undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles24
3,8 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

En 1977 parait 'Griffu', la première intromission de l'anar Tardi dans l'univers déjanté de l'agoraphobe et grand fumeur, mais surtout ancien militant d'extrême gauche JP Manchette (1942-1995) ; et ce n'est pas une adaptation, mais bien un scénario original que celui-ci a livré au rebelle Tardi, qui, longtemps après, reviendra aux déclinaisons policières de Manchette, en 2005 avec 'Le petit bleu de la côte ouest', en 2010 avec 'La position du tireur couché' et en 2011 avec 'O dinguos, ô châteaux'.

Le roman 'La position du tireur couché' date de 1981 et avait déjà été adapté au cinéma dès 82 par Robin Davis sous le titre du 'Choc' avec Alain Delon (qui a trois Manchettes à son actif) dans le rôle du tueur ('Samourai' oblige évidemment).

En 96 pages en N&B, le libertaire Tardi adapte le gaucho Manchette et nous raconte l'histoire d'un tueur qui a décidé de décrocher et que ses employeurs (des intermédiaires agissant pour le compte d'une mystérieuse 'organisation') refusent de lâcher (un grand classique du genre, en fait même un genre à lui tout seul au sein de la littérature comme du cinéma 'policiers'). Fermement enclin à décrocher, il quitte Paris pour sa ville natale où l'attend peut-être encore sa petite amie d'antan qu'il avait quittée en lui promettant de revenir 'fortune faite' dans dix ans...

Bénéficiant d'une ambiance générale magnifiquement lugubre, cette troisième adaptation en date de JPM par JT est un vrai roman noir aussi dense que l'asphalte sur laquelle roule vers son triste destin ce tueur pas du tout fou, mais qui est plus proche de la marionnette que du héros qui tire les ficelles : en prenant une certaine décision, il a mis le feu aux poudres et plus rien ne peut arrêter la machinerie sanglante qui s'est mise en marche. Déceptions et désillusions pavent le chemin de ce solitaire brisé jusqu'à l'issue sinon fatale, du moins tragique de ce récit sombre et fort qui mérite d'être lu par une froide nuit d'hiver !
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Martin Terrier, ex mercenaire, barbouze, et aujourd'hui tueur à gages veut raccrocher, rendre son tablier, passer la main, bref comme chacun devrait le faire à trente ans, prendre sa retraite pour retrouver la femme de sa vie.

Mais dès le départ, il sent que ça part un peu en sucette et que sa vie n'est pas un long fleuve noir tranquille. Manchette disait de son roman que l'histoire n'avait aucun intérêt, mais qu'il voulait pousser le style et sa violence à leur paroxysme. Ici donc, aucun pardon, aucune rédemption, pas d'oral de rattrapage. Tout le monde y passe, les hommes, les femmes, les chiens, les chats, même les corbeaux!

Sur cent pages, Tardi s'est emparé du scénario de manchette en se donnant la place pour respirer, développer cette ambiance cauchemardesque, chose impossible sur un format traditionnel de 48 pages. On se retrouve dans les années soixante-dix, avec ses R16 et ses 504 et les paysages urbains, de Paris ou d'ailleurs apportent un peu de chaleur à ce récit d'une noirceur incroyable.

Les descriptions des personnages sont d'une froideur clinique, pas de psychologie, la précision étant réservée aux diverses armes à feu égayant cette gentille farce potache. Martin Terrier va donc se rendre compte que dans ces années bénies, les employeurs n'aimaient pas lacher leur personnel si facilement et devra accepter une dernière mission relevant du suicide organisé.

Un superbe album, les dessins sont comme d'habitude somptueux, pas de couleur, ce serait une faute de goût. A déconseiller fortement aux dépressifs, mais si vous aimez le roman noir foncé, plongez-vous y avec délectation.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mars 2011
Aujourd'hui Tardi se lève , prend son petit dej , passe aux gogues, accompagne ses gosses à l'école et fait des bd. Il n'y a manifestement plus trop de différences entre ces cinq activités.
J'ai déjà lu cette histoire, j'ai déjà vu ces dessins : c'était il y a 30 ans et ça s'appelait Griffu. Tout était pareil sauf que c'était mieux dessiné et mieux construit. Par exemple il prenait la peine de dessiner correctement les bagnoles et la perspective. Ou de construire chaque planche comme un tout. On sent qu'il se posait des questions sur la forme que devait avoir une giclure de sang. Ce qui n'est plus le cas dans cet album.
Soyons clair : on s'emm...un peu. Manchette jouit de supprimer tout ce qui pourrait ressembler à un être humain, Il confond son cynisme avec de la profondeur et Tardi n'a plus le cœur à bosser.
Donc c'est la routine de la déprime.
Tardi a été grand ( Polonius, véritable histoire du soldat inconnu, démon des glaces, tueur de cafard...) là on passe voir un retraité célèbre mais qui radote un peu.
Dommage.
0Commentaire8 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2005
Mon préféré de Manchette. Encore une fois ce bon monsieur Manchette exploite un standard du roman noir : l'affranchis qui veut se ranger. Cette fois c'est un tueur à gage, probablement une sorte de barbouze, qui veut rendre son tablier. Seulement voilà, ses patrons ne sont pas de cet avis et ils ont une dernière mission à lui confier. Le style percutant de Manchette nous dépeint un personnage à la limite de la débilité profonde, ce qui le rendrait presque attachant. Il ne maîtrise rien, se fait mener en bateau, se fait tirer dessus etc...J'adore.
0Commentaire6 sur 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 septembre 2015
J'avais (évidemment) déjà lu - et adoré - la très belle adaptation de ce polar ultra-célèbre de Manchette par Tardi, et avais du coup fait l'impasse sur la lecture du roman lui-même. Quelle erreur ! Le style extraordinaire de Manchette transcende la force de son histoire aussi évidente (l'éternel malédiction du truand qui veut "se retirer" et à qui on ne laissera pas cette chance) que finalement beaucoup plus retorse qu'il n'y paraît de prime abord (un abime de manipulations "à la Le Carré" s'ouvre dans les derniers chapitres). Car ce sont les mots, simples, directs, clairs, et les phrases de Manchette, dures, succinctes, efficaces, de Manchette qui rendent la description du parcours sanglant de Martin Terrier aussi accablant, aussi vertigineux, aussi terrifiant même. Le tueur est observé par Manchette sans aucune empathie, comme un insecte dont le comportement est digne de curiosité certes, mais ne justifie pas d'investissement émotionnel. Rien de ce qu'il pense (mais pense-t-il même quelque chose ?) ne transparaît, il est une machine de mort bornée, aussi terrifiante dans son efficacité professionnelle que ridicule dans ses relations amoureuses, en particulier avec la "femme de sa vie", qui apparaît ici comme une redoutable garce aux motivations tout aussi opaques. Enchaînement implacable et asphyxiant de scènes d'action, "La Position du Tireur Couché" débouche pourtant - et contre toute attente - sur une conclusion terriblement humaine : dans les toutes dernières, Manchette change brutalement de style, et laisse une sorte de micro-lyrisme désespéré envahir le livre, alors que son triste "héros" a effectué toutes les étapes de sa descente aux enfers, et que la boucle est bouclée de manière particulièrement cruelle. "Personne ne sort d'ici vivant"... Ou alors si peu...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 septembre 2008
Un modèle du genre, perfection de l'écriture, concision et limpidité de l'intrigue, phrases percutantes... Bref, un classique assez indémodable. J'ai beau le relire, je ne m'en lasse pas. Des phrases inoubliables: "C'était l'hiver et il faisait nuit. Arrivant directement de l'Arctique, un vent glacé s'engouffrait dans la mer d'Irlande, ..." Le style fait tout, mais l'histoire reste longtemps dans les mémoires. Ce parcours en boucle d'un tueur à gages trop humain, qui finira par revenir à son point de départ alors qu'il voulait à tout prix y échapper, est implacable et glaçant. Un exercice de style, peut-être, mais un grand roman, c'est sûr. Quelle efficacité ! On n'a pas fait mieux depuis, même si beaucoup s'en sont inspiré.
0Commentaire4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2014
Ouhlala le chef d'oeuvre qu'on m'avait conseillé mille fois... Ouhlala le GRAND auteur de polars qu'était Manchette, mort trop tôt. Non je suis désolé les amis mais j'ai été pour ma part très déçu de ma lecture de ce policier qui évoque de toute façon énormément le film"Le Samourai" de Melville.

Il semble que Manchette ait presque copié le scénario plan par plan, quant au style du livre il a beaucoup vieilli et ressemble désormais à une sorte de Ellroy en plus light. Plus aspartam donc et aussi plus prétentieux dans le genre Monsieur Je-Sais-Tout intolérant.

Je ne sais pas si Manchette fumait pas mal de pétards mais son oeuvre dramatique est très téléphonée et dans l'ensemble à coté, les San Antonio ont l'air de passages symboliques tirés de la bible.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2014
Dans ce livre, tout est froid, sombre, et glacial. Tardy se glisse dans la peau de Manchette, et donc, les amateurs de Burma ou Blansec peuvent sembler déroutés, voir plus. Mais à mon sens, il ne faut pas faire de confusion de genres, le personnage est un tueur de sang froid, pas un detective privé.
Personnellement, j'ai adoré et je le conseille vivement. 100 pages haletantes, de rythme effréné avec toujours ce coup de crayon magique de Tardy.
Si vous rajoutez à ça une qualité de fabrication de l'ouvrage extra alors...
Moi je le recommande vivement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Que tous les amateurs de scènes gores et morbides passent leurs chemins ! JP Manchette, ce n'est pas du serial-killer avec une tronçonneuse !

L'écriture, toute en finesse, devient pourtant parfois déroutante. Le style est habile mais s'égard dans des propos alambiqués de temps à autre, ce qui peut faire décrocher le lecteur.

Il demeure un polar bien ficelé où l'intrigue importe peu, Manchette s'appuyant sur la construction de ses personnages pour développer une critique pertinente sur les arcanes de notre société. C'est donc un véritable polar à la française auquel il faut s'attendre avec ce roman. Avis aux amateurs, les autres passeront leur chemin...
0Commentaire3 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juin 2015
L'intrigue est pas mal et accrocheuse. En gros, on suit Martin Terrier, tueur à gages dans sa longue descente aux enfers et le suspense est bien présent tout au long de l'ouvrage. Par contre, je n'ai pas du tout accroché sur l'écriture de Jean-Patrick Manchette. Un style froid, très descriptif et sans affect, qui colle bien à l'ouvrage mais qui ne m'a pas emballé du tout...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,50 €
6,50 €
4,80 €
5,90 €