Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une apothéose
Ce journal, écrit à la fin de la vie de l'auteur entre janvier et septembre 1978, est la démonstration de l'aboutissement d'un cheminement humain et spirituel d'une vie. Chaque entrée du journal permet à Albert Cohen d'évoquer ses chers disparus. Dans un premier temps, il se retourne vers sa mère avec un pauvre désir...
Publié le 30 mai 2009 par NMK

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 déprimant
Dans ce testament écrit 3 ans avant sa mort, Cohen exprime ses conceptions sur Dieu, les femmes, la vie et alors que "Le livre de ma mère" ou '-"oh vous frères humains" frôlent le chef-f'oeuvre, ici l'écrivain fait preuve d'un pessimisme ravageur et contagieux dont on ne sort pas indemne: trop c'est trop et tant de noirceur devient...
Publié le 5 novembre 2011 par ERNESTO


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une apothéose, 30 mai 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnets 1978 (Poche)
Ce journal, écrit à la fin de la vie de l'auteur entre janvier et septembre 1978, est la démonstration de l'aboutissement d'un cheminement humain et spirituel d'une vie. Chaque entrée du journal permet à Albert Cohen d'évoquer ses chers disparus. Dans un premier temps, il se retourne vers sa mère avec un pauvre désir de la faire vivre encore un peu, «cette sainte sentinelle et gardienne de son fils», avant de la rejoindre bientôt. Cette maman chérie cède la place à Marcel Pagnol, le camarade d'enfance et d'adolescence tant aimé, décédé quatre ans auparavant. Puis vient la ronde des femmes aimées, ces muses elles aussi parfois déjà mortes. Ce récit lui permet de retracer sa vie, de confronter ses angoisses avec la mort, et de déclarer tout fort sa révolte de devoir mourir (Je n'accepte pas de perdre mes yeux qui étaient une partie de mon âme. Mon âme n'est pas un impalpable ectoplasme à gogos. Mon âme c'est moi. Cela n'est pas de la philosophie, cette filandreuse toile d'araignée toute de tromperies, mais une grenue et indestructible petite vérité tout à fait vraie. Oui, tout ce que vous voudrez, dites tout ce que vous voudrez, dites toutes les survolances qu'il vous plaira, mais ma petite vérité est bon teint. Mon âme c'est mon corps et non un magique souffle». Ce genre de raisonnement le conduit à prendre Dieu à partie avec beaucoup de virulence : «O Dieu, j'ai vu Ton oeuvre et je n'ai pas craint de Te lancer un irrespectueux regard. Et si Tu attends que je Te félicite ou Te remercie, Tu peux toujours attendre», pour finalement déclarer à Dieu dans un ultime blasphème: «Tu ne mérites pas Ta chance, Dieu, d'être Dieu. Et je ne peux Te donner qu'un zéro de conduite.»
A travers ses critiques acerbes et drôles sur les «fidèles et croyants » qui s'achètent une bonne conscience à bon compte et qui s'assurent leur paradis par des confits en dévotion et en déclarations de l'amour-du-prochain, le lecteur sent une recherche désespérée de la foi : Albert Cohen avoue lui-même à un moment donné «Etre malade de Dieu aimé, malade de Son atroce absence». Tout ceci est exprimé dans un style lyrique, poétique percutant et incisif, style qui est propre à l'auteur. Epoustouflant, drôle et profond, ce livre décrit les pensées d'une personne qui a bien, beaucoup et profondément vécu. A méditer...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 déprimant, 5 novembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnets 1978 (Poche)
Dans ce testament écrit 3 ans avant sa mort, Cohen exprime ses conceptions sur Dieu, les femmes, la vie et alors que "Le livre de ma mère" ou '-"oh vous frères humains" frôlent le chef-f'oeuvre, ici l'écrivain fait preuve d'un pessimisme ravageur et contagieux dont on ne sort pas indemne: trop c'est trop et tant de noirceur devient déprimant.
Heureusement, il reste un styme flamboyant et magistral qui sauve l'exercice de l'oubli: chaque phrase est ciselée comme un bijou par un orfèvre...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Grand Monsieur, 18 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnets 1978 (Poche)
Plus que l'auteur, c'est la grandeur de l'homme qu'on découvre à travers ces carnets. Leçon de sagesse et de générosité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Gentry tri, 10 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnets 1978 (Poche)
Infernale h hg jjj f t g g g g g g h h h h j j j j j
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Carnets 1978
Carnets 1978 de Albert Cohen (Poche - 13 janvier 1993)
EUR 6,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit