Commentaires en ligne


11 évaluations
5 étoiles:
 (8)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


75 internautes sur 78 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Densité flamboyante de l'amour
Incroyable. Ce roman fleuve de 1300 pages se lirait presque d'une traite s'il ne fallait pas faire quelques pauses ! C'est un roman d'amour, un amour flamboyant, un des plus beaux romans qu'il m'ait été donné de lire. La langue de Rebatet est riche mais les phrases sont simples, incisives, percutantes. Nous passons de l'érotisme brûlant aux...
Publié le 13 juin 2006 par Veilleur

versus
17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre mais
Ce livre est un chef d’œuvre. Il est d'une richesse inouïe, Rebatet est à mon sens un génie. Il y traite avec finesse de thèmes comme le diable, la foi, le rôle de l'écrivain (Michel).
En revanche, les éditions Gallimard sont décidément minables. Après les cinquante ans de la première...
Publié le 7 octobre 2012 par Neltus


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

75 internautes sur 78 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Densité flamboyante de l'amour, 13 juin 2006
Par 
Veilleur - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Incroyable. Ce roman fleuve de 1300 pages se lirait presque d'une traite s'il ne fallait pas faire quelques pauses ! C'est un roman d'amour, un amour flamboyant, un des plus beaux romans qu'il m'ait été donné de lire. La langue de Rebatet est riche mais les phrases sont simples, incisives, percutantes. Nous passons de l'érotisme brûlant aux sphères morales les plus hautes. Où est le pamphlétaire honni des Décombres dans ce magnifique roman ? Un roman qui devrait être un classique de la littérature depuis longtemps si son auteur n'avait pas été jeté dans la liste des écrivains infréquentables. A lire absolument pour la beauté de l'histoire qui prend aux tripes et laisse les yeux enluminés, et également pour la beauté de la langue française écrite par Rebatet.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


32 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Bien sur !, 8 mai 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Il n'as pas "été" jeté, il s'est jeté lui-même dans le pire d'une époque.
Mais oui ce roman est un grand roman, donc a la fin des fin d'un grand auteur.Georges Steiner avait éprouvé le besoin d'aller visiter Rebatet a Fresnes subjugué lui aussi comme tant d'autres, comme nous jusqu'a lui, mais
il n'as pas perçé le secret, ce livre cathédrale reste un témoignage magnifique, une littérature qui ne pourrait se faire aujhourd'hui.
La bourgeoisie Lyonnaise y est peinte telle une sanguine executée par un maître d'autrfois.
Pour celà il faut lire ce grand livre, le conseiller, quitte a glisser une apostille, sur l'auteur, tomber amoureux mais les yeux grands ouverts sur l'humaine nature.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Amor fati. Fato fidelitas., 15 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Je lis que Rebatet est injustement 'diabolisé par l'idéologie dominante', comme Céline et tant d'autres. Œillères réactionnaires étrangères à la critique littéraire. D'une part, ce n'est pas parce qu'une idéologie dominante (qu'on se gardera bien de déterminer précisément) énonce une opinion qu'il faut en prendre le contrepied systématique - de l'esprit critique nom de Dieu. D'autre part, pourquoi Les Deux Etendards serait-il 'injustement' diabolisé ? Mais Rebatet est le Diable ! Pas un auteur conventionnel biberonné aux poncifs les plus rebattus de son temps. Rebatet est sulfureux, provocant, fasciste, individualiste radical, diabolique - et vous voudriez le lui ôter ?

C'est ce qui fait l'unicité de cet ouvrage. L'âpreté à chaque phrase d'un auteur qui porte sa plume comme un fusil. C'est la Volonté de Puissance sans le Dernier Homme, c'est Nietzsche nietzschéen collé sur le champ de bataille. Michel Croz est à l'image de l'écriture de Rebatet, orgueilleux, bourré d'énergie vitale, insatiable, à fleur de peau. Pour Michel comme pour Rebatet, le corps est une prison trop étroite pour que l'esprit ne l'éclate pas à chaque phrase. Des éruptions, partout, tout le temps. Quelques citations en exemple :

"l'unique problème à envisager était donc plus que jamais celui du "second métier libérateur", le moins métier et le plus libre qui se pût, le premier métier étant décidément la poursuite de soi-même, l'auscultation et l'essai anxieux de son talent, le culte des grands modèles, bref ce que les familles irritées appellent balivernes, gamineries, lubies, fainéantise et les biographes, parfois, rarement, beaucoup plus tard, l'impératif d'une vocation littéraire."

"Il était magnifique d'agir pour Anne-Marie, de voler pour elle; mais se paralyser pour elle, cela était si décourageant ! Il faudrait donc aimer même les échecs volontaires qu'Anne-Marie exigeait. Anne-Marie ou le destin. Amor fati. Fato fidelitas. Que de grands mots pour ces minuscules convulsions ! Quelle parodie !

Pas de mou : en 1300 pages, Rebatet est contraint ligoté. 1300 pages, c'est encore trop court. Il faut tailler dans le lard, raboter, rafistoler. Alors l'auteur lapide, descriptions de paysages, intrigues annexes, personnages périphériques. Anne-Marie apparaît, et le roman se met à fonctionner en spirale : il écrème, écrème, les personnages, les thèmes, les pensées. Ne reste plus que l'obsession. Un livre monstrueux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des plus grands romans du XXème siècle, 18 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Les commentaires sont dans l'ensemble excellents et je ne souhaite ni les paraphraser, ni essayer de dire avec mes propres mots à peu près la même chose. Je redirai simplement qu'il s'agit d'une œuvre d'une puissance rare où la culture, l'intelligence, la force de l'analyse, le disputent à une sensibilité exacerbée.
Je souhaiterais seulement préciser que si Michel est de toute évidence Lucien Rebatet, Régis, c'est le futur père François Varillon, qui est intervenu, d'ailleurs, pour demander la grâce de son ex-ami condamné à mort, au président de la République, et qui a évoqué, dans ce qui est publié sous le titre "journal d'une passion" (éditions du centurion 1994) et qui est son journal intime écrit, à 19 ans, de mars 1924 à avril 1925, l'amour immense qu'il a éprouvé pour celle que Rebatet appelle Anne-Marie dans son roman, mais dont le prénom est en réalité Simone. Il y raconte aussi une chaste nuit transfigurée auprès de son aimée. Bouilly... C'est beau, bien écrit, mais ce n'est pas Rebatet !
Simone, elle aussi s'est risquée à évoquer ces mêmes choses vécues à travers un roman,"la ville aux deux fleuves" que je n'ai malheureusement pas trouvé, publié en 1945. Ce texte, sans préjuger de son intérêt littéraire, serait cependant très intéressant en tant que troisième récit d'une histoire intense vécue à trois, chacun la racontant selon son prisme propre.
Pour la petite histoire, Simone-Anne-Marie et François Varillon-Régis, se sont revus à l'automne de leur vie, après cet intense vécu de leur prime jeunesse, et il semblerait que le rêve flamboyant de toute une vie ait été tué par la réalité !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre mais, 7 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Ce livre est un chef d’œuvre. Il est d'une richesse inouïe, Rebatet est à mon sens un génie. Il y traite avec finesse de thèmes comme le diable, la foi, le rôle de l'écrivain (Michel).
En revanche, les éditions Gallimard sont décidément minables. Après les cinquante ans de la première édition ils sont encore capable de nous vendre un livre bourré de coquilles: des "ellle", des points en milieu de phrase, des points collés à des virgules, etc. Un véritable torchon. Pour le prix auquel ils nous les vendent, je crois qu'ils pourraient au moins faire l'effort de RELIRE les livres qu'ils éditent dans la "prestigieuse collection blanche"! De plus, le texte me semble amputé de quelques paragraphes.
Le voilà, le fleuron de l'édition française: une vulgaire boutique tenue par des commerçants médiocres et illettrés. Mais est-ce une révélation? Je veux dire, quand on commence par refuser d'éditer la recherche du temps perdu, et qu'on finit par intégrer Duras à la Pléiade... Les éditions Gallimard sont aux lecteurs de bon goût ce que la marque Apple est aux connaisseurs en informatique: rien de plus qu'une occasion de plaisanter.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Un chef d'oeuvre qui marque profondément, 3 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
J'apporte très humblement ma pierre à l'édifice, bien qu'abondant dans le sens de la plupart des commentaires, bien mieux écrits que le mien.
Lucien Rebatet a commencé sa carrière littéraire en écrivant un des plus grands succès de l'Occupation (Les Décombres), contrairement à Céline, chez qui le roman (et notamment le Voyage, paru en 1932) a précédé le pamplet. Cet élément de chronologie a mêlé, pour toujours, le nom de ce magnifique auteur au souffre.
Cette oeuvre est absolument hors norme, à mon sens au moins pour deux raisons:
- Les trois personnages de Rebatet vivent des expériences essentiellement personnelles et psychologiques d'une force hors du commun que Rebatet nous fait vivre avec beaucoup d'intensité (l'amour, bien sûr, mais aussi le rapport à la religion)
- Le livre est marqué par plusieurs thèmes importants, notamment la théologie, la littérature ou encore la musique, avec parfois des développements techniques assez poussés que l'on suit toujours, même en profane, avec la même exaltation. Ce livre nous fait grandir.

Assez bon lecteur de romans, j'ai été absolument, et comme jamais auparavant, bouleversé par la lecture de cette oeuvre. La majorité des lecteurs passeront à côté de cette oeuvre pour plusieurs raisons:
- la longueur de l'oeuvre (qui ne se fait nullement sentir)
- le prix (mais c'est un livre à lire et à relire)
- la mauvaise réputation de l'auteur (qui n'est justifiée à aucun endroit dans ce roman, qui se passe avant la Guerre)
- le fait que ni l'auteur, ni l'oeuvre ne fasse partie de la "bibliothèque idéale" officieuse

Pourtant, il y a peu d'oeuvres comme celles-ci qui ont marqué à ce point, et durablement, la très grande majorité de ses lecteurs (Georges Steiner et François Mitterand mais aussi les nombreuses critiques sur le web). Rebatet est un écrivain incroyablement talentueux, autant par son style que par sa culture et par sa fine connaissance de la psychologie. Les lecteurs ouverts d'esprits et prêts à se fier à l'enthousiasme que suscite la lecture de ce livre y trouveront la même satisfaction que ceux qui auraient été amenés par la lecture de Céline, Drieu la Rochelle ou Brasillach.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


22 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A lire avec modération..., 25 septembre 2007
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Le titre fait référence à allégorie des "Deux étendards" décrite dans les Exercices spirituels de Saint-Ignace, la lutte du bien et du mal pour deux grands adolescents Régis et Michel autour d'une jeune fille...Anne-Marie
Ce roman fleuve, mérite d'être lu à petite dose car il ne manque pas de longueur, séduira les grands adolescent de tout age . La problématique de l'orgueil spirituel est bien posé dans ce conte plus moral qu'il n'y parait.
Les lyonnais auront plaisir de déambuler dans cette ville d'entre les deux guerres toute noir encore du mauvais charbon de Saint-Étienne.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un chef d'oeuvre absolu, 3 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Je connaissais Rebatet pour son histoire de la musique, insurpassable malgré d'autres tentatives sur cette thématique depuis par d'autres critiques musicaux. J' avais aussi lu des chroniques de cet auteur sur le cinéma qui enterrent à peu près tout ce qui est écrit sur le 7 ème (?) art. Je découvre les deux étendards. C'est absolument stupéfiant! Une telle écriture ne se retrouve que chez Balzac, Flaubert, Proust. Style, verve , sens du phrasé, construction , force des personnages n'ont pas d'équivalent dans la littérature du XX ème, sauf chez Genet, Gracq ou Céline.
Je vais naturellement lire tout ce que ce génie a écrit. Les rencontres avec un immense écrivain sont rares et je ne puis qu'inciter tout amoureux de la littérature, de la philosophie, de la poésie à lire et relire Rebatet et à l'offrir à ses amis.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 monumental !, 21 janvier 2013
Par 
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Les Deux Etendards, c'est le chef d'oeuvre d'un homme dont le nom est aujourd'hui, et depuis 45, maudit par l'idéologie dominante, Lucien Rebatet.

Rebatet, journaliste et critique à Je Suis Partout, partisan de la Collaboration avec l'Allemagne, est un écrivain qu'on peut ranger dans la même catégorie que les Brasillach, Saint-Loup ou encore Céline, la catégorie des écrivains Français les plus talentueux qui sentent le soufre pour les esprits femelles de notre époque mais qui ont eu le courage de vivre pleinement leurs positions politiques jusqu'à risquer leurs vies (Brasillach fusillé, Saint-Loup engagé au front de l'est, condamné par contumace à la peine de mort et exilé jusqu'à son retour en France où une excellente carrière d'écrivain se réalisera, Rebatet exilé, condamné à la peine de mort puis gracié, Céline exilé, emprisonné et condamné à l'indignité nationale). Leurs positions politiques ne correspondant pas à celles des vainqueurs de la Deuxième Guerre Mondiale, ils furent donc maudits, poursuivis par la haine de leurs ennemis.

Pour en revenir aux Deux Etendards, c'est rien d'autre que l'un des meilleurs romans de la littérature Française du XXe siècle. Un roman qui traite surtout d'amour mais aussi de la religion (catholique), de la volupté, de l'amitié. On se prend d'affection pour Michel Croz, le personnage principal, jeune étudiant orgueilleux, Nietzschéen, sensuel, intelligent, sensible, passionné. On est touché par sa passion enflammé et secrète pour Anne-Marie qui se croit destiné au couvent, amoureuse de son ami Régis qui lui se destine au sacerdoce, mais aussi par sa fascination pour l'amour mystique entre Anne-Marie et Régis. Beaucoup de choses arrivent à ce trio d'abord vivant sur un nuage mais ce même nuage vire petit à petit au gris puis au noir, je n'en dis pas plus.

Le livre a beau faire 1300 pages, j'assure qu'on le dévore, on ne s'ennuie absolument pas. Ce roman risque fort de bousculer les catholiques les plus intransigeants et les plus fermés car l'une de ses caractéristiques est d'être très anti-catholique.

Quel talent avait ce Rebatet. Vraiment Les Deux Etendards, roman monumental, mérite d'être mieux connu. Le chef d'oeuvre d'un homme qui n'avait pas sa plume dans sa poche si je puis dire mais qui fut, quoi qu'on dise, un génie de la plume.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un des chefs-d'oeuvre du 20ème du siècle, 5 avril 2013
Par 
Cinho512 - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les deux Étendards (Broché)
Un des plus beaux romans que j'ai jamais lu avec les romans de Céline ou de Dostoievsky !! Ne surtout pas passer à coté comme Céline de ce roman a cause du coté sulfureux de Lucien Rebatet. Il est un très grand auteur et ce roman est un chef-d’œuvre de la littérature du 20ème siècle. Ce siècle ou les meilleurs sont les plus diabolisés. A méditer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Les deux Étendards
Les deux Étendards de Lucien Rebatet (Broché - 26 septembre 1991)
EUR 49,90
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit