Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


5.0 étoiles sur 5 VOILA L'ECRIVAIN
« J'aimais éperdument la comtesse de ... ; j'avais vingt ans, et j'étais ingénu ; elle me trompa, je me fâchai, elle me quitta. J'étais ingénu, je la regrettai ; j'avais vingt ans, elle me pardonna : et comme j'avais vingt ans, que j'étais ingénu, toujours trompé, mais plus quitté, je me croyais l'amant le...
Publié il y a 19 mois par BAGRATION

versus
1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un côté moins connu...
...mais tout aussi intéressant que celui du "co-découvreur" de l'Egypte lors de la campagne de Napoléon.
Publié le 5 septembre 2010 par DESCHAMPS


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5.0 étoiles sur 5 VOILA L'ECRIVAIN, 12 juin 2013
Par 
BAGRATION "MOLTO LENTE" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cavalier du Louvre : Vivant Denon, 1747-1825 (Poche)
« J'aimais éperdument la comtesse de ... ; j'avais vingt ans, et j'étais ingénu ; elle me trompa, je me fâchai, elle me quitta. J'étais ingénu, je la regrettai ; j'avais vingt ans, elle me pardonna : et comme j'avais vingt ans, que j'étais ingénu, toujours trompé, mais plus quitté, je me croyais l'amant le mieux aimé, partant le plus heureux des hommes. »

« Il en est des baisers comme des confidences, ils s'attirent. En effet, le premier ne fut pas plutôt donné, qu'un second le suivit, puis un autre ; ils se pressaient, ils entrecoupaient la conversation, ils la remplaçaient ; à peine enfin laissaient-ils aux soupirs la liberté de s'échapper. Le silence vint, on l'entendit (car on entend quelquefois le silence) : il effraya. Nous nous levâmes sans mot dire, et recommençâmes à marcher. »

Tout est dit...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 un côté moins connu..., 5 septembre 2010
Par 
DESCHAMPS "Véronique Derome" (Hyères du Var) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Cavalier du Louvre : Vivant Denon, 1747-1825 (Broché)
...mais tout aussi intéressant que celui du "co-découvreur" de l'Egypte lors de la campagne de Napoléon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le Cavalier du Louvre : Vivant Denon, 1747-1825
Le Cavalier du Louvre : Vivant Denon, 1747-1825 de Philippe Sollers (Poche - 13 mars 1997)
EUR 8,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit