Commentaires en ligne 


16 évaluations
5 étoiles:
 (9)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:
 (2)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Inoubliable et universel chef d'œuvre
Vivant au tout début de la Renaissance, Zénon est un chercheur, voyageur, philosophe alchimiste et médecin dispensant électuaires et juleps, qui en quête de la vérité veut la faire connaître mais reste le plus souvent incompris. C'est l'époque de Galilée- quelques dizaines d'années plus tard- (qui se...
Publié le 26 février 2011 par Gerard Muller

versus
2.0 étoiles sur 5 Quelle écrivaine ! Mais que c'est ennuyeux.
Quel style parfait, quelle culture sans faille, quel livre exemplaire, quel ennui.
Ah! on croirait que les critères antiques d'entrée à l'Académie sont exposés.
Publié il y a 2 jours par ami des lettres


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Inoubliable et universel chef d'œuvre, 26 février 2011
Par 
Gerard Muller "médicactus" (Nouvelle Caledonie) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Vivant au tout début de la Renaissance, Zénon est un chercheur, voyageur, philosophe alchimiste et médecin dispensant électuaires et juleps, qui en quête de la vérité veut la faire connaître mais reste le plus souvent incompris. C'est l'époque de Galilée- quelques dizaines d'années plus tard- (qui se rétractera pour échapper au bûcher) et de Giordano Bruno, lequel payera de sa vie ses idées nouvelles heurtant les esprits de son époque. Tous ces savants, penseurs et chercheurs, hommes sans pouvoir temporel, sont en danger permanent en prônant la liberté de pensée et d'expression. Tous ces êtres d'exception à toutes les époques qui par leur quête savante ont ébranlé l'importance de l'homme telle que la définit l'Église ont été menacés d'être mis au pilori, que ce soit Copernic, Démocrite, Averroes, Origène, Pythagore ou Épicure. Et tous ceux qui leur accordèrent un semblant de crédibilité furent mis en prisons ou exécutés. Être en avance sur son temps fut souvent fatal à cette époque encore obscure où la défiance et la méfiance règnent de façon omniprésente dans la société. Le chapitre « L'acte d'accusation » est essentiel pour bien comprendre l'ambiance d'alors.
Zénon ne se pose pas la même question que Philibert , son cousin : « A quoi sert de publier des opinions qui déplaisent à la Sorbonne et au Saint-Père ? » Cela lui coûtera la liberté bien qu'au chanoine il avoue : « Je ne commettrai plus l'indécence qui consiste à essayer de montrer les choses comme elles sont. » Mais il est déjà alors trop tard. L'esprit tors de l'Église est passé et a sévi. Dans le même chapitre clef, Zénon s'explique avec une clairvoyance jugée coupable par l'Église : « Je ne vous dis pas que je crois, je dis que le simple non a cessé de me paraître une réponse, ce qui ne signifie pas que je sois prêt à prononcer un simple oui. Enfermer l'inaccessible principe des choses à l'intérieur d'une Personne taillée sur l'humain modèle me paraît encore un blasphème, et cependant je sens malgré moi je ne sais quel dieu présent dans cette chair qui demain sera fumée. Oserai-je dire que c'est ce dieu qui m'oblige à vous dire non ? » Prémonitoire sentence ? Toute la page 425 est magnifique .
Le roman de M.Yourcenar d'emblée séduit par son style léché et saisissant. Des phrases bien charpentées avec des mots justes et parfois rares, et de nombreux qualificatifs puissants. Un vocabulaire réellement d'une richesse inouïe. Un amour des mots. De la littérature, de la vraie avec non seulement une petite touche style XVIII ème siècle me semble-il, mais encore des accents rabelaisiens et même de Molière. Seulement, le revers de la médaille, c'est qu'il faut avoir un dictionnaire à portée de mains . Mais quel enrichissement ! De magnifiques dialogues ponctuent cette histoire, entre Henri-Maximilien Ligré son cousin et Zénon dans le chapitre « La conversation à Innsbrück », et entre le prieur Jean-Louis de Berlaimont et Zénon encore dans le chapitre « La maladie du Prieur ». Magnifique récit dont voici quelques lignes en guise de florilège :
« Fille qui montre ses formes fait assavoir à chacun qu'elle a faim d'autre chose que de brioches. »
« Science et contemplation ne sont point assez si elles ne se transmutent en puissance. »
« Entre le Oui et le Non, entre le Pour et le Contre, il y a ainsi d'immenses espaces souterrains où le plus menacé des hommes pourrait vivre en paix. »
« Vaut-il la peine de s'évertuer durant vingt ans pour arriver au doute qui pousse de lui-même dans toutes les têtes bien faites ? »
« Pendant combien de nuits ai-je repoussé l'idée que Dieu n'est au-dessus de nous qu'un tyran ou qu'un monarque incapable , et que l'athée qui le nie est le seul homme qui ne blasphème pas' » Il est évident qu'avec de tels mots en bouche ou écrits, Zénon ne pouvait que finir au pilori, ou à tout le moins en geôle . Jusqu'au dernier moment de sa vie, Zénon aura su rester libre , même au fond de sa geôle. J'ai ressenti ce récit comme un hymne à la liberté en une époque où il n'y en avait pas.
Dans les Carnets qui suivent le roman, une phrase de l'auteur résume toute la complexité et la richesse du personnage « fictif » de Zénon : « L'esprit domine davantage chez Zénon, mais l'esprit est en quelque sorte activé par l'élan continu et presque furieux de l'âme, et ne se développerait pas non plus sans les expériences et le contrôle du corps. » J'ai dit fictif car la ressemblance avec certains aspects du personnage de Giordano Bruno est frappante, jusqu'à la date du 17 février , date fatidique. D'ailleurs, l'auteur dans ses Carnets encore compare les deux hommes et cite leur « ardeur » commune, encore que celle de Zénon soit plus « sèche », Bruno étant poète au fond de lui, Zénon pas du tout. Il est probable que Paracelse ait aussi inspiré le personnage de Zénon à M.Yourcenar.
En conclusion, un chef d'œuvre inoubliable et universel .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


37 internautes sur 42 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Extraordinaire, 20 juillet 2005
Par 
Ludovic Massuel "lmassuel" (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Un roman qui permet de sentir par de multiples sens qu'elle met en éveil une fin de moyen-age terrible.
Je conseil également le film qui est une parfaite adaptation du Roman.
C'est le Marguerite Yourcenar le plus lisible (beaucoup plus que les mémoires d'adrien par exemple).
A lire absolument si l'on s'intéresse :
au moyen age, à l'histoire de la médecine, à l'alchimie et à sa perception dans la société, aux road movies sans harley davidson, et que sais-je encore ? la mort et la vie ?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 passionnant, pas reposant ..., 8 juillet 2009
Par 
Odilette (Provence) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Zénon est un esprit libre. Ce médecin, philosophe, humaniste traverse ces temps troublés où les religions, les croyances, et l'avancée des connaissances opposent les hommes.
Les idées réalistes et justes de cet homme ébranlent les opinions, et le mèneront à sa perte.
Ce livre est remarquable. L'auteur est une immense écrivain, très érudite.
La qualité de son style est admirable, ébblouissante !
Ce ne sont pas des vacances intellectuelles, loin de là ! Mais cela comble l'esprit.
je suis fière d'avoir découvert cet auteur, fière d'être allée jusqu'au bout bien que la lecture ne soit pas aisée.
je relirai Marguerite Yourcenar.

Pas 5/5 car c'est d'un niveau trop élevé pour moi et parfois, je n'ai pas pris de plaisir...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une évocation historique sans égal et éminemment actuelle, 13 mai 2010
Par 
Luc REYNAERT (Beernem, Belgium) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Le personnage principal de ce roman, Zénon, est un médecin, alchimiste et philosophe qui vit au 16me siècle en Europe. Ce siècle est marqué par un fanatisme religieux extrême (extermination des Anabaptistes à Münster), des catastrophes naturelles comme la peste et l'avènement de nombreuses idées nouvelles (Paracelse, Copernic), aussi au niveau de la sexualité (adamisme, plus de liberté).

Zénon, un adepte du socratisme, est le prototype du contestataire qui doute, mais qui exprime partout et ouvertement ses idées sur le monde existant. A cause de son franc-parler il est considéré comme un danger pour l'ordre politico-religieux existant.
Ses discussions avec les maîtres du monde sont on ne peut plus éloquentes: personnellement, ils mettent tous l'ordre mondial existant en cause. Ils voient clairement qu'il y a une dichotomie immense entre leur vision du monde et le monde réel, entre les préceptes de leur religion et les actes du pouvoir politico-religieux. Mais pour eux, il n'y aucune question de contester les pouvoirs en place, dont ils sont en fait les premiers à en profiter.
Apres une vie errante dans l'Europe entière, Zénon retourne à Bruges où il est attaqué pour de l'aide aux protestants, des écrits contestataires et des ébats sexuels dans un cloître provoquant la mort d'un nouveau-né.

Pessimisme
Alors que les `Mémoires d'Hadrien' constituent l'expression d'un sérieux espoir en un pouvoir politique (un empereur sincère et juste) qui puisse sauver le monde, `L'Oeuvre au noir' est un livre fondamentalement pessimiste: 'Dans ce monde sans fantômes, la férocité même était pure.'

La nature humaine
Cette férocité pure est une pulsion profonde de l'être humain, qui ne s'exprime pas uniquement par l'intermédiaire de fanatismes religieux: 'Ce magister abandonnant son pauvre état, bravant la glaive, le feu et l'onde pour attester tout haut sa foi en la prédestination de la plupart des hommes à l'Enfer lui semblait un bon spécimen de l'universelle démence; mais, par-delà ces dogmatiques folies, il existait sans doute entre les inquiètes créatures humaines des répulsions et des haines surgies du plus profond de leur nature, et qui, le jour où il ne serait plus de mode de s'exterminer pour cause de religion, se donneraient cours autrement.'

Ce livre est une longue méditation sur le sens de la vie, tenant compte de la vraie nature de l'être humain, et de l'égoïsme rampant et de la lâcheté des maîtres du monde.

Il est un des plus grands chefs-d'oeuvre de la littérature française et mondiale.
Hautement recommandé.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Vie et mort d'un alchimiste au XVIe siècle, 22 septembre 2013
Par 
Emerek - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Si l'on aime les récits inscrits dans les temps anciens, plus précisément la Renaissance (Cinquecento), marquée par les guerres obscures entre puissances européennes et les sanglants conflits religieux ;
Si l'on aime les fresques qui nous font aller à Bruges, en Italie, à Münster, Innsbruck... ;
Si l'on aime les longs dialogues et les intimes réflexions sur les thèmes universels que sont l'homme, Dieu, le bien, le mal, la liberté... ;
Si l'on aime les descriptions d'un réalisme précis et cru - "l'homme de l'art dut à coups de rasoir ouvrir la plaie et y plonger la main pour y chercher les esquilles" (p. 258) - ou symbolico-réalistes - "Ignis inferioris Naturae : ces spirales de boue brune savamment lovées, fumant encore des cuissons qu'elles avaient subies dans leur moule, ce pot d'argile plein d'un fluide ammoniaqué et nitré étaient la preuve visible et puante du travail parachevé dans des officines où nous n'intervenons pas" (p. 220) ;
Si l'on aime les formules ayant valeur d'aphorismes : "On n'est pas libre tant qu'on désire, qu'on veut, qu'on craint, peut-être tant qu'on vit" (p. 223) ;
Si l'on aime les styles d'une richesse flamboyante, propices au subjonctif imparfait et à un vocabulaire rare et parfois vieilli (angustie, julep, apostume, votataire, avoyer, hypocras, assavoir, hylémorphique, carême-prenant...) ;
Alors on devrait aimer "L'OEuvre au Noir" de Marguerite Yourcenar.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime, et plus encore, 28 mars 2011
Par 
Arribat - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Que dire ! Si ce n'est que l'auteur atteint au sublime dans l'art d'interpréter l'humanité pour nous l'offrir en mots. Pour le reste l'œuvre au noir n'est pas un livre sur l'alchimie ni sur l'hermétisme même si l'auteur s'est en partie inspiré pour son personnage de Zénon de la personnalité de Giordano Bruno qui lui, ira jusqu'au bûcher. En fait ce Zénon, volontairement imparfait et donc humain, est une figure intemporelle de l'homme libre, si libre qu'il ne veut même pas faire de sa mort un exemple dont pourrait s'emparer n'importe quel faiseur de conte et légende. Sur ce point on a donné avec le nazaréen.

Zénon est l'antihéros qui ne veut alimenter aucune des sources qui font les écoles, les idéologies, qui comme autant de signes de reconnaissances aident à construire les clans, les clubs, les églises et les infaillibles dogmes au nom desquels on dispute et condamne au supplice ceux qui ne sont pas du bon côté de la barrière. Désabusé et incrédule, Zénon se laisse aller vers la mort car elle est pour lui, peut-être, le dernier espoir pour que la vie puisse enfin le surprendre.

Sublime et plus encore.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Liberté..., 13 octobre 2007
Par 
M. Marc Levy "Marcuslivingstone" (Montpellier, France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Aucun livre plus terrible sur l'obscurantisme religieux... Là où Molière choisit la farce (Tartuffe), Yourcenar écrit un roman sur un personnage éclairé qui se promène à travers le moyen âge, condamné à exercer la médecine en cachette, vivant comme un fugitif. Sa sexualité et ses idées sans cesse traquées par le pouvoir religieux, il ne part pas favori dans la course qui l'oppose au pouvoir moral et religieux. Probablement l'oeuvre la plus profonde de Yourcenar ; à lire d'urgence.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Erreurs, 7 juillet 2008
Par 
Henri Bès "Shaul" (Romans France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
"L'oeuvre au noir", roman alchimique, ne se déroule pas au Moyen-Age, comme l'ont écrit plusieurs chroniqueurs d'Amazon, mais pendant le Concile de Trente, à la Renaissance. Zénon est un humaniste en butte à l'intolérance, mais la critique du clergé est bien l'aspect le plus secondaire du roman, qui présente une lumineuse figure de moine, Jean-Louis de Berlaimont. Un certain bagage culturel, et une certaine distance à l'égard des préjugés du temps, sont requis pour comprendre l'oeuvre de Marguerite Yourcenar.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Génial, 26 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Une des oeuvres plus importantes de la litérature du XX eme siécle a lire absolument. Pour tout le monde .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2.0 étoiles sur 5 Quelle écrivaine ! Mais que c'est ennuyeux., 25 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Oeuvre au noir (Poche)
Quel style parfait, quelle culture sans faille, quel livre exemplaire, quel ennui.
Ah! on croirait que les critères antiques d'entrée à l'Académie sont exposés.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Oeuvre au noir
L'Oeuvre au noir de Marguerite Yourcenar (Poche - 1 janvier 1976)
EUR 8,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit