undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles7
4,3 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
5
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 novembre 2013
J'ai trouvé beaucoup d'amusement, de fraicheur et de naïveté à ce livre d'Alain Mabanckou. Si l'écriture m'a d'abord un peu désarçonnée (les formulations et le vocabulaire sont empruntés à ceux d'un enfant de 10 ans), elle participe au final au parti pris de l'auteur de laisser s’exprimer son malicieux petit protagoniste.
Le microcosme qui gravite autour du jeune héros est très réussi : les personnages décrits semblent plus vrais que nature (j'ai adoré le tonton René, terrible oncle richissime et communiste), les centres d'intérêts sont vraisemblables (les amis, la nourriture, l'amour, la poésie, les ... moustiques aussi !), les amalgames sur la situation politique ou les difficultés de compréhension de la chanson de Brassens sont drôles, quant aux coutumes locales et façons de vivre évoquées, elles m'ont fait voyager !
Alain Mabanckou nous invite à observer ce jeune garçon en train de grandir (et oui, demain, il aura vingt ans... ou après-demain plutôt !). La bienveillance qu'il manifeste envers lui est contagieuse, et même si, au final, j'ai trouvé que l'ouvrage manquait un peu de profondeur, j'ai apprécié l'espoir et l'optimisme qui se dégageaient de cette lecture.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Michel est un petit garçon congolais de dix ans, qui dans les années 70, essaye de comprendre le monde des adultes. Rude tâche car entre sa mère, aimante et inquiète, son oncle opportunément communiste (le pays a alors un gouvernement marxiste), son père adoptif qui travaille dans un hôtel et peut, grâce à ses pourboires ramener des trésors à la maison comme le transistor que Michel écoute bien souvent, il est un peu perdu. Prenant à la lettre les expression du langage courant comme les bonnes intentions des uns et des autres, il se retrouve parfois dans des situations cocasses, entouré des autres gamins de son quartier et de la soeur de son ami Lounès qui ne le laisse pas du tout indifférent. Cet enfant est attendrissant et si semblable à tous les petits garçons de dix ans qu'en suivant son courant de pensée on retrouve notre propre enfance, transposée dans un autre lieu certes, mais émaillées de peurs, d'émotions et d'émerveillements bien semblables à ceux que l'on a connus.
Et puis ce livre est aussi un portrait très vivant du Congo, à une époque qui n'est plus mais qui nous semble bien proche encore.
Un grand plaisir de lecture en tous cas.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alain Mabanckou trouve du bonheur à nous raconter avec beaucoup de "ferveur" son enfance africaine. Il nous fait pénétrer au sein de sa famille un peu "différente", à nos yeux surtout, d’une famille traditionnelle. En effet son père adoptif, époux de sa mère biologique, a également une autre épouse que l’auteur appelle aussi "Maman", et qui a sept enfants, qu’Alain considère comme ses frères et sœurs. Tout se passe très bien, dans une ambiance chaleureuse, l’enfant allant d’une famille dans l’autre sans problème et sans qu’il n’y ait de jalousie entre les deux mères.

L’auteur aime à nous raconter les coutumes de son pays, mêlées aux influences françaises, et c’est un dépaysement pour nous.

Le procédé qu’il utilise consiste à faire parler l’enfant qu’il était, avec toute la candeur et les réflexions naïves que cela permet. En fait c’est pour mieux se livrer aux réflexions sérieuses que les événements lui inspirent.

Gageons que le récit d’Alain Mabanckou est inspiré par "Le Petit Prince" où Saint Exupéry se met dans la peau d’un enfant pour nous faire méditer sur la condition humaine.

Quel écrivain n’a jamais eu la tentation du "Petit Prince", et une petite pointe de jalousie à l’égard de l’auteur de cet ouvrage sublime mondialement apprécié ?

D’ailleurs dans une page du livre j’ai été confortée directement dans mon idée, quand le narrateur demande à son amie : « Est-ce que je suis ton Petit Prince noir ? » J’ai beaucoup aimé cette question.

Outre le côté biographique du récit, Alain Mabanckou nous retrace également toute l’actualité des années 70, surtout en Afrique, bien sûr, mais aussi, en France, et dans le reste du monde. Il évoque des grandes figures connues, comme le Shah d’Iran et son exode douloureux, le général De Gaulle, Giscard d’Estaing et les diamants de Bokassa, la cavale de Mesrine, Mère Thérésa ect…

Alain Mabanckou enfant est admiratif de son père adoptif, et ce père est fasciné par Arthur Rimbaud, Victor Hugo, Georges Brassens et d’autres personnages célèbres, et il entraîne l’enfant dans son engouement. Ainsi la chanson "Au pied de mon arbre" de Georges Brassens revient comme un leitmotiv dans les pages.

En lisant tout cela j’ai eu l’impression de revivre des événements de ma jeunesse.
L’histoire d’Alain Mabanckou est donc un voyage intéressant au cœur de l’Afrique, au cœur de l’enfance, au cœur de l’histoire de la seconde moitié du 20ième siècle. C’est un récit bien documenté et riche d’enseignements.

Personnellement, mon intérêt pour ce roman est allé crescendo, une lecture sans vraiment de hâte au début, puis plus captivante de jour en jour. Les dernières pages m’ont beaucoup émue par leur tendresse. J’ai apprécié en particulier l’histoire du féticheur, qui s’apparente à un très beau conte,. Mais je ne vous en donnerai pas la clef. À vous de la découvrir, si vous voulez en partager la magie avec moi.

Merci mille fois à Alain Mabanckou pour sa biographie passionnante, simple mais riche d’une foule de nobles sentiments.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Nous sommes dans les années 70, au Congo, le narrateur est un garçonnet doux et rêveur d'une dizaine d'année, Michel, qui observe le monde autour de lui et tente de le comprendre. A sa manière, avec une fausse candeur, il nous raconte sa vie et fait ainsi défiler l'histoire politique de son pays à l'heure de la décolonisation et les remous de la scène internationale à la fin des années 70 qu'il découvre grâce à « La Voix de l’Amérique », la radio américaine qu’il écoute en famille et que son père commente avec ferveur. Peu à peu, à travers les évènements de la vie quotidienne, on le voit se construire, s'interroger, se soucier, découvrir l'amour, les livres et la littérature avec Arthur Rimbaud, et la complexité des rapports humains.
Ce qui se détache de ce roman, fortement autobiographique, c'est un ton très particulier. Grâce à la justesse du style, Alain Mabanckou arrive à raconter, avec un point de vue tout à fait singulier, une belle histoire, souvent très tendre mais jamais idéalisée. Une manière tout à fait originale de dépeindre un pays, la famille, les premières interrogations existentielles et les rêves. Il y a de la malice chez Michel et un humour savoureux chez l'auteur qui rendent certains passages franchement très drôles et le jeune personnage principal très attachant.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 7 décembre 2015
Le roman est plaisant, les nombreux personnages hauts en couleurs, la vie quotidienne dans la ville portuaire pleine de touches étonnantes. Il y a matière à un excellent roman, mais que de longueurs ! c'est vraiment dommage. Ce qui devrait être passionnant l'est moins.
Michel le héros, traverse les quartiers, les milieux sociaux, et regarde son monde avec candeur, naïveté, mais avec un sens aigu de l'observation.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 avril 2015
Une enfance congolaise entre ses deux mamans, papa Roger un beau-père plein d'humanitė qui travaille dans un hôtel de Ponte Noire. Pour ceux qui veulent aborder une Afrique loin des clichés de la misère ou de la guerre.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mars 2013
Beau petit roman, dans l'esprit de "La vie devant soi ", la société d'une ville congolaise dans les années 70, 80 à travers le regard d'un enfant.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,90 €
18,50 €