Commentaires en ligne


6 évaluations


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une quête de la liberté sur le mode destructif, 13 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'immoraliste (Poche)
Ce livre est le récit d'un homme, Michel, 24 ans, dont la carrière professionnelle semble toute tracée, la vie familiale toute rangée, tout cela dans la fréquentation d'une société bourgeoise toute prévisible. Mais, en réalité, tout cela le dégoûte: sa carrière, qu'il veut oublier, son mariage, qu'il n'a pas voulu (pourtant, Marceline, sa femme, est un véritable ange sacrifié) cette société qu'il ne supporte plus. Il va donc entreprendre une quête de son moi profond, quête qui passe par le rejet ou la destruction de tout ce qui précède.

Largement auto-biographique, ce livre pose le problème de l'homosexualité latente et bridée de son personnage principal, de son égoïsme qui se confond avec son vouloir-vivre, et, en fin de compte, de la définition de la liberté: Michel l'atteint finalement cette liberté, mais c'est une liberté négative et il ne sait qu'en faire...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Je recommande!!!!!!, 6 août 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'immoraliste (Poche)
Un livre qui se dévore littéralement, j'ai beaucoup apprécié cette première lecture ne connaissant pas André Gide. Son style d'écriture est très agréable à lire, rien d'alambiqué. Thème autour de la notion de voyage, de la maladie, de la ferme, du mariage, de la vie en général.Mais se pose surtout le thème de l'homosexualité de façon très implicite...On voit ici la détresse d'un personnage, ses sentiments, ses émotions dans le cours de sa vie sans rentrer aucunement dans un mélodrame. Un livre plein de finesse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Vers un nouvel être ?, 26 novembre 2014
Par 
Gerard Müller "médicactus" (Nouvelle Caledonie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'immoraliste (Poche)
L’Immoraliste/André Gide
Dans ce roman psychologique autobiographique universellement connu publié en 1902, André Gide use de la technique du récit enchâssé c’est à dire que le récit de Michel est introduit par un tiers qui lui rend visite en Algérie avec d’autres amis.
Michel a besoin de parler, de se confier, de se libérer, de plaider son innocence au cours de cet examen de conscience tourmenté.
C’est la nuit au porte du désert au cœur de l’oasis….
La dernière fois que les amis se sont rencontrés, c’était lors du mariage de Michel avec Marcelline, une très jolie femme, douce et tendre. Un mariage un peu contraint pour Michel, afin de faire plaisir à son père.
Michel, lui le bourgeois, fait carrière dans l’étude des civilisations antiques et son père a tracé sa voie pour lui.
De voyages en voyages avec sa tendre épouse qu’il commence à aimer, de la Tunisie à l’Italie, Michel tombe malade. Son épouse prend soin de lui et ils partent en Algérie pour bénéficier d’un meilleur climat. Convalescent, ils repartent pour la Sicile puis l’Algérie.
Au cours de ses pérégrinations, rétabli, Michel se découvre un nouveau corps, un nouvel être qui avait été étouffé par une éducation huguenote très puritaine.
Il veut assumer ses pulsions amorales, au mépris de tout ordre social et de sa vie conjugale. Il lui faut rejeter toutes contraintes sociales et morales. Mais à quoi va lui servir cette liberté ?
Ce récit qui fait partie des grands classiques que je relis pour la troisième fois est bien sûr parfaitement écrit : on ne vante plus le style sobre et clair de Gide.
Il n’est pas douteux que le parcours de Michel puisse se calquer sur celui d’André Gide lui-même, dont l’amoralisme nietzschéen restera en pointillé tout en affirmant sa liberté intérieure.
« Savoir se libérer n’est rien ; l’ardu, c’est savoir être libre. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Vers un nouvel être ?, 26 novembre 2014
Par 
Gerard Müller "médicactus" (Nouvelle Caledonie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'immoraliste (Poche)
Vers un nouvel être ?
Par Gerard Muller TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 26 novembre 2014
Format: Poche
L’Immoraliste/André Gide
Dans ce roman psychologique autobiographique universellement connu publié en 1902, André Gide use de la technique du récit enchâssé c’est à dire que le récit de Michel est introduit par un tiers qui lui rend visite en Algérie avec d’autres amis.
Michel a besoin de parler, de se confier, de se libérer, de plaider son innocence au cours de cet examen de conscience tourmenté.
C’est la nuit au porte du désert au cœur de l’oasis….
La dernière fois que les amis se sont rencontrés, c’était lors du mariage de Michel avec Marcelline, une très jolie femme, douce et tendre. Un mariage un peu contraint pour Michel, afin de faire plaisir à son père.
Michel, lui le bourgeois, fait carrière dans l’étude des civilisations antiques et son père a tracé sa voie pour lui.
De voyages en voyages avec sa tendre épouse qu’il commence à aimer, de la Tunisie à l’Italie, Michel tombe malade. Son épouse prend soin de lui et ils partent en Algérie pour bénéficier d’un meilleur climat. Convalescent, ils repartent pour la Sicile puis l’Algérie.
Au cours de ses pérégrinations, rétabli, Michel se découvre un nouveau corps, un nouvel être qui avait été étouffé par une éducation huguenote très puritaine.
Il veut assumer ses pulsions amorales, au mépris de tout ordre social et de sa vie conjugale. Il lui faut rejeter toutes contraintes sociales et morales. Mais à quoi va lui servir cette liberté ?
Ce récit qui fait partie des grands classiques que je relis pour la troisième fois est bien sûr parfaitement écrit : on ne vante plus le style sobre et clair de Gide.
Il n’est pas douteux que le parcours de Michel puisse se calquer sur celui d’André Gide lui-même, dont l’amoralisme nietzschéen restera en pointillé tout en affirmant sa liberté intérieure.
« Savoir se libérer n’est rien ; l’ardu, c’est savoir être libre. »
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Chef d'Oeuvre excellent!, 8 mars 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'immoraliste (Poche)
L'immo est un chef d'oeuvre exceptionnel. Un livre qui nous permet de réfléchir et penser à l'existence. Michel est nous tous; nous tous, nous sommes Michel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 personnage meprisable envers ses semblables, 15 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'immoraliste (Poche)
resume du livre etabli par l'editeur

«Un matin, j'eus une curieuse révelation sur moi-même : Moktir, le seul des protégés de ma femme qui ne m'irritât point, était seul avec moi dans ma chambre. Je me tenais debout auprès du feu, les deux coudes sur la cheminée, devant un livre, et je paraissais absorbé, mais pouvais voir se refléter dans la glace les mouvements de l'enfant à qui je tournais le dos. Une curiosité que je ne m'expliquais pas bien me faisait surveiller ses gestes. Moktir ne se savait pas observé et me croyait plongé dans la lecture. Je le vis s'approcher sans bruit d'une table où Marceline avait posé, près d'un ouvrage, une paire de petits ciseaux, s'en emparer furtivement, et d'un coup les engouffrer dans son burnous.»

Biographie de l'auteur
Né le 22 novembre 1869 à Paris, André Gide fait partie de l'entourage littéraire de Mallarmé et de Valéry dès 1891. Il fonde avec quelques amis La Nouvelle Revue Française en 1908, donnant trois ans plus tard aux Éditions de la N.R.F. l'une de leurs toutes premières publications, Isabelle. Par son œuvre, ses prises de position, ses nombreuses amitiés et ses voyages, il exerce durant l'entre-deux-guerres et au-delà un véritable magistère. Il reçoit le prix Nobel de Littérature en 1947 et meurt à Paris le 19 février 1951.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'immoraliste
L'immoraliste de André Gide (Poche - 17 octobre 1972)
EUR 5,80
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit