undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles22
4,1 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 septembre 2010
A mon humble avis, le meilleur de Sartre, le plus intéressant. Le plus déconcertant aussi tant on a du mal à croire à des souvenirs aussi précis venus de la petite enfance. Mais passée cette remarque et mis de côté notre réducteur besoin de réalisme, on aime à lire ce récit autobiographique, histoire d'une vocation et du rapport à l'écriture.
Scindé en deux parties : Lire puis Ecrire, le roman décompose la construction de l'écrivain pour mieux nous la faire entendre. Et celle du petit Sartre lisant les livres de son grand-père, s'aventurant à écrire les siens, d'abord inspiré par ses romans d'enfants puis plongé dans la vie de ceux qui écrivent, il rêve d'être écrivain, il devient écrivain. Trop facilement, avoue-t-il, sans génie mais avec talent. Alors on admet que ce fort en thème est lucide, qu'il concède à ses géniaux prédécesseurs, pour se libérer de leur poids, ne se fier qu'à son talent et ne plus s'appesantir par ambition.
Les Mots, c'est donc l'histoire de la lucidité de l'auteur, lucidité qui passe par les mots. Début de la pensée, début de la connaissance. Et se faisant plus modeste que jamais, Sartre réalise son oeuvre la plus aboutie, à quelques mots près un chef d'oeuvre.
0Commentaire18 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les mots sont pour moi ma première rencontre avec Sartre. Je n'avais jamais osé franchir le pas et lire l'une de ses oeuvres. Par paresse, par peur d'un texte complexe, savant et touffu, qui sait. Toujours est-il que dès les premières pages, j'ai reçu une grande claque littéraire. J'ai véritablement été aspiré par ce livre. Le récit, autobiographique, et prenant dans son style comme dans son contenu. La description, parfois acide et mordante reste toujours juste et criante de vérité. La complexité des personnages et des situations s'offrent à vous d'une façon étonnamment claire. C'est magistral !
Ce livre est vraiment pour moi un gros coup de coeur.
0Commentaire18 sur 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
C'est souvent le cas avec "Les Mots" (Paru en 1964) qui est l’œuvre favorite des lecteurs distants vis-à-vis de la philosophie de Jean-Paul Sartre (1905-1980).

Alors que la philosophie de Sartre - depuis "L'existentialisme est un humanisme" dès 1946- a toujours été éloignée de ma ligne philosophique, j'ai en même temps toujours apprécié ce grand roman qu'est "Les Mots". Ainsi, je vous le conseille comme porte d'entrée autobiographique sur l'homme et sur l'écrivain.

Une autre question serait : est-ce que les sartriens trouvent que "Les Mots" est une œuvre secondaire ? En tout cas, de mon côté, je place "Les Mots" comme l'ouvrage majeur de J.P. Sartre.
0Commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2012
Qu'est-ce que l'intelligence ?

Ce n'est sans doute pas les gesticulations du petit enfant prodige, fils d'une famille bourgeoise cultivée, capable de noircir des cahiers à sept ou huit ans où il ébauche des romans d'aventure copiés sur ceux qu'on lui fait lire. Tout le monde n'est pas dupe devant ce singe savant qui recrache, qui minaude, qui murmure aux adultes ce qu'ils veulent entendre.

L'intelligence, c'est, en revanche, cette façon qu'a Sartre, désormais tout un homme, de ramasser en une phrase plusieurs opérations de pensée, donnant ainsi à voir la contraction poétique de raisonnements multiples. C'est comme si ce livre aussi avait été écrit sous amphètes. Une prose de fulgurations par douzaine, de formules lapidaires et géniales, de coups de théâtre et de génie. Petit chef d'oeuvre sec et spongieux comme un fruit. Le chef d'oeuvre de l'autobiographie du XXème siècle torché en deux livraisons des Temps Modernes.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 mai 2006
Je ne vous apprendrais rien en disant que Sartre est un maître de la langue...En lisant certains passage on croirait qu'il s'agit d'un poème en prose. Certes, il est parfois difficile de suivre l'auteur-narrateur mais la manière dont il raconte le chemin parcouru pour arriver à son métier d'écrivain est tout à fait originale. Sous des airs d'égocentrisme, on sent percer l'autodérision. A lire absolument, surout pour ceux qui passent leur bac français...
0Commentaire14 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 août 2010
Dernière œuvre publiée par Sartre, Les Mots est une autobiographie centrée sur les 12 premières années de Sartre, retour de l'auteur sur ce qui l'a poussé à devenir écrivain. Voici donc l'histoire d'un enfant choyé dans une atmosphère asphyxiante, fils unique d'une femme vivant par son fils après avoir perdu très tôt son mari, sous la présence étouffante de son grand père directeur de l'Institut du langage contemporain (et de la famille du célèbre Dr Schweitzer), seule présence masculine dans la famille.

Sartre se retrouve rapidement piégé dans une comédie permanente, la comédie de l'enfant merveilleux (et donc rapidement isolé de tous les autres enfants), décidant qu'il était appelé à être un futur grand écrivain parce que telles étaient les valeurs familiales (cf la bibliothèque du grand père où il est interdit de toucher aux livres, sauf une fois l'an pour les épousseter), le tout raconté avec une posture semi-complaisante, une distanciation ironique peut-être un peu trop marquée (cela a le mérite de faciliter les bons mots) :
« Ce n'est pas assez que mon naturel soit bon, il faut qu'il soit prophétique. »
« Je regardais aussi, mais avec plus de zèle que de convoitise : je n'étais pas sur terre pour jouir mais pour faire un bilan. C'était un peu trop commode : par timidité d'enfant trop sage, par lâcheté, j'avais reculé devant les risques d'une existence ouverte, libre et sans garantie providentielle, je m'étais persuadé que tout était écrit d'avance, mieux encore, révolu. »

Etonnamment différent de ce qu'on connaît de la personnalité de Sartre au lycée puis à l'ENS (si l'on en croit wikipedia, il est censé avoir été élu « Satyre officiel » de sa classe de lycée, et aurait fêté son baccalauréat en allant vomir sur les pieds de son proviseur avec son ami Nizan, ce qui, il faut bien l'avouer, est assez classe), il aurait été certainement très intéressant de comprendre les circonstances et les causes de ce basculement (sans compter probablement quelques histoires drôles supplémentaires). A noter d'ailleurs que Sartre semblait caresser le projet de poursuivre cette biographie si l'on en croit les dernières pages des Mots :

« J'ai changé. Je raconterai plus tard quels acides ont rongé les transparences déformantes qui m'enveloppaient, quand et comment j'ai fait l'apprentissage de la violence, découvert ma laideur - qui fut pendant longtemps mon principe négatif, la chaux vive où l'enfant merveilleux s'est dissous - par quelle raison je fus amené à penser systématiquement contre moi-même au point de mesurer l'évidence d'une idée au déplaisir qu'elle me causait. » (en toute honnêteté, Sartre parle là d'un deuxième basculement après sa période 1930 avec la Nausée, mais cela ne retire rien à mon attente)

En y réfléchissant encore, il n'y a peut-être jamais eu de basculement chez Sartre : peut-être est-il toujours resté le Comédien. L'imposteur s'est berné lui-même.
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2006
Un premier volet autobiographique, auquel Sartre n'a pas donné de suite. Il se termine à l'âge de onze ans, quand il entre au lycée de la Rochelle au moment du remariage de sa mère. C'est l'histoire d'un orphelin solitaire réfugié dans les livres. C'est aussi celle d'un écrivain précoce qui promène un regard sans concession sur les adultes.L'écriture est ramassée, compacte, polie comme un galet, elle se prête à lecture et relecture, révélant chaque fois de nouvelles facettes.
Ce qui me passionne,C'est l'ambivalence entre dérision et autodérison, entre mensonge et vérité. Dans cette famille qui est à sa façon un microcosme de la société, chacun joue un rôle (y compris le petit Jean-Paul, à la fois spectateur et souffleur). L'écriture échappe-t-elle à l'équation fondamentale qui fait de l'homme un comédien? La fiction dans la fiction est peut-être la seule vérité, ce qui accule le romancier à une sorte de religion de l'écriture...Sartre se condamne à la haute voltige !
0Commentaire16 sur 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 29 décembre 2015
Je vais sans doute ne pas me faire aimer des aficionados de Jean-Paul Sartre mais j’avoue que ce livre ne m’a pas emballé. Il faut dire que l’auteur a décidé de nous raconter dans les moindres détails son enfance tout en avouant que « [l]’enfance bourgeoise vit dans l’éternité de l’instant, c’est-à-dire dans l’inaction ». Et c’est bien vrai que l’inaction est latente.

La construction en deux parties, Lire et Écrire, semble très arbitraire dans la mesure où on y trouve la même chose. Et c’est tout à fait normal dans la mesure où l’enfance, même celle des gens les plus extraordinaires, n’a pas beaucoup d’intérêt dans la plupart des cas, même si elle nous permet de décrypter certains traits de caractère et certains comportements. Ensuite, il est clair que décrire son enfance à l’aube de sa mort doit mettre en garde le lecteur ou la lectrice. Nous ne sommes pas sûrs d’y trouver la vérité pure mais la représentation que s’en fait l’auteur au vu des événements qui ont marqué sa vie.

Ceci dit, il faut bien entendu souligner la qualité de l’écriture même si parfois je me suis demandé si ce n’était pas trop. Bref, on y découvre donc un enfant « féminisé par la tendresse maternelle, affadi par l’absence du rude Moïse qui [l]’avait engendré, infatué par l’adoration de [s]on grand-père, […] pur objet, voué par excellence au masochisme si seulement [il] avai[t] pu croire à la comédie familiale ».
Enfin, très rapidement au cours de ma lecture, j’ai fait un lien avec Le premier Homme d’Albert Camus, mais j’ai vu après coup que d’autres avaient produit des analyses bien plus abouties que celle que j’aurais pu effectuer.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mai 2013
Livre reçu en parfait état. Au niveau du contenu, il ne faut pas s'attendre à une biographie fidèle et "carrée" de l'auteur, au risque d'être déçu. Il s'agit de bribes d’événements racontés dans un ordre approximatif. Un peu décousu.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2003
Comment peut-on rendre compte de la totalité d'une expérience au monde ? La question semble avoir hanté Sartre durant toute sa carrière philosophique et littéraire. « Les mots » sont l'expression ultime de ce fantasme de la transparence : menus du jour, propos métaphysiques, notions psychologiques, souvenirs de toutes sortes, réflexion sur la littérature ou le cinéma, ratiocinations sur tout et rien, écriture en genèse... Un enchaînement toujours tonique qui met en scène tout un homme, en toutes ses postures, maniant la plus débonnaire ou la plus rusée des simplicités comme la plus aiguë ou la plus naïve des complexités. L'autobiographie de Sartre s'impose comme un remarquable témoignage de ce qu'est une connaissance du monde, en toutes ses possibilités, à travers une conscience et une expérience.
Mais plus encore que l'homme, c'est l'écrivain qui intéresse ici Sartre : il s'agit de montrer par quel pièges ou torsions un être a dû passer pour devenir l'auteur d'une œuvre, de rendre compte du mouvement par lequel un conflit vital trouve issus dans les mots. Le petit Sartre - enfant solitaire élevé au milieu d'adultes, enchaîné entre les mensonges de la séduction et de la fuite - évolue sous nos yeux pour finalement trouver sa vérité dans l'imposture de l'imagination, et devenir un des plus grands personnages du vingtième siècle...
0Commentaire21 sur 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
7,10 €