undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles4
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
3
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:2,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1971. 40 ans après le récit extraordinaire de l'aventure de Joseph Kessel en Somalie, au Yémen, sur la Mer Rouge (cf. Fortune carrée), Romain Gary entreprend de rencontrer des personnages hors normes, derniers survivants de la présence française, héros oubliés d'engagements passés héroïques pour certains, de fous pour la plupart, d'humanistes étonnants pour la plupart. Romain Gary nous dresse l'éloge d'Hommes solides, tournés vers l'Autre, risquant leurs vies chaque jour à l'image de cet instituteur qui opéra d'une appendicite - sauvant un enfant, ou de ce médecin pied-noir, qui parcourt le désert pour porter secours, inlassablement.

Rencontres fabuleuses d'une autre culture, de l'Islam, de l'Histoire.

Mais ce que recherche au fond de tout, pour couronner ce magnifique récit d'aventure, écrit par un vrai baroudeur, c'est le regard d'une petite fille :

"Mais c'est dans le regard d'une petite fille que j'ai rencontré vraiment ce qui reste des millénaires, des royaumes et des empires lorsqu'ils disparaissent au fond des siècles : l'indéfinissable survie d'un éphémère qui venait vers moi des temps les plus anciens, comme si courait à travers les âges le fil d'or d'une souveraineté humaine plus fabuleuse que tous les royaumes et plus forte que tous les néants."

Premier ouvrage que je lis de Romain Gary, je ne vais certainement pas m'arrêter en chemin.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les trésors de la Mer Rouge/ Romain Gary
Années 1970'.Dans un style toujours aussi beau, inimitable et poétique, Romain Gary nous emmène en aventure à Djibouti et son arrière pays désolé de laves et de pierres noires calcinées par un soleil de plomb, pour nous offrir une galerie d'hommes, de femmes, d'esclaves et de prostituées. On y rencontre non seulement des héros anonymes, médecin, infirmier, instituteur, rêveurs mégalomanes, mais aussi hélas la lie de la terre, des sous hommes qui gravent leur nom et leur passage sur les pauvres corps des jeunes filles abyssines . Une fresque étonnante et bouleversante d'une centaine de pages seulement.
Et puis en observateur attentif et sensible au cours de ses incessantes pérégrinations, RG se fait le chantre passionné de l'Islam originel sur fond de tableaux couleur sépia.
Il exprime aussi son point de vue sans concession sur la colonisation : « Que le colonialisme ait été un échec, pour le constater, il suffit de parcourir l'Afrique indépendante. » Nostalgique des hauts faits d'armes de l'armée française, Koufra, Dien Bien Phu, Algérie, RG va rencontrer d'autres nostalgiques, et même des fous qui n'ont pu se réinsérer dans la vie civile après ces batailles, victoires ou défaites, mémorables.
Et je reparle de ce style unique. Passage sur la misère et le malheur qui frappent les populations: « Le père Sourane assiste sans parler de son Dieu ceux qu'il a bien fallu laisser mourir de leur mort d'insectes et aide à poser sur cette matière que l'on veut bien appeler « terre » ces cercles de pierre qui signaleront à travers les âges les tombes éternelles de l'éphémère' »
Les Trésors de la Mer Rouge, ce sont tous ces personnages hors du commun et le regard millénaire d'une petit fille que RG va rencontrer tout au long de ce récit passionnant où même le fabuleux complot ourdi par la Chine contre l'Occident est mis en scène avec humour.
Je n'ai pu m'empêcher de penser aux célèbres prédécesseurs de RG aventurés dans ces contrées plus hospitalières qu'on ne l'aurait imaginé, du moins à cette époque : Rimbaud, Monfreid et Kessel.
Magnifique : à lire absolument.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2011
Plus qu'un récit de voyage sur Djibouti et le Yémen, Les trésors de la mer rouge est un témoignage affuté sur ce qu'aurait pu être la colonisation, profitant de l'effondrement d'un système pour faire ressortir ses types essentiels, les « âmes étranges », les hommes qui restent une fois que tous les autres sont partis.

Des « fous sacrés », des enfermés volontaires dont les sourires « suent toujours la joie de l'enfer », comme l'ex-capitaine Machonnard, qui a reconstitué la tour de guet des postes isolés en territoire Viet au milieu du désert et invite Gary à célébrer la victoire de Dien Bien Phu, homme réfugié dans la folie, *préservé* par les autres militaires parce qu'ils ont *besoin* de lui.

D'autres qui servaient autrefois d'alibi aux intérêts cachés derrière le colonialisme, comme cet instituteur qui parcourt le désert pour convaincre des parents de laisser leurs enfants étudier et à l'occasion se transforme en médecin à l'aide de son « manuel d'urgence ». De superbes portraits éphémères.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2011
Ce livre n'est pas vraiment une histoire, il explique plutôt le point de vue de l'auteur sur ce qu'il a vécu ce livre est plus un journal de bord.
Je l'ai quand même trouver assez beau, car grâce à lui on peut imaginer la vie là-bas, les paysages, ...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,50 €