undrgrnd Cliquez ici KDP nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,1 sur 5 étoiles49
4,1 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 novembre 2000
Daniel Pennac a trouvé la recette et on est tous conquis par sa simplicité et ce délire littéraire. L'horreur devient drôle, Malaussène est admirable et pitoyable, Julius est répugnant tout autant qu'attachant, les innombrables membres de cette folle famille semblent irrattrapables. Je me suis plusieurs fois demander comment tout cela allait s'arrêter tout en sachant que je me laisserai prendre à lire les suivants. Alors qui pose ces horribles bombes ? Quelle terrible enquête et bien-sûr les Malaussènes ne sont jamais loin !
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2006
Je n'oublierai jamais ce jour de 2004 ou une amie m'a dit "Il y a un bouqin qu'il faudrait que tu lises".
Des les premières pages on est pris dans la vie de Malaussene, bouc emissaire dans un grand magasin frère de famille, sorte de saint des temps modernes... Et pourtant le voila accusé de meurtre, pourquoi lui???? Simplement parce qu'il a l'extraordinaire faculté d'etre toujours ou il ne faut pas au mauvais moment!
Ce qui frappe d'entrée de jeu c'est la qualité de l'écriture, Daniel Pennac sait comment accrocher le lecteur, et l'on est bien des fois surpris par le décalage entre le côté très plaisant e l'écriture et par l'histoire finalement assez glauque! Pennac aime Dostoievski( au moins autant que moi) et ça se voit, Benjamin est un sorte d'idiot des temps modernes. Premier roman d'une longue série on y découvre avc plaisir tout la tribu Malaussene, l'insupportable mais attanchant Jeremy, la belle Julia (ah Julia...), l'anguleuse Thérèse, le Napoléonesque Divisionnaire Coudrier...
Lisez le vous ne le regretterez pas!
11 commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juin 2010
Peu importe les intrigues joyeusement invraisemblables, les romans de Pennac valent surtout pour leur galerie de personnages terriblement attachants et un humour qui vous fait éclater de rire à chaque page. Je ne me promène plus à Belleville sans le secret espoir de rencontrer un jour, au détour d'un chemin, Benjamin en compagnie de Julius le chien...
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2001
Ce Bonheur des Ogres n'est, selon moi, pas le meilleur de la série. J'ai eu un peu de mal à cerner tous les personnages. Cela ne m'a cependant pas empêché de lire le 2ème puis le 3ème... J'en suis aujourd'hui à lire le 4ème, Monsieur Mallaussène, qui m'accapare matin, midi et soir !! Je suis accro !! Moralité, si comme moi vous n'avez que moyennement apprécié ce tome, passez vite à la suite, ça devient génial !
0Commentaire|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2002
Ce livre est un roman policier. L'histoire tourne autour d'un personnage (Malaussene) , à qui il arrive toutes sortes de malheurs. Au cours de l'action il va tenter de se débarrasser de tous ses problèmes, dont une grave accusation de meurtre qui pèse sur lui .
Mais c'est surtout une histoire remarquablement racontée par l'auteur, qui va -par métaphores et périphrases, tout cela mêlé d'une culture générale impressionnante- transformer un fait d 'apparence banal en un roman original, où l'humour est omniprésent . Même les descriptions, souvent ennuyeuses chez les autres auteurs , se révèlent ici , de par les nombreux jeux de mots , intéressantes et agréables à lire.
Un roman et un auteur à découvrir.
0Commentaire|23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 novembre 2013
Je n'arrive pas à entrer dans l'histoire. L'écriture de ce livre est assez spécial je trouve...après pour la lecture, chacun ses goûts. Pour ma part, je le lis car je l'ai commencé, mais à plusieurs moments je ne comprends pas le cheminement de l'histoire...
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Daniel Pennac, né Daniel Pennacchioni en 1944 à Casablanca au Maroc, est un écrivain français. Il a reçu le prix Renaudot en 2007 pour son essai Chagrin d'école. Après une maîtrise en lettres à Nice, il entre dans l'enseignement. Il commence à écrire pour les enfants et finit par proposer Au Bonheur des Ogres à la Série noire en 1985.
C'est par ce roman que Benjamin Malaussène et ses amis de Belleville font leur entrée dans la littérature, une saga qui s’étalera sur sept bouquins. Et ce Malaussène il en connaît du monde ! D’ailleurs il faut un peu s’accrocher au départ pour comprendre exactement les liens qui unissent les uns avec les autres et le tout à Ben le héros récurent de Daniel Pennac, car le roman est assez foutraque tant dans l’écriture, que dans les rapports entre les acteurs et même le traitement du sujet n’est pas banal. Si vous entrez dans ce livre, ne regardez pas derrière vous, oubliez tout, laissez-vous emporter par l’humour un peu destroy de l’auteur pour profiter pleinement de votre lecture.
Ben (Benjamin Malaussène) s’occupe de ses jeunes frères et sœurs quand sa mère se barre avec un nouvel amant et qu’il n’est pas pris par son job, plutôt original, de « bouc émissaire » dans un grand magasin (entre Bhv et Galeries Lafayette) consistant à encaisser les engueulades des clients mécontents ! Dans la famille Malaussène il y a les sœurs, Clara qui photographie tout ce qui passe à portée de son objectif, Louna enceinte, Thérèse qui s’adonne à la voyance, quant aux frères, Jérémy qui a mis le feu à son école et « le Petit » aux lunettes roses qui rêve d’ogres de Noël. Et je n’oublie pas Julius, le chien épileptique ! Dans cette première livraison, Ben va rencontrer Julie (« tante Julia »), reporter pour le magazine Actuel et l’inspecteur Coudrier, qui viendront étoffer le casting chargé de la saga Malaussène.
Tout commence par une bombe qui explose au rayon Jouets du magasin où bosse Ben, puis quinze jours plus tard par une seconde au rayon des pulls et il y en aura encore une troisième. Or, pas de chance pour Ben, étant à proximité lors de toutes ces explosions, il devient de facto, le principal suspect. Ben et sa famille vont mener l’enquête, chacun apportant sa pierre, sous l’œil bienveillant de l’inspecteur Coudrier mais pas de ses collègues du magasin. Une enquête qui va remonter à 1942 et une secte sataniste…
Brindezingue et/ou barjot, Malaussène nous entraine dans un délire souriant – pour la forme – et viendra à bout des ces illuminés particulièrement répugnants – pour le fond. Le thème aurait pu donner un thriller d’épouvantable horreur, Daniel Pennac en fait une pochade drôle et bien rythmée. Je ne connaissais ce Malaussène que de nom, je viens seulement d’en faire la découverte et mon verdict est simple : il gagne à être connu.

« Le reste marche comme sur des roulettes. Sincèrement ému par mon émotion, M. Muscle se dégonfle d’un seul coup. Impressionnant. On croirait presque voir la forme de son cœur. Lehmann en profite aussitôt pour me charger méchamment. Je lui présente ma démission en sanglotant. Il ricane que ce serait facile. Je supplie, arguant que le Magasin ne peut vraiment rien attendre d’une nullité de mon espèce. – La nullité, ça se paye, Malaussène ! Comme le reste ! Plus que le reste ! »
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2007
J'ai été au départ surpris par le style argotique et imagé de l'auteur, voire même lassé ayant l'impression que l'histoire ne démarrait pas. Et puis j'ai persévéré et au final je conseille ce livre. L'histoire pas banale d'un gars presque comme tout le monde... un bouc émissaire professionnel dont la mère fout le camps dès le premier homme passé, lui léguant une ribambelle de frères et soeurs et un chien diabétique... Un bon premier tome... mais le meilleur reste, pour moi, à suivre...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 septembre 2002
Ce livre est un vrai régal et je m'en vais immédiatement me procurer la suite des aventures de Monsieur Malaussène et de sa petite famille. Sous des descriptions drolatiques aux personnages burlesques, se dresse une passionnante enquête qui nous tient en haleine jusqu'au bout. Cela faisait longtemps que je n'avais pas pris tant de plaisir à lire.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 janvier 2005
Au bonheur des ogres est l'un des romans que j'aime le plus. Humour, suspense, rebondissements, plaisir, tout y est. Il faut remarquer que ce texte n'est pas tout à fait un polar. C'est un roman "à traces policières" (expression empruntée à Marion Girard François) ;
l'intrigue (un homme qui joue dans un magasin le rôle de bouc émissaire)n'est en effet qu'un prétexte pour dévoiler les failles d'une société en crise. Comme Daennickx, Pennac veut faire de son roman (de tous ses romans) l'Iliade du XXème siècle. Belleville, devient chez cet auteur un lieu mythique, une nouvelle Babel où se joue la comédie inhumaine de l'homme moderne. Pennac demeure à mon avis l'exemple de l'auteur original. " L'auteur original, affirme Chateuabriand, n'est pas celui qui n'imite personne, mais celui que personne ne peut imiter."
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,70 €