Commentaires en ligne 


38 évaluations
5 étoiles:
 (25)
4 étoiles:
 (11)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


49 internautes sur 50 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent témoignage
Après avoir trouvé que le livre s'apparentait à un gros pavé monotone, j'ai constaté que c'est cette monotonie et sa grande longueur qui en fait sa richesse car il permet de sentir le temps qui passe avec une multitude de petits riens qui font la richesse de la vie quotidienne.
Je recommande à tous de lire ce livre qu'il soit...
Publié le 24 août 2009 par Bertrand Mathieu

versus
1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 règlement de compte?
Le récit est simple, l’écriture limpide; ce livre se lit vite, comme un roman au style sec et essentiellement efficace.Je ne peux que le recommander. Ma note un peu sévère est liée au parti pris monolithique de l'auteur: Moulin avait raison sur toute la ligne et lui seul (avec Georges Bidaut semble-t-il). Par contre un Henri Frenay...
Publié il y a 12 mois par Roadec


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

49 internautes sur 50 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent témoignage, 24 août 2009
Par 
Bertrand Mathieu (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
Après avoir trouvé que le livre s'apparentait à un gros pavé monotone, j'ai constaté que c'est cette monotonie et sa grande longueur qui en fait sa richesse car il permet de sentir le temps qui passe avec une multitude de petits riens qui font la richesse de la vie quotidienne.
Je recommande à tous de lire ce livre qu'il soit un amateur de l'histoire de cette drole de période ou pas (Je fais partie de la deuxième catégorie). Car, il montre la vie de l'époque avec ces questionnements grands ou mesquins, la dure réalité quotidienne et l'irréalité de ce même quotidien déphasé. On s'aperçoit de la difficulté que toute personne avait pour comprendre ce qui se passait et la quasi impossibilité de prévoir comment les choses allait tourner, de savoir quel était le bon camps et pourquoi c'était le bon camps.
Un grand bravo à l'auteur pour avoir écrit ce livre, pour avoir montré ses ptopres doutes et faiblesses et pour avoir su garder la fraicheur de l'age qu'il avait à l'époque.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


33 internautes sur 34 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Héroîsme, 29 août 2009
Par 
Béroud "Marius" (Haut Beaujolais) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
Un livre exceptionnel qui nous invite au coeur du fonctionnement de la résistance d'une manière réaliste et haletante en démystifiant la combativité des français en général et en grandissant (je pense) l'héroîsme des résistants en particulier.
Ce document historique se lit comme un roman. Quelle époque...
Merci pour tout, Monsieur Cordier
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


26 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Etrange et passionnant, 24 juillet 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
Dans ce livre de 900 pages, on avance lentement; après qq temps, on constate qu'il le faut. Il raconte, en creux, une période mouvementée de notre histoire:1940-1943. L'auteur y developpe une réelle finesse intellectuelle et une belle main d'écriture. Même si on est par moment frustré (l'auteur raconte la première réunion du Conseil National de la Résistance, rue Dufour à Paris, pour ce qu'il en a vu..... c'est à dire en attendant sur le trottoir d'en face!!), c'est un livre étrange dans son atmosphère mais passionnant. En toute modestie, je le recommanderais.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le Panthéon, 2 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
Je ne lis pas de romans, trés peu de biographies, plus d'Histoire universitaire, ce gros livre avalé en deux jours redonne la vraie dimension d'une époque et de ses hommes, sur des documents, même répétitifs ou balayant le quotidien, Merci à Daniel Cordier et à celui qui dort au Panthéon.

Jean Claude Bonnin
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


28 internautes sur 31 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Sublime Jean Moulin, 9 octobre 2009
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
Qui était Rex ? Max ?
Daniel Cordier, 19 ans, entend le maréchal Pétain, en ce 17 juin déclarer à la radio : "C'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat". L'homme au passé glorieux de sauveur de Verdun se mute immédiatement en traître chez le royaliste d'Action Française, camelot Daniel Cordier.

Dès lors, il n'existe aucune autre solution que celle de continuer le combat. Rejoignant les FFL, De Gaulle, parmi les premiers, il s'engagea dans le bataillon de chasseurs (alpins) et se forma aux techniques de sabotage. Parachuté à Montluçon, le 25 juillet 1942, ce jeune militaire, assoiffé de combat, a pour mission de seconder à la radio Georges Bidault. Dès le premier jour, il fut enrôlé par Rex et devint son "secrétaire" (officier aide de camp).

Quel exceptionnel témoignage historique nous livre ce grand résistant, Français libre ! Immense est la contribution qu'il apporte à l'Histoire. Cet ouvrage est exceptionnel et servira de base à l'étude, dans les années futures, de la Résistance.

Daniel Cordier, alias Alain, alias Talleyrand va assurer les liaisons courrier, radio, recrutement, de Jean Moulin, alias Rex, alias Max.

Nous assistons, au jour le jour, sous la forme d'un carnet de bord, au travail de géant de Jean Moulin; celui d'unifier l'action de la Résistance et de légitimer celle politique du Général de Gaulle.

Fin 1942 : Stalingrad, "ce Verdun" de la seconde guerre mondiale. Victoire annoncée des Russes. Le difficile équilibre recherché entre l'hégémonie idéologique des bolchéviques et la Libération du nazisme, dans une course poursuite ardemment désirée avec les Alliés anglo-américains qui viennent de débarquer en Afrique du Nord.

Le flambeau du combat passe des Anglais (Churchill), seuls financiers de la Résistance française, aux Américains (Roosevelt). Troubles.

Fin 1942. Invasion de la zone dite "libre". De Gaulle est sur la touche. Les Américains, complaisamment aidés par des Français (Labarthe, Saint John Perse et - non cité - Jean Monnet) se méfient de "l'apprenti dictateur" de Gaulle. Ils lui interdisent sa venue préférant la "légitimité" démocratique d'une administration vichyste, collaborationniste, avec son porte-drapeau le plus funeste, Darlan.

Trahison de la Résistance. Trahison des Français libres, déjà trahis par les partis politiques qui ont tous voté, dans leur majorité, les pleins pouvoirs à Pétain, et collaborent (cf. Un paradoxe français : Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance). De Gaulle a nécessairement besoin de légitimer son pouvoir ; ce qui passe par l'unification de la Résistance, d'une part, et l'admission des partis politiques dans ce combat. Excellent passage de la rencontre avec les dirigeants SFIO, résistants, dont Gaston Defferre (réseau Brutus, cf. Pierre Sudreau : Un homme libre). De Gaulle doit admettre ce fait politique, prescrit par Jean Moulin (homme de gauche).

Vie au quotidien. Disparitions, arrestations, traques. La peur. L'insouciance, les imprudences - 100.000 résitants sur les 300.000, chiffres cités par l'auteur, furent arrêtés, emprisonnés, déportés ou fusillés. Mais pis encore ! Les batailles d'ego. Les volontés des chefs. Les disputes terribles, déchirantes, usantes des communistes, socialistes, libéraux aux royalistes.

Comme le rappelle André Malraux, dans son magistral discours du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, ce dernier, le 27 mai 1943 rappelle les buts de la France libre : « Faire la guerre ; rendre la parole au peuple français ; rétablir les libertés républicaines ; travailler avec les Alliés à l'établissement d'une collaboration internationale. »

Il parvint à créer le Conseil National de la Résistance (CNR) quelques jours avant d'être arrêté par la Gestapo à Caluire, près de Lyon, le mardi 22 juin 1943.

Grandissime Jean Moulin ! Le remarquable Dictionnaire historique de la Résistance conclut la notice biographique de ce héros français :

"Oublié de la mémoire et même de l'histoire, il a préparé dans l'ombre le sauvetage de l'Etat, qui épargne à la France la catastrophe d'une guerre civile. Ultime réussite de la mission "Rex" ".

Jean Moulin, fidèle dans ses idéaux, son amitié pour De Gaulle qui avait affirmé :

"Il faut que la France soit présente à la victoire. Alors, elle retrouvera sa liberté et sa grandeur."
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Jean Moulin et le cheminement d'un jeune résistant., 22 mars 2011
Par 
MERIC (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Poche)
Le journal sincère de Daniel Cordier venu d'un milieu royaliste,nationaliste et antisémite qui à 18 ans après avoir entendu la déclaration du 17 juin 1940 de Pétain est dans les premiers à embarquer pour Londres.
Entrainement militaire;puis le BCRA.Parachuté à Montluçon, puis l'arrivée à Lyon où l'ancien camelot du roi devient le secrétaire de "Rex": Jean Moulin.Daniel Cordier découvre la réalité de la résistance intérieure,la monotonie des missions,lui qui rêve d'en découdre!Les débats idéologiques et les violentes luttes internes pour le contrôle de la résistance.Le monde de sa jeunesse finit par s'écrouler lorsqu'il voit un vieillard et une enfant portant l'étoile jaune.
La tragédie de sa vie sera l'arrestation et la mort en 1943 du héros aimé et admiré.Soixante-six ans plus tard Daniel Cordier reste inconsolable.
"Je ne comprends plus rien,si ce n'est que je suis orphelin"
La franchise dans le témoignage,un formidable Jean Moulin et une peinture vraie des combattants de l'ombre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


17 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 au coeur même du sujet, 1 juillet 2009
Par 
Dorso Yves (nouvelle calédonie) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
le récit de Daniel Cordier redonne l'atmosphère réelle de cette époque décrit l'engagement de ces personnes qui ont voulu agir. Le livre absorbe le lecteur et se dévore sans modération.
même des lecteurs très jeunes devraient apprécier. (le livre était sur la table de Frédéric Mitterand lors de sa première interview de ministre à la télévision)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un livre emouvant, 29 janvier 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Broché)
Pour l'etranger que je suis, Alias Caracalla est un livre a la fois emouvant et passionnant. Emouvant a cause du patriotisme de ces jeunes qui ont tout risque pour lutter pour leur pays contre un ennemi puissant. Emouvant parce qu'on sait tout au long de la lecture que le formidable Rex va mourir trahi. Passionnant a cause de la masse d'informations que possede Daniel Cordier sur la formation des soldats mais surtout sur le maelstrom de politique et d'egoisme que comportait la Resistance. Je voudrais lire la suite des activites de Cordier jusqu'a la fin de la guerre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un témoignage de première main sur Jean Moulin et sur la Résistance, 7 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Poche)
Cet ouvrage a déjà été salué par les historiens et a en outre obtenu le prix Renaudot Essai 2009 .
C'est un témoignage d'une grande sincérité d'un jeune rejoignant la France Libre de de Gaulle sur un coup de tête , et qui devient par hasard le secretaire de Jean Moulin après son parachutage en zone libre . Action Française au départ , on suit son évolution politique au contact de la réalité de l'expérience humaine qu'il vit au quotidien . On est aussi au cœur des relations difficiles entre la France Libre de de Gaulle et les responsables des Mouvements de Résistance sur le terrain . L'action de Jean Moulin est fidèlement décrite . Un ouvrage qui éclaire vraiment et démystifie cette période de l'Histoire qui continue de passionner les français .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un témoignage essentiel., 25 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alias Caracalla (Poche)
Même si j’ai un peu de mal à définir le genre littéraire de ce document, j’ai apprécié le caractère singulier de ce témoignage. Il s’agit en réalité d’un journal de bord écrit comme un roman reconstitué bien après les évènements. Le témoignage de Daniel cordier est néanmoins essentiel à lire car il permet de mieux comprendre les rouages complexes de la Résistance et les forces contraires qui la parcouraient. Daniel Cordier en est un exemple vivant puisque militant d’extrême droite : maurassien, antisémite et antirépublicain, il devient gaulliste. On voit s’effriter les certitudes culturelles du personnage au fil de ses rencontres privilégiées (Raymond Aron, Jean Moulin, Georges Bidault…). Cette plongée dans l’abime au travers des yeux de son auteur nous permet de mieux saisir la société française de ce milieu de ce XXe siècle qui reste très clivée entre une attirance forte pour un régime politique autoritaire et un désir de démocratie, deux tendances peu conciliables.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Alias Caracalla
Alias Caracalla de Daniel Cordier (Broché - 15 mai 2009)
EUR 32,50
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit