undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles4
4,0 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 juillet 2013
Une première partie très intéressante, à l'ombre de la tour Matachine, au coeur de la citadelle de l'Autarque, (un « monarque » tout puissant), tout à la fois école des apprentis bourreaux, demeure des compagnons et des maîtres bourreaux ; lieu de finitude des condamnés à des supplices insoupçonnés, et qui permet de découvrir notre héros, le jeune Séverian, sympathique orphelin et dont le destin se dessine à travers l'écriture de celui qu'il sera plus tard... (mais je ne soulèverai pas le voile...).

La seconde partie de ce premier tome du « Livre du Nouveau soleil », à l'accès quand même quelque peu compliqué... (les méandres de la pensée de l'auteur sont incommensurables...) est nimbée du mystère de ces fleurs mortelles nées des marais et qui servent à des duels inimaginables, où l'on attend avec avidité et impatience (trop ?) un combat qui finit par arriver, qui sera bref, et qui nous permet de découvrir une des arcanes de ce premier volume.

Quant à la troisième partie, complètement décalée, elle revêt une parenthèse théâtrale (au sens premier du terme) qui termine ce premier volume en nous mettant les pieds sur la marche suivante des futures aventures de l'attachant (pour un bourreau c'est le comble...) Séverian...

Gène Wolfe, Maître es S.F. et Héroïc fantasy.... est un auteur véritablement enivrant !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le "Livre du Nouveau Soleil" comporte 4 tomes:
- tome 1: "l'ombre du bourreau"
Le livre du nouveau soleil, Tome 2 : La griffe du demi-dieu
Le livre du Nouveau Soleil, Tome 3 : L'épée du licteur
Le livre du Nouveau Soleil, Tome 4 : La citadelle de l'Autarque

Cet avis couvrira l'ensemble de ces tomes, tant ils sont tous imbriqués les uns dans les autres, et tant il est difficile de comprendre un des tomes sans avoir lu l'explication dans les tomes suivants. Note: chaque tome est relativement court (beaucoup plus que les récents récits de fantasy des George RR Martin, Brandan Sanderson ou Patrick Rothfuss en tout cas!)

Cette série datant de la fin des années 70-début des années 80 repose sur une histoire très connue, celle du jeune homme issu d'un milieu très défavorisé et qui deviendra le souverain du monde où il est né. Cependant c'est une histoire incroyablement plus originale que cela, à la frontière entre le sword and sorcery, la dark fantasy, la SF, l'odyssée antique, le récit biblique...

Parmi les particularités:
- Le héros n'atteindra le trône qu'à la toute fin du dernier tome, donc la plupart des tomes sont un récit d'aventures, de rencontres, d'expériences menées par Severian, le héros du récit. Si vous vous attendez à des guerres,des conquêtes etc, vous risquez d'être déçus.
- Le monde décrit est celui de la planète Urth, anciennement Terre, avec une lune maintenant de couleur émeraude, un soleil aux reflets rougeoyants, des animaux étranges et terrifiants, des cités à moitié enfouies ressemblant à des fusées. Oui, nous sommes dans le futur, un futur tellement lointain que le futur technologique est devenu une période antique dont le savoir s'est perdu, avec un monde décrit comportant une société de type moyenâgeuse utilisant des technologies parfois plus modernes que celles du Moyen-Age, parfois tellement qu'elles sont apparentées à de la magie (alors qu'il s'agit notamment de manipulations génétiques). Même si la magie en elle-même peut exister. Ou pas. Au lecteur de juger.
- le héros est... bourreau de profession, élevé dans les "arts" de la torture depuis son plus jeune âge.
- des contes voire même à un moment une pièce de théâtre sont imbriquées dans le récit (j'avoue avoir souffert dans ces passages et avoir fini par en lire certains en diagonale).

C'est une série rédigée à la première personne, celle du héros. Il répète régulièrement qu'il n'oublie rien, mais il y a tant d'ellipses qu'il est parfois très dur de s'y retrouver. Au début du deuxième tome, j'ai fini par aller voir les commentaires sur Amazon.com, étant complètement perdue et me demandant si j'avais sauté quelques pages par mégarde. Non, c'est normal. C'est très déstabilisant et cela demande beaucoup d'engagement de la part du lecteur, qui parfois n'aura l'explication que deux ou trois livres plus loin (explications toujours très logiques, si logiques que je m'en suis voulue parfois de ne pas y avoir pensé).

C'est aussi une histoire très dure, très noire, à conseiller à des lecteurs de fantasy/SF très aguerris. D'autant plus que le vocabulaire employé est très riche et la structure des phrases très complexe. Je l'ai lue en anglais, c'était aussi un autre difficulté de lecture à affronter. Lire cette série était donc difficile sur de multiples plans mais j'en ressort très satisfaite: j'ai découverte une série brillamment originale, épouvantablement cultivée et maline (épouvantable pour mon cerveau s'entend), qui ne peut se comparer à nulle autre que j'ai lue.

- Tome 1: "L'ombre du bourreau", 5 étoiles
La première moitié du livre est très accessible, c'est un récit d'apprentissage, celui de Severian, élevé au sein de la guilde des "Chercheurs de Vérité et de Pénitence", c'est-à-dire la guilde des bourreaux. La structure est un peu comme celle d'Harry Potter, avec ses dortoirs, ses amitiés, ses bons et mauvais professeurs, ses corvées, ses cours. Mais le contenu est très différent puisqu'on parle de torture et de mort. Le récit m'a parfois fait penser à la "Compagnie Noire" avec un mélange de nonchalante noirceur (les tortures: énucléation, lapidation, écartèlement, décapitations j'en passe et des meilleures, sont traitées comme si on parlait de la pluie et du beau temps, c'est le quotidien de Severian) et une pointe d'humour noir.

La seconde moitié du livre parle de Severian partant vers une longue aventure et est beaucoup plus déconcertante, plus à l'image du reste de la série. On y croise des jardins fantastiques, des combats à coup de fleurs mortelles, une troupe de théâtre aux membres pour le moins éclectiques puisqu'on y croise notamment un savant fou, un géant et un bourreau (Severian).

- Tome 2: "la Griffe du Demi-Dieu", 3 étoiles
Ce tome est très déconcertant. On y suit Severian dans ses aventures et ses rencontres. Plus j'avançais dans le récit, plus je me sentais perdue et je me suis raccrochée aux commentaires détaillés d'Amazon.com comme à une bouée. A la fin du tome 2, je pensais que ce tome ne valait pas plus de 2 étoiles pour moi, ayant été incapable de le comprendre donc de l'aimer. Cependant le tome 3 apporte quelques explications salvatrices m'ayant permis de réévaluer ma lecture. Et ce tome contient une des scènes les plus dérangeantes, que dis-je, terrifiantes que j'ai jamais lues. J'ai été quasiment prise de nausée à ce moment-là, ce qui montre la force du récit (qui était aussi très poétique!). A contrario, pendant un long chapitre il y a une pièce de théâtre retranscrite, dialogues et didascalies compris. Eprouvant à lire et très obscur (quoique parlant du Nouveau Soleil).

- Tome 3: " l'épée du licteur", 5 étoiles
Severian arrive à un des objectifs de sa quête, et on retrouve un récit conventionnel et linéaire. Soulagement. De plus ce tome est beaucoup plus explicatif et permet de mieux comprendre les livres précédents et les enjeux de la série. J'ai alors constaté que certains micro-détails du premier tome avaient alors été soigneusement pensés, ce qui est très rarement le cas dans les séries d'aujourd'hui (j'ai juste relevé une comparaison entre le saut d'un personnage et celui d'un gymnaste qui me semble pour le moins anachronique). On commence alors doucement une transition éclairée de la magie vers la science et de la fantasy classique vers de la fantasy "science fictionnée".

- Tome 4: "La citadelle de l'Autarque", 5 étoiles
Ce tome, à la fois le plus politique, le plus théologique et le plus scientifique porte sur le souverain du monde décrit, l'insaisissable et terrifiant Autarque "dont l'urine est le vin de ses sujets". La conclusion est satisfaisante et relativement explicite, même si de gros points restent dans l'ombre.

(lus en anglais)
3232 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2011
Dès le début ce roman dérange, déroute. Par son tempo, par l'impression irréelle d'évoluer dans un monde fin de race. Ici la technologie n'a aucune finalité, rien n'a plus de valeur : ni l'enseignement, ni les métiers, ni le cheminement... L'enfance se passe dans une nécropole. L'apprentissage n'est qu'une monté en puissance dans la pollution de l'innocence : évidemment le sordide n'est jamais loin lorsqu'on apprend le métier de bourreau. Le jeune apprenti vit dans un monde ou l'amour n'a pas le droit à l'existence et devient rapidement une déchirure. Ce voyage flirte à chaque ligne avec la folie. L'écriture est superbe certes, mais le propos légèrement nihiliste dérange sans cesse. Le tout dans une inventivité et une poésie qui nous empêche de décrocher. Ma conclusion : une immersion dans le mal être de l'auteur qui exprime une vision décapante d'un futur sans avenir. Je n'ai pas aimé car à suivre le voyage tourmenté d'un exécuteur qui essaie de comprendre ce qu'il fait dans le ventre de la baleine, on peut finir par avoir soit même le bourdon.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2010
Dur de trouver, que se soit en SF ou en Fantasy, des auteurs qui valent la peine d'être lu autant pour leur imagination que pour leurs qualités d'écritures.

Ce récit, vagabondant entre SF et fantasy, vous plonge dans une aventure dépaysante, voir perturbante. L'écriture à la première personne y contribue mais elle permet aussi d'entretenir l'intrigue et de surprendre à mainte reprise le lecteur.

Ce roman est un chef d'œuvre, tout style confondu. La saga vous semblera trop courte. A ne pas rater !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus