d'un réalisme époustouflant. Les réflexions, parfois simplement imagées, d'une grande profondeur, tranchant dans le vif, franches ; les descriptions, dérangeantes, tant elles sont vraies, tant elles nous touchent intimement, montrent l'homme sous ses aspects les plus bestiaux, les plus mesquins, malsains, les plus désinvoltes, mais aussi les plus tendres, les plus fragiles, on est parfois saisi de gêne et de pitié ; à d'autres moments, de honte : on se reconnait salement ici ou là, dans tel détail ou telle grimace, telle frustration et telle convoitise... Et puis tout est désespéré dans "Voyage au bout de la nuit", les âmes sont en détresse, elles hurlent "en dedans", presque tout y est absurde, tragi-comique, d'un cynisme complet : la guerre, la misère, l'industrie, l'amour, tout y est noir, ou gris, avec parfois, tout de même, quelques éclats de lumière et de gaieté dans cette vie qui n'est qu'une farce dégueulasse, quelques instants de chaleur et de réconfort, au cours d'une fête foraine, dans les bras d'une femme, autour d'un verre ou d'un bon repas, pour tenir ; une bonne dose d'humour et de cochonnerie. Et puis la scène finale, dans le taxi, est terriblement oppressante, presque insupportable ! sa conclusion, poignante, vous tord les tripes ; une scène comme une tornade qui vous emporte sans que vous ne puissiez résister, jusqu'à ce que les éléments déchaînés s'apaisent, vous abandonnant au calme et au silence ; à la paix, quelque part au bout de la nuit. Céline m'a achevé, m'a crevé le cœur. J'ai trouvé qu'il y avait très peu de pages ennuyantes, pas une, même ! il y a des parties moins intenses que d'autres disons, avec moins de remous, mais jamais ennuyantes. Je trouve qu'il y a des lignes, des paragraphes, des monologues, purement orgasmiques sur le plan intellectuel, et d'une fluidité enivrante ! en plus, on redécouvre un langage plutôt oublié, voire méprisé aujourd'hui, celui des classes populaires, celui qu'on retrouve aussi dans le cinéma d'Audiard, le cinéma français des années 50 et 60. On est ici dans le bien couillu, dans une oeuvre dense et complexe, et qui en dit long sur le genre humain. Peut-être est-ce là ce que les lecteurs de petit calibre n'ont pas supporté. "Voyage au bout de la nuit" peut être dompté si on s'en donne la peine. Si on s'en donne la peine, on peut la rejoindre, la nuit, et cette nuit là me paraît, à moi, intemporelle.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est parfait, 23 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Un chef d’œuvre de littérature noire, pessimiste, amère. C'est un peu particulier de franchise cruelle et d'absence d'illusion sur l'espèce humaine, proche du cynisme.
Une langue pseudo-populaire, inventée par l'auteur, brillante, précise.
Oublier le docteur Ferdinand Destouches pour ne plus considérer que Céline, écrivain de génie, et comprendre un peu mieux une génération de survivants après le premier conflit mondial, dont beaucoup ne se sont jamais vraiment psychologiquement remis, oscillant entre l’exaltation de la victoire et du devoir accompli ou un pessimisme proche du désespoir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Parfaite ordure, 8 mai 2015
Par 
Poignant (Poitiers France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Voyage au bout de l’enfer, ce sont les pérégrinations de Ferdinand Bardamu.
Engagé dans l’armée, blessé à la tête, long à la rémission, Bardamu part alors en Afrique sur un rafiot. Ce sera alors la fièvre de la jungle, puis la misère à New York avant un retour à Paris dans les bas-fonds, là où l’odeur de choux se mêle à l’ignorance…

Paru en 1932, « Voyage … » frôle le Goncourt.
Il est écrit dans une langue gouailleuse jamais vue qui inaugure des temps modernes. Mais cette modernité est d’une noirceur éclatante et désabusée, sans aucune illusion sur l’immonde bestiole qu’est l’homme.
Pour éclairer les ténèbres, la douce pute américaine Molly ou le brave gamin Bébert sont les derniers rayons d’une pureté happée par le néant de la bêtise, de l’égoïsme et de l’indifférence. Robinson et Madelon, quoiqu’originellement sympathiques, mais pas futés, vont finir par contribuer activement à la bassesse ambiante
« Voyage… », produit d’une époque trouble, est le prélude aux enfers totalitaires qui vont submerger l’Europe.
Céline fut une belle ordure antisémite, capable de dépasser en bassesse ses ignobles personnages. Mais on ne peut qu’admirer son génie et sa folie, qui ont décapé la langue française au vitriol. Il a su agréger l’argot des tranchées de Dorgelès, le cynisme anarchiste et désabusé du soldat Chveïk et le pessimisme absurde de Kafka.
Un seul bémol, l’essoufflement du rythme, qui fait qu’à la fin, ce voyage devient trop souvent barbant. Mais il est incontournable si vous supportez l’acide, l’amer, la crasse, mais pas l’indifférence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La poèsie du crépuscule, 2 juillet 2012
Par 
Cinho512 - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Ce roman est l'un des plus grands et beaux romans que j'ai lu de ma vie.
Ce voyage au bout de la réalité humaine et les pérégrinations de Ferdinand Bardamu m'ont profondément touchés, par la justesse, la mélancolie et le style novateur de l'auteur, Céline serai il resté un chameau pour parler dans le langage Nietzschéen.

Dans ce roman, on suit le parcours du d'abord jeune Bardamu qui s'engage dans l'armée française pour la guerre 14-18.
Finissant blessé et rapatrié à Paris, on suit alors sa vie à Paris, ses différents voyages et son retour pour s'installer en tant que médecin.
Avec un style qui révolutionna le genre du roman et d'une poésie, liée par sa filiation au langage parlé,pour donner un réalisme et une sincérité aux événements, Céline nous transporte dans l'atmosphère lugubre de la guerre, celle singulière de l'après guerre, l'atmosphère étouffante de l'Afrique luxuriante, un New York ténébreux et sa vie de médecin.

Les descriptions céliniennes sont toujours accompagnés d'une teinte de pessimisme et de malheur, mais où la tendresse des personnages n'est pas absente. Cette mélancolie si douce aux cœurs rêveurs du lecteur.
Les autres personnages sont de passages, mais ont chacun une poésie et une belle épaisseur pittoresque, souvent mélancolique.
De plus, ces descriptions sentent le vécu, ceux qui donnent une belle vérité à cette œuvre capitale.
La conscience et la connaissance sans failles et quelque peu désespérer de Céline en fait un roman reflétant parfaitement les âmes humaines et offre la teinte si personnelle de Céline. Je trouve les personnages d'une épaisseur et d'une beauté réaliste juste formidable.
Ce roman est également celui d'une génération qui se poursuit et dont le nihilisme s'aggrave. Cette poursuite verse le "dernier homme".

Je conseille donc véritablement et avec insistance ce roman extraordinaire, qui vous transportera dans le Paris de Céline et des territoires qu'il a pratiqué.
Là, il ne faut surtout pas passer à coté de ce chef d’œuvre incontestable, crépusculaire, mais rayonnant de vérité
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Ingénieux, 18 janvier 2011
Par 
Ouhman (Paris 18) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Le premier qui expose un urinoir dans un musée réalise une oeuvre d'art. Génie ? Astuce ? En lisant ce qu'il est convenu de nommer le "Voyage", il y a quelques années, je me souviens de l'étonnement ressenti devant des lignes datant de 1932, écrites dans un langage volontairement relâché. Ce style, particulièrement adéquat lorsque Céline exprime son rejet de la guerre, rend la lecture de la première partie du livre à la fois facile et touchante. Par la suite, le procédé perd de son attrait, surtout si, comme moi, on se désintéresse de plus en plus du héros et de ses pérégrinations. Pour tout dire, les dernières pages de ce long roman-pamphlet furent une délivrance.

Le deuxième qui expose un urinoir ne laissera pas la même trace que le premier, c'est normal. Si, par ses audaces de style, Céline a levé des barrières, il a aussi ouvert la porte des maisons d'édition à des auteurs convaincus que la vulgarité et la provocation représentaient une forme de génie. Bien sûr, tous ces petits urinoirs font allégeance à l'Urinoir Originel dont ils revendiquent l'héritage. Celui-là même qui prétendait que "l'amour, c'est l'infini à la portée des caniches", aura mis le génie à la portée des singes et des perroquets.

Toi, lecteur occasionnel ou écrivain aspirant à une carrière, sache-le : tu DOIS aimer ce livre. Que dis-je ? Tu dois le vénérer. Ce livre ne t'a pas ennuyé, il a été "un coup de poing", une "fulgurance", etc. Apprends à goûter ce délicieux paradoxe consistant à louer le génie d'un homme qui avait certaines idées que, bien entendu, tu réprouves. Ainsi prévenu, n'hésite pas à te lancer : d'une grande facilité d'accès, souvent amusant, le Voyage ne fâche aujourd'hui plus personne et, hormis sa longueur, cette nuit n'a rien d'effrayant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


27 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un voyage au bout de l'âme, 26 novembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Bardamu n'est bien sûr qu'une caricature, un pot-pourri d'incertitudes et de sentiments qu'il serait difficile de tous retrouver dans une seule et même personne. Sa destinée et son cheminement cahotiques en sont donc improbables mais les événements et les drames qui l'y conduisent ont tous été vécus et subis par d'innombrables êtres humains qui retrouvent dans ces lignes leur souffrance, leurs questions, leurs hésitations, leur soumission au devoir ou leur rébellion. Ce voyage est en fait un tour d'horizon de la raison humaine et la nuit est pour Céline le symbole de sa noirceur. La révolte de l'individu ne mène pas ici à de grandes envolées lyriques mais plutôt à une étude opportuniste de la meilleure façon de profiter du système. Aucun personnage ne sort intact de cette féroce critique de la société et de ses contradictions. L'atroce pessimisme que dégage cette oeuvre au premier abord est en fait un fantastique déclic pour stimuler une réflexion personnelle profonde, mieux comprendre l'absurdité de ce systéme et tout faire pour vouloir l'améliorer. Ce voyage est probablement l'une des oeuvres les plus marquantes et profondes de l'histoire de la littérature.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A lire absolument, 29 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Format Kindle)
Il a fallu que j'attende longtemps avant d'oser le feuilleter. Et ... j'y suis tombée. Pessimiste, noir, désespéré, des portraits d'hommes à la lâcheté ordinaire. Et écrit avec un style mêlant la précision des mots au style familier de l'époque. Fabuleux ! A lire, sans écouter le politiquement correct qui relègue cet auteur dans "l'enfer" , en prenant ce livre pour ce qu'il est le livre d'un moment où l'homme n'était pas encore devenu fou.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A lire, 28 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Voyage au bout de la nuit (Poche)
Jeunes lecteurs, délaissez un peu consoles et autres écrans et découvrez ces écrits. Découvrez l'auteur ! pour ce qui est de l'homme et de ses actes, recherchez ensuite le contenu du cours de sa vie, ceci devrait vous amener à vous poser quelques questions, sur l'humain.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 213 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Voyage au bout de la nuit
Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline (Poche - 16 février 1972)
EUR 9,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit