undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

2
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Perturbation
Format: PocheModifier
Prix:9,50 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'écrivain autrichien Thomas Bernhard a trente-sept ans lorsqu’il publie Perturbation (Verstörung), roman qui s’ouvre avec une citation de Pascal, et se développe sur un registre que l'on pourrait situer quelque part entre Kierkegaard (prolixité mélancolique) et Guyotat (mais sans sexe).

Un fils de médecin se souvient de sa jeunesse — sa mère morte prématurément, sa sœur suicidaire —, et se remémore une journée particulière, à l’apogée de l’automne, où son père l’avait emmené en tournée, « pour son enseignement ».

La population visitée s’avère « complètement rongée par la maladie, portée à la violence et à la déraison », la perturbation des corps n’ayant d’égal que le dérèglement des esprits. L'instituteur pédophile est à l’agonie ; un jeune enfant paraît condamné ; l'aubergiste vient d’être assassinée.

Une femme en fin de vie fait le bilan : son frère, qui a commis un crime, s’est pendu ; son fils souffre d’arriération ; son mari, gagné par la « déprimation », s’est tué en montagne.

Le jardin même semble perturbé (verstört) :

« Le jardin présentait des signes de désordre suspects témoignant de la présence de gens dont le rythme a été troublé, il y avait quelque chose de fiévreux, de malade dans le calme de ce jardin. »

L’exploration du pays malade se poursuit avec la rencontre d’un écrivain dérangé, qui vit comme mari et femme avec sa demi-sœur, et la visite d’un infirme, un ancien musicien que l'on enferme la nuit dans une cage grillagée.

Une fois par semaine, le père passe prodiguer ses soins au propriétaire d’un moulin (6 pages d’anthologie), avant de monter au château (bloc de 127 pages, sans paragraphes, d’un intérêt exceptionnel).

Un prince dément vit reclus dans la vieille demeure. Son père s’est suicidé, et son fils, qui étudie à Londres, et lit des auteurs marxistes, vouerait volontiers à l’anéantissement l’héritage paternel, ce domaine agricole et forestier de plusieurs milliers d’hectares qui entoure le château.

Professant un bon usage des maladies (« le plus court chemin de l’homme pour arriver à soi »), le prince assure ne trouver sa consolation que dans la désolation (« Du dégoût de vivre du père dérivait le dégoût de vivre du fils. »).

Ce n’est certes pas une littérature de divertissement que propose ici Th. Bernhard. Par sa tonalité comme par son écriture, cette œuvre magistrale, où s’emboîtent les récits dans le récit, « perturbe » à souhait le lecteur, et ne manque pas de durablement le fasciner.

PS : surprenants problèmes de correction pages 88, 103 et 126
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Dernier texte des années 60, Pertubation est une rare réussite. Le narrateur suit son père médecin de campagne dans sa tournée, visitant différentes pathologies jusqu'à rencontrer - sur un long monologue d'une centaine de pages - un vieux noble décrépit vivant au milieu de son domaine isolé dans la Haute-Autriche. Progression subtile et inattendue des scènes, comme une revue de la dégénérescence d'une population. Le point de vue distant et sans commentaires du narrateur participe au sentiment d'étrangeté du texte.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Extinction: Un effondrement
Extinction: Un effondrement de Thomas Bernhard (Poche - 15 mai 2009)
EUR 11,90

Maîtres anciens: Comédie
Maîtres anciens: Comédie de Thomas Bernhard (Poche - 13 juin 1991)

Le Naufragé
Le Naufragé de Thomas Bernhard (Poche - 11 février 1993)
EUR 7,00