Commentaires en ligne


3 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le poème de l'amour absolu
Il s'agit ici du livret de l'opèra de Wagner Tristan et Isolde avec d'un côté le texte original en allemand et de l'autre la traduction française. Très pratique si l'on veux suivre en écoutant ou mieux comprendre ce chef d'oeuvre de la musique. Mais avant même le génie de la musique de Wagner, on découvre ici son génie...
Publié le 7 février 2009 par Laurent DACHARY

versus
3.0 étoiles sur 5 On aurait pu et du faire beaucoup mieux
La première remarque sur Ce livre est bien sûr qu’il est bon d’avoir le livret original en allemand, bien qu’aujourd’hui les DVD offrent les sous-titres et les CD de qualité donnent le livret en plusieurs langues.

Le défaut principal est que ce qu’ils appellent une traduction de ce livret en français...
Publié il y a 3 mois par Jacques COULARDEAU


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le poème de l'amour absolu, 7 février 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tristan et Isolde (Poche)
Il s'agit ici du livret de l'opèra de Wagner Tristan et Isolde avec d'un côté le texte original en allemand et de l'autre la traduction française. Très pratique si l'on veux suivre en écoutant ou mieux comprendre ce chef d'oeuvre de la musique. Mais avant même le génie de la musique de Wagner, on découvre ici son génie littéraire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 On aurait pu et du faire beaucoup mieux, 9 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tristan et Isolde (Broché)
La première remarque sur Ce livre est bien sûr qu’il est bon d’avoir le livret original en allemand, bien qu’aujourd’hui les DVD offrent les sous-titres et les CD de qualité donnent le livret en plusieurs langues.

Le défaut principal est que ce qu’ils appellent une traduction de ce livret en français n’est pas une traduction mais est l’adaptation de 1860 que Wagner avait autorisée probablement pour une production en France en français. On ne comprend pas pourquoi un éditeur moderne avec un opéra à dimension nationale moderne, du 20ème siècle, il y a à peine vingt ans ose faire cette erreur – car s’en est une – et même ce crime, car traduire n’est pas jouer avec les mots ni interpréter comme bon vous semble. Si Wagner avait été capable de faire sa traduction il aurait fait comme Oscar Wilde et aurait écrit son opéra en français et l’aurait traduit lui-même en allemand.

Le pire est que dès la page 13, nos amateurs éditeurs reconnaissent sur un exemple que le livret en français qu’ils produisent n’est pas une traduction :

« Le terme ‘souffre’ ne correspond pas à la traduction littérale, mais les deux verbes juxtaposés ‘souffle’ et ‘souffre’ que Wagner a permis d’employer dans la traduction française de 1860, utilisée ici, rendent bien les deux expressions absolument homonymes en allemand. »

L’honnêteté aurait voulu alors qu’ils dotent cette adaptation wagnérienne, ou au moins autorisée par Wagner lui-même, d’un corpus sérieux de notes pour aider le lecteur à s’y retrouver. Je vais dans un instant donner quelques exemples beaucoup plus percutant que celui auquel Simonne Serret fait allusion dans son introduction.

Simone Serret dit encore :

« Dès la première phrase de l’ouvrage, nous sentons ce dualisme, ce tiraillement entre deux contraires : ‘le regard erre vers l’occident ; le navire glisse vers l’orient.’ »

Elle se perd ensuite dans une métaphore dantesque avec la barque de Charon. En fait cette vision dualiste est erronée. Comme il est évident dans l’image qu’elle utilise du texte il n’y a pas dualisme mais ternarisme. C’est un dualisme des extrêmes qui cache un ternarisme du transfert ou plutôt même d’un point indéfini sur la trajectoire de ce transfert de l’un à l’autre. Cette figure d’un ternarisme contenu dans un binarisme est fondamentale et constante dans l’opéra. Ceci d’ailleurs crée très clairement un mouvement amplifié par la musique comme celui d’un pendule qui oscille de droite et de gauche sans cesse, sans s’arrêter au-dessus de votre visage menaçant de le défigurer à chaque instant, comme dans l’histoire fantastique d’Edgar Poe.

Mais ce mouvement de pendule a un point fixe de « pendulation » et cela est trahir Wagner. Ce mouvement de pendulation va de paire avec un mouvement d’oscillation comme celui d’un métronome mais comme le premier sans point d’attache fixe pour cette oscillation ; on a ainsi deux personnages dans un bateau qui pendulent et oscillent au gré des flots au-dessus d’un gouffre sans aucun point d’attache réel, de référence sûre, une fois que le « poison » qui devait tuer les deux personnages selon le désir d’Isolde se révèle les avoir unis à jamais dans un désir lubrique et purement hormonal qu’ils appellent l’amour et qui est la vraie damnation, et de Tristan et d’Isolde, en écho à celle de Faust.

Dans l’acte deux, scène deux, Tristan donne l’expression « des Todes Nacht » et les deux, Tristan et isolde, dans le duo qui suit immédiatement donnent « Nacht der Liebe », ce qui construit l’expression unique « des Todes Nacht der Liebe ».Les deux expression de départ signifient « nuit de la mort » et « nuit de l’amour » mais Wagner joue sur les deux génitifs allemands pour produire ainsi la même image d’un élément (la nuit) pris entre deux extrêmes, l’amour et la mort, qui sont tous les deux des créatures de cette nuit, comme si nous disions « de la mort la nuit de l’amour » qui n’a pas de sens syntaxique en français. Ce qui amène Tristan et Isolde à créer deux syllogismes effarants : l’amour est la vie – la nuit est la mort – l’amour dans la mort – la vie dans la mort. Ce premier syllogisme amènent nos amants sur-hormonés à vouloir donner vie à leur amour dans la nuit et donc par la mort. Le second syllogisme est celui qu’Isolde tente de fuir : le mariage est une survie – le mariage est une souffrance – le mariage dans l’aliénation – la vie dans l’aliénation. On comprend alors qu’il vaut mieux mourir que vivre et quand la mort dans la nuit vous promet l’amour éternel, il n’y a plus de raison de résister.

Une profondeur encore plus grande est développée par Tristan qui n’a connu ni père ni mère et a été élevé uniquement par des hommes, y compris son oncle qui se veut son père adoptif. Tristan veut trouver la mère, l’amour de la mère et il est pris dans l’illusion régressive qu’il doit remonter dans la nuit d’avant sa naissance, sa naissance quand il a vu le jour pour la première fois, pour retrouver la vie avant la vie, le contact avec la mère dans la nuit de la mère, dans la mère ennuitée, dans le sein de la mère.

Tout cela est manqué par une réduction de la richesse ternaire de Wagner à un prétendu binarisme qui ne mène à rien. Le binarisme n’a pas de solution. Le bateau entre l’ouest et l’est amène Isolde à la solution de mourir avant de débarquer et elle entraine Tristan dans sa folie ce qui fait qu’ils débarquent, pour sûr, mais avec le seul désir de se réembarquer sur un bateau qui les mènerait au-delà de la vie de mariage, d’aliénation, de soumission au pouvoir de l’oncle vieillissant qui épouse une fillette de quatorze ans.

Simone Serret se trompe quand elle voit la fin comme « un suprême équilibre ». Il n’y a pas d’équilibre mais une totale annihilation, ce qui supprime le balancement, l’oscillation, la pendulation. C’est la balançoire lancée dans sa pendulation à pleine vitesse à laquelle on coupe brusquement les cordes. C’est un if gigantesque qui doucement oscille dans le vent à qui on coupe brusquement le tronc. Si la chute écrasante de la balançoire ou de l’If sont des équilibres alors Simone Serret a raison. Mais je n’aimerais pas être dans la balançoire quand elle s’écrasera au sol. Et c’est pourtant ce que Tristan et Isolde propose : coupez la vie pour que l’amour triomphe dans la nuit de la mort.

Sublime.

Et alors Thomas Mann de l’introduction prend sens :

« Par son culte de la nuit, l’anathème jeté sur le jour, Tristan montre des liens profonds avec la pensée et la sensibilité de tous les romantiques, et ainsi n’a pas besoin du parrainage de Schopenhauer. La nuit est l’asile et le royaume de tout romantisme, elle en est la découverte. »

Et il est erroné cependant de tirer de cela l’idée de l’absence de dieu parce que Thomas Mann connaît mal – ce qui est surprenant – le culte capital de la nuit dans le Christianisme par exemple : la nuit sur le mont des Oliviers, la nuit de la veille du shabbat dans laquelle on enseveli Jésus dans une tombe et on roule une rocher devant l’entrée, la nuit du shabbat au dimanche à la fin de laquelle Jésus ressuscite. Voilà trois nuits remarquables. Mais il y en a bien d’autres. La nuit est le creuset de toutes les religions et c’est un creuset essentiel pour le christianisme. Le culte de la nuit comme la porte vers la vie éternelle est une image profonde tirée d’un cabinet d’images judaïques par exemple, la mort étant le passage de la nuit de cette mort à la lumière de l’au-delà par le porche lumineux qui ne jette pas d’ombres.

Et c’est bien l’éclipse de la mort de Jésus, le voile qui se déchire dans le temple, le tremblement de terre qui secoue la Jérusalem, tout cela dans cette obscurité mortelle et morbide en pleine journée, c’est la nuit où la résurrection s’inscrit dans la vie des hommes , sans parler de la nuit de Bethléem où la naissance de celui qui va porter la résurrection dans la vie des hommes se situe au cœur de l’hiver, le jour de la nuit la plus longue qui annonce la résurrection du jour ou la nuit de l’hiver bascule dans le printemps, où la nuit sans feuilles de l’automne et de l’hiver bascule dans le jour où les feuilles renaissent avec le printemps et l’été, pour ainsi rappeler une autre version de Tristan et Isolde considérée comme plus païenne que celle que nous avons ici.

C’est peu comprendre la dimension mystique de la nuit et du jour que de croire que le culte de la nuit c’est l’absence de dieu, de la divinité. Loin de nous cette coupe qu’il nous faut cependant boire au cœur de la nuit. C’est dans la nuit de la mort qu’est le salut de l’âme du Chrétien. Tristan et Isolde s’unissant dans la nuit, s’unissent par là-même dans la divinité qu’ils appellent l’amour et qui est justement l’amour désincarné, l’amour sans le viagra de la potion magique d’Astérix. On quitte la mystique celtique pour entrer dans la mystique chrétienne. On quitte le pouvoir du roi celte de Cornouaille pour entrer sous le pouvoir du seigneur divin de nos âmes.

Dommage que ce livre n’aille pas plus loin que la surface confuse et brumeuse des choses, mais comment l’aurait-il pu en s’arrêtant à la version française de 1860. La dimension cosmique est exprimée par le mot « die Welt » et ses composés (employés 21 fois dans le texte). « Die Welt » est le monde, l’univers, et ce mot cosmique disparaît pratiquement de façon totale dans la version française. Ces composés sont des mots essentiels pour comprendre la dimension cosmique de l’opéra, de l’histoire. Considérons simplement les huit composés suivants :

« Welt-entronnen » = échappé ou enfui du monde ;
« des Weltenwerdens Walterin » = la maîtresse du devenir de l’univers ;
« Weltentrücken » = enlever (arracher) au monde ;
« Welten-Ehren » = les honneurs que l’on a dans le monde ;
« Welterlösend » = délivrant (qui vous délivre, libère) du monde ;
« im weiten Reich der Weltennacht » = dans le vaste empire de la nuit du monde ;
« um dieses einzige ewig kurze letzte weltenglück » = pour cette joie unique à jamais courte et dernière dans ce monde ;
« in des Welt-Atems wehendem All » = dans ce tout qui respire du souffle du monde.

Il ressort de ces expressions que le mot « Welt » fait bien référence à un univers en devenir et vivant qui nous contient et qui respire, grandit, en un mot vit, mais en même temps cet univers cosmique affirme dans sa propre existence l’existence d’un univers, d’un cosmos, d’un monde au-delà dans lequel toute personne qui est arrachée, enlevée, libérée de ce monde-ci pourra être et exister. Et cet autre monde ne peut en aucune façon être conçu comme étant non divin, non religieux. Il est par définition l’autre monde de toutes les religions et particulièrement des trois religions sémitiques que sont le judaïsme, le christianisme et l’Islam. On pourrait me dire que Tristan et Isolde est un conte d’origine celte, et comme Philippe Walter l’affirme, que cet autre monde est le monde fantastique, surnaturel de la mythologie celte, le monde de l’au-delà des druides et des fées, mais ce serait justement m’expliquer comment ce conte « mythique » celtique a pu au 12ème être christianisé par écrit, après l’avoir été oralement pendant des siècles, et devenir ainsi un mythe (avec l’autre sens du mot) du monde occidental.

Je ne dirai rien sur le style même de la langue qui est intraduisible. Mais je conclurai sur ce simple fait qu’Actes Sud est un éditeur normalement sérieux, que l’Opéra de Marseille est sensé être une institution culturelle de qualité, et pourtant ils nous produisent un livret d’un de leurs spectacles, un livret qui n’est pas digne d’être une œuvre de référence.

Dr Jacques COULARDEAU
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 traduction difficile à lire, 20 avril 2014
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tristan et Isolde (Broché)
J'ai lu dans la préface que la traduction est celle qui a été approuvée par Wagner lui-même. Dans ce cas difficile de la critiquer. Il n'en reste pas moins qu'elle s'éloigne parfois beaucoup d'un texte allemand difficile.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Tristan et Isolde
Tristan et Isolde de Richard Wagner (Poche - 12 avril 1996)
D'occasion et Neuf à partir de : EUR 5,40
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit