undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles8
4,0 sur 5 étoiles
Format: BrochéModifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 21 octobre 2006
Un classique de la science-fiction. Prisonnier d'une épave à la dérive dans l'espace, Gulliver Foyle est abandonné par un vaisseau qui aurait pu le sauver. Dès lors, une formidable soif de vengeance va pousser cet homme médiocre à se transcender, jusqu'à un résultat proprement cosmique. Sur le canevas général du "Comte de Monte-Cristo", Bester écrit un roman baroque, drôle, perpétuellement inventif, jusqu'à un final à l'échelle de l'univers entier. Comme "L'homme démoli", précurseur du cyberpunk, Bester parle de son époque (le PyrE rappelle la menace atomique) et de la nôtre, et s'achève sur un espoir pour la condition humaine, au-delà des faiblesses de l'homme. Un régal.
0Commentaire6 sur 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2014
Gulliver Foyle, personnage atypique, fait partie de l’équipage du vaisseau Nomad. Mécano lambda sans inspiration, sans once d’intelligence ni avenir, son destin va rapidement être chamboulé lorsqu’il se réveillera pour n’être que l’unique survivant d’un vaisseau dévasté et perdu dans la nuit étoilée. Laissé pour mort, seul et isolé, il va devoir rapidement s’adapter s’il veut survivre . Quand le Vorga-T1339 arrive à proximité, il pense être enfin sauvé … mais ce dernier ne daigne même pas répondre à ses appels de détresse. Accusant le coup, il sombrera dans un savoureux mélange de folie et de vengeance qui le poussera à résister par n’importe quel moyen afin de réaliser sa vendetta.

« Terminus les étoiles », roman de science-fiction et d’aventure écrit dans les années 50 par Alfred Bester, n’a nullement vieillit (ce qui est assez étonnant) et offre ma foi une très bonne lecture. Immersif dans son écriture, le roman est découpé en deux parties (la survie , la vengeance) et emmène le lecteur dans un récit ou se mélangent étrangement psychanalyse et aventure

Bref, un très bon roman

Ps : A noter tout de même, un début qui cabotine un peu (le temps de prendre ses repaires) mais c’est juste le temps de 10 pages.

[...])
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2013
Ce livre est précédé d'une énorme réputation, elle est totalement justifiée ce qui est assez rare. Le précurseur du cyberpunk presque 30 ans avant que le mot cyberpunk ne soit inventé.
Le récit est particulièrement nerveux, très dense, c'est bourré d'idées et ça ne s'arrête jamais, à l'image du héros qui détruit tout sur son passage.
Chef d'oeuvre.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2015
Probablement l’œuvre la plus emblématique d'A. Bester avec l'homme démoli.

Gulliver Foyle est un mécanicien de troisième classe, sans talent ni ambition. Naufragé de l'espace il va être galvanisé et transformé à jamais lorsqu'un un vaisseau qui aurait pu le secourir l'abandonne à son triste sort. La vengeance, sourde et aveugle sera désormais son unique moteur. Il traque les auteurs, mais il est également traqué, car son vaisseau transportait en secret 20 livres de la substance la plus précieuse de l'univers.

La vengeance... Qui a dit le comte de Monte Cristo ? Version « moderne » (1950 pour la date de l'édition) et futuriste, revisitée et revendiquée par l'auteur lui-même. On pourra également se rapprocher de la Geste des princes-démons de Vance.
Pour le background, un détail original : Le tranzitt. L'homme a découvert la capacité à se téléporter créant une nouvelle société, où les moyens de transport sont quasi absents, où il a fallu une méthode originale pour garder les détenus. (Pour l'homme démoli, c'était la télépathie qui était à l'honneur)...
Le titre n'a pas trop mal vieilli, probablement grâce à une absence salvatrice de détails techniques sur le monde parcouru. Bon on parle quand même d'envoyer un télégramme... Et il faut avouer que je préfère les œuvres plus contemporaines. Il manque peut être d'un peu de violence et de furie à ce titre.
Le langage « prolo » est lui daté et un peu énervant à lire et on peut ajouter à cela des aventures sentimentales franchement niaises.

Mais j'ai malgré tout passé un agréable moment avec ce livre au rythme assez soutenu et qui vaut surtout pour son scénario original.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2012
Bester dans ce roman (après le très bon l'homme démoli) nous régale d'une histoire qui va très vite. Le héros est particulièrement motivé pour se venger et fera tout pour ça pendant tout le roman. L'auteur au fil des 350 pages déborde d'idées géniales sur la société (et notamment la possibilité pour tout être humain de se téléporter à volonté). Un livre écrit en 1957 que je recommande chaudement de lire !
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 décembre 2014
Roman de science fiction intéressant avec un héros haut en couleur qui vaut le détours !
La fugue (téléportation par la pensé) est bien utilisé, et le monde en est magnifiquement cohérent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2014
Autrement dit, la vengeance est un moteur d’autant plus puissant que la blessure est profonde. Ici, un rescapé d’un accident spatial sur le point de mourir voit un autre vaisseau spatial passer près de lui… et l’abandonner. Le point de basculement d’une vie médiocre désormais portée par l’espoir d’une vengeance contre l’ensemble de l’équipage de ce vaisseau.

Un récit avec quelques concepts intéressants (notamment autour de l’utilisation massive d’une technique de téléportation) qui se lit sans effort mais manque de fil conducteur, avec notamment une fin un peu décevante qui sombre dans le « n’importe quoi semi-philosophique ».
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 avril 2015
L'histoire est bonne, le personnage principal s’étoffe de page en page pour devenir presque attachant.

La fin par contre est juste mauvaise et laisse sur sa faim
0Commentaire0 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,70 €
6,20 €