undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

44
4,3 sur 5 étoiles
Pierre et Jean
Format: PocheModifier
Prix:3,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

14 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 juillet 2005
Maupassant est bien plus connu pour ses nouvelles que pour ses romans.
Et c'est regrettable, car c'est un grand romancier.
Ce roman en est la preuve éclatante. Avec une histoire simple, une intrigue épurée, qu'il aurait pu traiter dans le cadre d'une nouvelle, Maupassant nous raconte une histoire qui fait appel aux sentiments les plus profonds de l'âme, tels que la pitié ou la compassion. Le rapport à la mère est ici abordé avec des intentions (intuitions?) quasi psychanalytiques, et il prend place dans une intrigue savamment construite et amenée par un jeu d'échos entre les scènes extrèmement subtil.
Bref, ce roman est un chef d'oeuvre, ne serait-ce que pour sa construction exemplaire.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 juillet 2009
Pierre et Jean est l'un des rares romans écrits par Guy de Maupassant - on connaît l'auteur avant tout pour ses nouvelles et contes - mais il se classe certainement parmi ses chefs d'oeuvre. Le roman est simple, concis et écrit d'une plume dégagée et d'une précision extraordinaire. Avec ce roman on se retrouve presque dans un genre nouveau, situé entre roman pour la forme, la nouvelle pour la concision et drame théâtral pour l'art de la mise en scène. Les descriptions, les analyses et le rythme de l'histoire sont exemplaires, ici rien ne manque, mais rien n'est surabondant. Probablement l'un des meilleurs textes de la littérature de la fin du XIXe siècle, encore vrai, par de nombreux aspects, de nos jours.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Pierre est l'aîné des deux frères, la trentaine, brun, intelligent, d'humeur versatile, nerveux, rancunier. Jean a cinq ans de moins, il est blond, barbu, tolérant, gentil et conciliant. Le premier a été reçu docteur, le second est licencié en droit. Les deux se retrouvent au Havre, chez leurs parents, pour passer quelques jours agréables en compagnie d'un père, ancien bijoutier passionné de pêche et de navigation, et d'une mère qui a toujours cherché à apaiser leurs petites rivalités.
Mais les choses prennent une autre tournure lorsque Maître Lecanu, notaire de son état, vient annoncer que Jean a été choisi comme légataire universel, suite au décès d'un ancien ami de la famille.

Avec "Pierre et Jean", Maupassant romancier, nous livre une oeuvre réaliste, une vision méditée et réfléchie basée sur l'observation de faits, d'événements ancrés dans la réalité. Ce roman est précédé d'une Préface dans laquelle l'auteur donne sa conception de la vérité romanesque, puis Maupassant raconte la vie d'une famille de la petite bourgeoisie de province. La tension du récit progresse, lequel gagne en force et réalisme. La peinture détaillée des caractères et des sentiments rend compte de l'art d'écrire de Maupassant qui réussit à nous faire toucher du doigt les difficultés et les souffrances qu'engendre une relation où injustice et secret familial sont le point de départ.
Une oeuvre intemporelle et indémodable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 octobre 2009
Pierre et Jean sont frères. Jean est doux, un peu candide, il aime la vie. Pierre est sombre et sinistre. Lorsqu'un vieil ami de la famille s'éteint en léguant tout son héritage à Jean, Pierre devient envieux jusqu'à la haine, déterrant au passage des secrets de famille qui menacent de tout détruire.

À travers Pierre et Jean, Maupassant dessine le portrait d'une famille bourgeoise prospère et médiocre plutôt harmonieuse, au moins en apparences. Mais il y a Pierre, sorte d'être incapable de se réjouir du bonheur des autres. Facilement rancunier, et souffrant probablement d'un complexe d'infériorité, rien ne vaut rien à ses yeux, si ce n'est sa mère (ou l'image qu'il s'en fait). Il s'enferme dans des visions idéales d'intégrité pour y dégoter une noblesse de pacotille, il rabaisse tout et tout le monde pour s'élever.

Précise, cruelle, redoutable, la plume de Maupassant saisit avec une concision parfaite l'allure des personnages, leus états-d'âme, les situations. Lorsqu'il souligne avec une empathie apparente leurs souffrances intérieures, c'est pour mieux exposer par la suite leurs faiblesses, leurs petits arrangements avec eux-mêmes.
Il s'en régale.
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 décembre 2012
Maupassant fait partie de ces rares écrivains qui manient avec la même aisance et la même force le roman et la nouvelle.

« Pierre et Jean » n’a pas la densité d’autres œuvres comme « Bel Ami » ou « Une vie » mais il contient une très grande force où le suggéré remplace le descriptif. Tout le livre est vu au travers du regard et du ressenti de Pierre jusqu’à ce que Jean, lentement, prenne la place (sa place ?).

Le père n’a rien de réjouissant : un lourdaud à l’intelligence limitée mais plein de « bons sentiments », le genre de personne avec qui on passerait volontiers une heure sur son bateau mais…. guère plus !

La mère, « parfaite » à tous points de vue et qui a du osciller entre les conventions sociales d’un côté et le choix d’un bonheur personnel, plus exaltant mais devant être caché (thème déjà présent dans « Une vie »).

Pierre, qui apparait comme emporté, un rien dilettante et surtout empli de questionnements. Il se bat contre lui-même, ressent une jalousie horrible, forcément, mais tellement compréhensible ! Pierre apparait désagréable mais aussi très humain. On lui reproche de ne pas arriver à se réjouir du bonheur des autres mais c’est qu’il doit se battre contre beaucoup de choses ! Il y a presque du Freud dans ses interrogations et ses comportements.

Jean, qui a tout pour plaire (bel homme, posé, gentil, agréable) qui a l’avantage de pouvoir être soustrait aux difficultés matérielles et qui révèle enfin sa nature quand il se décide enfin à agir, à décider et à ne plus être l’être fade et pale qu’il était, laissant une vie conformiste décider pour lui.

Les personnages secondaires ne sont pas inintéressants : le polonais qui attend tout de Pierre et se désole dans le sentiment de trahison qu’il ressent, la fille de la brasserie, décrite en quelque mots « elle lui prenait la main avec cette familiarité facile des filles dont la caresse est à vendre » et enfin, présente tout du long, la belle Madame Rosémilly (dont on ignorera toujours le prénom), mignonne sans doute mais tellement inconsistante. Dommage, on aurait bien aimé qu’elle ait un tout petit peu plus de présence.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Descriptions brillantes et monde social réaliste à souhait !

Ce roman tire son épingle du jeu avec son approche psychologique (en plus du réalisme social hérité de Flaubert):
-Le rapport à la mère.
-l'enfance et ses traces...
-Le désir mimétique se transformant en concurrence entre les deux frères (Cf : les théories de René Girard).

Toutes ces composantes que Maupassant décrit sont d'une grandes finesses, d'autant plus que la psychanalyse ou encore la théorie du désir mimétique n'existaient pas encore à cette époque.

Chapeau Guy !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 septembre 2014
Je suis sorti de ce livre bluffé (une fois de plus !) par Maupassant !

Quel écrivain !
Une pénétration psychologique insensée. Le lecteur assiste à toute l'évolution de l'intrigue à travers Pierre dont toutes les réactions sont incroyablement bien décrites. On vit avec Pierre dans son âme et sa chair (que l'on partage ou pas sa vision de la vie).
Et que dire du style !
Que de moments d'anthologie :
La scène de pêche du début ! Les pages sur la plage de Trouville (un grand morceau d'impressionnisme littéraire) !
Les scènes de repas ! La partie de pêche aux crustacés dans les rochers ! ...

Un roman qui, en plus de l'immense plaisir de lecture immédiat ne cesse d'avoir des résonances en moi (Quelle morale à tout ça ? Quel supplément de compréhension de l'âme humaine ce roman m'a-t-il apporté ? ...)

Un grand maître...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
On ne vantera jamais trop les talents de nouvelliste de Maupassant, mais ses talents de romancier ne sont pas moins remarquables. Il suffit pour s'en convaincre d'ouvrir ce livre à la première page et de se laisser entraîner par l'habileté de son intrigue et la mélodie de sa prose. Une prose toute simple, classique, superbe, allant droit au but, fuyant l'afféterie, coulant de phrase en phrase telle une eau claire au son cristallin. Il faut dire qu'avec un "professeur" de la trempe de Flaubert, notre cher Guy, question écriture, était à bonne école, sans doute la meilleure de toutes! En tout cas, son style est un des plus agréables que je connaisse et le classe assurément parmi les plus grands auteurs du 19ème siècle, lequel ne manquait pourtant pas de grands auteurs...

Paru en 1887 sous forme de feuilleton, "Pierre et Jean" n'a pas la fracassante notoriété de "Bel-Ami", écrit deux ans plus tôt. L'art qui s'y déploie est pourtant aussi magistral et le plaisir qu'on en retire aussi intense. Assez bref, ce roman a pour cadre Le Havre et pour protagonistes principaux deux frères, le brun et taciturne Pierre, 30 ans, docteur de son état, et son cadet de cinq ans, le blond et doux Jean, qui vient de terminer ses études de droit. Un beau jour un notaire se présente chez eux et annonce à Jean qu'un lointain ami de la famille lui a légué une grosse somme d'argent avant de mourir. Secrètement jaloux et subodorant un mystère, Pierre sent alors se réveiller en lui des sentiments peu fraternels et décide d'enquêter sur les raisons de cette bonne fortune miraculeuse...

C'est un authentique fait divers, paraît-il, qui aurait donné à Maupassant l'idée de cette histoire. Un fait divers ici entièrement repeint aux couleurs de la fiction, bien sûr, et où s'entremêlent plusieurs thèmes chers à l'auteur: la cupidité, la passion, la bassesse, la vanité des apparences, l'indifférence du Destin. Fidèle aux préceptes qu'il énonce dans sa fameuse préface sur l'art du Roman, notre cher Guy, dans ces pages, rend le réel par petites touches éparses qui m'évoquent irrésistiblement ses contemporains les Impressionnistes, en particulier Monet qui promena si souvent son chevalet sur la côte normande. Jamais, en effet, la plume de Maupassant ne s'appesantit, ne s'attarde au-delà du nécessaire. Nulle lourdeur, nulle longueur: le récit galope au fil des pages, épuré à l'extrême, et l'on galope avec lui, ravi par tant d'élégance et en même temps pressé de découvrir comment tout cela va finir. Car il y a là-dedans, mine de rien, un joli suspense!

Bref, voilà un classique tout ce qu'il y a de moderne, dont l'écriture n'a pas vieilli d'un jour en plus d'un siècle et dont la vision du genre humain a gardé, elle aussi, toute sa cruelle pertinence!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 17 février 2014
Pierre et Jean sont deux frères, l'un médecin, l'autre futur avocat. Ils coulent des jours heureux sur leur terre natale lorsqu'un événement vient bouleverser le cours de leur vie. Un proche de la famille vient de décéder et attribue tout son héritage à Jean tout en lésant son frère.
Ce dernier, pris de jalousie, va désormais s'employer à chercher les causes de cette mystérieuse injustice. Il va alors faire des découvertes et finir par remarquer que Jean son frère ressemble étrangement au défunt à défaut d'avoir la tête de son père...
Maupassant décrit bien comme d'habitude les histoires de famille et les combats sous-terrains qui peuvent déchirer des gens très proches lorsqu'il s'agit d'argent et les rancœurs qui s'en suivent. La haine n'est jamais bien loin et le silence n'arrange rien. Malheureusement il est bien difficile de garder un secret aussi lourd et de garder sa contenance surtout quand on s'aperçoit que les autres commencent à emmètre des doutes.

Le roman est précédé d'une préface écrite par Maupassant lui même où il explique ce qu'est pour lui l'art du roman. Il s'agit d'abord de peindre les mœurs de la société. Un bon roman n'est pas seulement une belle histoire ; il faut aussi savoir y distiller des nuances et des réflexions.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les deux textes dans ce recueil (un essai sur la technique romanesque et le court roman `Pierre et Jean') sont des oeuvres d'un génie. L'essai est aussi un document-clef dans l'ensemble de l'oeuvre de Guy de Maupassant.

L'écriture romanesque
Pour Guy de Maupassant, un roman (une nouvelle) ne doit en aucun cas être `de l'art'. Son sujet doit être la vie, qui est composée de faits les plus divers et de choses disparates, contradictoires, imprévues ou apparemment inexplicables. Le romancier doit en filtrer les éléments essentiels afin d'en dévoiler le sens.
Le but du roman n'est pas de raconter une histoire, d'amuser ou de toucher nos caeurs, mais de nous forcer à réfléchir et à comprendre le sens caché des événements. De plus, l'auteur doit `composer son aeuvre d'une manière si adroite, si dissimulée qu'il soit impossible d'en indiquer le plan ou de découvrir son intention.'

Pierre et Jean
Cette histoire est un parfait exemple de la théorie romanesque de Guy de Maupassant.
Son sujet (le doute parental) est amorcé par un événement inattendu: un vieil ami laisse toute sa fortune à un membre d'une famille.
Le flot ininterrompu de révélations, de confrontations dramatiques et de confidences émotionnelles révèlent finalement le sens et l'essence d'une vie humaine: un amour passionnel.
L'écriture est ingénieusement elliptique: le bateau qui entre dans le port au début de l'histoire, le quitte à la fin avec un passager tout a fait inattendu à bord.
Les images sont brillantes: `un homme petit tout rond à force d'avoir roulé sur la mer, et dont toutes les idées semblaient rondes comme les galets des rivages.'
L'aeuvre traduit aussi parfaitement la vision de Guy de Maupassant sur la vie (`Combien elles sont légères les causes déterminantes de nos actions'), sur l'espèce humaine et son hypocrisie ou sur la vraisemblance de la vérité.

Ce texte sublime est une lecture obligatoire pour tous les amateurs de littérature d'un niveau mondial.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Pierre et Jean
Pierre et Jean de Guy de Maupassant (Poche - 27 août 2014)
EUR 2,00

Pierre et Jean
Pierre et Jean de Guy de Maupassant (Poche - 15 janvier 2014)
EUR 3,40

Pierre et Jean: suivi de trois nouvelles réalistes
Pierre et Jean: suivi de trois nouvelles réalistes de Guy Maupassant (de) (Poche - 29 août 2012)
EUR 3,95