undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles25
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 janvier 2010
Ce roman pourrait être un film, il n'y aurait rien à adapter, rien à changer, de la première à la dernière ligne, s'ouvrant sur la chanson des Rolling Stone on entre dans un pur moment de rock'n roll où apparait simultanément, l'humour, la tendresse, la violence d'une guerre absurde. Anderson a le sens du rythme et de l'image exacte, un phrasé à la fois simple et terriblement construit, une façon de mettre en scène son espace et son récit qui fait de chaque moment un instant de bravoure. Rien de ce qui est dit ici pourtant vous ne l'avez pas vu ailleurs, dans Apocalypse Now, Rambo, Voyage au bout de l'enfer. Mais vous ne l'avez jamais vu ou lu comme ça. Parce que non seulement c'est du vécu mais c'est vécu par un grand de la littérature US. De l'entrainement à la dur des Forces Spécial au cantonnement en plein territoire indien, en passant par un retour raté et désespéré au pays, Anderson nous raconte le désartre de sa guerre et de son alter égo Hanson, traversé de moment d'intense rigolade, de poésie pur qui ramène parfois à Terence Malik, de tendresse immense et de violence frontale mais jamais complaisante. A rapprocher de Putain de Guerre de Michael Herr, à ceci près qu'il s'agit bien d'un pur roman, et tout à la fois d'un document sur cette guerre inutile que fut le Vietnam. Un roman total.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Hanson, brave petit étudiant américain des années 60, se fait rattraper par sa feuille de route pour l’armée. Le Viet-Nam est en ligne de mire.
Commencent pour lui des classes interminables. Des sous-officiers à la « Full Metal Jacket » y conditionnent de malheureux trouffions à la guerre par un cocktail lourdingue de brimades et d’exercices physiques. Dans cet univers qui le rabaisse et veut le transformer en sous-homme, Hanson croise un jour des bérets verts, libres et insouciants…

Paru en 1987, en pleine époque « Rambo », « Sympathy for the Devil » raconte l’histoire d’une machine à tuer qui lit de la poésie, est fasciné par un chaman montagnard, et aime l’odeur de la jungle avant le napalm. Ici pas de nationalisme imbécile, mais une ode libertaire aux anges de la mort, qui vivent dans l’Olympe de l’horreur et de la folle camaraderie.
De retour à la vie civile, l’ange déchu sombrera dans l’alcool, la came et les embrouilles minables. Il rempilera pour swinguer encore avec Lucifer sur la musique des Rolling Stones, de Jimi Hendrix, ou de Janis Joplin…
Kent Anderson est un pote du génial James Crumley (lire impérativement la préface). Il lui a fallu presque 20 ans de déboires et d’expérience de flic de bas-quartiers pour produire ce bouquin sombre et lumineux.
Il vaut mieux être prévenu, les 200 premières pages sont parfois difficiles à comprendre. L’entrée des enfers est étroite et escarpée. Mais ensuite, wouahou…
Les 200 dernières pages sont dignes des plus grands récits de guerre de Remarque ou de Malaparte. Et pour ce qui est du Vietnam, on est au niveau de Coppola ou de Kubrick.
Bref, quelques efforts pour un fascinant trip littéraire avec le diable.

P.S : Que fait ce roman en Folio Policier ?
33 commentaires|9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
(mon commentaire du livre rédigé en anglais Sympathy for the Devil et traduit en français)

Ce récit romancé écrit par Kent Anderson, ancien béret vert (forces spéciales) vétéran de la guerre du Vietnam, de Hanson, conscrit qui intègre tellement bien les codes de l'armée qu'il souhaite les dépasser en entrant dans les forces spéciales, est exceptionnel.

Publié en 1987, à l'époque où une prise de conscience étendue à la fois de la perte de la guerre et de la terreur que fit subir la Nation américaine à ses enfants revenus, cabossés, blessés intérieurement (Post traumatic Stress Disorder), du Vietnam, "Sympathy for the Devil" est actuel à la lumière de la guerre en Irak. 1987 : l'époque de "First blood" de David Morrell ("Rambo"), de "Centrifuge" de J.C. Pollock, de "L'année du Dragon" (Michael Rourke), de "Black Echo" de Connelly etc.

Ecriture fluide, prenante. Vous voici plongés au coeur de l'enfer psychologique du soldat d'élite. Comment en ressortir vivant (mentalement) ?
1111 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2013
Malgré l'inévitable caricature des GI'S US au cœur du Nam comme ils l'appellent eux mêmes, caricature extrêmement cinématographique, ce roman autobiographique est, c'est vrai, exceptionnel. Pas tant par la narration qui me parait confuse finalement, que par le style tranchant, net, précis bourré de détails ultra intéressants. Anderson (Hanson), n'est pas au Vietnam pour y faire une guerre contre les VC, il EST le Vietnam incarné. Lire Sympathy for the Devil (excellent titre,) c'est être Anderson, c'est courir à côté de lui, c'est tomber à côté de lui, c'est se bagarrer dans les rades pourris avec lui, c'est vomir la bière aigre et tiède avec lui. Magnifique ! Pourquoi aucun réalisateur ne l'a t il adapté au cinéma ? Chaque passage du livre est pourtant une scène de storyboard. On ne peut que penser à Voyage au bout de l'enfer de Cimino, à Apocalypse Now (cultissime) de Coppola, à Platoon de Stone, à Good morning Vietnam de Levinson; dans une moindre mesure... Qui de la caricature du GI'S traumatisé à vie (Cf Rambo de Ted Kotcheff) qui pullule dans tous ces films américains de très bonnes factures d'ailleurs, et de la réalité très peu montrée sauf peut être dans des images d'archives en N&B, triomphe réellement ? Où est la réalité ? Probablement un peu entre les deux. La trouille, l'inconnu, la soif, la mousson, les combats au M16 à 100 coups/seconde, les corps à corps, les tortures endurées par les prisonniers américains tombés aux mains de l'ennemi, tout cela n'était il pas aussi le triste apanage des soldats de la Grande Guerre ? En tout cas, comme le disait l'excellent acteur Robert Duvall dans Apocalypse Now : "J'aime respirer l'odeur du napalm au petit matin !..." Cette odeur d'essence brute que l'on peut presque respirer en ouvrant les pages de Sympathy for the Devil.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2013
Dison que ce livre intéressera des lecteurs "avertis". Pas de mélo, ni les clichés habituels. Cet auteur décrit essentiellement ce qui se passait à l' "ARRIERE". Lorsqu'il décrit les faits d'armes, il le fait avec sobriété ce qui ne l'empêche pas d'émouvoir le lecteur. Disons qu'il s'agit d'une narration très originale et souvent surprenante...dans les petits détails, que du subtilités. Les combines, le business à l'intérieur d'une guerre dont les héros sont désillusionnés.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2013
Surréaliste c'est le sentiment éprouvé à la lecture de ce roman.Est ce la qualité de l'écriture qui entraîne une distanciation trop forte avec le récit lui même?Est ce la narration qui n'est pas linéaire?je l'ignore.Pourtant l'auteur à n'en point douter connaît son sujet et le roman sent trop le vécu pour ne pas y voir une autobiographie camouflée.Par moment le roman désarçonne par ses instants de franche rigolade qui montre subtilement l'absurdité de la situation,jusqu'à ce final inattendu qui laisse le lecteur sur le c...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Hanson le héro est un jeune américain engagé dans les forces spéciales durant la guerre Vietnam ce roman choc est certainement l'un des plus réussi concernant ce conflit.
L'auteur lui même vétéran offre un témoigne le plus réaliste possible de cette guerre médiatique et de ces acteurs sur le terrain. Ainsi avec son écriture atypique, directe et violente, Kent Anderson n'enjolive rien, prenant pour sujet ces soldats presque des hors la loi qui font leur boulot, presque leur métier du mieux qu'il peuvent comme ils peuvent sans penser à demain, sans courage superflu, sans humanisme béa, la peur, la drogue, la haine et le racisme sont présent .
Voici donc un ouvrage majeur pour tous les passionnée de roman de guerre, d'un réalisme étrange et poignant entre full Metal Jacket et Apocalypse Now .
Je conseille également du même auteur et dans la même veine " chien de la nuit " pur bijou policier dans lequel nous retrouvons Hanson ce soldat perdu dans ce conflit du sud est asiatique .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2015
Belle découverte que ce roman sur la guerre du Vietnam, dérangeant et impitoyable comme peuvent l’être les témoignages d’anciens soldats.
Hanson est un jeune béret vert des forces spéciales, qui prend goût au conflit, y lie des amitiés fortes avec d’autres soldats, conscient cependant d’être devenu une machine de guerre pour son pays.
Comme dans « Full Metal Jacket », l’auteur fait un long flashback sur l’incorporation et les classes humiliantes, destructrices pour les plus faibles.
Comme « Platoon », ce récit montre des américains qui s’entretuent sous le couvert du combat contre l’ennemi. Paru dans la même décennie que ces films, « Sympathy for the devil » dénonce les absurdités bureaucratiques, politiques et économiques (par exemple, l’armée utilise des chars totalement inadaptés aux voies engorgées d’eau du Vietnam, à seules fins de faire tourner les industries d’armement), et exprime aussi la grande difficulté du retour au pays.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2014
La guerre du Vietnam comme si vous y étiez, avec les images des films que tout le monde a vu : APOCALYPSE NOW, FULL METAL JACKET, VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER.
Il n'y a pas de bons ni de méchants seulement des soldats que la politique a jeté les uns contre les autres et qui essaient de survivre dans l'enfer.
Peut-on créer des machines à tuer et les renvoyer dans la vie civile comme si de rien n'était, cette question auquel aucun pays n'a pu répondre est pourtant centrale. HANSON se débat dans ses contrariétés, pris entre ses désirs de mort et ses bouffées d'humanité
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mai 2015
J'ai eu du mal à rentrer dans ce livre, mais je suis content d'avoir persévéré. Le début peut donc paraître laborieux. Pourtant pas fan des livres, j'ai pris énormément de plaisir dans cette lecture. Personnages complexes et attachants, ambiance très bien rendue, certains passages sont à couper le souffle. Un livre à la fois cérébral et qui prend aux tripes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,30 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)