Commentaires en ligne 


30 évaluations
5 étoiles:
 (19)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (4)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


29 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une face cachée de l'histoire à decourvir !
L'histoire quotidienne des berlinois à la fin de la guerre, ce livre donne une autre vision de l'histoire que l'on apprend pas dans les manuels officiels. Bombardements, viols,rapines, le ravitaillement un monde en decomposition.
ce recit est présenté sous forme de journal personnel, on aurait voulut suivre cette personne sur plusieurs...
Publié le 25 mars 2008 par Fraidairick

versus
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Document rare.
Sans doute le seul document de ce genre. Témoignage passionnant sur une période généralement peu connue de la dernière guerre. Bien écrit, bien décrit par une femme intelligente et courrageuse au fond de la pire des infortunes. A lire et à faire lire
Publié le 7 juillet 2010 par reinert jean-françois


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

5.0 étoiles sur 5 L'horreur qu'on connu les allemandes en 1945, les viols, les meutres faits par les communistes soviétiques, j'ai pleuré ...., 8 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
L'horreur qu'on connu les allemandes en 1945, les viols, les meutres faits par les communistes soviétiques, j'ai pleuré ....

Il faut que vous lisiez ce livre et que vous le partagiez quand vous l'aurez lu, en souvenir des milliers de femmes, d'adolescentes, d'enfants violés par les soviétiques qui ont envahi l'Allemagne en 45, donc beaucoup sont mortes, assassinées ou suicidées car ne supportant plus leurs malheurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 témoignage intéressant, 2 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
Ce livre est un témoignage édifiant sur le chaos qui règne à Berlin à la chute du IIIe Reich et sur les conditions et stratégies de (sur)vie des habitants. Les souffrances des populations civiles allemandes, longtemps à l'abri des difficultés pendant la Deuxième Guerre Mondiale, en particulier des Berlinois, ont cependant été bien réelles. La faim, la peur, le danger et le calvaire des femmes, quasi systématiquement violées à l'arrivée des Soviétiques, y sont évoqués. Cettte réalité historique est encore assez taboue : l'anonymat de l'auteur, qui n'a jamais été levé, l'incompréhension de son compagnon à son retour, la honte de s'accomoder de cette situation inévitable, le prouvent. Ce livre fait réfléchir plus largement sur la condition des civils et des femmes pendant les conflits, et sur le comportement des soldats avec la femme de l'ennemi (qu'on s'approprie, comme n'importe quel autre bien, et pas que dans les guerres passées). Au final, ce sont toujours les plus faibles qui souffrent le plus de la guerre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Terriblement humain, 31 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
C'est un aspect méconnu de l'effondrement de l'Allemagne nazie. L'arrivée des "amis" (les alliés) vu coté Allemand et surtout par les femmes Allemandes, jeunes ou pas, qui ont rapidement compris qu'elles allaient payer personnellement de leur chair, les exactions passées de leurs conjoints ou compatriotes. C'est émouvant, sans complaisance. A conseiller.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Document rare., 7 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
Sans doute le seul document de ce genre. Témoignage passionnant sur une période généralement peu connue de la dernière guerre. Bien écrit, bien décrit par une femme intelligente et courrageuse au fond de la pire des infortunes. A lire et à faire lire
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Survivre au quotidien, 20 août 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
Excellente chronique des derniers jours du pouvoir hitlérien et de l'arrivée des russes à Berlin écrite sans pathos, avec talent et précision, par une femme contrainte, comme la majorité des Berlinoises de cette époque,de subir les violences sexuelles de l'envahisseur et de composer avec l'ennemi pour pouvoir survivre. Bonne introduction.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 UNE PERSONNE REMARQUABLE, UN LIVRE ADMIRABLE, 27 février 2011
Par 
XENOPHON - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
Qu'on ne s'y trompe pas, la haine que je voue à l'Allemagne des années 30 à 60 reste entière. Ce pays n'a du qu'à la guerre froide d'avoir échappé à un chatiment mérité. Il suffit de lire Beevor, de s'intéresser ensuite au CV des militaires allemands notamment SS cités dans son ouvrage "Berlin" pour constater l'implacable vérité, à savoir que la très grande majorité de ces tueurs en uniforme est morte dans son lit. Ceci relativise grandement la fameuse "dénazification" des années post-guerre.

"Au prix" du concentrationnaire allemand, de l'exterminé juif ou tzigane, de l'esclave slave ou du bagnard affamé, roué de coups, résistant, objecteur de conscience, croyant, homosexuel, type passant par là et raflé.....(litanie sans fin) condamné à ne vivre au mieux que six mois dans le septième cercle de l'Enfer, cette amnésie/silence de l'Allemagne désunie (mensonges idéologiques à l'Est, tristesse compassée à 'Ouest) reste profondément abject.

Paradoxalement ce livre d'une femme allemande, intellectuelle, cultivée, polyglotte et ouverte sur le monde qui survit à la fin de cette guerre, l'aspect picaresque de son récit (les pillages, les travaux de nettoyage des uniformes russes, les débuts du marché noir) son détachement, sa décence et sa dignité face à l'outrage du viol (réalité de la soldatesque en campagne dans une guerre d'une atrocité sans limites-toujours se rappeler que si rien n'excuse un viol,le boute-feu reste l'Allemand-de Guernica à Auschwitz, de Leningrad à Coventry, de Lidice à Oradour sur Glane....qui sème la tempête récolte l'ouragan), son envie de s'en sortir font d'elle une personne éminemment fréquentable.

Son témoignage pose des questions sur les limites de l'acceptable, sur comment préserver son moi, sa conscience, le respect de soi-même en dépit des concessions face à la violence subie mais non acceptée, non intégrée (cette femme ne souffre pas du syndrome de Stockholm, n'embrasse pas ses ennemis sur la bouche et ne se prostitue pas même si, faisant la part du feu entre l'inévitable et l'acceptable, elle se choisit un "loup" pour se préserver de la meute des affamés du coït).

Dans les secousses, elle ne perd jamais de vue la survie de son groupe auquel elle est liée pour un temps par un instinct de solidarité collective, ce lien social impérativement nécessaire au maintien d'un espoir (le nazi savait d'instinct ce qu'il fallait faire pour pouvoir détruire mentalement son ennemi : détruire ce lien pour mieux plonger la victime dans l'effroi de l'isolement exposant l'être sans défense à tout moment à n'importe quelle destruction possible....ce lien, notamment celui du groupe de soldats au combat).

Sa lucidité, son absence de geignardise, son aversion pour l'art de ramper rendent un bel hommage à une Condition Humaine ramenée au rang de bête de somme, notamment sexuelle.
Les Allemands de l'ère hitlérienne plaçaient la femme au rang de reproductrice (Ponds et tais-toi). Cette femme remet ces hommes à la place peu reluisante de brute, de lâche et de veule (le volksturmm Pauli en est une caricature).

Qu'on ne s'y trompe pas : cette personne est exceptionnelle comme le sont Willi Brandt, Sophie Scholl, Kurt Schumacher, le général von Hammerstein, le million de déportés allemand ou ce soldat allemand inconnu qui n'a pas arrêté des gens qu'ils avait sous la main. Quant au peuple allemand de ces années-là, il reste, pour l'éternité des siècles, le Peuple-Bourreau (tous ne se valent pas mais de la complaisance à la complicité en passant par la connivence....il y a de quoi faire...cette femme n'est ni complice, ni "connivente" ni complaisante...elle ne se donne pas....elle subit et tente de survivre). Le jour du Jugement Dernier, il sera, comme il est dit dans l'Apocalypse, jeté dans le Lac de Feu. Justice sera enfin rendue.

En attendant cette improbable réalité, saluons le remarquable travail effectué par l'Allemagne d'aujourd'hui sur ce passé qui ne passera pas et rappelons-nous jusqu'où la génération maudite s'est reniée jusque dans ses mensonges (je pense ici à l'ancien SS Gunther Grass dont j'ai tant-hélas- aimé certains livres dont je me suis séparé dès connaissance de la réalité) et profitons de ce qu'une rencontre peut avoir de surprenant, dans le bon sens du terme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un livre que devraient lire les hommes..., 27 juin 2010
Par 
Elrousa "Orange" (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
On connaissait les souffrances endurées par une jeune fille de confession juive depuis la parution du « Journal d'Anne Franck », on saura désormais depuis 2002, année au cours de laquelle « une femme à Berlin » est publié, quel fut le quotidien des femmes allemandes, lorsque la soldatesque soviétique est entrée dans Berlin. « Une femme à Berlin » est un journal tenu, entre le 20 avril et le 22 juin 1945, par une jeune femme cultivée, riche d'une expérience professionnelle valorisante, possédant quelques notions de russe, alors que Berlin est la cible sur laquelle convergent les armées soviétiques et alliées. L'auteur a tenu à rester anonyme, ce qui ne remet pas en cause la véracité des faits relatés, même si d'aucuns s'interrogeront sur la possibilité d'un montage. Le récit témoigne d'une force morale peu commune et d'une rage de vivre, que sous-tend un pragmatisme salvateur. Il se développe à partir d'un immeuble dévasté par les combats, dans lequel vit, tant bien que mal, une population de femmes effrayées, livrées à elles-mêmes, violées, mais décidées à vivre coûte que coûte, alors que les rares représentants du sexe prétendu fort présents, semblent s'accommoder des exactions commises par la troupe à l'égard de leurs femmes. Pour autant ce journal n'est pas larmoyant. On le lira comme on lit un hymne à la vie, avec son cortège de drames et de joies, en se souvenant de ce qu'écrit notamment l'auteur, lorsqu'il évoque le comportement coupable de la soldatesque allemande en Russie. On se gardera aussi de porter un jugement de valeur sur les choix effectués par la rédactrice de ce journal, qui semble découvrir l'horreur des camps de concentration, lorsque les réfugiés de l'Est et « les troupes libératrices » en mentionnent l'existence. Cette "découverte" fait regretter que l'auteur n'ait pas cherché à mieux s'exprimer sur son passé !
Un livre à lire absolument.....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 CURIEUSE, 3 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
J ai acheté ce livre pour voir l'envers du décor. J'ai beaucoup lu sur la guerre côté allié, mais c'est très rare d'avoir des témoignages de l'ennemi. il s'agit là de la survie d'une berlinoise dans les derniers jours du conflit. Finalement, à l'est ou à l'ouest la misère, les frustrations, les brimades ont été les mêmes. Par contre, ce qui démarque certains individus de la masse, c'est leur courage, leur espoir,la volonté qui les porte et leur permet de traverser les pires cauchemars. Ils n'en sortent pas indemnes certes, mais ils s'en sortent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 un grand livre d humanite, 25 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
j ai adore ce livre, malgre un sujet terriblement douloureux.
j ai mieux compris cette haine viscerale des femmes allemandes de plus de 80 ans. Les russes et les hordes de barbares ont pietine leur humanite et reduit au silence leurs maris, dans un chagrin sans nom. le deshonneur du viol. et cette culpabilite des uns et des autres. seules les femmes ont porte en elle, ses souvenirs de viol.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 par contre celui là, 23 juin 2008
Par 
Ramone the Snake (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 (Poche)
il devrait faire partie du programme d'histoire de tous les lycéens européens. Le cliché de l'armée salvatrice prend pas mal de plomb dans l'aile.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945
Une femme à Berlin: Journal 20 avril-22 juin 1945 de Anonymes (Broché - 9 novembre 2006)
EUR 24,40
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit