undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

11
4,2 sur 5 étoiles
L'Odeur de l'Inde
Format: PocheModifier
Prix:4,60 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 2 janvier 2014
Je suis partagée quant à ce livre.

D'un côté, c'est bien écrit. Bon, la quatrième de couverture annonce un "livre intensément lyrique"... c'est très exagéré. Pasolini nous offre ça et là de jolies métaphores et une écriture très visuelle, mais l'ensemble reste écrit simplement. C'est un récit où on ressent l'émotion de l'auteur, mais ça s'arrête là.

Ensuite, le contenu est parfois pertinent dans son analyse, ou plutôt dans son impression détaillée (Pasolini dit lui-même n'être pas assez spécialiste de l'Inde pour pouvoir profondément analyser) de divers éléments liés à la culture indienne, tels que les castes ou la religiosité. Et là où Pasolini se contente de raconter des rencontres avec des Indiens, le rendu est vivant et touchant.

Mais.

La vision de Pasolini est quand même exagérément négative. Je vous explique: il y a des miséreux dans la rue. L'Inde est pauvre. Okay. Mais dès lors pour l'auteur, tout élément de l'Inde est victime d'une description pathétique ou péjorative.
La saleté est triste (p.14), les murs sont faits de matière "jaunâtre et mourante" (p.15), la paix est "lourde et sale", les quartiers neufs sont "pitoyables" (p.16), la poussière est "sèche et vieille", les immeubles "cadavéreux" (p.22), le silence est "poussiéreux, sec et sale" (p.24), les vêtements sont de "misérable chiffons" (p.32), un turban est "fétide" (p.37), le riz est "sale", les habitations "atroces" (p.40), l'existence en Inde est "intolérable" (p.41), la musique est "primitive" (p.47), le sable est "sale", les magasins "sinistres" (p.61), l'avenue est "funèbre" (p.66), les palmiers sont "tordus et inanimés" (p.76), le pré est "trop vert et poussiéreux" (p.80), les terre-pleins des villages sont "poussiéreux", le lac est "redoutable" et "lugubre" (p.96), le coucher de soleil a des "lueurs sanglantes" (p.98), les marchés sont faits "de poussière et de misère" (p.101)...
Et ce n'est qu'un sélection.
Je ne sais pas combien de fois il a pu répéter "poussiéreux" pour tout et n'importe quoi.

Il y a encore plus fort.
-Les Indiens "mangent comme des chiens" (p.23 et 38).
-Les Indiens sont tels "un essaim de mouches" (p.39).
-L'Inde a une odeur forte de "pauvres nourritures et cadavre" qui paraît miner les Indiens et les empêcher "de parvenir à un achèvement humain"!! (p.80)
-"Je crois même que les Indiens ne sont physiquement pas en mesure d'entendre d'autre musique que la leur." ?! (p.100)

Et là, il y a carrément trois exemples de ce que les anglophones appellent des "howlers", littéralement des phrases qui font hurler:

3."Il est vrai que les Indiens ne sont jamais joyeux: ils sourient souvent, mais ce sont des sourires de douceur, non de gaieté." (p.40)
2. "Tout Indien est un mendiant, même ceux qui ne le font pas par profession, si l'occasion se présente à eux, ne renoncent pas à essayer de tendre la main." (p.80)
Et le meilleur pour la fin... Pasolini se voit attribuer un point Godwin pour avoir oser écrire:
1. "ce Buchenwald qu'est l'Inde"
!!!!

De plus, s'il est clair que Pasolini est vraiment ému par la pauvreté des gens qu'ils croisent et qu'il fait ce qu'il peut pour les aider, et qu'il ne méprise pas l'Inde, il fait parfois d'étranges réflexions. Par exemple, il parlent de la couleur de peau de certains Indiens page 16 et dit qu'ils sont "noirs comme des démons" (!). La peau foncée semble être un peu une obsession ("mollets noirs", "jambes noires et sèches", etc) mais juste après "pauvre peau noire" (p.43) il nous annonce que le noir est la plus jolie couleur pour une peau...
De même, page 17 il nous annonce que Bombay semble toujours célébrer la fête et est pleine de lumière, alors que deux secondes avant il nous parlait des boutiques "suintantes" de lumière et utilisait d'autres termes assez négatifs.
On sent donc une contradiction, ce qui en soit est compréhensible, l'Inde était un pays des contrastes, mais il n'y a pas de logique chez Pasolini et au milieu de très nombreuses descriptions pessimistes on va être soudainement confrontés à un terme agréable.

Je veux bien que Pasolini soit le produit de son temps, mais bon 1961 ce n'est pas si vieux. S'il n'y a pas de racisme au sens classique physique du terme (malgré sa fixation sur la peau noire il la décrit aussi une fois comme belle et parle parfois de beaux visages et sourires), il y a clairement une forme de racisme culturel. Pour Pasolini, l'Inde est sous-évoluée culturellement parlant et il écrit d'ailleurs plusieurs fois l'expression "pauvres petits Indiens" (même en se référant à des adultes). Cette vision paternaliste n'est pas géniale, mais honnêtement le plus gênant est la répétition d'adjectifs déprimants tels que "poussiéreux" ou "lugubre" pour décrire tout et son contraire.

Je ne regrette pas du tout la lecture de ce livre, car je trouve intéressant d'être dans la tête de l'auteur, mais sa vision est à voir avec un esprit critique.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
10 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 décembre 2010
C'est un livre dur et difficile, un livre qui fait mal, mais il est l'un des rares qui correspondent à une image vraie de l'Inde. En tout cas, il correspond tout à fait à ce que j'ai vécu et à ce que j'ai vu dans ce pays. Pasolini fait fi d'une spiritualité à quatre sous et se fait le témoin de la misère humaine. Il est loin des grandes envolées de religiosité que l'on découvre dans la majorité des livres sur ce pays si misérable malgré sa fierté d'être une grande démocratie. On ne peut mieux résumer ce livre qu'en citant Pasolini lui-même : "Heureusement, l'hindouisme n'est pas une religion d'État. C'est pourquoi les saints ne sont pas dangereux."
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
22 sur 25 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 septembre 2004
Petit livre très odorant d'une Inde que l'auteur decouvrit pour la première fois au tout début des années 60. Partage d'une vision humaine, au-delà même de la misère et de tous les clichés encore existant de ce pays.
Un régal pour les yeux et l'esprit, un moment de partage où, au travers des pages, nous arrivons à presque sentir ce pays....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juin 2012
Ce livre m'a replongée dans l'Inde telle que je l'ai vécue lors de mon récent voyage. Le titre et l'auteur m'ont bien évidemment attirée et ce parcours au fil des pages qui nous promène à travers ce magnifique pays n'a fait que confirmer mon intuition, Pasolini écrit là un témoignage sensible, émouvant et tellement vrai.....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 18 février 2014
roman court mais très agréable à lire, plutôt au retour d'un voyage en Inde plutôt qu'avant de partir... On comprend mieux les finesses des sentiments décrits.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 31 janvier 2014
Je suis tout à fait satisfait de la lecture de ce livre qui est très important.
Je ne suis pas étonné car l'auteur est une homme de qualité.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 octobre 2014
Ecrit avec la passion que cet auteur a toujours su développer, pour qui connaît l'Inde, c'est un livre méconnu et pourtant indispensable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 juin 2014
en 2014, c'est toujour ainsi, c'est les souvenirs des sens et non des images que l'on a en mémoire en voyageant en inde
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 novembre 2009
Ce livre est tout à fait magnifique et reste un ouvrage indispensable pour voir l'Inde autrement que par un guide touristique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'écriture et l'état d'esprit de Pasolini sont toujours assez fascinants, mais on peut regretter ici des vues primaires et post-colonialistes, des jugements de valeur et une vision des cultures qui sonnent aujourd'hui de manière désagréable à ceux qui connaissent l'Inde et ses citoyens. Mais on appréciera le rendu extrêmement personnel et sensitif des émotions vécues par l'auteur.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Théorème
Théorème de Pier Paolo Pasolini (Poche - 11 mai 1988)
EUR 6,40

Aux bords du Gange
Aux bords du Gange de Rabindranath Tagore (Broché - 28 janvier 2010)
EUR 2,00