Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


32 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La Terreur n'est pas la Révolution, selon l'historien
Jean-Clément Martin retrace dans ce petit ouvrage la réalité d'une Terreur qui fut surtout fantasmée et déformée par la suite.

Il montre dans le premier chapitre comment la violence imprégnait déjà la société d'Ancien Régime à son crépuscule, et ce y compris par...
Publié le 24 octobre 2010 par Stephane MANTOUX

versus
14 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une tentative d'absolution
Jean-Clément Martin, professeur émérite de l'université Paris I, a travaillé sur la période révolutionnaire. Il s'inscrit dans la lignée d'Albert Mathiez, de Georges Lefebvre, d'Albert Soboul et de Michel Vovelle, qui ont imposé des normes d'interprétation spécieuse de l'époque.
On...
Publié le 28 février 2012 par François-Regis43


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

32 internautes sur 38 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La Terreur n'est pas la Révolution, selon l'historien, 24 octobre 2010
Par 
Stephane MANTOUX - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Terreur: Part maudite de la Révolution (Poche)
Jean-Clément Martin retrace dans ce petit ouvrage la réalité d'une Terreur qui fut surtout fantasmée et déformée par la suite.

Il montre dans le premier chapitre comment la violence imprégnait déjà la société d'Ancien Régime à son crépuscule, et ce y compris par une fascination pour le morbide, pré-romantique, dans l'art.

Les trois chapitres suivants décortiquent la situation entre 1789 et 1794. 1789-1792 : l'Assemblée Nationale s'impose, par la récupération de la violence populaire, et met au point la guillotine qui doit appliquer de manière égale et uniforme, tout en dépersonnalisant l'acte, la peinte de mort adoptée par le nouveau régime. 1792-1793 : le roi renversé par la violence, les prisons vidées pendant les massacres de septembre, la violence devient un moyen de pression utilisé par les groupes révolutionnaires. Devant la montée des périls, intérieurs et extérieurs, en particulier après l'exécution du roi, la Convention tente, tant bien que mal, de récupérer et de canaliser la violence. 1793-1794 : la Convention centralise la violence au sein du gouvernement révolutionnaire, mais la politique de Robespierre finit par se retourner contre lui. L'année 1794 marque ainsi l'apogée de la violence, et les espoirs semés par la Révolution s'éteignent avec Thermidor. Robespierre mis à mort devient le seul et unique responsable de la Terreur, terme postérieur à la période, donc.

Dans un dernier chapitre, Jean-Clément Martin montre comment la culture de la France contemporaine naît de la réaction thermidorienne de 1794-1795. Une lecture politique et idéologique se greffe sur l'événement, et réduit souvent la Révolution à la Terreur. L'historien plaide pour une lecture, au final, plus historienne de l'événement, qui déchaîne encore les passions. C'est sans doute le chapitre qui manque le plus de matière : on aurait aimé un peu plus que les considérations générales que l'on peut y trouver.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


14 internautes sur 40 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une tentative d'absolution, 28 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Terreur: Part maudite de la Révolution (Poche)
Jean-Clément Martin, professeur émérite de l'université Paris I, a travaillé sur la période révolutionnaire. Il s'inscrit dans la lignée d'Albert Mathiez, de Georges Lefebvre, d'Albert Soboul et de Michel Vovelle, qui ont imposé des normes d'interprétation spécieuse de l'époque.
On attendait cependant une lecture honnête de la violence terroriste mis en oeuvre dés les massacres de septembre 1792. Mais l'auteur manifeste d'emblée l'intention de "relativiser" la Terreur, en l'inscrivant comme une simple continuité des violences politiques propres à l'Ancien Régime, qui étaient purement circonstancielles.
Quel lien entre la cruauté de certains châtiments exceptionnels-le supplice de Damiens-et la violence de masse frappant indistinctement des catégories entières de la population, nobles, prêtres réfractaires, "brigands" vendéens, jeunes filles et familles au grand complet...Jean-Clément Martin tente d'absoudre Robespierre.

A l'interprétation de Jean-Clément Martin, on préférera l'analyse de François Furet, expliquant que "la Terreur est inséparable de l'univers révolutionnaire, dont elle constitue depuis l'origine l'une des virtualités".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

La Terreur: Part maudite de la Révolution
La Terreur: Part maudite de la Révolution de Jean-Clément Martin (Poche - 14 octobre 2010)
EUR 14,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit