Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une semaine particulière, 23 janvier 2011
Par 
Claude Lorrain (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sursis - Les chemins de la liberté, tome 2 (Poche)
Le 23 septembre 1938 était un vendredi. Dans la soirée, à Bad Godesberg (7 kilomètres de Bonn), le Premier ministre britannique rencontra Hitler, pour parler de l'avenir des Sudètes, région de la Tchécoslovaquie où vivaient 3,5 millions de germanophones et que l'Allemagne revendiquait. Leur réunion dura toute la nuit. Huit jours plus tard, Chamberlain et Daladier signaient avec Hitler et Mussolini les accords de Munich, qui donnèrent gain de cause au Reich. De ce côté-ci du Rhin (« lâche soulagement »), la France pouvait retourner à la belotte.

C'est cette semaine particulière - on rappela des réservistes, on sonna le tocsin, des malades de Berck furent même évacués en train -, que nous raconte Jean-Paul Sartre dans Le sursis, second volume des Chemins de la liberté.

Tout commence rue Royale, où deux prolétaires en goguette, Maurice et Zézette, se baguenaudent devant chez Maxim's, quand ils rencontrent Brunet, journaliste à L'Humanité (« il portait un col et une cravate, un complet de flanelle, il semblait à l'aise au milieu des bourgeois ») :

« - Et alors ? dit Zézette. Est-ce qu'il va y avoir la guerre ? »

Car les nouvelles de Paris-Soir ou de la TSF ne sont pas bonnes, l'orage gronde. Tout le monde s'alarme : les prolétaires, les « culs-terreux » (sic), les bourgeois, les curés, les intellectuels... Même si Mathieu Delarue, dont nous suivons les tribulations tout au long du cycle romanesque, reste un peu en retrait. Professeur de philosophie encore dans la trentaine, mais déjà passablement désenchanté (« comme un prêtre qui a perdu la foi »), Mathieu a du mal à être avec les autres (« il se sentait séparé »). Une sorte de surconscience l'affecte, dans la certitude qu'il a d'être « condamné à être libre » (« Je suis libre », se dit-il soudain. Et sa joie se mua sur-le-champ en une écrasante angoisse. »).

L'horreur bien connue de Sartre pour le subépidermique et les besoins dits naturels se donne libre cours en plusieurs endroits du roman. Nous sommes à Berck, on prépare le départ en train, Mme Louise entre dans la chambre de Charles qui vient d'appeler :

« - Donnez-moi vite le bassin, dit Charles. Vite, vite !
- Qu'est-ce qui vous arrive ? Ce n'est pas votre heure.
- J'ai de l'angoisse, dit Charles. Ça doit être pour ça. »

L'aide-soignante dispense ses soins et la situation s'érotise :

« - Là ! dit-elle. Mettez-vous sur le ventre pendant que je pose le bassin ; je vais finir de vous essuyer.
Il se mit sur le ventre, il l'entendit marcher dans la pièce et puis il sentit la caresse de ses doigts experts. C'était le moment qu'il préférait. (...) Son sexe se durcit sous lui et il le caressa au drap frais. »

Installé dans le train, « Charles se sentait sale, à l'intérieur, un paquet de boyaux collants et mouillés : quelle honte, s'il fallait demander le bassin devant les filles. »

Et ce qui devait arriver arrive :

« - Ça y est, pensa Charles. J'ai envie de chier. » Ça s'était produit tout d'un coup : son ventre était devenu plein à déborder. (...) Ça l'avait pris dans le ventre comme un fou rire, cette sombre et violente envie de s'ouvrir et de pleuvoir par en-bas ; un papillon éperdu battait des ailes entre ses fesses. Il serra les fesses et la sueur ruissela sur son visage, coula vers ses oreilles en lui chatouillant les joues. « Je vais tout lâcher », pensa-t-il, terrorisé. »

Composé de huit chapitres, correspondant aux journées de cette folle semaine, Le sursis fait vivre une multitude de personnages dont les destins s'entrecroisent à la manière de Virginia Woolf dans Ms Dalloway (1925), selon une imprévisibilité parfois amusante (sans crier gare l'auteur nous fait sauter de Prague à Paris, et passer de la conscience de Chamberlain à celle d'Odette, ou de Marcelle à Daladier) mais qui peut perturber le lecteur et finir par lasser.

Plaçant des formules à l'emporte-pièce devenues parfois célèbres (« Mais qu'est-ce que c'est, un juif ? C'est un homme que les autres prennent pour un juif »), Jean-Paul Sartre, qui excelle dans la conduite des dialogues, y compris sur le registre du parler populaire, loin d'être celui de son milieu bourgeois ou de sa formation de normalien, et qui pourtant sonne juste (mais avec pas mal de vocabulaire ou d'expressions idiomatiques aujourd'hui tombés en désuétude), se livre avec virtuosité à une description hyperminutieuse des choses les plus insignifiantes :

« (...) le ciel gardait son air bonhomme des dimanches, les rues sentaient la fine cuisine, la frangipane, le poulet, la famille. Un couple passa, l'homme portait une pâtisserie enveloppée dans du papier glacé, il la portait par une ficelle rose passée à son petit doigt. »

Le sort de l'Europe était en jeu, durant cette semaine cruciale, mais Sartre ne perd pas de vue la petite ficelle rose !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un grand roman, 3 août 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Chemins de la liberté, tome 1 : L'age de raison (Broché)
Paru juste après la Guerre , " L'Âge de Raison " ouvre de façon brillante la trilogie des " Chemins de la Liberté " . Le roman est nourri des expériences mêmes de Sartre et l'imagination transforme certains des ses amis à lui et à de Simone et Beauvoir ( et Sartre lui-même - c'est lui qui est , pour beaucoup , Mathieu ) en personnages de fiction . Et puis il y a - au delà d'une très bonne histoire - toute l'atmosphère du Paris de l'immédiate avant-guerre, Un Paris ( le quartier de Saint-Germain des Près et celui de Montparnasse ) qui ne changera pas trop jusqu'en 1968 . Le livre a été en grande partie écrit pendant la période où l'auteur de " La Nausée " s'est retrouvé mobilisé en Alsace . On peut suivre sa création littéraire en lisant les " Lettres au Castor et à quelques autres " parues , aussi , chez Gallimard . J'ajouterai ( relecture récente et enthousiaste ! ) " L'Invitée " de Simone de Beauvoir , écrit à la même époque et , en quelque sorte , le roman " jumeau " de " L'Âge de Raison " . On pourra , aussi , s'intéresser à la " Correspondance croisée " de Beauvoir et Jacques-Laurent Bost ( le Gerbert de " L'Invitée " - et le Boris , je crois , de " L'Âge de Raison " ) . Passionnants chassés-croisés littéraires ! . Bonnes lectures à ceux qui veulent revenir à de vrais textes !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 la lutte intérieure, 12 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le sursis - Les chemins de la liberté, tome 2 (Poche)
Le sursis est la deuxième nouvelle de la trilogie des "Chemins de la liberté".
Dans cet ouvrage, le lecteur est malmené parce qu'il doit passer de l'état d'âme d'un personnage à un autre. Quelquefois, sur la même ligne, d'une phrase à une autre nous sommes projetés à Marseille puis à Paris ou à Laon.
C'est comme si Sartre voulait plus que nous faire partager cette folie intérieure que suscite la menace d'une guerre imminente. Il veut nous faire vivre cette exaspération qu'elle engendre, il veut nous exaspérer nous-mêmes. Exacerbés par la peur, l'angoisse, les personnages luttent et nous luttons avec eux pour que tout ceci trouve un autre sens qu'une mort inéluctable, absurde. "Condamné à être libre", l'homme se heurte à son propre néant qu'il faut combler, dépasser. Mais alors, c'est le mur : la guerre, le non sens.
Ce livre n'est pas grossier, il est vrai, cru de vérité, touchant de sincérité. Les hommes ne veulent pas la guerre leur guerre intérieure leur suffit. Ils veulent la paix et ceux qui désirent la guerre ne semblent lutter que contre eux-mêmes, contre l'absurdité de leur propre vie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le sursis - Les chemins de la liberté, tome 2
Le sursis - Les chemins de la liberté, tome 2 de Jean-Paul Sartre (Poche - 16 février 1972)
EUR 8,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit