undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

10
4,4 sur 5 étoiles
Les Cosaques
Format: PocheModifier
Prix:6,40 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

37 sur 37 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 janvier 2007
Dans le cadre d'une guerre de conquête du Caucase et de pacification de la Tchétchénie par l'armée du tsar, dont Tolstoi fait parti au moment des faits, une histoire d'un jeune officier russe tombant amoureux d'une jeune femme cosaque chez qui il est logé, belle, troublante et rebelle, est narrée avec délicieuse pointe de tristesse, propre à toute histoire d'amour qui ne se partage pas.

D'un côté du fleuve Terek - les cosaques, dans leurs "stanitsas" (village en russe) formant une "ligne", cette ceinture de villages fortifiés imaginée par les stratèges de Moscou en début de 19ème sciècle, dont le but est de contrer les montagnards dans leurs vallées sauvages et de leur empecher toute sortie dans la plaine; de l'autre côté - les tchétchènes, irréductibles guerriers, préchant l'unique loi, celle de la libérté et de la guerre à l'outrance.

Il y a eu deux Tolstoi, celui d'avant le Caucase et celui d'après. Cette région magnifique de montagne l'a bouleversé et a changé radicalement sa vision du monde. A la fin de sa vie, prèsque sur son lit de mort, le grand humaniste rêve encore du Caucase et même, entreprend une ultime tentative, périlleuse d'ailleurs, de s'y enfuir, pour y trouver le repos éternel. Il n'y arrivera pas et mourra, ratrappé par ses proches, à une station férroviaire minable non loin de Toula.

Autre ouvrage de référence du grand ecrivain, dans lequel l'action est également placée au coeur de la guerre russo-caucasien, "Hadji-Mourat",

à lire absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les Cosaques est un roman déroutant car à multiples facettes. Il décrit le séjour au milieu du 19è siècle d'un jeune noble russe, au sein d'une communauté cosaque dans le Caucase face aux montagnards rebelles. C'est à la fois un roman autobiographique, d'amour, quasi ethnographique et sur la société russe de l'époque:

- Roman autobiographique car à 23 ans Tolstoï s'est porté volontaire pour servir comme junker, aspirant, dans le régiment de l'un de ses frères, en campagne dans le Caucase, de 1850 à 1853, et a effectivement partagé la vie des Cosaques. Le héros du livre, Olenine, est très largement inspiré de l'expérience vécue par Tolstoï ;

- roman d'amour : Olénine est attiré par l'élan vital des Cosaques et tombe amoureux de la fille de ses logeurs, Marion, déjà promise à un Cosaque valeureux ; Tolstoï décrit admirablement la naissance et le développement du sentiment amoureux d'Olenine ;

- roman quasi-ethnographique : Tolstoï a fui la compagnie des officiers russes pour partager celle des Cosaques. Il a tenté de s'immerger dans leur communauté, même si la greffe n'a pas pris, et a pris moult notes sur leurs croyances et leurs usages, à la manière d'un ethnologue ;

- roman sociétal qui décrit l'état de la jeunesse russe des milieux favorisés au 19è siècle, ses aspirations, le caractère figé de la Russie de l'époque, à la fois en termes sociaux et économiques.
La vie du village donne l'impression d'un immobilisme économique total.
La comparaison entre l'évocation du dynamisme de la société anglaise du 19è siècle par Dickens et le caractère figé de la société décrite par Tolstoï est frappante.

Les Cosaques est tout cela mais encore plus mais encore bien plus. Le roman trouve en réalité son unité dans le personnage central d'Olenine.
Olenine est un symbole de la Russie au tournant des années 1850, cherchant sa voie et ne la trouvant pas, à la recherche d'un bonheur impossible et qui lui est effectivement refusé.
Symbole de la nation russe et d'un homme, membre de l'intelligentsia qui s'affranchit de la société aristocratique et artificielle dont par sa naissance il est un des membres les plus éminents, sans parvenir à s'intégrer à la société la plus naturelle et vitaliste des Cosaques.
Au-delà, Olenine est un héros intemporel, le symbole d'un homme de bonne volonté, d'une grande honnêteté intellectuelle, qui cherche à trouver sa voie au milieu d'une société en décomposition.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 septembre 2008
Plus qu'un roman descriptif, cette oeuvre positionne le lecteur devant l'éternel question de la raison d'exister. Le héros, qui n'est autre que Tolstoï, s'engagera dans l'armée russe pour fuir une vie qu'il ne comprend pas, alors que tout lui est acquis: richesse, amis, honneurs.
Chez les Cosaques, il est touché par la pureté des coeurs et des moeurs. Il trouve le véritable intérêt de la vie dont le sens est donné par l'altruisme, la dépense pour le bonheur de l'autre. Le moyen d'y arriver est de se laisser envahir par la nature sauvage et immaculée qui seule permet d'atteindre les plus purs sentiments humains. Mais attention à rester en phase avec la civilisation pour ne pas en être exclue, comme le subira notre héros.
Une réflexion ultra poussée dans la lignée de St Bernadin et autre Rousseau, sur l'ambivalence nature-sentiments humains. A rapprocher également du discours catholique avec Jésus dans le désert.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 mars 2013
Un très beau roman, sauvage, dépaysant, d'une grande pureté, avec des descriptions de la nature envoûtantes, une immersion dans la vie et les coutumes des caucasiens, dans l'immensité des steppes, entre simplicité, durs labeurs, beuveries, fêtes, chasse. Une belle histoire dans laquelle le personnage principal veut fuir le grand monde de Moscou et son passé honteux en allant communier avec la nature, afin d'y voir plus clair en lui. Du Tolstoï généreux, viril, en quête d'authenticité, de simplicité et d'amour, du grand art dans la description des sentiments, qu'ils soient amoureux ou spirituels, et une façon magique de rappeler les premiers émois amoureux et la force et la vigueur de la jeunesse. De l'excès, de la joie, de la tristesse mêlés et réunis dans un roman court qui nous rappelle le but de chaque être : chercher, connaître, apprendre, fuir et recommencer... J'ai beaucoup aimé.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 juillet 2014
Récit largement autobiographique dans lequel Olénine, qui n'est autre que Tolstoï lui même, va découvrir la beauté des paysages montagneux du Caucase ainsi que les moeurs rudes et simples des cosaques.
Au programme chasse dans la forêt, au sanglier, au cerf, ou occasionnellement ...au tchétchène, les chasseurs étant eux-mêmes poursuivis par des nuées de moustiques, amourette sans suite, fêtes et chansons, beuveries (fréquentes, on est en Russie), accrochages avec les montagnards, mais aussi bonnes histoires d'un vieux cosaque ou considérations philosophiques sur la nature.
On y découvre que déjà au milieu du 19°siècle, les montagnards rachètent les corps des leurs tués par les russes: en 150 ans la situation en Tchétchénie n'a guère évolué...
Olénine finira par rentrer à Moscou après la mort de Lucas, mais cette expérience, qu'il n'oubliera jamais, aura été le point de départ de la réflexion philosophique de Tolstoï.

Les cosaques, thème cher à Tolstoï, qu'il rependra dans "Hadji Mourat".
Les lecteurs intéressés par le thème pourront également retrouver les cosaques(zaporogues cette fois) dans l'Ukraine du 17° siècle avec "Taras Boulba" de Gogol.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 mars 2015
le grand Tolstoi de "guerre et paix" nous raconte une aventureuse amoureuse mille fois mille fois rabâchée : un beau noble Russe cherchant l'aventure dans le conflit Russo -Caucasien -Tchechene tombe amoureux d'une caucasienne que celle ci éconduit parce que promise à un guerrier lui même caucasien qui se verra tué par un tchetchene ! Snif ! La belle histoire !
On aurait pu s'attendre à une description ethnologique de la société caucasienne mais le comte Tolstoi , qui lui même possédait des esclaves ne possède ni la culture ni les clés pour comprendre une autre société que la sienne , ( Guerre et Paix se déroule dans sa société ) dommage.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 décembre 2014
Livraison rapide,emballage adéquat,livre en bon état.Très bien.Avec Hadji Mourat fait référence à une époque de la vie de TolstoÏ mais aussi au mythe du cosaque que tout le monde porte en lui.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 janvier 2013
À travers les paysages du Caucase et le régiment de Cosaques auquel il est affecté, un jeune officier, Olénine, qui n'est autre que Tolstoï lui-même, ...Superbe lecture sur les cosaques dont je suis d'origine de par mon Grand père " Cosaque du Don" Belle écriture, belle histoire..
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 juillet 2012
Je vous remercie pour l'envoi de ce livre, qui m'est parvenu en état parfait et rapidement.

Tolstoï est un écrivain fabuleux, parmi tant d'autres écrivains de Russie. A mon avis, c'est un génie qu'on ne lit peut-être pas encore assez.

I. Henriette
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
mais je m'en délecte d'avance car j'aime Tolstoï, son style, cette époque russe, j'aime aussi cette couverture qui vous emmène déjà loin loin...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
La Steppe
La Steppe de Anton Tchekhov (Poche - 19 juin 2002)
EUR 2,00

Le Diable
Le Diable de Léon Tolstoï (Poche - 5 janvier 2011)
EUR 2,00

La Guerre et la Paix, tome 1
La Guerre et la Paix, tome 1 de Léon Tolstoï (Poche - 30 juin 2002)
EUR 9,00