Commentaires en ligne 


47 évaluations
5 étoiles:
 (24)
4 étoiles:
 (8)
3 étoiles:
 (8)
2 étoiles:
 (7)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


27 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 pfiou
Terrifant récit de ce qui pourrait être la fin du monde. Arrivée à un stade de son évolution où les machines et l'électricité sont partie prenante de la vie, l'humanité s'est éloignée depuis longtemps de la nature et des choses simples. Assistée par les derniers exploits de la science, elle...
Publié le 8 mai 2006 par My Inner Shelf

versus
21 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "la violence est le dernier refuge de l'incompétence"
Paris 2052; dans une France où la Ville prospère , où le Progrès de l'homme éclate, où l'electricité, devenue indispensable, a même remplacé l'agriculture, tout semble possible et l'Homme n'a même plus peur de la mort. Pourtant, après une formidable panne électrique, la ville est brusquement...
Publié le 29 juillet 2004 par Agnes5


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

27 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 pfiou, 8 mai 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Terrifant récit de ce qui pourrait être la fin du monde. Arrivée à un stade de son évolution où les machines et l'électricité sont partie prenante de la vie, l'humanité s'est éloignée depuis longtemps de la nature et des choses simples. Assistée par les derniers exploits de la science, elle dépend des inventions de l'homme, à tous les niveaux. Mais le jour où l'électricité ne rempli plus son rôle, le jour où tout s'arrête, l'humanité entame sa descente inéluctable, et doit survivre par elle-même. Ravagé par des catastrophes en chaîne et sans plus aucun moyen d'y faire face, le monde est plongé dans une ère apocalyptique où chacun cherche à sauver sa peau, à n'importe quel prix.

Le livre est passionnant, l'histoire vraiment cauchemardesque, le propos percutant. Comment renaitre après une chute si vertigineuse ? faut-il recommencer les mêmes erreurs en croyant mieux faire, ou tout rejeter en bloc pour préserver la vie ?

Le dénouement m'a laissée sans voix, c'est un livre puissant et plein d'idées.

Du très bon Barjavel.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Ravageur !, 15 février 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Un livre traitant de l'effondrement de la société dans un monde soudain privé d'énergie.
Il s'agit d'un conte philosophique, fortement teinté de politique et de sociologie, où la science est omniprésente et avec quelques moments forts.
Comme toujours avec Barjavel, l'amour tient une grande place. On trouve ici, ce qui est plus rare, un côté écologique de circonstance.
Ce livre a assis la réputation de l'auteur de « La nuit des temps » et compte parmi ses meilleurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 "la violence est le dernier refuge de l'incompétence", 29 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Paris 2052; dans une France où la Ville prospère , où le Progrès de l'homme éclate, où l'electricité, devenue indispensable, a même remplacé l'agriculture, tout semble possible et l'Homme n'a même plus peur de la mort. Pourtant, après une formidable panne électrique, la ville est brusquement plongée dans le chaos.
Un panique effoyable prend les Parisiens, laissant les hommes en proie à leurs instincts les plus primaires: égoïsme, folie, pillages, tuerie, barbarie...
Dans cet univers post-apocalyptique où règne la loi du plus fort, François devient le chef d'un groupe de quelques survivants et, au fil de nombreux périls, rejoint le sud de la France où l'agriculture a conservé toute sa place.
Ecrit et publié en 1943, ce roman de science-fiction est un roman pessimiste, qui dénonce les travers et les dangers des "progrès" de la société. Surtout, rédigé pendant l'occupation allemande, certains parallélismes restent troublants (fuite vers le Sud de la France, exode difficile et dangereux, anéantissement des moyens de communication, lutte et violence pour la survie, faim...) et le livre n'est pas sans rappeler, dans l'esprit,la belle métaphore du Hussard sur le toit de Giono.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un grand texte de science-fiction., 14 mai 2012
Par 
Finity's end "Forteresse des etoiles" (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Contrairement aux idées reçues la SF possède une longue histoire en France .....
Ravage campe une panne brutale dont le lecteur découvrira la causalité lui-même .
Cette panne cause la fin brutale de la civilisation .
Le caractère violent ,mouvementé ,spectaculaire et brutal de ce contexte est fabuleusement exploité par l'auteur et en toute sincérité on s'y croit sans problèmes.
La variété des situations envisagées est époustouflante cela va de la cage d'escalier en passant par l'autoroute ....
La SF est souvent moins prospective que bien ancrée dans son époque et Barjavel ne fait pas exception .
Le monde de Ravage se replie sur lui-même par obligation.
L'auteur cherche à démontrer que le progrès ne doit pas se faire au détriment de certaines valeurs.
Cela ne fait pas de l'auteur un personnage récalcitrant au progrès ou bien rétrograde .
Si vous n'êtes pas d'accord avec Barjavel ,allez demander leurs avis aux habitants de Fukushima ou de Tchernobyl ....
Ravageest un excellent moment de lecture.
Un excellent moment d'apocalypse ..
Un texte bien écrit qui continue de parler à ses lecteurs contemporains et il est superbement écrit .

Ravage est un excellent moment de lecture.
Un excellent moment d'apocalypse ..
Un texte bien écrit qui continue de parler à ses lecteurs contemporains.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Puissant message,mais, 20 février 2012
Par 
Germain Poignant (Grignan) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Une civilisation hyper-moderne a fondé la plupart de ses progrès sur l'énergie electrique.
Lorsqu'un jour survient une panne générale d'electricité,tout le monde pense que l'electricité va revenir, que les machines vont à nouveau fonctionner...Mais ce ne sera pas le cas. Et l'humanité va devoir, d'un seul coup, affronter la réalité de sa dérive progressive, de sa prétention, de l'oubli de son rapport à la Terre.
L'humanité va payer cher cette dérive, et dure sera la survie pour les quelques rescapés du chaos.
Car, sans electricité, sans machine, pas d'eau, pas d'alimentation, pas de transports...
Cet ouvrage est, en cela, un puissant message délivré à nos contemporains.
Nous dépendons de plus en plus du pétrole, de l'electricité.
Sans pétrole, que deviendraient tous ces gens qui vivent dans des villages dortoirs et effectuetn chaque jour des allers-et-retours quotidiens vers leur travail et les magasins?
Sans pétrole, notre pays pourait-il assurer la nourriture de sa population?
Sans eau, comment boirait-on? Nous avons bouché les puits, laissé se tarir les sources qui alimentaient les fontaines...Un problème sur la canalisation d'eau de ville, et nous sommes tributaires de l'eau en bouteille...
Nous l'oublions, mais c'est bien de la Terre dont nous dépendons tous, en premier lieu, bien avant les progrès qui reposent sur des bases friables.
Jusqu'à une époque récente, les gens avaient gardé le bon sens du "et si jamais" (une pénurie, un hiver rigoureux, une panne). Nous, nous le perdons. Le progrès dans lequel nous vivons nous invite à penser que nous sommes au dessus de tout et saurons toujorus surpasser les caprices de la nature. Mais c'est une grosse erreur, et c'est là tout l'intérêt de Ravage.
Après, le premier mauvais côté du livre est le caractère invraissemblable de plusieurs inventions qui y figurent. Mais tout cela est à replacer dans le contexte de l'époque (1943). Au lieu d'expliquer le fonctionnement de chaque élément inventé, l'auteur aurait sans doute gagner à rester plus évasif pour éviter que cela paraisse impossible au lecteur de 2012.
Malgré tout, René Barjavel a le grand mérite d'avoir imaginé le distributeur de boissons en gobelet jetable!
Le deuxième mauvais côté du livre est, à mon sens, les bases de la nouvelle société qui est fondée avec les rescapés...Polygamie, et, surtout, natalité maximale...
Dans un monde peuplé de 7 milliards d'individus, parmi lesquels une grande partie a faim, et une autre exerce une pression croissante sur le vivant et sur notre propre milieu de vie, peut-on concevoir ces principes comme prometteurs d'un avenir meilleur?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Anticipation, 25 février 2009
Par 
Catherine (Saint-Denis, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Un livre lu pendant mon adolescence, et qui m'a beaucoup plu. L'idée : dans une société plus avancée technologiquement que la nôtre, une catastrophe survient, qui fait que toutes les machines utilisant de l'électricité ne marchent plus. S'ensuivent un effondrement de la société, avec scènes de pillages et de violences (on pense au blackout sur New York), et un grand exode des citadins vers la campagne.
Bon, la moralité : la vie à la campagne c'est bien, la technique avilit l'homme! est un peu lourdingue, mais abstraction faite de ça le livre se lit bien, les personnages sont attachants et tout cela est fort agréable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Mouais, 5 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Fan de post apo, après lecture des commentaires et de la préface, ce Ravage m'a donné envie de le lire.
Et franchement j'ai pas accroché, je l'ai fini parce que je l'avais payé, mais quelle déception.
Le livre commence comme une foire aux bonnes idées, moultes descriptions sur les inventions du futur, Barjavel nous plante le décor et même au-delà, malheureusement tout cela a mal vieilli et devient assez vite ennuyant, bon le livre est écrit en 1943. Mais pour de l'anticipation, j'ai plus l'impression qu'il a voulu nous en mettre plein les yeux plutôt que de constituer un monde crédible, je m'explique pas qu'il imaginait qu'en 2050 et des brouettes, les gens s'extasieraient devant de la valse musette des années 1920, et d'autres exemples comme les agriculteurs préférant labourer sans machine, etc...
Mais tout est pardonnable s'il y a un peu de fond, mais non, les personnages sont justes caricaturaux, le personnage principal a une sensibilité de mercenaire, rien d'humain ne transpire de lui, sa copine Blanchette, vénale, superficielle avec le QI d'une huitre, juste utile pour la reproduction, en même temps avec un surnom de génisse... Le chaos s'ensuit, c'est plutôt bien détaillé sur le début, mais ça devient vite étrange, les gens se bousculent se piétinent dans les escaliers mais le lendemain, même pas la trace d'un cadavre ( ), et survient le feu, un feu surnaturel, presque divin c'est limite si la roche ne fond pas sous son passage.
Et la conclusion, un monde parfait, où les humains pour vivre heureux ne reproduiront plus les erreurs du passé, le moyen-âge mais en plus cool car même les moches et les difformes auront droit à un mari, bah oui, faut donner de sa personne pour resemer la terre...
Ma plus mauvaise lecture depuis pas mal de temps, si je n'avais pas lu "La nuit des temps" avant celui-ci, j'aurais rayé Barjavel des auteurs à lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Elle sera longue, La Route..., 8 décembre 2009
Par 
Esteban Miro (Triel-sur-Seine, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Quand on sait qu'il a été publié en 1943, on ne peut qu''éprouver un immense respect pour Ravage et son auteur, René Barjavel. Connu du grand public pour La Nuit des Temps, cet ex chef de fabrication chez l'éditeur Denoël aura laissé une trace indélébile au panthéon des écrivains d''anticipation français. Il y a eu Jules Verne, on retiendra René Barjavel. Un comble pour celui qui aura toujours refusé qu''on le répertorie parmi les auteurs de Science-Fiction !

Et pourtant, c''est bien de cela dont il s''agit avec Ravage. Imaginez notre civilisation en 2042. Imaginez de quoi peuvent être faites les armes' Supposez qu''on ne parvienne à mettre fin aux sempiternels conflits qui nous ont toujours agités' Et puis, maintenant, interrogez-vous : Et si, suite à un tragique événement, nous étions totalement privés d''énergie artificielle ! Plus d'électricité ! Aucune batterie de rechange qui puisse fonctionner, rien. Regardez les avions tomber du ciel et s''écraser sur la ville' Mettez-vous à la place de ces voyageurs du métro qui se situent entre deux stations' Et puis, supposez un instant qu'on soit parvenu, en 2052 et même avant, à développer un procédé qui permette la conservation des corps de nos ancêtres...' Ils sont là, dans notre salon, on les contemple tout en chérissant leur mémoire,' préservés qu'ils sont, notamment grâce à l''électricité...' Imaginez l''enfer. C''est ce que décrit Barjavel, des décennies avant La Route, de Cormac MacCarthy. Avec l'aide de quelques rescapés et de la femme qu''il aime, François va tout mettre en œuvre pour fuir, d''abord, la déchéance humaine, puis le cataclysme des incendies. Une route terrible et mortelle, à l''issue de laquelle, peut-être, se trouve le salut de l''humanité.

On pourra conspuer autant qu'on veut le roman de science-fiction, il n''empêche que c''est le seul à inventer, à partir de problématiques actuelles, un avenir plus ou moins probable. Visionnaire ? Peut-être. Pourtant, on ne peut s''empêcher de prier un instant pour que jamais ce ravage ne devienne réalité. Un livre magistral, stupéfiant, où seuls les dialogues et les prénoms peuvent accuser le coup des ans. Le reste, plus de soixante ans plus tard, n''a pas pris une ride'. La fin, quant à elle, sera sujette à bien des débats...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 A lire absolument, 12 octobre 2001
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Imaginez un seul instant que, le courant électrique sous sa forme utilisable change brusquement de propriété et que de ce fait, toutes les machines sur terre s'arrêtent instantanément. Ce scénario catastrophe, qui aurait pu avoir lieu avec le fameux bug de l'an 2000, y est décrit avec une précision diabolique dans ce chef d'oeuvre de la littérature catastrophe dont l'action se situe en 2052. Or, écrit en 1942, le futur qui y est décrit dans ce livre ressemble étrangement au monde dans lequel nous vivons. Terrifiant !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Fondateur, 14 avril 2014
Par 
A. Fabienne (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ravage (Poche)
Ce livre de René Barjavel est reconnu comme le pilier fondateur de la SF française et il est vrai que de ce point de vue, c'est un livre exceptionnel et qui mérite sa réputation.
La description de cette société ultra-moderne qui, privée soudainement d'électricité, s'effondre comme un château de cartes et laisse totalement démunis ses citoyens qui avaient perdu l'habitude de se servir de leurs dix doigts, fait froid dans le dos et ne peut manquer d'inquiéter les humains d'aujourd'hui, plus esclaves que jamais des technologies et de l'électricité qui les fait fonctionner.
Cependant, il manque à ce livre la poésie et le souffle qui habitent cet autre livre majeur de la SF française : Malevil de Robert Merle. "Malevil" est plus tardif, et on peut penser que Robert Merle a puisé dans "Ravage" une partie de son inspiration. Mais il a su en faire quelque chose de beaucoup plus puissant et marquant, en tout cas de mon point de vue.
Si je devais conseiller à quelqu'un la lecture d'un livre mettant en scène l'humain aux prises avec ses contingences devant la Nature redevenue toute puissante, c'est sans conteste "Malevil" que je recommanderais.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Ravage
Ravage de René Barjavel (Poche - 27 septembre 1972)
EUR 7,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit