undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles51
4,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:24,40 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 septembre 2015
Cet ouvrage d'une femme anonyme qui nous relate quelques mois seulement à Berlin, fin de la guerre, printemps 45: le peuple allemand se terre dans ses caves, la plupart des gens sont coupés du monde. Les russes sont là, et, les hommes, ceux là même qui pendant des années ont soumis les peuples d'Europe, ces mêmes hommes assistent impuissants aux viols répétés de toutes les femmes. Les femmes deviennent toutes des denrées comme Boule de suif dans la nouvelle de Maupassant. Ce qui est effrayant ici, c'est qu'il ne s'agit pas d'un roman, mais d'un journal. une trace de la histoire, des faits, ayant existé. Alors, l'on ne peut que faire le constat de l'horreur de la guerre où les femmes restent au fil du temps les proies des vainqueurs. Un beau témoignage, qui ne peut que nous amener à réfléchir en ces temps tumultueux que nous traversons.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 octobre 2015
De tous temps, les vainqueurs, et pas seulement eux, se sont conduits en maîtres dans les pays conquis . Ce journal, écrit par cette jeune femme est important pour comprendre les conséquences d'une défaite dans un pays abandonné. Que ceux qui décident de faire le choix de la guerre aient à l'esprit les conséquences de leur décision !! . Avec un recul de plus de 60 ans aujourd'hui, il est difficile de savoir ce que l'on aurait fait en pareilles circonstances. L'auteure ayant survécu à cette catastrophe nous donne ici un magnifique exemple de ce que le rapport à l'écriture permet de sauver en soi. Quel courage, ténacité et intelligence dans ces lignes. Comment dans de pareils moments avoir encore le coeur et l'envie d'écrire jour après jour. Je m'interroge .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 février 2007
Ce livre est le journal tenu par une Allemande en 1945 pendant les derniers combats, la chute de Berlin et sa conquête par l''armée soviétique. L''auteur a dû publier sous l''anonymat : ce qui s''est passé alors à Berlin est pour les Allemands un mauvais souvenir.

Pendant la période qui a précédé la prise de la ville les habitants n''ont rien eu à manger. La recherche de la nourriture était une obsession alors que pleuvaient bombes et obus. Personne ne savait s''il serait vivant à la fin de la journée.

Après la chute de Berlin, les bombardements ont cessé mais la famine a duré encore quelque temps et il a fallu se protéger des soudards.

Peu de femmes échappent alors au viol mais les soldats soviétiques sont intimidés par la culture de l'Allemagne, l''élégance et la propreté des femmes, la qualité du mobilier. On trouve parmi eux des hommes fins et sensibles à côté des brutes que l''ivresse rend dangereuses. Goebbels avait annoncé un massacre, les Soviétiques distribueront de la nourriture.

L''auteur, s''étonnant de sa propre résistance, dit « la somme des larmes est constante : les populations gâtées se vautrent dans la névrose et la satiété et ceux auxquels le sort inflige un excès de souffrance, comme nous aujourd''hui, ne peuvent s''en sortir qu''en se blindant. » Elle est trop occupée à survivre pour penser intensément mais son témoignage sur la ville en ruine, sur l'attitude des habitants devant la faim et la mort, est d''une précision photographique.
0Commentaire|18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2014
Le journal d'une jeune berlinoise d'une trentaine d'année lors de la chute de Berlin et de l'arrivée des troupes soviétiques.Bouleversant,dramatique,hallucinant...Les mots manquent pour exprimer cet épisode unique dans l'histoire contemporaine.Cette jeune femme tient un journal et décrit les événements avec un détachement stupéfiant,un sens de l'humour et de l'observation extraordinaire.Jeune femme cultivée,parlant plusieurs langues dont le russe,l'anglais et le français,elle emploie toutes ses connaissances linguistiques,son intelligence,son charme pour survivre.....Elle ne cache rien des viols multiples dont elle ,et les autres berlinoises, sont victimes,elle s'en remet plutôt bien en couchant tout dans son journal....Elle utilise sa séduction pour séduire des protecteurs et se procurer de la nourriture....Une formidable analyse.On en reste halluciné,bouleversé mais surtout....séduit....On a envie de voir des photos de Martha Hillers, de connaître le reste de sa vie, de savoir ce qu'elle est devenue ensuite....On a envie de la connaître, de la séduire....on en tombe amoureux!
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2016
« Viol : qu’est-ce que ça veut dire? Quand j’ai prononcé le mot pour la première fois, vendredi dans la cave, un frisson glacé m’a parcouru le dos. Et maintenant, je suis capable d’y penser, de l’écrire d’une main froide, je dis le mot tout haut pour m’habituer au son. Il évoque le pire, le comble, mais ça ne l’est pas. »

Un livre puissant, poignant. Calme sans être glacé. Cru sans plonger dans le pathos.
Merveilleusement bien écrit et traduit.

Indispensable.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2015
Loin des récits romancés, voici un journal d'une femme à Berlin au moment de la capitulation des Allemands et de l'entrée à Berlin des troupes de l'Armée Rouge. Le récit, au fil de ces journées fatidiques, nous fait vivre le quotidien des habitants d'un immeuble berlinois. C'est pathétique tout en restant d'une lucidité et d'une objectivité déconcertantes. On comprend pourquoi l'auteure est restée anonyme jusqu'à sa mort. Un témoignage bouleversant de vérité sur cette sombre période.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2014
Voilà un magnifique tableau de la prise de Berlin par les russes. Le témoignage de l'anonyme est bouleversant. Les forces que nous avons en nous sont insoupçonnées. Le courage dans ce livre est conjugé au féminin et la souffrance aussi, bien sur. Aucune idéologie, pas de colère, pas de rancœur, rien qu'une profonde humanité qui assume la situation sans prendre parti. La sidérante froideur du récit le rend plus lisible, plus supportable. A lire à tout prix
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2016
Ce journal écrit au jour le jour ouvre une fenêtre sur quelques semaines vécues par les berlinois (et surtout par les berlinoises) à la fin de la guerre et au début de l'occupation soviétique. Episode mal connu, décrit ici froidement rappelle que tout cela "c'est grâce à Hitler". Episode qui intrigue car on ne peut s'empêcher de se demander ce qu'a été la vie de l'auteur avant la guerre et ce surtout ce qu'elle est devenue après.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
MEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 8 octobre 2013
L'horreur qu'on connu les allemandes en 1945, les viols, les meutres faits par les communistes soviétiques, j'ai pleuré ....

Il faut que vous lisiez ce livre et que vous le partagiez quand vous l'aurez lu, en souvenir des milliers de femmes, d'adolescentes, d'enfants violés par les soviétiques qui ont envahi l'Allemagne en 45, donc beaucoup sont mortes, assassinées ou suicidées car ne supportant plus leurs malheurs.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 octobre 2009
Malgré un détachement voulu , tous les aspects de la vie d'une femme dans le vacarme et l'envahissement des troupes russes sont admirablement décrits
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus