undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

10
4,0 sur 5 étoiles
Les fantômes de Breslau : Une enquête d'Eberhard Mock
Format: PocheModifier
Prix:7,50 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

11 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Breslau, aujourd'hui Wroclaw depuis son rattachement à la Pologne en 1945, était appelée la "Petite Venise du Nord" en raison des nombreuses îles sur lesquelles elle avait été bâtie sur le fleuve Oder. Le roman de Marek Krajewski se déroule en 1919, au lendemain de la Grande Guerre, dans une ville portuaire rappelant étrangement l'atmosphère de la Vienne du célèbre "Troisième homme". Bas-fonds, profiteurs de tout poil, voisinent avec les barons allemands dont la richesse s'est accumulée au cours de l'essor industriel de la Silésie. Quatre corps affublés de costumes de marins sont retrouvés mutilés et assemblés selon un ordre rituel. Ce crime atroce est suivi de l'assassinat du directeur du port et de celui d'une prostituée, dont les corps sont retrouvés avec les yeux crevés et munis d'un étrange message tiré de la Bible: "Bienheureux ceux qui n'ont point vu et qui ont cru...". Il n'en faut pas plus à l'assistant criminel Eberhard Mock (Ebi pour les intimes) pour se lancer dans une enquête qui va l'amener à côtoyer les milieux interlopes d'une société en décomposition. Alcoolique au grand cœur, aimé des femmes et grand connaisseur des tragédies grecques, notre enquêteur va nous emmener de mystère en mystère jusqu'au dénouement final, inattendu. Une atmosphère étrange, des portraits brossés au vitriol, et un réel bonheur d'écriture pour un polar noir, très noir...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Marek Krajewski, universitaire polonais de lettres classiques, s'inspirant du genre lancé par P. Kerr, s'est lancé dans une série de polars qui se déroulent dans l'actuelle Wroclaw (Breslau à l'époque allemande). Cet ouvrage est le troisième de la série. Il raconte l'enquête menée par Eberhard Mock, inspecteur de la brigade mondaine, face à une successions de crimes qui le mettent en cause, sous une forme toute particulière. Le roman situé en 1919 suit les règles standard du polar, il est même assez efficace, avec pas mal de suspens. Son environnement est original, puisqu'il se déroule dans le milieu de la prostitution et du spiritisme. Cependant il ne m'a ni séduit, ni convaincu.

Il faut d'abord signaler qu'aucun des personnages du roman n'est digne d'intérêt, pas même le "héros" qui n'est pas du tout sympathique : il est brutal, alcoolique et grossier. Les autres personnages sans être exactement à l'avenant, sont fréquemment déplaisants. Le sexisme, fréquent dans les romans policier est ici poussé à un niveau pénible : les personnages féminins sont globalement considérés comme du bétail ou comme de dangereuses manipulatrices. Le cadre historique et l'atmosphère de l'époque ne sont pas particulièrement bien rendus, sauf à se contenter de noms de rue et de personnages en allemand (*). L'auteur laisse même échapper quelques anachronismes discrets, par exemple une infirmière évoquant un fumeur parle de son "vice mortel", comme si en 1919 le lien entre tabac et cancer était bien connu. Le roman est scandé à la manière d'un film, par des précisions de dates et d'heures (Breslau 19 septembre, 9h45...), sans grand intérêt puisqu'il n'y a pas de compte à rebours dans l'histoire. Et surtout la chute de l'intrigue est parfaitement non crédible, le motif originel ne tient pas debout, l'auteur des crimes (compte tenu de sa position par rapport au héros) n'est pas croyable (difficile d'expliquer plus sans dévoiler la fin) et j'en passe. Il faut aussi signaler que la rédaction du livre ne se préoccupe pas suffisamment de la cohérence du comportement du héros, ce qui donne l'impression de sautes psychologiques. Bref pour moi le roman est malheureusement raté.

A noter, on ne peut pas dire, comme l'indique le quatrième de couverture que Breslau en 1919 est sous "occupation allemande". A cette époque, cela faisait plusieurs siècles que la Basse-Silésie appartenait à la zone d'influence germanique (depuis 1335).
(*) Ayant visité à de nombreuses reprises Wroclaw et la Basse-Silésie, je dois dire que j'ai été surpris de si peu les reconnaître. Il aurait été si facile de faire référence à la place du marché (Rynek) ou à d'autres lieux célèbres... pour donner un peu de chair à ce roman soi-disant historique.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Breslau, aujourd'hui Wroclaw depuis son rattachement à la Pologne en 1945, était appelée la "Petite Venise du Nord" en raison des nombreuses îles sur lesquelles elle avait été bâtie sur le fleuve Oder. Le roman de Marek Krajewski se déroule en 1919, au lendemain de la Grande Guerre, dans une ville portuaire rappelant étrangement l'atmosphère de la Vienne du célèbre "Troisième homme". Bas-fonds, profiteurs de tout poil, voisinent avec les barons allemands dont la richesse s'est accumulée au cours de l'essor industriel de la Silésie. Quatre corps affublés de costumes de marins sont retrouvés mutilés et assemblés selon un ordre rituel. Ce crime atroce est suivi de l'assassinat du directeur du port et de celui d'une prostituée, dont les corps sont retrouvés avec les yeux crevés et munis d'un étrange message tiré de la Bible: "Bienheureux ceux qui n'ont point vu et qui ont cru...". Il n'en faut pas plus à l'assistant criminel Eberhard Mock (Ebi pour les intimes) pour se lancer dans une enquête qui va l'amener à côtoyer les milieux interlopes d'une société en décomposition. Alcoolique au grand cœur, aimé des femmes et grand connaisseur des tragédies grecques, notre enquêteur va nous emmener de mystère en mystère jusqu'au dénouement final, inattendu. Une atmosphère étrange, des portraits brossés au vitriol, et un réel bonheur d'écriture pour un polar noir, très noir...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 février 2010
Un nouveau venu dans le monde des flics : l'inspecteur Eberhard MOCK, ivrogne débauché mais bien sûr fin limier. L'originalité tient dans le contexte : la ville de Breslau entre les deux guerres. L'intrigue est bien construite. Seul petit bémol : le style qui rend la lecture un peu difficile parfois (la traduction?).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 décembre 2012
Un commissaire de police costaud et atypique fouille les dessous de Breslau,actuelle Wroclaw. Dans des livres qui font penser à l'atmosphère d'"Alexanderplatz".Le vice et le crime dans une société allemande d'entre 2 guerres décrit par un Polonais doué pour ce genre de théâtre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 14 mai 2015
Dans le résumé de ce livre, on peut lire:

(...)
Aucun bordel, aucune prostituée, ne sont inconnus à cet homme amateur de bonne chair, de femmes et de vodka. Mock, depuis la fin de la Grande Guerre est cependant victime de cauchemars atroces et réguliers que seul l’alcool permet d’éviter. C’est dans ce contexte, après une nuit passablement agitée, que le subordonné de Mock vient lui annoncer que..."

Oui, vous lisez bien : amateur de bonne chair!!!!

Sidérant! Qui a pu corriger cette grossière faute? Il faut bien entendu lire : AMATEUR DE BONNE CHÈRE

Comme quoi, amateur de livres ne signifie pas toujours avoir une bonne connaissance de la langue!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 mai 2014
j'ai été très déçue par ce roman très mal écrit (ou traduit ?) : j'ai trouvé très artificiel les changements de points de vue voire impossibles parfois et je ne suis pas allée au bout du livre...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 9 avril 2015
Je recommande complètement ce livre de cet auteur polonais qui est en train d'être de plus en plus connu en Europe
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 septembre 2014
Ben ça l'est vraiment. On n'arrive pas à éprouver de réelle sympathie pour le personnage principal mais il reste attachant par certains côtés. Le style est particulier, on plonge dans la déchéance, les bas-fonds et l'expression "Saoul comme un Polonais" trouve ici toute sa justification.
Bref, il faut le lire...et les autres aussi.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 février 2014
un remake de KERR , la description de la vie,de la ville, l'atmosphère de latmosphère d Breslau est très bien décrite
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Prague Fatale
Prague Fatale de Philip Kerr (Broché - 25 février 2015)
EUR 8,10

Dans le jardin de la bête
Dans le jardin de la bête de Erik Larson (Broché - 4 septembre 2013)
EUR 8,30

La forteresse de Breslau
La forteresse de Breslau de Marek Krajewski (Broché - 9 novembre 2012)
EUR 23,00