undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

21
4,5 sur 5 étoiles
Beautiful People: Saint Laurent, Lagerfeld : splendeurs et misères de la mode
Format: BrochéModifier
Prix:9,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

17 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 juin 2010
Excellent ouvrage. Très bien écrit, construit, et documenté. Excellente traduction aussi, il faut le souligner.

Le récit de la fin de la vie de Jacques de Bascher est particulièrement émouvant.

La vie et la personnalité / la psychologie de Karl Lagerfeld sont très bien décrits.

Le couturier est, pour ainsi dire, complètement mis à nu et son CV rigoureusement rectifié (et l'on comprend que c'est ce qui l'a rendu furieux, lors de la publication de l'ouvrage).

Après avoir vu le film "Le ruban blanc", l'on comprend mieux le refoulement des émotions manifesté par celui-ci.

L'ouvrage est également très intéressant en ce qui concerne le mode de vie de Pierre Bergé et d'Yves Saint Laurent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1954, Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld se rencontrent lors d'un concours de mode. Commence alors le récit des destins -croisés ou parallèles- de ces deux personnages (je n'emploierai pas le terme de « génie » trop souvent galvaudé me semble t-il...).
Alors voilà, Alicia Drake nous décrit le Paris de la mode des 60's, 70's et 80's avec tout ce que cela comporte : le sida, le sexe, la drogue, l'homosexualité, les manipulations, les jalousies.... Les passages concernant Lagerfeld-l'hyperactif sont toutefois beaucoup plus cocasses que ceux relatifs à YSL-le-dépressif. On adore le mordant et l'originalité de Lagerfeld, ses frasques, ses mensonges, etc.
Toutefois, il faut selon moi, prendre ce bouquin au deuxième degré parce que les petits malheurs des « beautiful people », personnellement, ça me laisse de marbre ! D'accord, Saint-Laurent était dépressif et gay (ce n'est pas le seul), il était capricieux et égocentrique (ouais ouais ouais), il était super riche et super malheureux (le pauvre). Quant à Lagerfeld et sa tendance à la mythomanie et à tout le reste... Ben ça reste juste drôle et on n'a surtout pas envie de compatir à leurs petits malheurs d'enfants riches et cyclothymiques.
Ce qui me reste du livre ? Tous ces personnages du Paris de la mode, ces créatifs, ces nightclubbeurs se prennent vraiment au sérieux et semblent jouer leurs vies sur les apparences. C'est tellement évident que ça en devient pitoyable. Attention, ne pas gratter le vernis ! Ces gens-là sonnent creux et sont à côté de la plaque.
Je ne vous cacherai pas que j'étais bien contente de finir le bouquin parce que j'étais gavée de tous ces tourments de pacotille, de ces commérages à deux euros et des trucs trop durs qui arrivent à ces riches-accablés !
Beaucoup de simagrées pour rien... Alicia Drake a bien rempli son contrat en nous dépeignant les « splendeurs et misères de la mode » : misère !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 mars 2011
Excellent livre sur les carrières parallèles de St Laurent et Lagerfeld. Le livre contient mille détails et décrit avec intelligence le milieu de la mode.. L'écriture est riche et les biographies précises... C'est convaincant!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 26 août 2015
Les années 50.
La Modernité, encore toute traumatisée des horreurs de la guerre, a envie de s'amuser un peu. D'accord pour continuer à créer, mais dans la joie et la légèreté, sans gravité aucune. Pour ce faire, elle enfile un charmant costume de carnaval (qu'elle porte toujours aujourd'hui et qui commence sérieusement à craquer de toutes parts, mais c'est une autre histoire): la culture pop.
Elle se dépêche alors de donner des enfants, garnements talentueux, à tous les arts: musique, arts plastiques, cinéma, littérature,..
Il fallait bien qu'elle en donne également à la mode: ce sera chose faite quand elle choisira en 1954 Paris comme nouvelle scène de la Nativité.
Là, les journalistes de mode posent pour la première fois, lors d'un concours de jeunes créateurs, leur regard sur un jeune français et un jeune allemand, propres et bien peignés.
Et ça commence sagement, trop sagement. Le jeune Karl d'Hambourg fait ses classes chez Balmain et Chloé, l'encore plus jeune Yves d'Oran grille timidement la politesse à tout le monde quand il est nommé directeur artistique de la maison Dior à la mort soudaine de son fondateur, gravissant sans même le vouloir la première marche de sa légende. Ils ont de la technique, de la créativité et de la culture, mais quelque chose manque pour être vraiment en phase avec l'époque nouvelle, pleine de bruit et de fureur.
Il manque, et ils le savent, une mesure à leur cocktail personnel d'inventivité: la folie.
Pas bêcheuse pour un sou pourtant la folie: elle est là toute proche, incarnée dans les jeunes gens chics et branchés de l'époque, les beautiful people, attendant patiemment dans la rue et les discothèques qu'on veuille bien lui ouvrir la porte. Et alors oui, à l'orée des années 70, Karl et Yves d'un air complice et entendu, lui ouvriront la porte.
Et pour la joie de tous et le bien de l'humanité, le cocktail vire carrément molotov. Décoiffés, Saint Laurent et Lagerfeld s'entourent d'une chic clique d'amis dont ils suceront consciencieusement la jeunesse pour nourrir une créativité enfin décuplée. La rue chavire et en redemande.
Les deux miroirs, un de fabrication française et l'autre allemande, que l'époque avait placés face à face, reflètent enfin les milles étincelles du temps et font converger les lumières.
Tout cela pourrait continuer toujours, quand un jeune nobliau venu à la fois de Nantes et de nulle part vient troubler pour la première fois mais définitivement l'axe Oran-Hambourg. Du haut de ses 23 ans et de sa mégalomanie, le jeune Jacques de Bascher débarque à Paris à la recherche d'une âme charitable qui pourrait financer son occupation à plein temps de dandy néo-proustien. Il tombera amoureux pour de faux de Lagerfeld, mais Saint Laurent tombera à son tour amoureux de lui, pour de vrai. La guerre est déclarée. Les passions se déchaînent autour de Jacques le vénéneux, dandy lettré le jour, amateur d'orgies et de cocaïne la nuit.
Mais Jacques n'est pas la belle Hélène de Troie, plutôt Dorian Gray. Ils le sont tous d'ailleurs et quand arrivent les années 80 et que les masques de fête tombent, le sida et la drogue ont déjà commencé à décimer les rangs des beautiful people.
Saint Laurent, qui boit et se drogue toujours plus pour tenter d'anesthésier en vain son incurable mélancolie, perd son souffle créatif et sombre définitivement dans la nostalgie comme on sombre dans la démence. Les chevaux de la mondialisation pointent déjà à l'horizon. Le marketing poignarde la mode en plein cœur; crime dont s’accommodera fort bien Lagerfeld.
Ils meurent tous: l'insouciance de ces années, les jeunes gens chics, Jacques et Yves.
Lagerfeld triomphe seulement d'être le dernier de l'époque encore vivant, avec Pierre Bergé comme témoin gênant et mauvaise conscience.
Depuis, il dessine des m***** pour H&M (non mais sérieusement), donne des interviews ultra-exclusives toutes les semaines aux canards mode (non mais sérieusement!), se coltine Baptiste Giabiconi, un plouc fini dont il voudrait faire une icône glamour (non mais sérieusement!!), nous bassine pour son amour du coca light et de sa chatte Choupette (non mais sérieusement!!!). Bref il s'ennuie d'être le dernier survivant sur le champ de ruines.
Il faudra la parution du livre d'Alicia Drake, pour que l'ennui de Lagerfeld se mue un temps en rage, au point de vouloir en faire interdire la publication. Qu'est-ce qui provoque donc l'ire du Kaiser? La vérité, la simple vérité, que la journaliste déroule aux fil des pages. Non, l'enfance de Lagerfeld n'est pas aussi aristocratique et romantique qu'il le prétend (lui et sa famille ont connu l'humiliation des populations déplacées après la guerre). Oui Lagerfeld est de l'avis de tous un bourreau de travail mais non ça ne lui a jamais donné cet aura de génie dont jouissait Saint Laurent (même si c'était lourd à porter). Oui Lagerfeld est un très bon faiseur mais un piètre créateur: il n'a jamais réussi à imposer un vocabulaire neuf dans la mode contemporaine, comme Saint Laurent a su le faire.
Un livre à lire donc, rien que pour le plaisir de savoir que ça fera profondément chier le Kaiser (et quand Karl est énervé, Choupette stresse et fait de la diarrhée).
Un dernier mot sur l'écriture d'Alicia Drake: le livre est efficacement rédigé, "à l'américaine", sans temps morts, et facile à lire, donnant plus l'effet d'un article de magazine long de 500 pages que d'une double biographie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 décembre 2014
J'ai voulu lire ce livre après avoir regardé le film Saint Laurent.
Je n'ai pas été déçue: bien rédigé, j'ai appris plein de choses, l'impression de m'être promenée au travers d'une époque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 avril 2014
A recommander pour tous ceux qui aiment la mode et l'histoire de la mode. c'est aussi le recit du parcours des deux génies de la mode que sont Yves Saint Laurent et Karl Lagerfed.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 août 2011
Ce livre nous plonge dans un Paris mondain, meconnu par beaucoup ou les exces et le genie marquent l'eppoque a lire et a relire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 1 août 2015
Excellent ouvrage. Très bien écrit, construit, et documenté.

Pour moi vraiment très très intéressant aussi bien sur les personnalités de Karl Lagerfeld que celle de Yves St Laurent

Leur vies et personnalités sont très bien décrits...très très bien aussi d'un point de que psychologique

Je le recommande vraiment
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 18 avril 2015
moi qui adore les ragots mondains, là je suis servie!
un peu de voyeurisme, mais on comprend mieux les personnalités de YSL et celle de Lagerfield qui me semble plus sympa du coup!
et puis, petit retour dans une époque , des lieux, des gens que j'ai bien connus....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 avril 2010
Ayant vecu dans le monde de la mode dans les années '70 j'ai quand même découvert beaucoup de détails dans ce livre - extrèmement bien documenté - parfois à la limite du voyeurisme - mais on ne peut pas s'arrêter. C'est une description très froide et très impartial d'un monde fou et génial à la fois.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Saint Laurent, mauvais garçon
Saint Laurent, mauvais garçon de Marie-Dominique Lelievre (Poche - 4 juin 2011)
EUR 6,90


L'Irrégulière ou mon itinéraire Coco Chanel
L'Irrégulière ou mon itinéraire Coco Chanel de Edmonde Charles-Roux (Poche - 29 juin 2001)
EUR 7,10