Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Nous vivons insensibles au milieu du sang et de la détresse", Joseph Kessel, 16 mars 2011
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Coeurs purs (Poche)
Joseph Kessel a regroupé trois nouvelles véridiques, campant des personnages ayant existé avec l'identité donnée par l'auteur ou bien sans cette identité. Les circonstances historiques tragiques, dramatiques, ayant requis l'expression d'une pureté d'héroïsme sont vraies également. Kessel les a connues en tant que reporter.

Ainsi la première histoire, "Mary de Cork" (publiée en 1925) retrace le combat de libération des Irlandais du joug anglais. L'Anglais est parti. Les dissensions entre anciens combattants se font jour, certains privilégiant une composition avec le pouvoir britannique, les autres un rejet catégorique. Les armes sont reprises. Les morts de cette guerre civile s'accumulent. Mary est dans le camp opposé à celui de son mari et n'hésitera pas à utiliser leur fils pour commettre un parricide.

La seconde nouvelle "Makhno et sa juive" (publiée en 1926) retrace l'histoire d'un ataman en Ukraine, animé par une haine extraordinaire, chef d'une bande de hors la loi, avides de rapine et de meurtres. Makhno a réellement existé. Kessel avait entendu à cette époque d'entre deux guerres, que Makhno était réfugié à Paris et qu'il n'avait pas aimé ce qui se disait de Kessel à son endroit. L'auteur lui répond. Il ne craint pas la bagarre. Vraiment pas.

La troisième et dernière nouvelle "le Thé du Capitaine Sogoub" (publiée en 1926) nous fait découvrir deux milieux d'exilés russes ; ceux de 1905 et ceux d'après la Révolution - camps opposés. Pourtant, Sogoub a froid, cherche un réconfort. Kessel l'a connu chez ses parents.

En quoi une mère qui engage son fils à un parricide, un égorgeur, un être vil et déclassé méritent-ils l'honneur d'être catégorisés "coeurs purs" ?

Joseph Kessel s'explique :

"(...) les événements massifs, les souffrances en bloc ne frappent l'imagination ou la pitié qu'imparfaitement et d'une manière abstraite. Pour être vivants, notre tendresse ou notre effroi exigent un exemple singulier. Nous sommes ainsi faits que le visage d'un enfant qui pleure nous touche plus que d'apprendre la mort par la faim de toute une province.

Or des voyages et des amitiés nouées en des lieux nocturnes m'ont donné des illustrations pathétiques de la misère et de l'héroïsme où vit notre époque. Son désordre et ses épouvantes ne sont pas en effet sans grandeur. Elle a, chez beaucoup d'hommes, libéré les instincts, quels qu'ils soient, du plus noble au plus vil. Et un instinct, s'il est net de tout alliage, a toujours quelque chose de fort, de vierge qui force l'admiration. Il y a en lui cette pureté des animaux et des plantes que ne peuvent acquérir nos sentiments les plus raffinés.

Les coeurs instinctifs sont purs sans qu'intervienne aucune notion morale, purs à la manière d'un vin, d'une pierre ou d'un poison, purs par leur violence et leur intégrité."

Le lecteur est invité par ailleurs à lire, en complément de cet ouvrage, le récit autobiographique de Kessel : "Ami, entends-tu....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les Coeurs purs
Les Coeurs purs de Joseph Kessel (Poche - 5 janvier 1988)
EUR 6,20
Habituellement expédié sous 1 à 3 semaines
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit