Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (5)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

31 internautes sur 35 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le poids des mots, le choc des photos, 21 mai 2009
Par 
Damien Coullon (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
460 av JC, quelque part en Grèce : « Messieurs, j'ai décidé de visiter l'ensemble du monde connu, et d'aller même voir au-delà. Je voyagerai en Perse, j'irai voir les Scythes, je visiterai les temples égyptiens fermés aux étrangers et je m'initierai aux cultes les plus reculés. » Voilà l'ambition d'Hérodote. Ce faisant, il garde toujours une certaine distance critique, faisant confiance à son bon sens pour trier les légendes des faits :
« Je ris de voir tant de gens nous donner des « cartes du monde » qui ne contiennent jamais la moindre explication raisonnable : on nous montre le fleuve Océan qui enserre une terre parfaitement ronde, comme faite au tour, et l'on donne les mêmes dimensions à l'Asie et à l'Europe ! »

« Ce qui me fut dit sur les dieux, je n'ai pas l'intention de le rapporter, sauf les noms qu'on leur donne : car sur ce sujet, à mon avis les hommes n'en savent pas plus les uns que les autres. »
Notons d'ailleurs que sur le point des dieux, Hérodote fait sans cesse des rapprochements entre les dieux des différentes civilisations, n'hésitant pas à reconnaître que les dieux grecs doivent venir de ceux d'Egypte.

Dans les livres I à IV, Hérodote prend comme fil conducteur le début des heurts entre Grecs et Perses pour raconter l'histoire, les coutumes et la géographie de tout le monde antique, en commençant par le règne de Crésus, puis ceux de Cyrus, Cambyse et Darius.

C'est l'occasion de découvrir énormément de peuples aux coutumes étonnantes. Prenons l'exemple des Babyloniens, à qui nous devons notamment l'invention des ventes aux enchères inversées pour marier les filles les plus laides (« La vente des plus jolies filles terminées, le crieur faisait lever la plus laide et l'offrait à qui voulait l'épouser au prix le plus bas, pour l'adjuger enfin à l'acquéreur le moins exigeant. »), ou la médecine de foire :
« Ils apportent leurs malades sur la place publique, car ils n'ont point de médecins. Les gens s'approchent du malade, et ceux qui ont souffert d'un mal semblable ou vu quelqu'un en souffrir, proposent leurs conseils. Il est interdit de passer près d'un malade sans lui parler, et de continuer sa route après lui avoir demandé quel est son mal. »

Mais tous les peuples ne sont pas comme les Babyloniens. Regardons les « Gètes immortels » :
« Tous les 5 ans, ils tirent au sort l'un d'entre eux pour être leur messager auprès de Salmoxis et lui confient toutes leurs requêtes. Voici comment ils l'expédient : les uns s'alignent armés de 3 javelots, d'autres prennent par les mains et par les pieds le messager et le lancent en l'air pour le faire retomber sur les pointes des javelots. Si l'homme s'enferre et meurt, c'est, disent-ils, que le dieu leur est favorable ; si le messager n'en meurt pas, ils s'en prennent à lui, le traitent de méchant homme et en expédient un autre à sa place. »

Au-delà des coutumes, nous apprenons aussi des exploits titanesques. Ainsi, la première circumnavigation de l'Afrique (25 000 km, juste comme ça) circa 600 BC :
« La Lybie [nom donné par les Grecs à l'Afrique] est, nous le savons, entièrement entourée par la mer, sauf du côté où elle touche à l'Asie ; le roi d'Egypte Nécôs en a le premier à notre connaissance donné la preuve : quand il eut terminé le percement du canal qui va du Nil au golfe Arabique, il fit partir des vaisseaux montés par des Phéniciens, avec mission de revenir en Egypte par les Colonnes d'Héraclès et la mer septentrionale. Partis de la mer Erythrée les Phéniciens parcoururent la mer méridionale : à l'automne ils débarquaient sur la côte de Lybie, à l'endroit où les avait menés leur navigation, ensemençaient le sol et attendaient la récolte ; la moisson faite, ils reprenaient la mer. Deux ans passèrent ainsi ; la troisième année, ils doublèrent les Colonnes d'Héraclès et retrouvèrent l'Egypte. Ils rapportèrent un fait que j'estime incroyable, si d'autres y ajoutent fois : en contournant la Lybie, dirent-ils, ils avaient le soleil à leur droite. »

Bref, un excellent livre d'Histoire. J'ai commandé le tome suivant (livres V à IX), qui traite normalement des guerres médiques.

(voir discussion 1 de ce commentaire pour avoir le commentaire du volume 2 de l'enquête - Amazon empêchant de mettre deux commentaires différents pour les deux livres)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 ISTORIA – Voici ce que l’on rend en français par Enquête , et qui signifie en Ionien recherche ., 19 février 2014
Par 
Finity's end "Forteresse des etoiles" (Paris France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
Cette monographie est donnée par Hérodote d’Halicarnasse en Carie ( Ionie – Asie Mineure ) . Sa famille est probablement d’origine barbare en partie au moins . Mais « Le père de l’histoire « est un grec ionien culturellement parlant .

Les grecs font une très nette différence entre ce qui est grec et ce qui ne l’est pas . Le vocable barbare , désigne ceux qui ne sont pas grec , cependant il n’est pas intrinsèquement péjoratif , car l’échelle de valeur des grecs tourne plus fondamentalement , autour de différencier ce qui est civilisé , de ce qui qui ne l’est pas , et de séparer des comportements admissibles et respectables selon leurs propres critères , des autres .

L’attitude envers l’étranger est globalement ouverte et curieuse . Il peut d’ailleurs résider dans la cité grecque avec un statut légal , et fondamentalement , l’honnête homme grec est curieux de l’étranger et les pays lointains qui le font rêver , ou qui l’intéressent très pragmatiquement , et puis , n’est-ce pas loin en Asie que résident certains dieux ?

Très tôt Hérodote , dans son travail , annonce son désir de placer les grecs et les barbares sur un pied d’égalité dans sa recherche . Son but est de parcourir du pays et de décrire a ses contemporains des paysages , des coutumes , des anecdotes , des cultes . Il aura le souci d’expliquer très fréquemment pourquoi les choses sont ainsi , mais le facteur de mise en lumière du passé est loin d’être le plus fréquemment de l’histoire stricto sensu , du moins au sens où nous autres , l’entendons actuellement .

Nous avons donc ici un texte qui tient grandement du récit de voyage et de la géographie incontestablement teinté d’histoire .

Dans le premier tome l’auteur nous fait découvrir les empereurs perses qui ont fondé l’empire perse et leurs règnes . La conquête de l’Asie par les perses , de l’Egypte aussi avec la tentative des perses de mordre sur la steppe actuellement russe , la Scythie . Vous découvrirez Babylone comme si vous y étiez . C’est splendidement émouvant d’ailleurs . Les côtes d’Afrique du nord sont évoquées de même que le périple de Néchao qui fit le tour de l’Afrique , de la mer rouge jusqu’à Gibraltar ...

Toute ces conquêtes sont le prétexte pour de riches ballades hautes en couleur ( l’Egypte comme avec « nouvelles frontières « , la Scythie « comme avec Jet tour « ( sourires ) ... ) , plus on va vers le nord et le grand sud , plus on bascule dans un univers de légendes et de merveilleux raisonnable .

Hérodote est mal vu par exemple par Plutarque ou par Aristote , dans le sens où on lui déni la qualité d’historien . Ce débat est intéressant car Hérodote est bien pour les hellénistes le père de l’histoire . Ce déni antique est intéressant car , à la lecture de sa prose vous constaterez aussi son cheminent personnel , par rapport à ce qui est factuel , et vous constaterez qu’il se pose au moins autant de questions sur ses sources que Thucydide par exemple . Hérodote est un « sceptique « ( au sens hellénique ) du point de vue de la croyance religieuse , cependant pour lui le numineux est un registre factuel tangible comme un autre , et il l’appréhende rationnellement sans remettre en cause son existence , car fondamentalement le principe divin ( Théos) est un tangible de façon évidente .

C’est ainsi que à mon humble avis quand Denys d’Halicarnasse le qualifie de « zélote d’Homère « , ce n’est pas pour souligner son penchant pour lettres classiques . Mais pour insister sur le fait que pour Hérodote , le sacré et le profane s’interpénètre naturellement . Ne perdons pas de vue que l’Iliade est fondamentalement une histoire sainte qui n’ est devenue que très progressivement un texte principalement littéraire dans l’antiquité tardive .

Le regard que porte un auteur sur ce texte ( Istoria ) est selon moi un marqueur intéressant pour ce qui est de définir le type de religiosité qui est opératoire chez ( ou autour de ) cet auteur .
Le père de l’histoire considère comme possible une hiérophanie sur le fond , mais il s’interroge pourtant souvent pour savoir s’il est possible que les sources mentent , ou non , et ce que cela peut signifier autour de cette hiérophanie , et c’est bien ici qu’il est le père de l’histoire .
Il est d’ailleurs amusant de constater que l’histoire et la géographie ont non seulement le même berceau , mais que de plus elles sont apparentées .

Dans Istoria , Hérodote vous fait voir du pays . C’est une superbe ballade . Par contre dans le tome deux , livre V à IX . il traite principalement des deux guerres médiques . Et sortez votre longue-vue car vous assisterez à la bataille de Marathon en direct , première guerre médique et à celle de Salamine ou encore celles des Thermopiles ou de platée pour les deuxièmes .
Au début il aura eu le bons sens de présenter Sparte et Athènes au lecteur et d’exposer aussi les démêlés des grecs et des perses avant les guerres médiques .

Pour conclure songez que notre Tacite qui nous parles beaucoup plus récemment , et depuis Rome , des Germains et des Bretons , nous décris une Europe orientale assez fantasque lui aussi ...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


25 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 IL FAUT LIRE HERODOTE, 2 février 2007
Par 
BAGRATION "MOLTO LENTE" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
Il faut le lire pour la charge des Hoplites athéniens à Marathon, pour la mort de Cyrus quelque part en Asie Mineure, pour la Démesure Perse et la Grandeur Grecque, pour la vision unique des ziggourats de Babylone et le voyage dans l'Egypte des Pharaons. Il faut le lire pour ce qu'il y a de légende et de véracité, pour la beauté et la naïveté du texte, pour le plaisir du voyage et le goût de l'histoire. Lisez Hérodote, ça fait du bien.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 A posséder, 22 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
Le plus vieux récit historique qui nous est parvenu mérite bien que l'on y consacre quelques heures de lecture.

La lecture est agréable. Notez toutefois qu'il y a pas mal de notes qui se trouvent en fin d'ouvrage. Il faudra donc se reporter à ces notes pour les précisions utiles, ce qui peut rendre la lecture parfois un peu pénible.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 recit très fluide, 15 juillet 2009
Par 
Safrano (paris) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
le texte est particulierement interessant et les notes de l'editeur sont completes;un tres bon livre pour etudier l'antiquité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


16 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hérodte et nous, 21 mai 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
Une première lecture de cette partie de l'Enquête d'Hérodote nous offre d'abord l'occasion de nous évader un moment vers un ailleurs désormais hors du temps et de l'espace: Egypte, Perse, Scythie... Mais avant tout, Hérodote, s'il est moins le père de l'histoire moderne que ne l'est Thucydide, nous invite à poser sur l'Autre un regard curieux. Hérodote s'informe, et veut éclairer ses contemporains. Saine démarche qui doit être celle de chacun: regarder vivre son voisin, même s'il est "étrange"...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 le style historique indémodable, 15 août 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enquête (Livres I à IV) (Poche)
Herodote a ecrit il y a des milliers d'années dans un monde rempli de mythes, de conquetes, d'inconnus. Il nous fait voir l'histoire antique comme aucun autre ne peut le faire. Un monde jeune qui se limitait alors à l'Asie, la Lybie (Afrique) et l'Europe, à des cartes imprécises, à des peuples à découvrir, à des croyances qu'il met parfois en doute.
Herodote nous donne le premier livre d'histoire débutant avec le richissime lydien Crésus, les grands rois perses Cambyse, Darius, Cyrus. Il nous fait découvrir également les peuples voisins, les éthiopiens, les arabes, les indiens, les scythes... C'est passionnant
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Enquête (Livres I à IV)
L'Enquête (Livres I à IV) de Hérodote (Poche - 24 mai 1985)
EUR 8,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit