undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles36
4,5 sur 5 étoiles
Format: PocheModifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Sur la foi en la création, en l'art, sur la foi en l'amour et en l'amitié - tout simplement sur l'amitié entre une jeune femme et un jeune homme qui découvre son homosexualité -, Patti Smith offre avec "Just Kids" - autobiographie qu'elle consacre à ses années de jeunesse à New York, à sa rencontre et à ses affinités électives avec Robert Mapplethorpe - un des plus beaux livres contemporains qui soient. A mes yeux, un livre absolument merveilleux et extraordinaire. Confondant de simplicité, de naturel et de poésie. L'édition de poche en Folio a gardé au fil des pages les portraits photographiques des deux artistes en devenir, ce qui donne au texte un incomparable supplément d'émotion et de profondeur. "Just Kids" m'a infiniment touché, au point qu'il m'a fallu ralentir la lecture pour la prolonger sur davantage de journées...
Sur un ton uni, le texte tremble d'une vibration sentimentale monocorde, apaisée. Le quotidien des années de formation et de galère est très concrètement dépeint, les sentiments sont évoqués de manière concise, sans digression ni échappée méditative trop appuyées. Pour donner un bel exemple de l'écriture de Patti Smith, cette unique phrase par laquelle elle présente son ultime amour: "De celui qui allait devenir mon époux, je dirai simplement ceci: c'était un roi parmi les hommes, et les hommes le reconnaissaient". Disséminées tout au long, des phrases fulgurent, d'une beauté analogue, sur Robert Mapplethorpe, sur le lien unissant les deux enfants du siècle sous le ciel de New York.
A la lecture de "Just Kids", le public français en particulier ne peut qu'être touché en découvrant l'influence que les poètes et les écrivains de ce côté-ci de l'Atlantique ont exercée sur la génération de la culture underground américaine. Patti Smith cite, entre autres, Baudelaire, Rimbaud, Genet, comme des phares ayant guidé son inspiration. De façon plus souterraine, le livre présente un caractère balzacien assez fascinant, sous la forme d'un documentaire précis sur la manière de réussir dans un milieu. Par son ambition, il y a quelque chose d'Eugène de Rastignac dans l'ami-amant en quête de notoriété: Robert Mapplethorpe a conscience que le talent pur ne suffit pas, et qu'il est nécessaire pour percer de fréquenter les bons endroits et de rencontrer les bonnes personnes. On lit ce livre qui s'apparente à un roman d'apprentissage comme on suivrait la course de deux étoiles bleues, promises à un bel avenir lorsqu'elles seront parvenues, de constellation en constellation, au ciel qui favorisera leur destinée de manière définitive. De ce point de vue, "Just Kids" est également un passionnant précis de sociologie de l'art: comme dans quelque milieu que ce soit, des codes précis, fondés sur l'apparence (une coiffure originale et vous voilà bien plus avancée qu'après l'écriture d'une centaine de poèmes!), des lieux incontournables, et un pape inaccessible révéré à l'égal d'une divinité: Andy Warhol. Cela en devient presque drôle lorsque Patti Smith montre que dans un club branché la progression sociale se joue en passant d'une table à l'autre... Des usages avec lesquels elle ne semble pas toujours très à l'aise, ce qui la rend d'autant plus attachante...
La vraie vie est ailleurs: la lecture est si précieuse, si souvent émouvante, par la confiance inaltérable de Patti Smith en la créativité. L'art est un ravissement de l'homme vers le divin, la création le principe fondateur de l'existence. Inspirant. Stimulant. Un livre stellaire.
0Commentaire25 sur 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
ce récit autobiographique de Patti Smith s'intéresse tout particulièrement à la rencontre presque immédiatement fusionnelle puis à leur vie symbiotique qui a existé entre Rober Mapplethorpe et elle, rencontre de hasard à New York alors qu'ils crevaient la faim, luttaient pour survivre et se sentaient intimement destinés à être reconnus comme des artistes de génie -surtout Mapplethorpe ambitieux à souhait- qui devinrent amants et même lorsque Robert a enfin reconnu son homosexualité restèrent très proches de même quand la gloire a posé son auréole au-dessus du photographe scandaleux -le premier à expérimenter le sado-masochisme en art- ... bref la plus grande partie de ce livre se concentre à leur vie de survie en liberté à la toute fin des années 60 et à l'orée des années 70 où Patti travaille pour rapporter quelques dollars afin que Robert se consacre pleinement à son art -peintures, collages, installations puis enfin photographies- leur passage dans le mythique hôtel Chelsea non loin de la Factory de Warhol -que Robert admire par-dessus tout- dans ses années-là ils croisent William Burrough, Janis Joplin, Jim Morrison, Jimi Hendrix etc ... puis les morts s'accumuleront autour d'eux au moment où la reconnaissance et la richesse les auront atteints... puis le sida emportera Robert Mapplethorpe en 1989 ; ce récit de l'égérie amoureuse et soeur d'un des tout grand artiste du XXe siècle est très pudique, honnête et enthousiasmant et il nous restitue aussi cette époque avec ses effluves libertaires vécues, sans oublier bien entendu que c'est avant tout une autobiographie de sa propre évolution artistique -écritures, dessins, chansons, théâtre et chants- Mais ce que je retiendrai de cet ouvrage c'est l'hommage à l'homme Mappelthorpe qui est restitué dans toute son ambivalence, elle-même a été dépassée par son côté obscure mais elle lui est restée à jamais fidèle comme à une sorte de frère jumeau spirituel. J'ai aimé. Sous l'égide de Rimbaud et Genêt -deux artistes d'exception qui ont nimbé Patti depuis toujours-. Et quelques photographies scandent le texte.
0Commentaire22 sur 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2011
Je n'avais pas lu un livre qui m'avait autant bouleversée depuis longtemps. "Just Kids" est le récit -parfois assez dur- de l'adolescence puis de la jeunesse de la poétesse et chanteuse Patti Smith. Sa jeunesse commence dans la peine, elle est enceinte (dans les années 60) et doit accoucher dans le mépris d'un enfant qu'elle abandonnera. Mais Patti est déterminée et ne semble avoir peur de rien. Elle quitte sa famille pour rejoindre New York où elle va connaître la rue, la faim, les nuits dehors... mais aussi la rencontre avec un autre extraordinaire "kid", Robert Mattlethorpe. Ils sont jeunes, ils sont beaux (surtout lui) et ils ont une faim et une soif d'art (de tous les arts) étonnante. Quels artistes deviendront-ils ? Au milieu d'un bric-à-brac invraisemblable (mi religieux mi hippy) fait de récupérations, de bijoux, de papiers, de feuilles à dessins..., ils n'arrêtent pas de créer. Ils se soutiennent l'un l'autre. Quand l'un est faible (sous drogue par exemple) l'autre sera fort. Ils ne se quittent pas et commencent à connaître les Grands des années 60 : Janis Joplin, Sam Sheppard, les peintres de cette époque... Ils ont une foi en l'avenir, ils ont un look... (les photos de ce livre sont admirables). Ce livre des souvenirs de "la Jeunesse" laisse la marque de l'Amour, de l'amitié indéfectible, de l'Art (du fait que l'art élève absolument). Robert devient homosexuel et photographe, Patti poète et chanteuse de Rock, mais ils ne se quitteront jamais. Quand Robert mourra (du sida vingt ans plus tard), Patti réalise la promesse qu'elle lui a faite d'écrire leur histoire, et c'est une élégie. "Sex, drugs and rock'n roll" certes, mais aussi cette croyance absolue que lorsqu'on veut être un artiste, on y parvient. J'ai été fascinée, émue jusqu'à l'âme, par cette histoire éternelle.
0Commentaire11 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2011
Enfin une véritable bio Rock ou on ne retrouve pas toutes les 3 lignes des Fu** et des Sh** .
Patti Smith nous dresse un véritable portrait de la vie artistique sur la côte est, l'histoire des rencontres fortuites ou provoquées qui déterminent un destin sont un régal en soi, tout est formidablement bien écrit, dans la lignée de Please Kill Me, aussi indispensable, si on aime le rock, les années 70 et le vent de liberté qui va avec.
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 janvier 2011
autobiographie sans complaisance, qui nous replonge dans les années 70',écrite avec beaucoup de sensibilité et de pudeur; merveilleuse histoire d'amour entre deux êtres d'exception, qui de paumés cotoyant les plus grands, sont devenus, un peu à leur insu,eux-mêmes grands parmi les grands..
0Commentaire11 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2012
J'ai été emportée par ce récit tout en pudeur et plein de passion pour une époque où l'amour de l'art et la quête de la création pouvaient être la raison de vivre ... Patti Smith nous entraîne dans cette vie d'h'roïne des années rock and roll et nous émeut par son amour éternel pour son génial Robert !
A lire absolument
0Commentaire4 sur 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 octobre 2012
Avec un indéniable talent d'écriture, Patti Smith raconte ce qu'elle est et ce qu'ils ont été : sa vie, sa jeunesse, sa nature d'artiste et cet amour sans faille qu'elle porte pour son compagnon de vie, d'amour, d'amitié, d'art et de travail. Ensemble, ils ont accompli ce qu'ils devaient devenir. Ensemble ils sont devenus eux mêmes, simplement. Ce livre est aussi un témoignage sur ce qu'on été les années 70-80, sur la fin d'une époque et la fin d'une innocence. Car aussi paradoxal que cela soit, Patti Smith est bouleversante de liberté et d'innocence, de cette pureté que seul un amour inconditionnel arrive à donner. C'est très beau. A lire absolument.
0Commentaire3 sur 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Patti Smith (Patricia Lee Smith) est née en 1946 dans l'Illinois (Etats-Unis d'Amérique)
Mariant la poésie "Beat" avec le Rock des années 1960 et 1970, elle a été considérée comme la marraine du mouvement Punk de la fin des années 1970.
S’intéressant très vite à la poésie et à l’art, elle s’adonne durant tout le début des années 70 à la peinture, à l’écriture et aux arts de la scène.
Au cours des années suivantes, elle se consacre à la musique, associant Rock’n’roll et performance poétique.
Alors que les paroles de ses chansons font découvrir la poésie française du XIXe siècle aux jeunes américains, son style androgyne et provocateur fait d’elle une icône de la scène underground New-Yorkaise.
En 2005, Patti Smith reçoit des mains du ministre français de la Culture la médaille de commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres
En 2008, la Fondation Cartier pour l'art contemporain accueille à Paris une vaste exposition de ses œuvres, intitulée "Land 250", comprenant des pièces réalisées entre 1967 et 2007.
En 2010, elle publie "Just Kids", récit de son amitié avec Robert Mapplethorpe, couronné par le National Book Award.

"Just Kids" est l'évocation fascinante d'une époque révolue.
Sans angélisme, Patti Smith retrace les turpitudes d'une relation totale, dans sa beauté comme dans ses douleurs. Celle de deux enfants aux rêves chevillés au corps, coupables de croire l'Art plus fort encore que la mort.
Robert Mapplethorpe, compagnon puis ami proche de la chanteuse, mort du sida en 1989, est au coeur de "Just Kids".
Ce "berger hippie" ne la quittera plus. Ensemble, ils connaîtront l'émulation artistique, puis les doutes et les tensions, alimentés par l'homosexualité naissante du futur photographe. En creux, elle raconte aussi l'ébullition du New York bohème, les soirées du Chelsea Hotel et de la Factory, le voisinage d'Andy Warhol, de Janis Joplin ou d'Allen Ginsberg.

C'est lors d'une émission de "La Grande Librairie" (France 5) que j'ai pu découvrir les talents littéraires de Patti Smith.
J'avais une image un peu floue de l'artiste et n'imaginais pas une seconde ses multiples qualités artistiques.
Cet ouvrage est beaucoup plus qu'une biographie, c'est une déclaration d'Amour fusionnel entre 2 êtres.

"J’ai écrit ce livre pour Robert, et lui qui était hyper visuel ne lisait pas. J’ai donc voulu écrire un livre qu’un non-lecteur puisse lire, mais qu’un amoureux de la littérature puisse apprécier aussi. J’ai essayé de faire un film à travers les mots."

Un très Grand moment de lecture !
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La relation de Patti Smith avec Robert Mapplethorpe, le véritable sujet du livre, est très finement décrite, analysée et racontée. On apprend avec stupeur les débuts très difficiles de Patti et de Robert à New-York (des problèmes d'argent inouïs, ou de logement !) mais aussi de tous ces artistes plus ou moins amateurs, plus ou moins marginaux, plus ou moins "allumés".
Quel plaisir de se plonger au tournant des années 70 et de croiser J. Hendrix, J. Joplin, A. Warhol, A. Ginsberg, S. Shepard, A. Lanier, T. Verlaine (et Paul ...) et d'autres moins connus, au moins de moi, et d'autres encore plus fugacement.
La traduction me parait excellente, et la traductrice a eu la très bonne idée de garder le terme anglais quand il était intraduisible. Mais quelques notes explicatives auraient parfois été les bienvenues.
Les nombreux noms de ses nombreux amis et connaissances à New-York pendant la période "Chelsea Hotel" perturbe un peu la lecture. J'ai oublié parfois qui était qui, mais réellement ce n'est pas très gênant puisque les plus importants sont aussi les plus connus. C'est le seul bémol que je pourrait mettre à ce très bon livre.
Si vous aimez le rock, les années 60 et 70, l'art moderne, New-York, si vous avez aimé « Life » (K. Richards), alors vous aimerez ce récit. Je vous le recommande. Très facile à lire, 375 pages avec des photos.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cette chronique ne sera pas classée dans la rubrique « disques » mais dans celle des « livres » car contrairement à ce que vous auriez pu penser, il ne s'agit pas d'un nouvel album de Patti Smith mais d'un bouquin. Non pas une autobiographie, mais plutôt le roman de sa vie.
Une vie qui débute le 30 décembre 1946 à Chicago (Etats-Unis) où naît Patricia Lee Smith, d'un père ancien danseur de claquettes et employé de bureau dans une usine, alors sa mère qui a abandonné une carrière de chanteuse de jazz pour élever ses quatre enfants, est serveuse dans un restaurant. À l'adolescence elle se détache de son éducation très religieuse que sa mère, une Témoin de Jéhovah, lui a donnée même si elle en conservera toujours une marque profonde qui ressort parfois au détour de son œuvre, et très tôt se passionne pour les arts, que ce soit la poésie, l'écriture ou le dessin.
Le livre retrace son parcours qui ne peut être dissocié de son mentor Robert Mapplethorpe, amant, meilleur ami et toujours guide artistique, l'homme de sa vie. Car c'est bien lui ' Robert - le sujet principal du bouquin, puis Robert et Patti et finalement Patti après son décès tragique.
Le bouquin peut être lu de différentes manières. Une histoire du rock dans les années soixante-dix, avec ses hauts lieux à New York comme le CBGB et le Max's Kansas City, ses rencontres avec les plus grands musiciens tels Jimi Hendrix, Janis Joplin, Johnny Winter, puis plus tard quand elle se lancera elle-même dans la musique avec la constitution de son groupe et l'enregistrement de son premier single et album. Ou bien encore, sa vie de bohême dans la ville qui ne dort jamais, de St Mark' place au mythique Chelsea Hotel, de Coney Island à Times Square, nous la suivons les yeux grands ouverts, ébahis de revivre avec un tel guide notre jeunesse enfuie.
Mais il y a aussi les traces de son amour de la littérature et de la poésie et ses propres travaux d'écriture. Ses jobs dans des librairies, les bouquins chinés chez des revendeurs où elle déniche des éditions dédicacées qu'elle peut fourguer pour quelques dollars qui paieront le loyer du loft. Le voyage pèlerinage à Charleville-Mézières pour l'amour de Rimbaud, ses rencontres avec William Burroughs, Grégory Corso, Alan Ginsberg et d'autres.
Tout se mêle et s'emmêle, mais tout s'articule autour de sa rencontre avec Robert Mapplethorpe qui partagera sa vie de longues années et de sa trajectoire artistique à lui. Tous deux pauvres d'argent mais riches d'amour et de foi dans leur destin qui sera artistique ou ne sera pas. Lui deviendra le grand photographe de renommée internationale foudroyé par le Sida, elle l'artiste chanteuse/compositeur/écrivain et militante que tout le monde connaît. Deux biographies dans un seul livre, rien que cela est une affaire.
Le bouquin est magnifique, bien écrit et riche en détails secondaires dépassant une mémoire normale pour atteindre le niveau enviable d'œuvre littéraire sans pour autant trahir la réalité, mais ce qui émeut profondément c'est la fidélité et l'amour qui liaient ces deux artistes, ce qui transpire de chacune des pages de cet ouvrage. Dois-je ajouter que j'en conseille chaudement la lecture avec Horses le premier CD de Patti Smith en bande son.

« J'avais vingt ans quand je suis montée dans le bus. Je portais ma salopette, un col roulé noir, et le vieil imper gris que j'avais acheté à Camden. Ma petite valise écossaise rouge et jaune contenait quelques crayons de couleur, un carnet, les Illuminations, quelques fringues, et des photos de mon frère et de mes sœurs. J'étais superstitieuse. Nous étions un lundi ; j'étais née un lundi. C'était un bon jour pour arriver à New York City. Personne ne m'attendait. Tout m'attendait. »
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,48 €
18,99 €