undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles9
3,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
3
2 étoiles
0
1 étoile
1
Format: PocheModifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce recueil propose une collection de nouvelles de Borges. Un homme qui a le chic pour vous raconter des histoires absolument impossibles, et pourtant si vraies: ce livre de sable au nombre infini de pages, il n'existe dans aucune bibilothèque de papier, pas même dans la Bibliothèque de Babel qu'a créée le même Borges... mais n'est-ce pas, avec un peu d'avance, une métaphore de cet Internet aux millions de pages où il est prudent de glisser un signet sur chaque page qui nous captive? Par ses courts textes, qui sont autant de concepts, Jorge Luis Borges a le chic pour captiver et pour saisir avec génie et habileté - une habileté parfois toute cérébrale, mais toujours juste - une réalité du monde qui nous entoure, dans toute sa complexité.
0Commentaire29 sur 30 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 décembre 2000
Empochez ce livre pour une promenade. Un matin d'automne convient assez bien. Asseyez-vous sur un banc de bois, au bord d'une rivière paresseuse ou d'un lac assoupi. S'il pleut, cachez vous dans une bibliothèque déserte et odorante. Savourez ces contes, lentement. Et ne vous étonnez pas si vous vous y rencontrez. C'est que vous rêvez...
0Commentaire60 sur 67 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Des thèmes récurrents comme l’Infini et l’Unique (tous les êtres comme manifestation d’une même entité) ou le caractère impénétrable du destin, qu’on trouve déjà dans « Fictions » et « l’Aleph » reviennent dans ce recueil de contes métaphysiques, atténués, comme un écho lointain. En revanche, on trouve ici, des thèmes nouveaux nulle part ailleurs abordés, comme celui du double (dans l’Autre) ou de l’amour (dans Ulrica). Pour l’auteur, «Le Congrès» reste la fable la plus ambitieuse mais on a l’impression que ce n’est qu’une paraphrase de « La bibliothèque de Babel » .On retrouve y l’atmosphère inquiétante des nouvelles de Kafka et d’Edgar Allan Poe, l’auteur concède d’ailleurs qu’il s’en est inspiré.
22 commentaires4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2013
Racheté pour l'histoire de la bible infinie, mais dès la première histoire en fait, on retrouve une ubiquité qui ne peut faire penser qu'à Lynch, et une citation de Thatcher sur l'individualisme. La 2nd histoire (Ulrike) n'est pas trop de mon goût.

Un peu dans l'esprit de Poe, on pourrait dire qu'il s'essaie dans le genre fantastique, qu'il le recycle pour la modernité.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 avril 2010
Beaucoup des 13 nouvelles laissent un goût d'inachevé, avec de longues entrées en matière souvent superflues, comme un moyen un peu trop artificiel de les faire flotter au-dessus de la réalité.

D'autres sont plus accomplies, comme Arredondo, nouvelle puissante qui illustre une certaine âme sud-américaine, une volonté résolue qui suit son chemin inexorablement, sachant pourtant que ce chemin est sa perte, mais révélant par là-même une croyance profonde en l'existence d'un absolu dépassant l'individuel.

Quelques perles amusantes aussi : « Il tirait vanité de choses diverses : du fait d'être uruguayen, d'être créole, d'attirer toutes les femmes, de s'habiller chez un tailleur très cher et, je ne saurai jamais pourquoi, d'être d'origine basque, alors que cette race en marge de l'histoire n'a jamais rien fait d'autre que de traire des vaches. »

Dans l'ensemble, Le livre de sable manque d'unité, dans les thèmes comme dans le niveau d'aboutissement de la construction des nouvelles. En-deçà de ce à quoi Borgès nous avait habitués.
11 commentaire11 sur 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 février 2013
Le Livre de sable est un recueil de nouvelles absolument magnifiques
J'envie ceux qui peuvent le lire dans le texte ou tout au moins s'y référer
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juillet 2014
Le livre n'a pas enlisé ma raison. Je préfère toujours Poe et Montague Rhodes James. Et j'ai préféré Fictions et l' Aleph à celui-ci. Si vous avez ces deux dernier titres et que vous n'êtes pas accroc à Borgès, je vous conseille d'explorer l'oeuvre d' un autre auteur. Pourquoi pas un argentin aussi éclatant mais plus surréaliste tel que Julio Cortazar?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2015
Parfait. Livre d'un fantastique raffiné et très érudit, comme toujours chez Borges. Magnifiques références à la mythologie et sagas scandinaves qui se mêlent à la réalité sociale et / ou politique d'Argentine (porteño). Livraison ultra-rapide. Bravo....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 21 février 2013
Je vais sans doute paraître très sévère vis-à-vis d’un tel auteur, mais je n’ai quasiment rien à dire sur ce livre. Tout d’abord, je voulais découvrir Borges depuis déjà un moment, c’est donc en voyant l’ouvrage exposé en librairie que j’ai franchi le pas. C’est sûr, j’aurais dû m’assurer que ce n’était pas un recueil de nouvelles, moi qui habituellement ne suis pas fan du genre, mais je l’ai compris seulement en ouvrant le livre.

Ces treize histoires courtes ne m’ont jamais vraiment emmené, exception faite du "Livre de sable" et de "UNDR", qui ont pu susciter quelque intérêt de ma part. D'une manière générale, il y a trop de longueurs et de détails à mon sens inutiles, trop d’érudition sans pédagogie peut-être. Même si j’ai bien perçu l’approche philosophique, même si je reconnais une certaine poésie dans l’écriture, cela n’a pas suffit à me convaincre. Je n’ai pas été touché par ces récits mal racontés qui systématiquement se terminaient en queue de poisson, me laissant à chaque fois sur le bord du chemin. Les rares fois où j’ai cru commencer à m’intéresser à l’histoire, la conclusion déboulait tel un cheveu sur la soupe, brutale et extrêmement brève, avec trop peu d’indices pour aider à comprendre l’enjeu du récit. Pourquoi cet hermétisme ? Cela fait-il partie du style de Borges ? Apparemment d’après le dos de couverture, celui-ci n’écrit ni pour une élite ni pour la masse, seulement pour lui et ses amis. Eh bien dans ce cas, je comprends mieux, même si je dois l’avouer, je plains un peu ses amis…

Je ne sais pas si ce monsieur a produit des choses plus engageantes, mais pour ma part, il me faudra du temps avant d’avoir envie de me lancer dans une autre de ses œuvres.
77 commentaires1 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,50 €
9,00 €