Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre
Ce livre est une pure merveille.
Le style littéraire, notamment pour un livre contemporain, est exceptionnel. Les amoureux de la langue se régaleront. Et j'ai trouvé que les sujets étaient traités avec profondeur et pertinence. Il ne se passe pas grand chose mais on ne s'ennuie jamais. Chaque page est un régal...
Publié le 19 octobre 2008 par Waroux

versus
5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 TraductionS...
Cela n'engage que moi, mais je préfère de loin la traduction proposée par la collection 10/18, plus naturelle et moins prétentieuse que celle-ci. A part ça, le livre est magnifique!
Publié le 23 décembre 2011 par Thomas E


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre, 19 octobre 2008
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Vestiges du jour (Broché)
Ce livre est une pure merveille.
Le style littéraire, notamment pour un livre contemporain, est exceptionnel. Les amoureux de la langue se régaleront. Et j'ai trouvé que les sujets étaient traités avec profondeur et pertinence. Il ne se passe pas grand chose mais on ne s'ennuie jamais. Chaque page est un régal.
Voilà un auteur que j'adore!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 TraductionS..., 23 décembre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Cela n'engage que moi, mais je préfère de loin la traduction proposée par la collection 10/18, plus naturelle et moins prétentieuse que celle-ci. A part ça, le livre est magnifique!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une merveille!, 7 septembre 2011
Par 
foxie "vie en livres" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Histoire d'un majordome anglais, racontée par lui-même.
Cet homme fait un retour sur sa vie lors d'un voyage. Une vie faite de dévouement et d'abnégation pour son maître. Une vie utile, pleine de "Dignity". Au fur et à mesure de l'avancée de son récit, le lecteur prend conscience de l'inutilité et de l'inhumanité de cette vie sacrifiée au bon fonctionnement d\'une maison et au bien-être de ce maître qui est loin d'être exceptionnel.
Superbe !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Comment rater sa vie avec dignité, 13 avril 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Vestiges du jour (Broché)
Mr Stevens fut longtemps l'obéissant majordome de Lord Darlington. Mais il fut surtout prisonnier d'un idéal, celui du parfait majordome. Stevens est froid, non par nature mais parce que selon lui un majordome doit faire preuve de dignité. Ce qui apparemment n'est guère compatible avec la chaleur humaine. Stevens est un majordome qui joue à être un majordome. Il y a quelque chose d'inhumain dans son comportement vis-à-vis de son père ou de Mlle Kenton : il place cet idéal au dessus de tout sans vraiment se rendre compte des conséquences. Et ceci à une époque où d'autres en Europe placent un autre idéal de perfection "über alles".

Lord Darlington se pique de politique internationale. Entre les deux guerres il veut, par humanisme, venir en aide à une Allemagne en crise économique et identitaire. Trop angélique pour cette diplomatie sous-terraine il fait le jeu des nazis. Il est faible parce que trop humain. Il finit par décider de licencier deux servantes parce qu'elles sont juives. Mr Stevens exécute l'ordre de son employeur sans le remettre en cause, ce ne serait pas digne. Quelques années plus tard Lord Darlington regrettera, mollement.

Lord Darlington cherche à faire le maximum avec le bout de pouvoir qu'il a, principalement mettre des gens en relation. Et cette grenouille qui essaie de se faire aussi grosse qu'un bœuf ne maîtrise pas la situation ni ces enjeux qui le dépassent. Stevens quant à lui se refuse à agir, il ne fait qu'obéir. Il aurait sans doute pu influencer son employeur (par exemple pour éviter le licenciement des servantes juives) mais ça ne serait pas digne. Alors il ne fait rien. Leurs vies sont vaguement ratées. Oh, ni l'un ni l'autre n'a fait quoi que ce soit de très grave, mais ils n'ont pas non plus accompli grand-chose. Stevens se refuse à vivre sa propre vie. Au grand désespoir de Mlle Kenton il ne vit que la vie de Lord Darlington. Les deux hommes visaient trop haut et n'obtiennent finalement rien. Stevens a raté sa vie, certes. Mais avec dignité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Les vestiges du jour, 3 septembre 2013
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Pourquoi... J'avais vu le film : Le meilleur rôle d'Hopkins !
Aimè ....La peinture de cette socièté Anglaise. Le métier de serviteur décrit avec précision, et délicatesse. Surtout le côté noble de la profession, le dévouement, le rôle et la position sociale acceptés, sans mépris de la part des maîtres sans rancune de la part des serviteurs. Britannique donc !
A qui recommanderiez vous ....Aux garçons de café Français !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Les occasions manquées, 26 mars 2012
Par 
Jean René (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Merveilleux roman plein de nostalgie désabusée, dont James Ivory a fait un très beau film à juste titre célébré par la critique (avec Emma Thompson et Anthony Hopkins). Au moins trois histoires parallèles s'y entremèlent: d'abord celle du narrateur, Mr. Stevens, majordome de grande maison comme l'était son père. Appartenant en quelque sorte à l'aristocratie des gens de maison, il règne infailliblement et sans partage sur le rythme de la vie de l'immense Darlington hall, une de ces "country houses" anglaises dont le grand train persistait entre les deux guerres avant de devoir inexorablement s'étioler (voir Lionel Esher "the glory that was home"). Ensuite, celle de Lord Darlington, le propriétaire des lieux. Homme de grande culture, pur produit de l'establishment britannique, il se laisse abuser par la pitié généreuse que lui inspire la triste situation de l'Allemagne vaincue et qu'exploitent habilement les diplomates nazis pour tenter de réunir une conférence diplomatique internationale visant à en atténuer les obligations issues du traité de Versailles. Enfin, le véritable vainqueur, c'est la société qui se transforme, le monde moderne dominé par l'Amérique, auquel le monde d'hier (comme aurait dit Zweig), celui des puissances européennes et de l'empire britannique, va devoir céder la place. Le point commun entre Lord Darlington et Mr. Stevens, c'est que, ne comprenant rien aux changements qui se déroulent sous leurs yeux, ils font hélas les mauvais choix. Darlington, (comme le roi Edouard VIII, plus tard duc de Windsor, et comme d'autres aristocrates) se compromet dans des sympathies pro-nazies, Mr. Stevens, plaçant les devoirs de sa charge au dessus de tout, ignore l'amour que la jeune gouvernante serait toute prête à lui accorder. De dépit, elle épousera pour son malheur le premier venu. Le titre de ce beau livre est fort mal traduit en français par "les vestiges du jour", expression accrocheuse mais impénétrable. Les "remains of the day" sont, à l'heure du bilan porté par un homme âgé sur sa vie passée et sur les occasions manquées, le décompte du peu de crédit restant. Saluons la performance de Kazuo Ishiguro, dont les parents étaient japonais, pour avoir fait un ouvrage plus anglais qu'anglais. On préférera évidemment la version originale en anglais à toute traduction.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Parole de majordome, 27 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Le majordome nous livre avec précision (et style !) son témoignage sur la vie domestique dans une grande propriété. L'auteur parvient parfaitement à restituer le style de ce milieu car on peut l'entendre parler ce majordome guindé avec ses manières délicieusement snobs.

Il est vraiment étonnant et décalé ce personnage, cela engendre même des moments comiques. Sa loyauté envers son maître et sa capacité à s'effacer me l'ont rendu parfois irritant mais je l'aime bien. Il ne s'autorise pas à se mêler de politique car inapte à en saisir toutes les subtilités et les enjeux mais on peut dire à juste titre que des intelligences supposées supérieures comme son maître le sont tout autant.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le poids de la servitude, 5 juin 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Tout au long du voyage à travers cette Angleterre qu'il découvre, Mr. Stevens passe au crible ses souvenirs de Darlington Hall dans ses fonctions de majordome, ramenant le contexte au cœur des années 30. Ainsi, petit à petit, il réalise qu'il a dévoué sa vie à un maître imparfait et bien moins défendable qu'il ne le pensait sur le moment. Puis surtout il prend plus ou moins conscience qu'il est probablement passé à côté de sa propre existence et peut-être aussi du bonheur. Il a porté son travail de majordome à de tels extrêmes de perfection qu'il a mis sous clé ses propres émotions.

Pourtant, Miss Kenton (ancienne intendante) était bel et bien attirée par sa personnalité malgré son armature imperturbable. Vainement, elle a tenté à maintes reprises de le forcer à réagir pour finir par ne communiquer avec lui plus que par joutes ou par non-dits. Car l'extrême dévouement de Mr. Stevens a toujours eu raison de ses éventuelles émotions, étouffées au nom de la dignité de son travail, convaincu « qu'on peut s'estimer comblé que si l'on a donné son cœur à son maître. » Dans ses sacro-saintes fonctions, il s'est toujours interdit d'intervenir dans sa vie et sur son destin.

Et au cours de ce voyage, fouillant par la même occasion son passé, il finit par se sentir plus ou moins coupable d'avoir ainsi laissé échapper sa vie au profit d'une dignité assujettie à une forme de servitude. Pourtant, il n'en sera jamais à regretter la joie et la fierté d'avoir bien fait son travail. Ce qu'il paie bien cher.

Ce livre est construit sur la base de deux histoires d'amour parallèles : une relation homme - femme impossible et une autre unissant aveuglément le domestique à son maître. Très vite le lecteur se laisse emporter par l'élégance de l'écriture tout en effleurements et en raffinement. Le style de l'auteur s'accorde à merveille à cet univers flegmatique emprunt de réserve et d'impassibilité.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un exécutant modèle, 17 décembre 2011
Par 
Luc REYNAERT (Beernem, Belgium) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les vestiges du jour (Broché)
Le personnage principal, Stevens, dans ce roman d'une violence psychologique énervante, est un parfait exemple de ce que F. Nietzsche a appelé une personne qui se trompe de conjugaison : il ne vit pas, il `est vécu'.

Le seul but de Stevens dans sa vie est d'être un majordome idéal, un serviteur impeccable, un exécutant impitoyable des désirs et des ordres de son maître. Si ce dernier soutient les fascistes, Stevens le défend et insiste que son maitre n'est pas un antisémite; mais il licencie tout de même tous ses collègues d'origine juive sur l'ordre de son chef.

Stevens subit la `dignité` de son sort comme une fatalité. Il estime qu'il n'est pas capable de comprendre les grandes affaires de ce monde. C'est pourquoi il met sans broncher son destin et ses responsabilités dans les mains de son patron.
Stevens est un primaire avec une intelligence limitée, qui fonctionne comme un pilote automatique. Il est incapable de mener une vie sentimentale normale et individuelle. N'étant pas un intriguant dangereux ni un calculateur hypocrite, il constitue une arme redoutable dans les mains de maîtres sans scrupules, qui peuvent l'utiliser comme un missile meurtrier dans leurs projets de domination.

Kazuo Ishiguro a brossé un portrait impitoyable d'un être humain complètement manipulable, qui ne pose pas de questions et qui `marche' sur n'importe quel ordre de ses supérieurs. La lecture de ce chef-d'aeuvre acerbe et implacable est hautement recommandée.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien
ARRAY(0xb721793c)

Ce produit

Les vestiges du jour
Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro (Broché - 25 mars 2010)
EUR 7,51
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit