undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles18
4,4 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 5 octobre 2010
Si vous ne devez lire que 3 romans russes de toute votre vie, je vous conseille de ne pas oublier « Les âmes mortes ».
A travers les tribulations picaresques de Tchitchikov, un bourgeois affairiste qui rêve de noblesse, Gogol nous dépeint une certaine "âme russe", bien vivante celle-là, l'âme dévoyée des hobereaux de la Russie impériale du 19e siècle.
Tchitchikov parcourt la campagne afin de proposer aux propriétaires terriens de racheter les âmes des serfs morts depuis le dernier recensement, mais pour lesquelles il doivent continuer de payer un impôt, la capitation, jusqu'au prochain recensement.
Les propriétaires sont alors surpris et tout heureux de vendre ces "fantômes" qui engendrent des dépenses inutiles.
Bien sûr Tchitchikov a une idée derrière la tête.....
Le génie de Gogol, son imagination (car personne ne croit qu'il ait réellement traversé la Russie pour écrire son roman) nous livre un récit inoubliable, foisonnant d'images, de métaphores audacieuses et modernes.
Farce cruelle, maintes fois recalée par la censure, oeuvre possessive qui va détruire l'âme et la santé de Gogol, chef-d'oeuvre absolu de la littérature universelle.
LUDI
22 commentaires|40 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce roman est très bon dans sa première partie. Des fragments présagent une aussi bonne deuxième partie. Et un manque est à déplorer, cette troisième partie brulé par le désespoir de Gogol face à son impossibilité à la réaliser.

La première partie raconte l'arrivée de Tchitchikov dans une province de Russie pour en recueillir des "âmes mortes". La deuxième est la continuation de cette activité dans une autre province, pour finir par sa déchéance et sa rédemption. Et une troisième partie devait être ce travail de rédemption.
Tchitchikov est un homme charmant et d'un certain âge au moment du récit. Il à toute sa vie été avare et a cultivé un volonté de fortune qu'y t’a trafiquer, ceux qui lui à valu sa première déchéance et sa vie de nomade à la recherche d'âmes mortes.
A travers ses pérégrinations dans la Russie tsariste du XIXème siècle, on à un panorama réaliste et tendre de l"âme russe" et de l'organisation de cette Russie aride et fougueuse.

La première partie se caractérise par une belle légèreté et un humour dans les personnages et les situations que vit Tchitchikov.
Entre le courageux Konstanjoglo, honnête et vaillant travailleur, Tentetnikov est sa mélancolie d'écrivain raté ou encore des personnages étonnant comme Nozdriov, on à une mirée de caractères pittoresques et si représentatif de cette Russie des commères et des fonctionnaires.
Il y en à beaucoup d'autres, car se roman se caractérise clairement par la grande richesse dans les personnages et leur belle épaisseur pour une fresque passionnante et bien représentative de la Russie du XIXè. siècle.
On en apprend également beaucoup sur le système de cette Russie Tsariste, de ses nombreux propriétaires terriens et de leurs paysans serfs d'un coté, et de ses fonctionnaires zélés et "pot-de-vineurs", pour reprendre un néologisme du roman de l'autre.

Gogol affirme une parenté avec son héros, qui représente les personnes ne pouvant se départir de leur éducation et de leur modèle, le plus souvent familiaux et ici le père, et qui forme leur psyché et leur inconscient pour un arrière fond qui reste, et ici l'avarice.
En outre, il ne faut pas oublier la grande religiosité de cette Russie et de Gogol qui après avoir montré de façon légère et perspicace la Russie du servage et de l"Oblomovchina" de ces propriétaire qui ont perdus leur volonté, a voulu faire une œuvre de morale chrétienne, par la nouvelle chance que reçoit Tchitchikov à la fin du récit, mais que l'on ne découvrira jamais.
De plus, il faut tout de même rappeler que la deuxième partie, par sa caractéristique de n'être que fragmentaire, rend difficile la lecture et frustrera un bon nombre de lecteurs.
Mais la première partie est grande et peut être affilié, toute proportion gardée, à la "Comédie Humaine" de Balzac, par sa belle personnalisation et l’épaisseur des personnages malgré leurs présences fugaces.

Je conseille vraiment ce grand roman incomplet, mais à découvrir, car Gogol et sa verve, mi pittoresque mi-poétique, décrit admirablement l'"âme russe" et sa diversité se retrouvant sous l'aridité de la gigantesque Russie et dans leur plaisir à se réchauffer de mauvaises vodka ou de vin Français, et nous justifie son statut de grand écrivain de la Russie des génies, de Pouchkine à Tolstoï et Dostoïevski, ces derniers, se considérant comme des héritiers de son œuvre. "Nous sommes tous sortis du Manteau de Gogol"
Je conseille également les formidables "Nouvelles de Saint-Pétersbourg".
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un classique-momument. Gogol dont l'oeuvre est toute de qualité (nouvelle de Petersbourg, Tarass Boulba, Soirées du hameau, le Revizor) nous offre ici la description intelligente, minutieuse et critique du monde russe : notables, fonctionnaires et petits propriétaires) Les portraits qu'il fait de ses personnages en font des types comme peuvent l'être Harpagon ou Tartuffe. On suit Gogol qui nous invite chez de drôles de russes (avares, brutes, rêveurs, corrompus, bourgeoises de provinces, menteurs,...) .
Des passages extraordinaires.
0Commentaire|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2011
Lecture facile. Dialogues énergiques. Personnages hauts en couleurs.
Critique amusante de la société russe de l'époque.

Il est vraiment dommage que l'œuvre soit restée inachevée car par les fragments de la seconde partie et une annonce de l'auteur dans la première on devine une progression des thèmes à la manière de la Divine Comédie : de ridicules et détestables, le niveau des personnages, de leurs préoccupations et de leurs comportements semble s'élever dans la seconde partie.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 avril 2014
Waouh ça faisait un bail que je n'avais lu un classique. Les âmes mortes m'ont comblées. Drôle, caustique, tantôt amusant, on suit les déambulations d'un personnage qui sillonne une province en Russie à la recherche de personnel. Au gré des rencontres, Gogol nous présente une vision chouette des classes sociales de la Russie de l'époque. Y a de la neige, de la bouffe de la picole, de la philosophie, des traîneaux , des réflexions sur l'argent, y a toute la Russie dans un bouquin vive Gogol, quand je pense que ce dingue à brûlé deux fois ces manuscrits. En avance sur son temps, magnifique !
Dans cette édition, il y'a un chouette dossier, dans lequel j'ai appris notamment que Gogol léguait une partie de ses revenus à des étudiants, quelle classe !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le sujet de ce livre a été fourni à Gogol par Pouchkine (comme le sujet d'un autre chef d'oeuvre, le Révizor)... Ici, un homme va de campagne en campagne pour acheter des âmes mortes : les âmes des hommes décédés mais encore en vie selon l'Etat car le recencement ne les a pas décomptabilisés !
Ce livre est magnifiquement bien écrit avec un style extraordinaire, beuacoup d'humour !
Plusieurs fois, je me suis pris un fou rire dans le métro tellement certains dialogues, certaines situations prètent à rire.
Dommage que la deuxième partie ne soit pas complète, car on reste véritablement sur notre faim...
Mais c'est une telle critique de la Russie, une tel tableau que cet inconvénient est tout simplement secondaire !
0Commentaire|28 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2014
Première partie, le maître déploie son talent de narrateur et brosse des personnages comme personne. Deuxième partie, pas de sa faute, une compilation post mortem. Nous ne saurons jamais où il voulait en venir et c'est vraiment dommage. Goethe a eu le temps d'écrire son Faust, pas Gogol. Snif.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2015
Le titre de mon commentaire en dit long. Ce roman picaresque offrira des moments de lecture inoubliables (sa première partie en tout cas).
Nous plongeons dans la Russie rurale et rions souvent des portraits d'individus extravagants et pourtant plutôt réalistes. Les images de cette Russie laisseront des souvenirs impérissables. Je préfère ne pas trop en dire...
En revanche, la seconde partie s'accorde bien mal avec le début du roman (comme Gogol a changé entre temps!). Peu importe! La fin, qui sent trop les aspirations mystiques et aveugles de l'auteur, ne fait que renforcer le sublime de la première partie, dont le caractère inachevé est peut-être un coup de génie involontaire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2009
On se rend vite compte qu'on est dans la satire sociale, que les pérégrinations de notre aimable escroc sont surtout l(occasion de visiter en long et en large une Russie qui semble se caricaturer elle-même à l'infini, tout cela avec cette théâtralité innée et ce sens du détail féroce propres à Gofol. Oui, certes. Sauf que les vraies âmes mortes sont peut-être celles des vivants qui nous entourent, tous vivant d'une mauvaise et triste vie. Sans doute Evgueni Schwarz se souvient-il de Gogol quand il écrit dans "Le Dragon": "coupe un homme en deux, l'homme est mort; coupe son âme en deux, et il viendra te manger dans la main"...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2009
Dans la lignée d'un Dostoïevski ou d'un Tolstoï, Gogol nous présente sa vision du peuple russe, avec une histoire très intéressante. Il est d'ailleurs notable d'observer qu'à la manière de Dostoïevski, Gogol arrive à ménager une certaine dose de suspense dans son oeuvre.
Ainsi on découvre toute la puissance du titre seulement à la fin du premier tome (extraordinaire moment de littérature par ailleurs, dommage que le deuxième tome soit moins homogène dans sa qualité).

Encore un grand roman, saisissant au possible, une véritable plongée au coeur de l'âme russe, voire même dans l'âme humaine. En suivant les aventures de Tchitchikov Gogol nous dresse plusieurs portraits humain au fil des rencontres du héros. Et c'est là que j'ai toujours été saisi par la capacité des auteurs russes à retranscrire des émotions, des traits de caractères... les âmes mortes donne parfois dans le portrait sociologique tant et si bien qu'on arrive à imaginer la russie de ces temps là et les relations entre les différentes "classes" du peuple.

Incroyable roman, un classique à ne pas manquer !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,00 €
2,05 €
8,70 €