Commentaires en ligne


49 évaluations
5 étoiles:
 (19)
4 étoiles:
 (18)
3 étoiles:
 (10)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 J'adore!
J'ai adoré ce livre même si on finit par trouver ce monstrueux personnage, sympathique, on éprouve même une certaine ampathie, c'est dire à quel point l'auteur nous emmène dans des réflexions profondes. La gravité de ce que peut entrainer un simple mensonge et l'orgueil de ne jamais vouloir revenir sur ces paroles, ne jamais...
Publié le 30 décembre 2010 par Claudine

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une lecture plutôt intéressante, mais dont j’attendais un peu plus…
S’atteler à écrire un livre sur un fait divers aussi sordide que le quintuple meurtre de Jean-Claude Romand n’est pas une mince affaire, même pour un écrivain aussi confirmé qu’Emmanuel Carrère… On risque sans cesse de tomber dans le sensationnalisme ou dans la fascination morbide, voire dans une complaisance du...
Publié il y a 18 mois par Arakasi


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 J'adore!, 30 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
J'ai adoré ce livre même si on finit par trouver ce monstrueux personnage, sympathique, on éprouve même une certaine ampathie, c'est dire à quel point l'auteur nous emmène dans des réflexions profondes. La gravité de ce que peut entrainer un simple mensonge et l'orgueil de ne jamais vouloir revenir sur ces paroles, ne jamais vouloir décevoir ses proches...c'est absolument fou! Cette histoire a véritablement existée, c'est ça qui est encore plus fou...A lire, en plus c'est bien écrit, c'est fluide, j'aime. Excellent état du livre (neuf).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


31 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fascinant, 25 juin 2002
Par Un client
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Ce livre m'a choqué, emu, heurté, effrayé...
Cela semble tellement impossible qu'une personne puisse mentir à son entourage , à sa famille, pendant 17 ans.... Comment a t il pu dissimuler à ce point, chaque jour, chaque fait...c'est tout simplement incroyable ; si c'était une pure fiction on refuserait d'y croire en pensant "c'est trop gros ca ne peut pas arriver en vrai".
Jean Claude Romand a "mit le doigt dans l'engranage" et s'est fait dévorer, avaler, consummer, peu à peu, par son propre mensonge. La fragilité psychologique de son enfance et de son adolescence s'est muée en une folie qui a fini par le pousser à supprimer les siens plutot que de leur avouer la vérité...
On peut tirer deux "leçons" de ce livre : on ne connait jamais les gens, meme ceux qui nous sont les plus proches et aussi que la vérité dépasse bien souvent la fiction.......
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Au-delà du fait divers., 31 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
On ne peut quitter ce livre, une fois qu'on l'a commencé. Est-ce uniquement à cause de l'histoire qu'on sait inspirée d'un fait divers retentissant? Voyeurisme en quelque sorte?
Même si cela peut, dans un premier temps, motiver la lecture, le roman nous entraîne bien plus loin. L'intérêt purement anecdotique est déjoué dès la première page: l'issue y est dévoilée. Nous ne sommes pas dans un roman policier.
Car "l'adversaire", c'est le diable. Non qu'E. Carrère verse dans des convictions obscurantistes, mais à la manière d'un Bernanos, il pose le problème du mal: le criminel est un des nôtres, une part de nous, le mal surgit d'un engrenage un peu dérisoire de causalités.
L'écriture est résolument moderne, oscillant entre plusieurs genres (roman? récit autobiographique? reportage? analyse?), affichant ses indécisions : Romand n'est pas un monstre quoique ses actes soient terribles, le narrateur reste lui-même perplexe devant celui qui, tel un super romancier, façonne son propre personnage, sans fin peut-être, car il n'est pas sûr que sa dernière attitude ne soit pas une nouvelle posture. Roman sur la fiction autant que sur le meurtre. Réflexion sur l'ambigüité.
Entre les journalistes, les juges et les visiteurs de prison si (trop?) généreux, le lecteur est invité à construire son propre jugement. Troublé, il faut qu'il le soit pour échapper aux poncifs.
La voix apparemment simple, modeste du narrateur-auteur (il s'appelle E. Carrère), rapportant les étapes de son entreprise, les interruptions et les hésitations de son appréciation sur le personnage, donne à l'oeuvre un ton de profonde humanité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Adversaire , adversité , aversion, 4 septembre 2009
Par 
Roro "Ro" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Romand m'est antipathique. Couard , manipulateur , froid calculateur,bigot mystique torturé, ego mesquin (mais non
dépourvu d'une vraie intelligence)...La manière dont il a impitoyablement massacré sa famille , et s'est suprêmement râté, lui, suffisent à mon aversion (et le livre conforte cette position).
Mais la fascination pour l'innommable est humaine...
Le livre de Carrère , outre le fait d'être bien écrit , est captivant. Il met à jour les rouages de la vie
de Roman à travers un judicieux chassé croisé entre sa vie avant les meurtres et celle d'après (et le procés
auquel il a assisté , et les réactions du criminel).De son premier mensonge à l'ultime (mais on se demande à
la lecture , si cet homme est capable de vivre sans affabuler...), l'écrivain tourmenté tente d'entrer dans le
mystère et la complexité de Romand, et d'en dévoiler les félûres. Certes , nous n'avons pas affaire à un
tueur "classique" (et ce possible devient un impossible proche , presque familier) .... Et nous sentons les blessures qui font que : pantomine sociale , obligation de l'éternelle représentation , de mise en scène, bourgeoisie ambiante , Christiannisme omnipotent et hypocrite.

Il pourrait être un personnage de roman , de théatre , un Tartuffe . Il est plus petit , et bien réel. Et plus
proche...
Si Carrère est partagé entre doutes , compassion , effroi, besoin de comprendre, il nous laisse sur nos propres
émotions. Dans une autre vie, un autre corps , Romand aurait été un marginal , un rêveur à côté de ses pompes.
Mais , il voulait tout : femme , enfants , maîtresse , train de vie... Enfant gâté. Narcisse Médéesque , Minotaure
mythomane perdu dans le labyrinthe de la lâcheté et du mensonge, Docteur Jekyll et Mister Hyde . L'enfant pathétique qui crie au loup...
Monstrueux , sûrement . Dans ce qu'il nous fascine et nous révulse , toujours. Etranger , jamais.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 1+1 égale beaucoup plus que 2, 20 février 2011
Par 
Clitandre (Ste Livrade sur Lot, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'adversaire - Edition limitée ( poche + DVD du film) (Poche)
Il se trouve que j'ai d'abord vu le film de Nicole Garcia : j'ai beaucoup apprécié sa réalisation, son montage, les acteurs... J'ai eu envie de lire le livre d'Emmanuel Carrère : je l'ai lu sans pouvoir m'arrêter. Les deux sont très réussis et il en résulte plus un très grand plaisir à réfléchir aux "différences" entre les deux : les choix de l'un et de l'autre sont tout à fait pertinents et clairs. Aussi bien le travail de l'écrivain par rapport au fait réel (qui nous avait abasourdi et laissé dans une incompréhension totale au moment du procès, rapporté par la presse) que le travail de scénarisation qui a été reconstruit à partir de ce livre sont tout à fait passionnants à suivre dans les deux formes d'oeuvre. Comme il ne s'agit en aucune façon d'une tragédie qui pourrait se raconter de façon neutre, on reste attentif pendant le film à la façon dont il traite son sujet, de la même manière que l'on reste vigilant pendant la lecture aux avertissements que l'auteur ne cesse d'exprimer lui-même par rapport à son "maudit" personnage principal. Une des principales difficultés, pour l'écrivain comme pour la réalisatrice, mais avec des moyens différents, consistait à naviguer entre le Charybde de la diabolisation rejetante et le Scylla de l'Identification compassionnelle. Bravo et merci.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 absolument époustoufflant!, 29 août 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Après avoir tourné quelques pages de ce merveilleux livre, on ne peut plus s'arrêter. Ce livre tellement passionnant et incompréhensible est épatant.IL nous fait froid dans le dos (d'autant plus qu'il est tiré d'une histoire vraie!) En effet, comment un homme a t'il pu mentir pendant 17 ans sur sa vie, ses occupations quotidiennes, son travail? Comment a t'il pu cacher la vérité à ses proches? Ses amis, et même ses parents, ses enfants et sa femme? Au fil de l'histoire, le lecteur se remet en question et se pose des questions.Le mensonge peut nous emmener parfois bien loin...jusque la mort (en l'occurence le meurtre de ses parents, enfants, et femme qu'il disait aimer tant) ........ Est-ce le prix a payer pour cacher la vérité?
A suivre..........
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 au bout du mensonge, le drame, 22 octobre 2010
Par 
Corbet Christelle (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
ce livre retrace la lente et inéluctable descente aux enfers d'un homme qui a menti à ses proches et surtout à lui-même.
Depuis son échec dans ses études de médecine jusqu'à sa vie familiale et sentimentale, le personnage a réussi avec un culot et une détermination impressionnante à mystifier son entourage. Malheureusement la fin est inéluctable et prévisible...Cette affaire deviendra un fait divers très médiatique. Ou lorsque un homme avec un idéal de réussite sociale pronée par la société rencontre l'échec sans en assumer les conséquences, celui-ci ira jusqu'au bout de l'impasse qu'il s'est lui-même forgé.
C'est bien écrit et la chute est vertigineuse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une lecture plutôt intéressante, mais dont j’attendais un peu plus…, 17 août 2013
Par 
Arakasi - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
S’atteler à écrire un livre sur un fait divers aussi sordide que le quintuple meurtre de Jean-Claude Romand n’est pas une mince affaire, même pour un écrivain aussi confirmé qu’Emmanuel Carrère… On risque sans cesse de tomber dans le sensationnalisme ou dans la fascination morbide, voire dans une complaisance du plus mauvais goût. Carrère ne s’engage d’ailleurs dans cette voie qu’avec des pincettes. Il regimbe, raconte les longs dilemmes moraux qui ont précédé ses premiers contacts avec le « Monstre », semble sans cesse hésiter sur la position à tenir, celle de simple observateur horrifié, de juge (et face à une affaire de ce type, nous nous intronisons tous juges…), de journaliste ou de romancier. De ce nuage d’incertitudes, émergent plusieurs grandes questions auxquelles l’auteur va tenter de répondre avec un succès plus ou moins mitigé : où débute la folie d’un homme ? Comment se construit-elle ? Et où se dissimule « l’Adversaire », cette essence du Mal et du Mensonge qui se calfeutre au fond de chacun : de vous, de moi ou de ce voisin à l’apparence si banal et au visage si doux ?

Résumons un peu le drame pour ceux – et j’en fais partie – que les faits divers laissent habituellement indifférents : le matin du 9 janvier 1993, Jean-Claude Romand, médecin renommé à l’OMS et bon père de famille, assassine son épouse et leurs deux jeunes enfants avant de se rendre chez ses propres parents de les abattre par balle. Voisins et amis sont bien entendu horrifiés en apprenant les faits, mais ils ne sont pas au bout de leur stupeur. L’enquête de la police ne va pas tarder à révéler qu’absolument rien n’était normal dans la vie de ce quadragénaire si rangé : il n’a jamais eu son diplôme de médecine, n’a jamais exercé de métier à l’OMS – n’a jamais travaillé tout court d’ailleurs –, n’a jamais eu le cancer qu’il prétendait avoir contracté, a passé la majorité de sa vie à escroquer ses proches pour soutenir son train de vie familial… Toute une vie basée sur une pyramide de petits et d’énormes mensonges ! Et quand ce voile de mensonges a finalement été sur le point d’être déchiré, est arrivé l’inéluctable, l’épouvantable et irréversible dénouement.

Comme bien d’autres personnes à l’époque des faits, Emmanuel Carrère – lui-même mari et père – a cherché à « comprendre » le drame et, en bon écrivain, a tenté de nous faire partager cette quête de la vérité. Y a-t-il réussi ? En ce qui me concerne, la réponse sera mi-figue, mi-raisin : certes, je suis prête à reconnaître que « L’Adversaire » est un ouvrage intéressant et reflète un excellent travail journalistique, mais il reste tout de même une relative déception. Malgré tous ses efforts et quelques pistes de réflexion prometteuses, l’auteur semble avoir du mal à dépasser la surface des faits et à décortiquer en profondeur les motivations du meurtrier. Dure tâche, j’en suis bien consciente, mais sans cette nécessaire profondeur, « l’Adversaire » ne parvient pas à être autre chose qu’une biographie romancée de bonne facture. En ce qui me concerne, j’en suis ressortie aussi révulsée et perplexe qu’au début de ma lecture et avec le sentiment d’avoir à peine effleuré le sujet du livre. En conclusion, une lecture plutôt intéressante, mais dont j’attendais un peu plus…
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le procès du vide, 4 mars 2013
Par 
Ouhman (Paris 18) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
À partir de l'un des faits divers les plus fascinants de ces trente dernières années, qui s'est déroulé dans un village de l'Ain, à la frontière suisse, Emmanuel Carrère a écrit ces 200 pages d'enquête. Rappel des faits :

_ 1971 : au terme d'une scolarité exemplaire, Jean-Claude Romand décroche son bac avec mention.
_ 1975 : sans raison, Romand ne se présente pas à la session de rattrapage des examens de 2ème année de médecine. Il dira pourtant à ses proches avoir réussi. Une vie de mensonge commence.
_ 1980 : mariage avec Florence, une cousine éloignée ayant fait des études de pharmacie, persuadée qu'elle épouse un médecin, chercheur à l'OMS.
_ De 1980 à 1993 : naissance d'Antoine et Caroline. Le couple vit grâce aux économies que l'entourage confie à Jean-Claude, censé les faire fructifier.
_ 1993 : l'imposture sur le point d'être découverte, Jean-Claude Romand assassine un à un les membres de sa famille.

Pendant qu'il retrace le parcours de ce criminel singulier, l'auteur tente d'en comprendre la personnalité. Bon fils, bon mari, bon père, bon camarade, Jean-Claude Romand aura toujours donné aux autres ce qu'ils attendaient de lui, jusqu'à devenir un être monstrueux, menteur par essence, prenant la forme souhaitée par son interlocuteur. Aujourd'hui encore, en prison, son attitude de détenu modèle lui vaudra vraisemblablement d'obtenir une libération conditionnelle en 2015, après 22 ans de réclusion. Existe-t-il pour autant ?

Bien que moyennement séduit par le style d'Emmanuel Carrère, j'ai apprécié la juste distance qu'il a su conserver avec son sujet : tout en gardant l'essentiel de sa compassion pour les victimes, il se rapproche suffisamment du criminel pour entrevoir la nature du mal, voire du Mal. On ne sort pas indemne du voyage, et l'oppression persiste bien après la dernière page, tandis que, comme l'auteur, on songe "au grand vide blanc qui s'était petit à petit creusé à l'intérieur de lui jusqu'à ce qu'il ne reste que cette apparence d'homme en noir, ce gouffre d'où s'échappait un courant d'air glacial".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 le psychopathe et le narrateur, 2 avril 2010
Par 
Amazon Customer (France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Adversaire (Poche)
Il faut le reconnaître d'emblée : ce livre procure un grand plaisir de lecture. Il est bien écrit et c'est important. L'histoire est extraordinaire, au sens littéral du terme. Elle est connue et se prête particulièrement à la forme du livre. L'auteur peut prendre le temps de détailler, raconter et explorer les détails, les incertitudes et les questions qui ne cessent de se poser au fur et à mesure de son déroulement. Il y a ce temps du livre, qui permet de sortir de la forme journalistique et du simple sensationnel.
Il ne s'agit pas ici de l'histoire de Jean-Claude Romand sous la forme d'un fait divers, mais d'un récit d'un certain point de vue : celui de l'auteur. Il n'y a pas que les faits, il y a les interrogations, doutes et interprétations de l'auteur et par conséquent son point de vue sur le personnage. Il pose en filigrane la questions de savoir comment donner un sens aux actes et aux propos d'une personne qui ment, pendant 18 ans sur toute sa vie, à sa femme, ses parents et les personnes avec qui il vit au quotidien puis il finit par les tuer, froidement.
La fin du livre m'a particulièrement fait peur car l'auteur en vient à s'interroger sur une possible sincérité dans la démarche religieuse, centrée autour de la prière en prison, chez Romand. Aurait il changé ? S'est il repenti ou est il encore une fois en train de manipuler son entourage ? Cet homme a menti, sur toute la ligne à tout le monde et malgré tout, il arrive à faire douter celui qui a exploré les tréfonds de son histoire. il voudrait que pour cette fois, dans l'élan mystique de Romand exprime, il dise la vérité. Personnellement j'en doute. On voit là à quel point le talent de manipulateur de Romand est exceptionnel.
Jean-claude Romand est un psychopathe, il en a les caractéristiques : cette absence de sentiments, de remords, cette manipulation et ce mensonge, et enfin cette violence assumée, qui semble naturelle pour lui. Pour ceux qui lisent l'anglais je ne saurais trop conseiller de lire juste après "Without conscience : the disturbing world of the psychopaths among us" de Robert D. Hare, qui donne les clés de l'histoire. Il y a l'histoire de Jean-Claude Romand et l'explication du psychologue qui permet une plongée dans ce monde fascinant mais terrifiant des psychopathes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 25 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

L'Adversaire
L'Adversaire de Emmanuel Carrère (Poche - 29 août 2002)
EUR 6,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit