undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

34
4,6 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

21 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce livre du même auteur que "le soldat Paeceful " est une perle. L'auteur parvient à écrire de façon à intéresser des jeunes, voire des enfants mais aussi des adultes. Chacun peut y trouver son niveau de lecture. Quant à l'histoire- un cheval qui découvre la guerre et la folie meurtrière des hommes- c'est magnifiquement écrit, bouleversant, bourré de sentiments vrais. Un seul mot splendide. Il n'est pas étonnant que cet auteur soit un habitué des prix littéraires en Angleterre et ailleurs.
1/02/2012. Un film tiré de ce roman est actuellement en salle au cinéma. Avis d'un ami: le film est réussi.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 octobre 2006
Un livre très dur, mais indispensable à notre mémoire (les guerres ne font pas que des dégâts humains...). La première guerre mondiale vu par un cheval. Une histoire sans mièvrerie mais écrite avec beaucoup de sensibilité (même si la fin relèvent un peu du "tout-est-bien-qui...". Mais bon, c'est un livre pour la jeunesse ne l'oublions pas). Pour s'instruire sans s'abêtir! Un indispensable dans la bibliothèque des jeunes lecteurs (Mais que cela n'empêche pas les adultes de l'emprunter...).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 août 2002
Personnellement, j'ai beaucoup aimé cette oeuvre, et j'admire l'auteur et sa façon d'avoir traité ce récit.C'est une histoire en pertie vrai alors c'est deux fois plus émouvant. En plus, ça parle vraiment de cheval vu que c'est l'animal lui même qui compte son histoire et qui est le héros. Moi, j'ai appécié: -la vraisemblance de l'histoire,car l'antropomorphisme n'est pas relaté dans la façon de penser ou d'agir du cheval.-la manière qu'a eu l'auteur d'insister sur l'importance des chevaux et de leur implication dans cettte guerre, en rappelant qu'eux aussi ils vivent, qu'eux aussi ils souffrent, qu' eux aussi ils ont une âme.-l'originalité de la narration,car puisque c'est un peu comme l'autobiographie d'un cheval de guerre, les manieres d'agir, la façon de penser sont tres différentes de nous.- la franchise que l'auteur n'hésite pas à explioiter ds les descriptions des batailles, des paysages...- les réflexions plus ou moins philosophiques que l'auteur à dites a travers les répliques des personnages, qui parlait du Cheval, de la guerre, de l'immense Bêtise des homme,de leur culpabilité. Je pense qu'a travers son oeuvre il veut ns faire passer un message, un message qui nous dit que la guerre ne sert à rien, ne mène à rien, si ce n'est qu'a dévaster et a tuer, et que l'amitié vraie dure toujours, et ça, rien ni pesronne, pas même la guerre, ne peut y changer quelquechose.
Bonne lecture !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après avoir lu et adoré Le royaume de Kensuke, j'ai sans le vouloir découvert un autre livre du mêm eauteur : Cheval de guerre. Eh bien si tous ses livres sont aussi bien, je ne m'arrêterai pas en si bon chemin ! le registre n'est pas le même : on ne mise plus sur la beauté mais sur la simplicité. Et la simplicité n'est pas dans le texte, malgré qu'il ne soit effectivement pas très recherché 'mais quand même soigné et nettement au-dessus du niveau littéraire moyen des productions pour la jeunesse-, mais bien dans la vision qu'a Joey de la seconde guerre mondiale.
En effet, en tant que cheval, Joey ne voit pas dans la guerre d'intrigues politiques, de victoires ou de défaites, il ne voit ni héros ni martyres. Il ne comprend rien aux raisons qui amènent les combats 'ce qui est d'ailleurs également le cas des soldats des tranchées, au bout d'un certain temps. Il ne fait même pas vraiment de distinction entre un camp ou l'autre, puisque dans les deux cas il peut être traité avec gentillesse ou sévérité. Ses yeux, en fait, ne distinguent que des humains tous semblables les uns aux autres, emportés dans la même fatalité fratricide. Justement à cause de son regard détaché et neutre, quelque part cette version de la guerre m'a paru encore plus tragique que les autres !
Bien sûr, avec le cheval qui raconte son histoire à la première personne, il est difficile de ne pas penser à Black Beauty. Il y a quelques éléments qui ressemblent : le dévouement à un unique maître, l'amitié liée avec un autre cheval en particulier, le fait de passer d'un propriétaire à l'autre (cependant, en l'occurrence, il s'agit plus du destin et des aléas de la guerre que d'indifférence de leur part). Mais la thématique est clairement différente, puisque cet ouvrage-ci ne dénonce pas la cruauté des hommes mais souligne au contraire leur bonté et leur ressemblance. Il s'agit non seulement d'un roman sur un cheval, mais aussi et surtout d'un roman à part entière sur la guerre !
En tout cas, le mixage est réussi, j'ai dévoré ce livre en un rien de temps !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 février 2012
Une histoire vraie, qui vient justement de sortir au cinéma.
Les jeunes (10 - 13 ans) vont l'adorer.
Je la leur recommande particulièrement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 juin 2012
J'ai vu le film avant de découvrir l'oeuvre. Pas de déception, belle plume, histoire captivante, émouvante, forte. Tous les ingrédients sont réunis pour en faire de ce livre une oeuvre complète à dévorer sans modération!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Il s'agit bien ici du livre photographié et non de celui de "Folio", ou de la version "Cheval de guerre au cinéma". Attention sur ce site tout est confondu !

Ce qui pourrait nous surprendre quand nous recevons cet ouvrage, la beauté de la première de couverture, bien sûr, mais aussi ces deux mots "Gallimard Jeunesse" auxquels j'aurais préféré Tous Publics, vous l’aurez donc compris de 7 à 117 ans...

Ce roman a une particularité qui ne nous est pas habituelle puisque le narrateur de cette belle histoire est un cheval, mais pas n'importe lequel !

Ce cheval porte un nom. Il s'appelle: Joey.

Nous sommes en 1914;

Dés le début de la lecture, il relate sa séparation avec sa mère lors d'une vente aux enchères. En entendant sa mère, qui au loin répond à ses appels lorsque les hommes veulent le sangler, Joey se fait prendre au piège par les cordes de son nouveau propriétaire qui l'a jeté à terre.
Attaché par un court licol derrière une carriole, notre cheval arrive à la ferme "la figure à vif". à cause de la corde trop serrée.
Dans l'écurie il rencontre Zoey,la vieille jument qui tirait la carriole sans que Joey ne la visse. Une vieille jument au regard sympathique dont son nom, ah, pardon, Joey veut prendre la parole : "Oui, c'est de cette gentille jument que je tiens mon nom" bon, continuons. Zoey calme sa nervosité et sa panique avec sa tendresse qui lui est sienne.

Un petit garçon, Albert, suivi de sa mère arrive, le petit lui adresse un grand sourire et annonce à sa maman qu'il voudra le monter et que ce cheval sera le plus beau du Comté avec son étoile blanche et ses quatre chaussettes de la même blancheur. Albert rêve déjà de chevauchées,la maman calme son fils car son père est encore saoul et n'est jamais commode dans ces circonstances.
Pourtant il devrait être commode le père ! Car c'est un veau qu'il devait acheter, mais par fierté avinée, il surenchérissat pour ennuyer un riche fermier et l'énerver un tantinet afin d'acquérir Joey dont vous l'avez compris, il n'avait nul besoin puisque ce beau cheval n'était vraiment pas prédisposé à des travaux de ferme.

"Quant Albert me toucha,je fis un bond en arrière mais j'ai tout de suite vu qu'il ne me voulait pas de mal." Il me soigna la figure avec de l'eau salée (là où le licol m'avait trop frotté) m'apporta du foin nouveau et un plein seau d'eau fraîche. Alors je sus que j'aurai un ami pour la vie et nous grandîmes ensemble.

Quand Albert se voit confier les cloches de l'église, la construction des phrases est surprenante grâce à ce cheval narrateur :" Il était fier, mon Albert, de ses prouesses de sonneur !"

Notre Joey sera mis au défi durant tout le roman : tirer un soc de charrue bien droit, son départ de la ferme pour d'autres corvées, rencontrer de nouvelles amitiés, à nouveau rompre avec elles, se faire "acheter par l'armée anglaise, s'y faire des amis, les perdre, cheval d'ambulance, racheté par les allemands avec toujours de nouveaux amis.
Joey est magique, partout là où il passe c'est de l'amour qu'il porte avec lui, de petites filles en guerriers armés jusqu'aux dents, les ennemis se font rares pour notre cheval plus souvent humain qu'un humain.

Le son des canons le feront frémir, les pertes d'amis, les corvées de toutes sortes et s'il a peur, il la combat cette peur et en sort toujours vainqueur, c'est un cheval extraordinaire, il va vous emporter sur son dos au travers de maintes contrées agréables ou dangereuses.
Des histoires il y en a plein dans son épopée, son sac de selle est rempli de larmes mais sous ses oreilles toujours pointées vers le ciel, une tête toujours débordante de sentiments et souvent bien différents. Amour et amitiés, rancoeurs, joies et tristesses, tout passera sur Joey, le cheval bai.
Il sera obligé de se battre, il sera vainqueur, perdant mais... pas souvent ou bien il a tôt fait de l'oublier, ses cavaliers seront ses amis à maintes reprises mais beaucoup moins souvent ses ennemis.

Lire ce livre, c'est lire une grandeur d'âme humaine dans la tête d'un "quatre-sabots", une leçon qu'un équidé nous donne sans rien demander en échange, tout est gratuit avec Joey, enfin une histoire dont on se souvient, qui nous rend plus humaniste et si d'aucun ne l'est il le deviendra.

Il va nous apprendre une chose extraordinaire : pour un cheval il n'y a ni frontières ni peuples différents, il comprend toutes les langues de par leurs simples intonations.

Parent, je m'adresse à toi, quand tu auras terminé ta lecture, prête ce livre à tes enfants cela les aidera à grandir. De plus au milieu de ce merveilleux ouvrage, un cahier de huit photographies superbes tirées du film éponyme qui nous racontent à elles seules d'autres aventures du monde chevalin.

Bonne lecture.
Christian.
1212 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 27 août 2012
emouvant mais n'enpechant pas au recitd'etre magnifique. l'ecrivain a du fair enorméments d'efforts pour penser a la place du cheval .il explique les sentiments du cheval .c'est l'un des rares livres qui m'a fait pleurer surtout le moment ou topthorn est mort. le bouqin montre une autre vision de la guerre d'autres parlants de la souffrance des hommes mais ce livre parle de la souffrance de la brave bête .la facon dont le l livre est ecrit on dirait un poeme .ce livre est mon prefere

je vous conseil de le lire vous n'y perder rien!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
« Ces deux chevaux ont traversé une fournaise infernale pour arriver ici. Ce sont les deux seuls. Ce n'est pas leur faute si on leur avait donné une mission imbécile. Ce ne sont pas des chevaux de cirque, ce sont des héros. Vous comprenez ? Des héros ! » reconnaît un officier allemand devant ces deux chevaux anglais. Et en effet, le héros de ce roman historique est bien Joey, un magnifique cheval bai, qui raconte, à la première personne, l'enfer de la Première Guerre mondiale. Lancé dans la bataille, prisonnier, cheval d'ambulance, gravement blessé et atteint du tétanos, guéri et de nouveau attelé à un fourgon, il passe d'un camp à l'autre selon les fortunes de guerre.
S'il resta une parcelle d'humanité dans ce terrible conflit, sans doute faut-il la trouver dans cet amour partagé des cavaliers pour les chevaux - les leurs comme ceux de ces ennemis qui leur ressemblaient tant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 25 avril 2014
Le ton parait simple, mais ce récit à la première personne nous met au coeur de la grande Histoire. A la ferme comme dans l'enfer des tranchées les hommes s'octroient des moments d'amitié et de profonde humanité.
Ce livre est à mettre dans toutes les mains, je suis passée à côté lorsque mes enfants étaient petits, mais maintenant j'ai hâte d'être grand-mère pour partager une lecture qui nous rattache aux valeurs de la terre et à la richesse de la passion humaine.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le royaume de Kensuké
Le royaume de Kensuké de Michael Morpurgo (Broché - 15 mars 2007)
EUR 8,20

L'Étonnante Histoire d'Adolphus Tips
L'Étonnante Histoire d'Adolphus Tips de Michael Morpurgo (Broché - 9 avril 2009)
EUR 7,20

Le Secret de grand-père
Le Secret de grand-père de Michael Morpurgo (Poche - 18 septembre 2002)
EUR 6,10