Commentaires en ligne 


42 évaluations
5 étoiles:
 (16)
4 étoiles:
 (16)
3 étoiles:
 (8)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Au-delà du fait divers.
On ne peut quitter ce livre, une fois qu'on l'a commencé. Est-ce uniquement à cause de l'histoire qu'on sait inspirée d'un fait divers retentissant? Voyeurisme en quelque sorte?
Même si cela peut, dans un premier temps, motiver la lecture, le roman nous entraîne bien plus loin. L'intérêt purement anecdotique est déjoué...
Publié le 31 juillet 2011 par Maryvonne

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une lecture plutôt intéressante, mais dont j’attendais un peu plus…
S’atteler à écrire un livre sur un fait divers aussi sordide que le quintuple meurtre de Jean-Claude Romand n’est pas une mince affaire, même pour un écrivain aussi confirmé qu’Emmanuel Carrère… On risque sans cesse de tomber dans le sensationnalisme ou dans la fascination morbide, voire dans une complaisance du...
Publié il y a 11 mois par Arakasi


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Au-delà du fait divers., 31 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
On ne peut quitter ce livre, une fois qu'on l'a commencé. Est-ce uniquement à cause de l'histoire qu'on sait inspirée d'un fait divers retentissant? Voyeurisme en quelque sorte?
Même si cela peut, dans un premier temps, motiver la lecture, le roman nous entraîne bien plus loin. L'intérêt purement anecdotique est déjoué dès la première page: l'issue y est dévoilée. Nous ne sommes pas dans un roman policier.
Car "l'adversaire", c'est le diable. Non qu'E. Carrère verse dans des convictions obscurantistes, mais à la manière d'un Bernanos, il pose le problème du mal: le criminel est un des nôtres, une part de nous, le mal surgit d'un engrenage un peu dérisoire de causalités.
L'écriture est résolument moderne, oscillant entre plusieurs genres (roman? récit autobiographique? reportage? analyse?), affichant ses indécisions : Romand n'est pas un monstre quoique ses actes soient terribles, le narrateur reste lui-même perplexe devant celui qui, tel un super romancier, façonne son propre personnage, sans fin peut-être, car il n'est pas sûr que sa dernière attitude ne soit pas une nouvelle posture. Roman sur la fiction autant que sur le meurtre. Réflexion sur l'ambigüité.
Entre les journalistes, les juges et les visiteurs de prison si (trop?) généreux, le lecteur est invité à construire son propre jugement. Troublé, il faut qu'il le soit pour échapper aux poncifs.
La voix apparemment simple, modeste du narrateur-auteur (il s'appelle E. Carrère), rapportant les étapes de son entreprise, les interruptions et les hésitations de son appréciation sur le personnage, donne à l'oeuvre un ton de profonde humanité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


30 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fascinant, 25 juin 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Ce livre m'a choqué, emu, heurté, effrayé...
Cela semble tellement impossible qu'une personne puisse mentir à son entourage , à sa famille, pendant 17 ans.... Comment a t il pu dissimuler à ce point, chaque jour, chaque fait...c'est tout simplement incroyable ; si c'était une pure fiction on refuserait d'y croire en pensant "c'est trop gros ca ne peut pas arriver en vrai".
Jean Claude Romand a "mit le doigt dans l'engranage" et s'est fait dévorer, avaler, consummer, peu à peu, par son propre mensonge. La fragilité psychologique de son enfance et de son adolescence s'est muée en une folie qui a fini par le pousser à supprimer les siens plutot que de leur avouer la vérité...
On peut tirer deux "leçons" de ce livre : on ne connait jamais les gens, meme ceux qui nous sont les plus proches et aussi que la vérité dépasse bien souvent la fiction.......
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 J'adore!, 30 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
J'ai adoré ce livre même si on finit par trouver ce monstrueux personnage, sympathique, on éprouve même une certaine ampathie, c'est dire à quel point l'auteur nous emmène dans des réflexions profondes. La gravité de ce que peut entrainer un simple mensonge et l'orgueil de ne jamais vouloir revenir sur ces paroles, ne jamais vouloir décevoir ses proches...c'est absolument fou! Cette histoire a véritablement existée, c'est ça qui est encore plus fou...A lire, en plus c'est bien écrit, c'est fluide, j'aime. Excellent état du livre (neuf).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Adversaire , adversité , aversion, 4 septembre 2009
Par 
Roro "Ro" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Romand m'est antipathique. Couard , manipulateur , froid calculateur,bigot mystique torturé, ego mesquin (mais non
dépourvu d'une vraie intelligence)...La manière dont il a impitoyablement massacré sa famille , et s'est suprêmement râté, lui, suffisent à mon aversion (et le livre conforte cette position).
Mais la fascination pour l'innommable est humaine...
Le livre de Carrère , outre le fait d'être bien écrit , est captivant. Il met à jour les rouages de la vie
de Roman à travers un judicieux chassé croisé entre sa vie avant les meurtres et celle d'après (et le procés
auquel il a assisté , et les réactions du criminel).De son premier mensonge à l'ultime (mais on se demande à
la lecture , si cet homme est capable de vivre sans affabuler...), l'écrivain tourmenté tente d'entrer dans le
mystère et la complexité de Romand, et d'en dévoiler les félûres. Certes , nous n'avons pas affaire à un
tueur "classique" (et ce possible devient un impossible proche , presque familier) .... Et nous sentons les blessures qui font que : pantomine sociale , obligation de l'éternelle représentation , de mise en scène, bourgeoisie ambiante , Christiannisme omnipotent et hypocrite.

Il pourrait être un personnage de roman , de théatre , un Tartuffe . Il est plus petit , et bien réel. Et plus
proche...
Si Carrère est partagé entre doutes , compassion , effroi, besoin de comprendre, il nous laisse sur nos propres
émotions. Dans une autre vie, un autre corps , Romand aurait été un marginal , un rêveur à côté de ses pompes.
Mais , il voulait tout : femme , enfants , maîtresse , train de vie... Enfant gâté. Narcisse Médéesque , Minotaure
mythomane perdu dans le labyrinthe de la lâcheté et du mensonge, Docteur Jekyll et Mister Hyde . L'enfant pathétique qui crie au loup...
Monstrueux , sûrement . Dans ce qu'il nous fascine et nous révulse , toujours. Etranger , jamais.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 1+1 égale beaucoup plus que 2, 20 février 2011
Par 
Clitandre (Ste Livrade sur Lot, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'adversaire - Edition limitée ( poche + DVD du film) (Poche)
Il se trouve que j'ai d'abord vu le film de Nicole Garcia : j'ai beaucoup apprécié sa réalisation, son montage, les acteurs... J'ai eu envie de lire le livre d'Emmanuel Carrère : je l'ai lu sans pouvoir m'arrêter. Les deux sont très réussis et il en résulte plus un très grand plaisir à réfléchir aux "différences" entre les deux : les choix de l'un et de l'autre sont tout à fait pertinents et clairs. Aussi bien le travail de l'écrivain par rapport au fait réel (qui nous avait abasourdi et laissé dans une incompréhension totale au moment du procès, rapporté par la presse) que le travail de scénarisation qui a été reconstruit à partir de ce livre sont tout à fait passionnants à suivre dans les deux formes d'oeuvre. Comme il ne s'agit en aucune façon d'une tragédie qui pourrait se raconter de façon neutre, on reste attentif pendant le film à la façon dont il traite son sujet, de la même manière que l'on reste vigilant pendant la lecture aux avertissements que l'auteur ne cesse d'exprimer lui-même par rapport à son "maudit" personnage principal. Une des principales difficultés, pour l'écrivain comme pour la réalisatrice, mais avec des moyens différents, consistait à naviguer entre le Charybde de la diabolisation rejetante et le Scylla de l'Identification compassionnelle. Bravo et merci.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 absolument époustoufflant!, 29 août 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Après avoir tourné quelques pages de ce merveilleux livre, on ne peut plus s'arrêter. Ce livre tellement passionnant et incompréhensible est épatant.IL nous fait froid dans le dos (d'autant plus qu'il est tiré d'une histoire vraie!) En effet, comment un homme a t'il pu mentir pendant 17 ans sur sa vie, ses occupations quotidiennes, son travail? Comment a t'il pu cacher la vérité à ses proches? Ses amis, et même ses parents, ses enfants et sa femme? Au fil de l'histoire, le lecteur se remet en question et se pose des questions.Le mensonge peut nous emmener parfois bien loin...jusque la mort (en l'occurence le meurtre de ses parents, enfants, et femme qu'il disait aimer tant) ........ Est-ce le prix a payer pour cacher la vérité?
A suivre..........
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 le côté humain de l'affaire, 18 mai 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Emmanuel Carrère a le don de m'étonner. Qui aurait pu imaginer qu'on puisse se plonger dans une affaire aussi effrayante que sordide, avec un tel angle d'analyse ?

Le Dr Romand, bien qu'inexcusable, devient quelqu'un, qui souffre, qui se cherche, qui est entré dans son propre piège et ne peut faire machine arrière.

Je le recommande à tous pour les éléments humains que ne nous apporteront jamais les médias.

Par ailleurs, je précise que l'adaptation cinématographique est excellente !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 au bout du mensonge, le drame, 22 octobre 2010
Par 
Corbet Christelle (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
ce livre retrace la lente et inéluctable descente aux enfers d'un homme qui a menti à ses proches et surtout à lui-même.
Depuis son échec dans ses études de médecine jusqu'à sa vie familiale et sentimentale, le personnage a réussi avec un culot et une détermination impressionnante à mystifier son entourage. Malheureusement la fin est inéluctable et prévisible...Cette affaire deviendra un fait divers très médiatique. Ou lorsque un homme avec un idéal de réussite sociale pronée par la société rencontre l'échec sans en assumer les conséquences, celui-ci ira jusqu'au bout de l'impasse qu'il s'est lui-même forgé.
C'est bien écrit et la chute est vertigineuse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Tous des menteurs (Histoire banale et diabolique)..., 22 janvier 2002
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
...Eh oui! nous sommes tous des menteurs, à des degrés divers, bien sûr, et c'est pourquoi l'histoire que conte L'Adversaire, nous fascine...
Tous des imposteurs, à des degrés infimes, parfois,
tous des mythomanes au moins un jour dans notre vie, qui pour épater quelqu'un, qui pour cacher un secret, nous avons tous menti et mentirons encore, parfois sans y penser, car c'est aussi les règles de la vie sociale qui le veulent, toute cette hypocrisie latente qui nous force malgré nous à jouer de multiples facettes de personnage, quitte à ne plus trop savoir qui au fond nous sommes...
Et, si cette histoire, contée avec talent, intelligence et force, nous fascine, c'est qu'elle nous suggère (qui sait ?)
qu'à l'instar de Jean-Claude Romand, le bien nommé, qui fit de sa vie sans histoires un roman, nous aussi, nous ne sommes sans doute pas grand chose...
... Sauf et sinon dans notre imaginaire, comme dans le regard que les autres, nos proches ou nos lointains, portent sur nous avec plus ou moins de justesse, avec plus ou moins de tendresse, et cela souvent nous sauve, à notre insu...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le drame d'une existence vide, 20 septembre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Ce récit se dévore, une fois lancé on ne peut plus s'arrêter. Emmanuel Carrère a beau retourner son personnage dans tous les sens, correspondre avec lui, des questions de fond restent sans réponse tant la situation est aberrante et unique: comment un homme peut-il en arriver là? Comment a-t-il trainé sa mythomanie commme une bombe à retardement sans plonger plus tôt dans la folie ou la dépression?
Pour le lecteur qui découvre avec stupeur à chaque page des éléments invraisemblables dignes d'un mauvais thriller, il est difficile d'accepter qu'il s'agit là d'une tragédie tout à fait vraie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Adversaire
L'Adversaire de Emmanuel Carrère (Poche - 29 août 2002)
EUR 6,20
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit