undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

21
3,2 sur 5 étoiles
Ritournelle de la faim
Format: PocheModifier
Prix:7,00 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2009
Livre offert à Noël à cause du bandeau "Prix Nobel". Mon 1er JMG Le Clézio et probablement mon dernier tant je me suis senti peu impliqué dans cette histoire de petite fille un peu perdue dans la "grande histoire".
Je me suis bien retrouvé dans les commentaires précédents et ne rajouterai pas grand-chose. L'auteur met en scène de nombreux personnages qui au final ne sont qu'évoqués (Xénia par exemple). Et puis le glissement progressif vers la déportation des juifs durant la seconde guerre : Le Clézio donne dans la facilité. A-t-il quelque chose de neuf à dire ?
Bref ce roman, pas long (200 pages) ne m'a pas procuré d'émotion et ne présente, à mon avis, aucun intérêt littéraire.
Le prochain livre prévu est le dernier "Gaudé". Un futur commentaire ?
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 novembre 2008
Je n'avais plus lu Le Clézio depuis Le chercheur d'or et mes quatorze ans. J'avais gardé l'image d'un écrivain à la plume cristalline, à la verve absolue, mais qui avait un facheux penchant pour la tranquillité. C'est à nouveau mon sentiment à la lecture de cette ritournelle. La plume est belle, certainement l'une des plus belles que j'aie pu lire. Mais l'histoire ne touche pas, n'émeut pas un instant. Le Clézio, pour moi, est avant tout un contemplatif. Il constate, il décrit avec minutie. Mais je n'ai pas ressenti véritablement la faim d'Ethel, je n'ai jamais compati.
Ne retirons pas tout intérêt à l'histoire toutefois, j'ai beaucoup aimé cette description de la France dont on ne parle pas, la France bourgeoise qui n'était ni véritablement d'un bord, ni de l'autre, qui a subi la guerre sans véritablement s'impliquer. J'ai aimé la description de cette fin de guerre et d'après-guerre. Et j'ai beaucoup aimé le chassé-croisé d'Ethel et de Xénia. Ethel, petite fille bourgeoise admirative de Xénia la princesse déchue, qui se mue en femme libre car ayant tout perdue, que jalouse la néo-duchesse Xenia.
Bilan: oui, mais bon...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
49 sur 55 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2008
Le prix Nobel à un écrivain français, cela me motivait à lire ce roman jusqu'à la dernière page. L'action se résume à peu prés cette phrase: « Et puis, tout d'un coup, elles sont devenues les meilleures amies du monde ». Ce « tout d'un coup » détonne au milieu de l'ambiance léthargique générale dans laquelle je me sentais m'enfoncer à mesure que je tournais les pages. Une histoire sans histoire, on vibre peu, ni rire, ni pleur, ni peur, un brin de nostalgie, et un sentiment d'ennui.
Il y a certes de jolis mots recherchés que l'on ne lit pas souvent. « ..ces adresses croisées, rue Vaugirard, pour elle, villa Solferino, pour lui. Elle mignardisait. » Mot absent du dictionnaire, se pourrait-il que l'académie de la langue française ait oublié le verbe « mignardiser » ?
Il y a aussi quelques belles phrases : « les grandes cocottes étaient des indigentes et les cocos-bel-œil de vieux cacochymes ». Ça sonne bien, la poésie des iles. Mais cela n'a pas suffit à me faire oublier l'ennui.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
J'ai été assez déçue par l'intrigue. L'auteur ressasse les thèmes de la guerre, des difficultés quotidiennes, sans construire de véritable histoire.
Je ne suis pas parvenue à être émue et me suis ennuyée. J'attendais mieux du prix nobel!
Certes et heureusement, le style est beau, poétique. Mais cela suffit-il à un écrivain pour être apprécié?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 3 avril 2011
Une lecture agréable, un style tout en douceur.
JMG Le Clézio nous conte l'histoire d'une petite fille puis d'une jeune-fille qui a le courage de survivre pendant la seconde guerre mondiale. Ni résistante, ni collabo... une figure assez peu rencontrée dans les roman qui traitent de cette époque.
Le coup de force de cette "ritournelle de la faim", qui à coup sûr devait torturer l'héroïne de ce roman, c'est de n'être quasiment pas évoquée, car au moment où elle devait le plus en souffrir elle est tournée vers les autres.
Cette petite jeune fille est entourée de quelques belles figures: l'oncle Soliman, le père (Alexandre) et Laurent, l'être aimé. Xénia, aussi, même si sa beauté et son charme existent surtout dans les yeux de son amie.
Et puis, avant la guerre et la ruine, la "maison mauve", paradis de l'enfance ou de l'adolescence.....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
C'est l'évocation du Boléro de RAVEL, dans les phrases de la quatrième de couverture - qui sont en fait les phrases de la conclusion du livre - qui a attiré mon attention et m'a donné l'envie de lire cette histoire. Quand j'étais enfant, l'écoute de cette musique à la radio, un jour que j'étais toute seule chez moi, m'avait fait vivre un moment angoissant. Cet air répétitif et lancinant qui se déroulait crescendo d'une façon interminable, avait fait peser sur mon esprit comme une menace. Et ce final explosif! Pourquoi n'avais-je pas eu l'idée d'appuyer sur le bouton d'arrêt du poste? Je l'ignore. Depuis ce temps, j'ai appris à aimer ce morceau extraordinaire.

C'est donc ce Boléro qui a hanté l'esprit de J.M. LE CLÉZIO lorsqu'il a écrit cette "Ritournelle de la faim". Choix très subtil, ce rapprochement! J'ai beaucoup adhéré à ce parallèle. En plus j'ai retrouvé dans ce récit de nombreuses images de mon enfance: la guerre, l'arrivée des camions américains...le pain blanc, le corned-beef... Eh oui, je suis une contemporaine de J.M. LE CLÉZIO, nous avons des souvenirs semblables!

J'ai savouré cette "ritournelle douloureuse", truffée de documents historiques, d'anecdotes sans doute authentiques. Les conversations de salon, par exemple, soigneusement notées, où les membres d'une grande famille et le cercle de leurs amis commentent la politique et les événements de l'époque, m'ont épatées. J.M. LE CLÉZIO était tout petit au temps dont il parle, il s'est donc merveilleusement bien renseigné. On s'y croirait! Et puis l'exode des familles, les rafles des Juifs, ces récits connus parce que tant de fois relatés, prennent encore plus de poids dans le témoignage de J.M. LE CLÉZIO, qu'il détient peut-être de sa famille.

Contrairement à certains livres de J.M. LE CLÉZIO, ce roman m'a paru beaucoup plus abordable. J'avais lu d'autres oeuvres de cet auteur, qui étaient à mon goût plus hermétiques et "lentes", dans le sens où l'auteur se plaisait à approfondir à plaisir ses descriptions, magnifiques mais très longues, et ses réflexions philosophiques. Dans cette "Ritournelle de la faim", il y a plus d'action, le rythme est soutenu, l'attention bien sollicitée et guidée. L'intérêt pour le récit ne ralentit pas et l'on ne peut quitter le livre avant le final, comme on ne peut se détacher de l'écoute de l'envoûtant Boléro de RAVEL, avant son apothéose. Le "silence qui s'ensuit" (pardon d'emprunter les mots de l'auteur) demeure profondément habité.

Merci à ce très sympathique J.M. LE CLÉZIO pour ce beau roman, où il nous fait partager les émotions de son passé.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 24 octobre 2011
Le livre revient à nouveau, sous un autre angle, sur l'histoire familiale. Une fois de trop !
Passée le bref élan, l'"évocation" initiale du Boléro, l'histoire se délite et s'envase dans la léthargie des discussions des personnages.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 mai 2013
Livre PARFAIT
Recommandé au passionnés de lecture
tout est bien dans ce bouquin
du premier au dernier mot

merci et bonne lecture
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 8 décembre 2008
Oui, Le Clezio est prix Nobel, et sans doute il le mérite.
Oui, il ecrit parfaitement bien : son style est très recherché, subtil.

Mais ce roman ne raconte rien ou presque. Les personnages ont peu de profondeur, leur description restant assez superficielle.

Personnellement, j'ai "surfé" sur cette histoire, sans jamais réussir à vraiment rentrer dedans... mais tout en reconnaissant un style remarquable !
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 16 août 2015
très joliment écrit. Histoire de ce qui peut se passer lorsque la société se bascule. Même si l'on n'est pas au coeur de ses changements, comment on sa vie est basculée.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Désert
Désert de Jean-Marie Gustave Le Clézio (Poche - juin 1987)
EUR 8,50

L'Africain
L'Africain de Jean-Marie-Gustave Le Clézio (Broché - septembre 2005)
EUR 6,40

Le Chercheur d'or
Le Chercheur d'or de Jean-Marie Gustave Le Clézio (Poche - 1 janvier 1988)
EUR 8,50