Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le livre de tous les superlatifs
Cet ouvrage de G. K. Chesterton est si fort, si terrifiant, qu'aucun qualificatif ne saurait le décrire. Grand spécialiste de la manipulation des paradoxes (dans Le Défenseur, il prenait position pour la publicité, les squelettes ou les planètes ...) Chesterton nous conte là une histoire délirante qui bouleverse nos...
Publié le 28 juillet 2009 par Philippe Poux

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Platon hybride Agatha Christie
Voici un objet à deux visages dont on ne sait distinguer lequel est face et l'autre pile, lequel serait un essai philosophique et l'autre un roman, lequel nous intéresse et l'autre moins. Tout au long de la lecture de ce livre attachant, j'ai oscillé entre ses deux aspects, livre à tiroirs ou simple mise en scène dont le dessein...
Publié le 2 mars 2012 par souslevolcan.over-blog.com


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le livre de tous les superlatifs, 28 juillet 2009
Par 
Philippe Poux "Passion & création" (Levallois, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le nommé Jeudi: Un cauchemar (Poche)
Cet ouvrage de G. K. Chesterton est si fort, si terrifiant, qu'aucun qualificatif ne saurait le décrire. Grand spécialiste de la manipulation des paradoxes (dans Le Défenseur, il prenait position pour la publicité, les squelettes ou les planètes ...) Chesterton nous conte là une histoire délirante qui bouleverse nos certitudes.

Pour exemple cette phrase magnifique, vraie et dérangeante : « Les cambrioleurs respectent la propriété. Ils veulent juste que la propriété, en devenant la leur, soit plus parfaitement respectée ».

On ne s'étonne pas que le titre original ait été "Un Cauchemar". Malgré cela, plongez dans ce livre, vous ne le regretterez pas !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 truculent et vertigineux, 22 octobre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le nommé Jeudi: Un cauchemar (Poche)
Chesterton dans toute la splendeur de son art, alors que ceci est un roman de jeunesse. Une aventure picaresque et vertigineuse, où les personnages sont démesurés et chevaleresques. Un récit roboratif qui se lit d'une traite et avec beaucoup de plaisir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Je l'ai eu, lu et appréciu, 16 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le nommé Jeudi: Un cauchemar (Poche)
C'est un classique de la dissimulation et de la fausse évidence. Chesterton joue le paradoxe de la lettre volée de Poe, le reprend dans cette histoire d'espionnage qui est en même temps une allégorie plaisante et surréaliste du christianisme auquel bientôt il va se convertir.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Platon hybride Agatha Christie, 2 mars 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le nommé Jeudi: Un cauchemar (Poche)
Voici un objet à deux visages dont on ne sait distinguer lequel est face et l'autre pile, lequel serait un essai philosophique et l'autre un roman, lequel nous intéresse et l'autre moins. Tout au long de la lecture de ce livre attachant, j'ai oscillé entre ses deux aspects, livre à tiroirs ou simple mise en scène dont le dessein ressemble plus au Banquet de Platon qu'à un livre d'Agatha Christie, mais dont le mouvement, souvent adroit et surprenant, donnent à chacun de ces deux aspects un côté indécis.
J'entends hurler ses partisans, pour qui ce texte donne à la métaphysique chrétienne une forme populaire de symbolisme un siècle avant Maurice Dantec, et qui voient en cette œuvre le préau monumental construit au-dessus de l'école de pensée occidentale, sacralisant sa grandeur, sa souffrance et sa perfection poétique. On lit dans ce livre ' qui sait d'ailleurs être surprenant, le renversement des valeurs opérant à l'intérieur est une fulgurance digne de respect - que la préoccupation principale du monde tient en la terreur qu'inspirent les anarchistes aux habitants de ce Paradis. Le Mal rôde, il faut le combattre. Mais comme personne n'est réellement ce que les autres pensent qu'il est, il est possible que tout le monde ne soit que ce que les autres font de lui, y compris donc, Dieu et le Diable, et inversement. C'est clair. Bien, quand on sait que ce livre a été édité en 1908, on comprend ce que la pensée de Chesterton avait de déplacée au regard des violents courants de nationalisme qui allait projeter violemment semblable contre semblable, lui qui ne lisait dans la folie de ses contemporains qu'une opposition entre ceux qui s'inspirent des voyages et ceux qui préfèrent les destinations.
Chesterton parle de souffrance, de doute, de quête dangereuse à accomplir avant de pouvoir trouver le salut. Croit-il vraiment que l'ennemi est partout et seulement à l'extérieur ? On assiste a plusieurs retournements de situations qui fondent la philosophie des apparences, personne n'est vraiment ce qu'il est, et c'est intéressant. Mais l'œil, le prisme par lequel est vécue cette aventure reste désespérément celui de l'innocence. Tout est extérieur. Syme, le héros, est ballotté dans son cauchemar comme le spectateur de sa propre vie, à aucun moment, il n'agit vraiment, il ne décide et ne doute de lui-même. C'est le tord de ce livre suranné, n'avoir pas su lire sur la peau des hommes cette vérité trouvée dans Platoon : « We did not fight the enemy; we fought ourselves. The enemy was in us. »
Seulement, bien que mon observation soit négative, la qualité de son écriture contrarie les regrets dûs à son propos. Ce n'est peut-être pas son meilleur ouvrage et je veux bien le croire. Car il s'y dégage une qualité narrative qui m'a souvent impressionné, principalement dans les premières cinquante pages ou j'ai vraiment cru tenir un chef d'œuvre. Voilà le dilemme : même après son achèvement et tout ce que je peux en dire, je ne peux m'empêcher d'y penser avec chaleur et respect, c'est là sûrement le dernier tour que nous joue Chesterton : rien n'est vraiment ce qu'il y parait, même pour ceux qui veulent bien le lire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Le nommé Jeudi: Un cauchemar
Le nommé Jeudi: Un cauchemar de Gilbert Keith Chesterton (Poche - 4 septembre 2002)
EUR 9,30
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit